Les questions au gouvernement que vous n’entendrez pas cet après-midi

Face à un exécutif en mode bulldozer, le corps législatif saura-t-il relayer les inquiétudes des Français ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stéphane Le Foll (crédits Philippe Grangeaud-Solfe Communications, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les questions au gouvernement que vous n’entendrez pas cet après-midi

Publié le 22 juillet 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

Ne vous fiez pas à la météo ! Pendant que nous commençons à profiter des vacances, l’exécutif socialiste, lui, continue à travailler, dans un curieux mélange d’impuissance et de volontarisme dogmatique. Cela donne des séquences comiques, comme la tenue de conférences de presse pour ne rien dire, ou alors des débats sur des projets de loi si lourds que les députés n’ont pas vraiment le temps d’étudier, ce qui contribue un peu plus à l’asphyxie du parlement.
Face à un exécutif en mode bulldozer, le corps législatif saura-t-il, notamment par le biais des questions au gouvernement, relayer les inquiétudes des Français ?

Question au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll
Monsieur le Ministre, bravo pour le numéro d’équilibriste ! Sans rien pouvoir changer à leur situation, vous tentez de convaincre les agriculteurs et éleveurs touchés par la crise du porc, du bœuf et du lait que le gouvernement, pourtant légèrement à court d’argent et d’idées, que vous allez pouvoir faire quelque chose pour eux. Pourtant, cette crise, qui dure depuis des mois, est due à des facteurs sur lesquels vous n’avez soit aucun levier de court terme (le surinvestissement des années passées lié à la hausse du prix du lait, la révision de la politique européenne) soit aucun droit de commentaire (l’embargo contre la Russie). Monsieur le Ministre, pourquoi ne voulez-vous pas dire aux agriculteurs que la sortie de crise passera pas une combinaison de faillites des exploitations les moins en phase avec le marché, une adaptation des survivants à la demande des consommateurs intermédiaires ou finaux et par la construction d’une agriculture moins sensible au soutien public, autrement dit, par des solutions de marché ? Pourquoi n’expliquez-vous pas aux syndicats agricoles que le nombre d’emplois agricoles ou d’exploitations ne saurait être une fin, mais au mieux un moyen ?

Question au secrétaire d’État aux Droits des femmes, Pascale Boistard
Madame la Ministre, le harcèlement des parisiennes et des franciliennes est une réalité que nul ne nie. La plupart des femmes ont en effet été victimes, à un moment ou à un autre, de gestes et propos déplacés, quand il ne s’agit pas de pire. Dans ce contexte, auriez-vous l’amabilité de fonder vos conclusions sur des études sérieuses et robustes au sens statistique du terme, afin qu’elles ne souffrent pas de critiques sur la méthodologie, telles que rapportées dans l’article « 100% des femmes harcelées dans les transports » ? De plus, on se demande pourquoi les hommes n’agissent pas quand ils voient une femme être agressée. Mais force est de constater que la justice ne protège pas ceux qui s’interposent, comme on peut le voir dans le cas de cet homme condamné à deux mois de prison pour avoir blessé un agresseur lors d’une agression sexuelle ? Madame la Ministre, allez-vous discuter avec votre collègue de la justice afin de revoir les lois sur le droit à l’auto défense ou à l’assistance à autrui ?

Question au ministre des Finances, Michel Sapin
Monsieur le Ministre, en dépit de l’appel du Parti Libéral Démocrate qui enjoignait les parlementaires français à rejeter le plan d’aide inique, à refuser toute aide supplémentaire et à demander le départ temporaire de la Grèce de la zone euro en échange d’un abandon partiel de créance, le plan de Hollande a été validé par le Parlement, afin de « sauver » l’euro. Pouvez-vous nous tenir informés des prochaines étapes ? La Grèce est-elle sauvée, selon vous ?

Question à la ministre des Affaires sociales, de la Santé, Marisol Touraine
Madame la Ministre, il parait que vous rêvez d’une France sans tabac. Même si la prohibition ne marche pas, pourquoi n’appliquez-vous pas la politique anti-cannabis, en rendant le tabac illégal ? Si vous craignez, au vu de l’échec de la politique contre la drogue, qu’une politique de prohibition du tabac ne fonctionne pas, allez-vous débattre du sujet du cannabis avec vos collègues ? Enfin, votre politique est-elle dictée par le fait que le tabac rapporte 16 milliards d’euros de taxes par an ? Dans ce contexte, on comprend qu’il ne faille surtout pas que votre rêve d’une France sans tabac se réalise !

L’été aussi, le gouvernement travaille. Mais pas sûr qu’il le fasse au profit des Français. Surveillez le gouvernement !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Question à la ministre de la santé, madame Marisol Tourraine : madame la ministre, il est d’usage de proposer aux parents d’administrer le BCG, vaccin contre la tuberculose, aux enfants de moins d’un an. Ce vaccin est en rupture de stock en France depuis au-moins 6 mois, et aucune solution au problème ne semble se présenter à court terme. Tout au plus propose-t-on aux parents de s’inscrire sur le site de l’Institut Pasteur pour être informés si des doses de vaccin devaient être à nouveau disponible. Votre ministère est-il informé de la situation ? Quels sont les moyens d’action envisagés pour que cette situation soit écourtée au maximum ?

    • Bien vu ! Mais « tout va bien madame la marquise »

    • Cette situation de pénurie est dû à l’existence d’un tarif réglementé. Elle perdurera, sur ce vaccin ou sur un autre produit de santé dont le tarif est réglementé, tant que l’Etat continuera à réglementer leurs prix.

  • Vous oubliez les coûts de la main d’ œuvre dans les abattoirs, qu’ ils soient français ou allemands ( M.O. pays de l’ est à bas coût ).
    Le Pb principal est la monnaie unique.
    Effectivement, vous ne couvrez que l’ actualité parisienne et française, les clés du pouvoir ne sont plus dans la boîte à gants !

  • MR. LE 1ER- En débat public en Espagne : les affidés de PODEMOS on refuser de condamner la politique d’assassinat, de tabassage et d’emprisonnement du gouvernement Maduro du Vénézuela.
    Allez-vous et votre parti : définitivement vous éloigner de ce groupe de Neo-nazis, antisémites et Feminazis : ou continuer à les soutenir ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

anti-tabac
0
Sauvegarder cet article

Par Bill Wirtz.

Lorsqu'on lui a demandé  combien devrait coûter un paquet de cigarettes afin de réduire la consommation générale du tabac, le candidat à la présidence française, Emmanuel Macron, a répondu : "Je crois que 10 euros est un prix adéquat. Je suis prêt pour ça".

En effet, il semble que les politiciens français ne sont jamais en reste pour déterminer les moyens de réduire le tabagisme, tout en ignorant le fait que l'action législative a de graves conséquences sur le marché.

Interdictions et taxes

En 2008, la Fra... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Molinari

En dixième position dans le classement annuel des États moralisateurs de l’UE, la France multiplie les interdits sur le tabac, l’alimentation et l’alcool.

L’Institut économique Molinari publie la troisième édition[1. Cette étude a été réalisée par Christopher Snowdon. Christopher est Directeur de la division économie des modes de vie à l’Institute of Economic Affairs à Londres. Il est spécialiste des questions réglementaires liées aux modes de vie. Son travail a été réalisé en partenariat avec p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles