Les couteaux de Sauveterre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Couteau Sauveterre

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les couteaux de Sauveterre

Publié le 17 août 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

Couteau Sauveterre
Couteau Sauveterre

La ville de Thiers est la véritable capitale française du couteau. C’est chez elle que sont fabriqués la plupart des Laguioles, même si des artisans se sont installés depuis quelques années dans la ville de l’Aveyron pour y produire le couteau à l’abeille. Pour trouver un couteau aveyronnais fabriqué en Aveyron, il faut se rendre à Sauveterre-de-Rouergue. Cette ville nouvelle, fondée en 1281 par le roi Philippe III, est l’archétype des bastides : un plan carré, une vaste place centrale fermée par les bâtiments, un déambulatoire sous des arcades. Cette bastide royale devait contrôler la campagne alentour, ainsi que les voies de communication qui menaient vers Rodez et l’Auvergne. La région est pauvre : les terres sont acides et peu productives. On y cultive presque exclusivement le seigle, d’où son nom de Ségala. Au XIXe – XXe siècle, les champs bénéficient de l’apport de nutriments grâce au chaulage. Devenue beaucoup plus fertile, la région abandonne le seigle au profit du blé. Les pâtures apparaissent, favorisant l’embouche. Aujourd’hui, le Ségala est réputé pour son veau, un des plus tendres de France.

Sauveterre fut aussi une ville coutelière. Elle ne dispose ni de minerai de fer, ni de combustible. Les artisans devaient donc faire venir les deux produits d’ailleurs. Le charbon venait notamment du bassin houiller de Carmaux, situé à quelques kilomètres au sud. La coutellerie a connu son apogée au XIXe siècle, avant de disparaître. La désertification des campagnes y a été pour beaucoup : le progrès technique a délivré les bras des travaux agricoles, ce qui a réduit le nombre de clients potentiels. Les jeunes sont partis à la mine : Carmaux ou Decazeville, ou bien à Paris. Ils ont contribué à l’aventure des bougnats et des cafés. Ces Auvergnats ont importé dans la capitale les traditions de leur pays, notamment l’art du couteau. C’est à ce moment que les couteliers inventent le couteau garçon de café, avec sa vis attachée au manche, afin de permettre, avec un seul ustensile, d’ouvrir les bouteilles. Mais la coutellerie s’était déjà déplacée à Thiers, dans le Puy-de-Dôme. L’ancienne histoire du couteau planait comme une ombre ancienne sur Sauveterre.

Curieusement, c’est à un téléfilm que l’on doit la renaissance de la coutellerie de Sauveterre. En 1997, France 2 diffuse La Clef des champs, qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui quitte Paris pour revenir à Sauveterre, le village de sa famille, et essayer de sauver l’entreprise paternelle de fabrication de couteau. À la suite de cette émission, la mairie décide de favoriser l’implantation d’un coutelier dans le village. Guy Vialis y installe son atelier et relance le couteau de Sauveterre, en s’inspirant des formes d’un couteau du XIXe siècle. La particularité de ce couteau est d’avoir une lame en forme de feuille de sauge, et une feuille sur le ressort du couteau. On retrouve la sauge sur le blason de la ville. C’est une plante très commune des campagnes. On lui attribue de nombreuses vertus médicinales, aussi bien antiseptique, calmante que digestive ; on la trouve aujourd’hui facilement dans la phytothérapie. L’autre particularité du couteau Sauveterre est d’avoir un manche droit assez épais. Il est plus trapu que le Laguiole, mais plus fin que le Thiers.

La coutellerie Vialis est la seule de la ville. Elle parvient à s’étoffer et à grandir, preuve qu’une industrie locale de qualité est possible. Elle s’illustre grâce à la qualité et à l’originalité de ses produits. En 2001, Guy Vialis a acheté six troncs d’arbres du château de Versailles, tombés lors de la tempête de 1999. Il a utilisé leur bois pour réaliser les manches de couteaux en série limitée, gravés et numérotés. La forme de ces couteaux s’inspire de modèles du XVIIIe siècle. À chaque vente de ces couteaux, l’entreprise reverse une partie des bénéfices au château pour permettre le reboisement et l’entretien des parties endommagées. Preuve que le couteau ne sert pas qu’à couper, mais aussi à planter.

Site internet de Vialis.

Site internet de la coutellerie Berthier, qui propose plusieurs marques de couteaux, dont la sienne.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Excellent article, merci pour les informations souvent surprenantes que livre Contrepoints à ses lecteurs !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Xavier Fontanet.

L’apprentissage connaît cette année un très solide développement. Serions-nous en train de nous inspirer de nos voisins, en particulier des Pays-Bas et de l’Allemagne, qui y recourent quatre fois plus que nous ? Rappelons que cet écart coïncide avec un taux de chômage de leurs jeunes… quatre fois plus bas que le nôtre. C’est bien mais il faut savoir que le chemin sera très long si nous voulons atteindre leurs performances, parce que, aux Pays-Bas, ce sont 40 % des jeunes qui passent par l’apprentissage.

Avec... Poursuivre la lecture

Par Pierre Tarissi.

Ces derniers jours la publication par la marque Burberry de la destruction physique de 30 M€ d’invendus provoque un mini-scandale. Au-delà de l’émotion, carburant de l’écume médiatique, et des arguments larmoyants sur les gens qui n’ont rien à se mettre, plusieurs questions de fond se posent pour évaluer sainement ce sujet.

On notera d’abord le ratio entre le chiffre de 30 M€ et le chiffre d’affaires annuel de Burberry, de l’ordre de 3 Md€. Cette destruction représente donc environ 1 % du CA, ce qui est somme... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

[caption id="attachment_279958" align="aligncenter" width="640"] By: Mark Morgan - CC BY 2.0[/caption]

« Rien n’est permanent sauf le changement » Cet aphorisme d’Héraclite illustre à la perfection le déroulé de notre vie. Du jour où nous sommes nés au jour de notre mort, l’unique constante de la vie est le changement. De notre apparence physique à notre intelligence, de notre conscience à notre bien-être spirituel, les influences internes et externes qui nous gouvernent nous font changer.

Certains de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles