Alain Juppé et l’école : ni idée ni réforme, l’immobilisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alain Juppé - Crédit photo UMP via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alain Juppé et l’école : ni idée ni réforme, l’immobilisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 septembre 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Alain Juppé mes chemins pour l'écoleL’éducation est la mère des réformes, nous dit Alain Juppé. À lire ses propositions pour l’école, dévoilées le 26 août, nous ne sommes guère rassurés par ses capacités réformatrices : il ne propose rien, se contentant d’enchaîner quelques banalités, avec la volonté de ne surtout pas modifier un système qui s’effondre. Il l’a d’ailleurs dit, il ne rectifiera pas ce que l’actuel gouvernement a fait de mal. Pas question pour Alain Juppé de revenir sur la réforme des rythmes scolaires, pourtant inutile et très coûteuse, ni sur les nouveaux programmes du collège prévus pour 2016. Sa réforme commence par le statu quo, elle se poursuit par l’immobilisme.

Alain Juppé n’évoque jamais la question des horaires, des contenus pédagogiques et de l’organisation de l’année. Il ne propose aucune vision précise, se limitant à des propos généraux que personne ne peut contester : faire en sorte que les enfants maîtrisent la langue française, créer des sous-groupes et des commissions pour aider les enfants qui décrochent, augmenter les moyens du primaire. Sans rien préciser de plus quant à la façon de mettre en place cela. Rien n’est dit sur le bac, ni sur l’orientation et les liens avec l’université. Alain Juppé dit qu’il faut que les élèves sortent avec une formation. C’est bien la moindre des choses.

Il propose d’accroître de 10% le revenu des professeurs. Cela coûterait 1,5 milliard d’euros. Où trouve-t-il cet argent ? Il ne le dit pas. Il propose aussi de réaffecter les moyens du secondaire vers le primaire. Qu’entend-t-il par cela ? Le secondaire manque de professeurs, l’Éducation nationale n’arrive plus à recruter. S’il s’agit de faire travailler des professeurs du lycée et du collège en primaire, il aurait pu se rendre compte que ce n’est pas tout à fait le même métier, notamment compte tenu du fait de l’âge des enfants.

juppé rené le honzecLa proposition 9 (sur un total de 20) pourrait être la plus intéressante. Il s’agit de donner un semblant d’autonomie aux établissements scolaires : faire en sorte que le directeur soit nommé par le conseil d’administration de l’établissement. C’est une bonne chose, à condition que ce directeur puisse recruter librement ses professeurs, et gérer tout aussi librement les finances de son établissement. Mais de tout cela, Alain Juppé ne dit rien. Au vu de la tiédeur de ses propositions, on doute qu’il parvienne jusqu’à une telle audace.

En bon chiraquien, Alain Juppé est un réformateur timoré. Ses chemins pour l’école se perdent dans le statu quo, le manque d’initiative et d’audace, et sont bien loin de répondre aux défis posés par l’effondrement du système scolaire. Si Alain Juppé en fait la mère de toutes ses réformes, on peut craindre pour la suite de ses propositions, qui devraient surtout porter la marque de l’immobilisme.


Sur le web

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Starsky (mais pas Hutch ...)
    2 septembre 2015 at 8 h 51 min

    Tout à fait d’accord avec les propos de l’auteur, sauf sur un point précis mais néanmoins important : augmenter tous les professeurs coûterait bien plus que 1,5 milliards d’euros … A moins qu’il ne s’agisse que d’augmenter ceux du primaire … Personnellement, pour augmenter de 10 % tous les professeurs (primaire et secondaire), je pense qu’on ne serait pas loin de 2,5 milliards nets (hors charges sociales), soit 5 milliards en tout, et ce par an durant 42,5 années. L’argent tombe-t-il du ciel dernièrement ??? Je n’avais pas remarqué …

    • Starsky (mais pas Hutch ...)
      2 septembre 2015 at 8 h 54 min

      Voilà que je me réponds à moi même, maintenant … Désolé, pour le coup, j’ai fait aussi une petite erreur : ça ferait un peu moins de 4 milliards d’euros en tout (charges sociales comprises, que j’ai un peu gonflé alors qu’elles sont déjà assez lourdes comme ça).

    • Entendu Alain Juppé ce matin sur France Inter. L’augmentation évoquée ne concerne que les enseignants du primaire.

  • pour être timoré, c’est plus que timoré…

    Réformer le,mammouth est tout simplement impossible, très coûteux… Tant les forces de resistances multiformes se mobilisent à la moindre réformette.

    Il faut reformer par l’initiatIve, par l’expérimentation …
    1- liberté d’ouvrir des établissements TOTALEMENT autonomes, financés chèque education
    2- fin d’un fonctionnariat et recrutement par compétences et motivation
    3- liberté de recrutement des élèves. ( la poignée de voyous relève délàresponsabilite des parents)

  • il a de bonnes chances d’être populaire alors ?

    finalement il fait comme chirac et ça plait à l’inverse de sarkozy qui provoque des réactions épidermiques démesurées de la part de ses détracteurs, même ici sur contrepoint.

    de toute les façons on se fiche un peu des avis détaillés des candidats qui cherchent surtout un positionnement pour être élu.
    Connaitre à l’avance la composition du premier gouvernement formé serait, peut-être, beaucoup plus informatif ?!

  • M. Juppé a juste réussi à attirer l’attention des médias en cette rentrée. C’était l’objectif.

  • Si juppé est la personnalité de droite la plus appréciée à gauche, c’est pas pour rien.
    En tout cas, s’il gagne les primaires, je ne vote pas à droite.

  • Juppé est Chirac 2.0
    Rien ne se ferait avec lui, mais ça serait toujours mieux au Marine.
    Entre l’immobilisme et l’antilibérale totale je préfère le 1er.

    • 1.1, c’est trop largement pesé. On est dans le Basic….

    • Mais Juppé aussi est antilibéral total. C’est lui qui a fait giclé Madelin en trois mois, alors que c’était l’un des rare qui avait fait le pari de soutenir Chirac en 95 et que ses orientations politiques étaient solides et appréciées (il en reste encore la retraite « Madelin ») . Plus antilibéral que Marine, même, puisque partisan de l’EURSS et grand taxeur devant l’éternel.
      Tout bien réfléchi, je préfère encore Marine. Elle élue, je parie sur une cohabitation rigolote : réélections de presque tous les députés de droite à actuel (mais pas beaucoup plus à cause de triangulaires), réélection d’une grosse partie des élus de gauche actuels à la faveur de triangulaires, apparition d’un tout petit nombre de députés FN, et personne n’ayant la majorité.

  • Co-champion du monde de cumul de régimes spéciaux avec Hollande. Vous imaginez qu’il sache compter la part sociale cachée des salaires de la fonction publique?

  • Juppé ne ferait rien pour la France, ne saurait pas la réformer mais néanmoins cela resterait salutaire dans le sens où il est rassembleur, cela changerait des présidences hyper polarisantes de Sarko et Hollande, nous permettant de souffler et éviter les commentaires partisans de part et d’autres. De plus il est le meilleur espoir d’infliger une défaite cuisante à la mère Le Pen, gagnant avec une marge significative, réduisant en miette les espoirs des extrémistes antilibéraux qui la soutienne à droite comme à gauche. Après ce serait fini pour elle, les immigrés et leurs descendants seront trop nombreux en 2022 pour qu’elle puisse espérer une victoire.
    Je n’attends que ça de Juppé et ce serait déjà pas mal donc espérons qu’il soit candidat UMP et pas Sarko, car en termes économiques la France restera engluée dans la stagnation et continuera à décliner relativement au reste du monde.

    • Je ne souhaite justement pas un candidat rassembleur mais un candidat efficace, qui ne cherche pas à rassembler mais à agir. Thatcher n’a rassemblé personne, elle foutait des coups de pieds dans le cul tellement forts que le Labour n’a jamais réussi à redevenir socialiste.
      L’immobilisme, dans un monde qui bouge en permanence, c’est ce qu’il y a de pire. Vous dénoncez Hollande pour vous jeter dans les bras de Juppé.

      • Juppé : un vieillard, énarque, fonctionnaire depuis toujours, n’ayant aucune connaissance scientifique ou de l’entreprise, chiraquien (donc socialiste déguisé), étatiste, psychorigide, politicien de carrière depuis 40 ans (donc responsable de la situation actuelle du pays), repris de justice …. Oui exactement ce qu’il faut pour sauver la France !

      • Il n’y a pas de Thatcher en France, ni de Reagan, personne ne fera de coups de pied aux fesses des socialistes car ils sont tous socialistes. Quitte à gesticuler autant le faire efficacement sinon je préfère un socialiste light qui ne fera pas de vagues et fera rarement parler de lui, ça nous fera des vacances.

        • socialiste « light » ??? dans tes rêves. plus étatiste et plus taxeur que lui ça n’existe pas. Il est pire que Hollande.

      • Oui mais avec Sarko on a compris, que quelqu’un qui fait « ouaich trop de la bombe je suis génial, je vais revolutionner le monde, avec moi la racaille elle passera pas »… ba au final ca fini par « bon ok j’ai rien fait, la racaille et bien… j’ai fait en sorte que des petites agressions se finissent en émeutes urbaines plusieurs jours coutant aux francais des millions, pour bien évidement rien arreter ».. je parle pas de l’épisode Valls voulant contrer l’antisémitisme et qui l’a fait augmenter de 160%… etc…
        Les grandes bouches font plus de mal que de bien, moi perso, je veux un chirac… un mec qui touche a rien, qui ne fait pas une loi par évenement,… que je veux bien payer pour rien faire sans probleme…. ne revez pas le liberalisme ne s’installera pas, donc au pire que l’on n’aille pas dans une situation pire qu’aujourd’hui. Meme si Hollande le molusque a fait plus que ce que l’on aurait pu penser, ce qui viendrait détruire mon argumentaire mais bon. Le mieux avoir un taux d’abstention de 90%.

        • L’immobilisme aboutira justement à une situation pire qu’aujourd’hui.

          Jme demande si Fillon n’a pas sa carte à jouer la dedans.

          • Il est clair que pour l’instant seul Fillon a un programme à peu près libéral.

            Rien que pour ça (et malgré toutes les critiques qu’on peut lui adresser en tant que PM de Sarkozy), il mérite qu’on s’y intéresse.

            Je me demande d’ailleurs si le soutien des médias à un match Juppé/Sarkzoy (via des sondages complètement bidons) ne cache pas un rejet de toute candidature un peu sérieuse à droite.

            PS à liberté adorée : « je veux un chirac… un mec qui touche a rien, qui ne fait pas une loi par évenement »
            Pour mémoire Chirac nous a quand même fait (entre autres) la Halde, le principe de précaution, la repentance systématique. Sans compter que par sa brillante tactique, il nous a amené Jospin et les 35h.

            • Méa culpa pour Chirac, j’avoue que j’ai succombé au « c’était mieux avant » en oubliant un peu le bilan de notre Chichi.

              Hélas je suis cartésien, la réalité est que Fillon (et c’est vrai qu’il est le moins pire de tous au niveau libéral) n’a aucune chance d’atteindre le premier tour des présidentielles car il ne passera meme pas aux primaires… On sait que c’est soit Sarko, soit Juppé et je pense sincèrement que ce sera Sarko, car les encartés sont par définition partisans, et par conséquent, leur maitre a penser est Sarko. Juppé plait plus dans la population générale, mais ce n’est pas elle qui vote aux primaires.
              Au final cela se jouera entre MLP, Sarko, Valls… et franchement je ne suis pas pressé… a moins que… cela entraine une véritable escalade de la révolution non pacifique en France (c’est un peu ce que suggère Attali) et peut-etre que dans le pire, peut naitre le meilleur…

        • Courte et déficiente je vous l’accorde ! J’ai succombé au « il est mort donc il est super »… je suis humain aussi. Donc mea culpa.

    • Nous sommes en pleine glissade, et nos jeunes, la main sur poignée du siège éjectable en ce qui concerne leur avenir personnel, prônent de ne rien faire de peur de faire des bêtises ! Seule une bonne bêtise peut aujourd’hui enseigner la leçon sur ce qu’il ne faut pas faire. Tout l’art est de s’arranger pour que cette bêtise soit spectaculaire mais facile à rattraper, exactement le contraire de ce qui a été fait avec notre président normal et impossible à mettre sur la touche (sauf dans certaines acceptations du mot touche que je ne détaillerai pas).
      Juppé est un homme de consensus, et en période de crise, la recherche du consensus est la pire attitude possible. Pour l’école comme pour le reste, il faut une bonne faillite, et des solutions genre chèque-éducation dans la manche. Juppé nous fera la faillite molle et n’aura rien dans la manche.
      Idem pour la présidentielle, l’important est d’avoir une chambre où finisse par se dégager, après dissolution éventuelle, une capacité de propositions sensées, quitte à ce que ce soit dans le cadre d’une cohabitation avec une présidence aux mauvaises idées : la pire des choses serait que le Président, quel qu’il soit, puisse faire voter ses propositions personnelles ou son absence d’icelles par l’assemblée.

  • A l’heure actuelle, un plombier ouvrier, vaut autant qu’un instituteur. Pourquoi augmenter ce dernier et pas le Plombier ?
    Cette hiérarchie n’a plus lieu d’être, quand les derniers Professeurs ont été embauchés avec des moyennes de 4.75/20, car aucun n’arrivait au-dessus.

    Dans d’autres pays les TV montrent en caméra cachée, le martyr des profs dans certains quartiers.. Il semble que de tels reportages soient interdits en France.

    Les discours sur la pédagogie et l’école sont passionnants, d’ailleurs, à chaque fois je m’émerveille de lire les bonnes idées, des commentateurs de ce blog. Puis on passe à autre chose et les Socialos peuvent continuer leur entreprise de démolition. Juppé : un repris de justesse, aux USA et au RU et dans les pays du Nord de l’Europe : il ne pourrait pas se présenter à une élection, même comme président d’un club de ping pong.

  • tant que la droite ne comprendra pas que c’est par la libéralisation massive (fin du statut de fonctionnaire, autonomie totale des établissements (publics et privés) tant dans le recrutement, les méthodes, l’évaluation, financement (on peut discuter d’un chèque éducation à la rigueur) qu’on sortira notre système éducatif de la mouise, nous n’avancerons pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Ah vraiment, pendant les vacances de Noël, Jean-Michel de l'Éducation nationale a fait des étincelles : il nous a concocté un protocole sanitaire de derrière les fagots qu'il a très finement fourni aux établissements scolaires au dernier moment et dont la mise en application, aussi précise que bien pensée, a immédiatement remporté un franc succès tant chez les enseignants que chez les élèves et surtout leurs parents.

Manque de bol : après quelques jours d'application studieuse du magnifique ouvrage de Jean-Michel Blanquer et poussé par... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Arlin[1. Alexandre Arlin est chef de cabinet au Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres). Ses propos sont tenus à titre personnel et n'engagent pas l'institution.].

La recherche de la vérité et son lot d’interrogations ont permis l’émergence de principes basés sur l’égalité des droits pour tout homme, femme ou enfant. La vérité permet au peuple d’argumenter face à des dirigeants qui voudraient le duper. La difficulté intervient lorsque dans un flux continu d’informations coexist... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comme le souligne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles