Je suis un Califat, mais pas celui de Cazeneuve

L’État islamique est loin de représenter le Califat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Islam (Crédits : zbigphotpgraphy, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis un Califat, mais pas celui de Cazeneuve

Publié le 25 septembre 2015
- A +

Par Asif Arif.

Islam (Crédits : zbigphotpgraphy, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Islam (Crédits : zbigphotpgraphy, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Lors des questions des Sénateurs au Parlement, Bernard Cazeneuve a répondu à un député frontiste en condamnant son manque d’humanité mais également en inscrivant son discours xénophobe en dehors de la ligne républicaine. Sa réponse pleine de talents et d’enthousiasme était tout à fait brillante et je ne peux que soutenir le ministre de l’Intérieur dans la démarche de lutte contre la xénophobie.

Mais une phrase m’a toutefois interpellé, celle où il prenait pour exemple toutes ces personnes qui sont persécutées par « le Califat ». Il visait, bien évidemment, le soi-disant Califat Baghdadi en évoquant notamment les pires horreurs que celui-ci perpétrait au Moyen-Orient. Mais je voudrais appeler à une double nuance dans ses propos : la première consiste dans la nature même de sa fonction, celle de Calife. Le Calife se veut le représentant unique et fédérateur de l’ensemble de l’oumma (communauté) musulmane en appelant à obéir à une ligne directrice. Cela fut le cas jadis avec les Califes bien-guidés du Prophète de l’islam.

Or, la généralité du propos pose Baghdadi comme le seul ayant revendiqué cette fonction alors que peu de gens lui accordent la légitimité de celle-ci : pensons ainsi à la lettre des intellectuels à destination de Baghdadi qui démontre clairement que les agissements de cet individu ne se rattachent même pas à l’islam. Alors le Califat, on en est bien loin.

La deuxième consiste à opposer ce califat désormais à celui que je suis. Je crois que Hadhrat Mirza Masroor Ahmad est le Calife de l’islam aujourd’hui et le chef spirituel et administratif de la communauté musulmane ahmadiyya. Bien que cette communauté soit contestée pour son rattachement à l’islam, elle se revendique, et sa pratique ne se détache pas d’un iota de l’islam (5 piliers de l’islam, 6 piliers de la foi). Il est à noter par exemple que, pendant que les terroristes de l’État soi-disant islamique assassinent à tour de bras, les membres de la communauté musulmane ahmadiyya font des dons du sang, des dons d’organe, créent des villages entiers en Afrique, approvisionnent en eau potable les villages reculés dans plusieurs pays du monde. En somme, là où l’EI prend la vie, ce Califat la donne.

Là où l’État islamique n’a rien trouvé de plus que le symbole pour mener une guerre de communication contre l’Occident, le Califat de l’islam ahmadiyya est intervenu dans l’ensemble des grandes enceintes parlementaires (Parlement Européen, Capitole Hill, Parlement Britannique, Parlement de Nouvelle-Zélande etc) afin de critiquer les actions des gouvernants occidentaux tout en mettant également en avant les torts du monde musulman. Là où l’État islamique piétine totalement la liberté de religion des minorités religieuses, le Califat Ahmadiyya est à l’origine du Bureau pour la Liberté de Religion au Canada. C’est en effet à la demande répétée des ahmadis du Canada que le Bureau a été mis en place et son inauguration par le Premier Ministre Canadien a été présentée dans une mosquée appartenant aux musulmans ahmadis. Là où l’État islamique appelle à radicaliser la jeunesse, le Califat ahmadiyya appelle à réformer les jeunes en leur permettant de comprendre les vrais enseignements de l’islam, du Coran et la pratique du Prophète de l’islam. Il appelle constamment à la réforme personnelle, à l’augmentation de sa relation vivante avec Dieu.

Enfin, alors que l’État islamique vous demande de prendre les armes, le Califat Ahmadiyya vous demande de saisir la plume. Mais au-delà de tout, il a dit que notre plus grande arme, incontournable et que personne ne pourra s’accaparer, que tout le monde va chérir est représentée par nos prières pour la paix dans le monde.

Je suis donc ce Califat.

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Intéressant.

    Que pense  » Hadhrat Mirza Masroor Ahmad » de l’annulation récente d’un mariage mixte(femme musulmane, mari non musulman), ou encore de la condamnation d’un homosexuel en Tunisie, ou de la différence homme/femme en droit dans certains pays musulmans( voire même musulmans/non musulmans) ?

  • Les califes bien-guidés, et Muhammad lui-même, n’ont-ils pas consacré toute leur énergie à soumettre les autres peuples à leur pouvoir, fondé sur la charia ?

    • @Fucius

      Bonjour,

      « Les califes bien-guidés, et Muhammad lui-même, n’ont-ils pas consacré toute leur énergie à soumettre les autres peuples à leur pouvoir, fondé sur la charia ? »

      Pour ce qui est de Muhammad pas du tout, il avait plutôt eu l’objectif inverse. Pour les califes bien guidés il n’y avait malheureusement plus Muhammad pour prendre les décisions. Mais face à l’hostilité de certaines tribus d’Arabie ils ont quand même réussi à contribuer à pacifier l’Arabie et réduire les divisions tribales.

      Pour la suite la nature humaine a fait le reste. Est ce que César, Gengis Khan, Alexandre le Grand, Napoléon, … étaient musulmans ? Non, ce qui ne les a pas empêché de soumettre les peuples par la force.

      Donc oui, par la suite l’islam s’est majoritairement imposé par l’épée. Mais pas plus que les autres civilisations. A savoir aussi que des pays comme la Malaisie ou l’Indonésie ont été islamisé suite à des échanges commerciaux. Pas par l’épée.

      Pour en revenir à Muhammad il faut bien comprendre qu’à l’époque la tribu dominante de la Mecque voulait éliminait la communauté musulmane naissante. Muhammad et ses disciples se sont donc réfugié à Médine où Muhammad a conclu des alliances avec les tribus juives, chrétiennes et païennes qui étaient sur place.
      Les tribus mécquoises n’ont pas renoncé à éliminé Muhammad, ce qui a amené la communauté musulmane à livrer des batailles pour assurer sa défense.

      En revanche Muhammad a toujours privilégier les solutions politiques lorsque c’était possible. A tel point que lorsque il a conclu un accord avec les tribus mécquoise, nombre de ses disciples étaient contre. Ils trouvaient que la solution n’étaient pas la bonne. Heureusement la majorité s’est rallié à l’avis de Muhammad et la suite des événement leur a donné raison. C’est ce qui a permis à Muhammad de reprendre le contrôle de la Mecque de manière pacifique sans avoir à livrer bataille. En jouant sur le plan politique.

      J’en profite pour répondre à d’autres points que j’ai vu dans les commentaires :

      FEMMES

      Là aussi il faut savoir que les femmes n’avait presque aucun droit à l’époque. Les hommes pouvaient avoir plusieurs femmes et s’en séparer du jour au lendemain. Elle n’avait pas le droit à l’héritage et bien d’autres choses. Les filles qui naissaient pouvait aussi être tué, les garçons étaient privilégiés.

      L’islam a interdit le meurtre des filles à la naissance. Il a limité le nombre de femmes pour le mariage en recommandant une égalité de traitement entre elles. Il a introduit un concept d’héritage (certe moitié moins que les hommes, mais c’était un pas vers plus de droit. Vouloir moderniser une société en réformant de manière trop brutal ne serait-il pas voué à l’échec ?).

      Il faut aussi savoir qu’Aïcha (la femme de Muhammad) est à l’origine du mouvement sunnite, courant majoritaire de l’islam. Suite à l’assassinat d’un calife bien guidé elle s’est opposé à la décision d’Ali (un autre calife bien guidé) de faire alliance avec le groupe dont été issus les assassins du Calife. Elle est devenue le chef de file du mouvement contestataire qui a abouti à une bataille (bataille du chameau) qu’Ali a gagné. Cette scission est à l’origine des mouvement sunnite et chiite de l’islam. Difficile de voir en une chef de file à l’origine du courant majoritaire de l’islam une sorte de femme objet.

      Mais que dire du droit de vote attribué après guerre aux femmes en France. Ce n’était pas il y a 1 300 ans. La faute à l’islam ?

      APOSTAT

      Là aussi il faut savoir que la communauté musulmane a livré bataille pour sa défense lorsqu’elle était à Médine. L’apostat n’était pas seulement une sortie de l’islam mais une sorte de désertion en tant de guerre. On tue encore de nos jours pour ce motif. De nos jour tout ceux qui quitte l’islam ne sont pas tués et heureusement.

      HOMOSEXUALITE

      Là aussi les avis sont partagé dans l’islam, comme dans les autres religions ou les société laïques. Un religieux aura plus tendance à chercher ses arguments dans la religion. Un athé autre part.
      Ce qui est sûr c’est que lorsque Muhammad était à Médine il y avait une communauté homosexuelle (les mukhannathun). Muhammad n’a pas appelé à les éliminer.

      Mais que dire de l’Angleterre qui laissait le choix, encore après guerre, entre la prison ou une médication pour les homosexuels. L’exemple le plus célèbre étant celui d’Alan Turing, le scientifique qui a permis de casser le code allemand énigma et a participer à la victoire des allié. Après guerre il fut accusé d’homosexualité. Il a choisi la médication est s’est suicidé par la suite. Jolie remerciement pour service rendu à la patrie ceci dit. La faute de l’islam ?

      ASSASSIN ISLAMISTES

      Bien sûr il y a des musulmans qui tuent au nom de Dieu, mais certainement pas la majorité. Mais que dire des chrétiens extrémistes qui ont tué à cause de l’avortement aux usa. Où encore des bouddhiste qui ont commis une sorte de génocide contre les musulmans en Birmanie. La faute à l’islam ?

      En d’autre terme tous les défauts que l’on reproche à l’islam peuvent se retrouver dans toutes les autres religions ou société civiles. Et bien souvent c’est même de la pure désinformation.

      Donc la faute à l’islam ? Non, la faute à la connerie humaine. Rien de bien nouveau.

  • extrait wikipedia: »L’Organisation de la conférence islamique les a déclarés non musulmans en 1973, leur interdisant le pèlerinage à La Mecque. Ils sont persécutés dans de nombreux pays29 et les autorités pakistanaises : la constitution de la république islamique du Pakistan a été amendée le 7 septembre 1974 pour dénier aux Qadiani ou Lahori la qualité de musulmans. Les ahmadis ont depuis souvent été accusés de blasphème, de violations des lois anti-ahmadis ou d’autres crimes30.
    Les amadhis sont considérés comme des apostats:non musulmans par les sunnites. Malheureusement, c’est l’état islamique qui se conduit en bon musulman car il suit rigoureusement les textes et les tentatives de réforme, de progrès et d’évolution vers un monde de paix ( comme celles des ahmadis) n’ont rien donné à ce jour. Tant que le coran sera considéré comme un texte sacré ( écrit par Allah et non par des hommes) l’islam ne pourra malheureusement pas évoluer.

    • Il faut ajouter que la sunna, contenant les gestes et dires de Muhammad, est seconde en importance après le coran, donc première lorsqu’il s’agit de le préciser. Or elle ne fait qu’en aggraver les travers.
      Il faut beaucoup de bonne volonté pour tirer du bien de ces textes, et c’est à tort qu’on accuse les islamistes de perversion à titre personnel.
      Et j’attire l’attention de tous sur un point de cohérence: Vous ne pouvez pas respecter l’islam (constitué des textes et des dogmes qui leur donnent leur importance) ET les musulmans.
      Si vous dites respecter les textes, vous mépriserez des millions de musulmans (par exemple 80% des pakistanais qui pensent que les apostats de l’islam doivent être tués), puisqu’ils doivent répondre de leur avis.
      Mais si vous ne respectez pas l’islam, alors vous pouvez respecter tous les musulmans: Ce n’est pas eux qui sont pervers, ils sont entraînés dans la perversion.
      Précisons enfin que la communauté ahmadiya superpose d’autres textes qui dénaturent l’islam selon les autorités de cette religion au point d’en faire des apostats (et à ce titre de les persécuter).

  • ah bon ? les assassins islamistes ne sont pas des mahométans ? mais qui sont ils ? des chrétiens ? des boudhistes ?
    je ne le pense pas : ni les chrétiens ni les boudhistes ne hurlent « allah akbar » quand ils égorgent un mécréant. et d’ailleurs, ni les chrétiens ni les boudhistes n’égorgent qui que ce soit en invoquant dieu.

    ne pas nommer les choses ajoute au malheur du monde (avait dit je ne sais plus qui).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles