Scandale de l’Ina : les privilégiés de la République

Il aura fallu qu’Agnès Saal soit visée par une plainte déposée par l’association Anticor pour que Fleur Pellerin se décide à saisir la justice.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Clergé Noblesse Tiers état (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Scandale de l’Ina : les privilégiés de la République

Publié le 3 juin 2015
- A +

Par Geneviève Frixon.

Clergé Noblesse Tiers état (Image libre de droits)
Clergé Noblesse Tiers état (Image libre de droits)

C’est le moins que l’on puisse dire, l’aspect sacerdotal de la fonction publique est bafoué par l’arrogance de certains énarques. On y voit, comme l’écrivait Alain Etchegoyen, « un sens de l’État qui part en quenouille ! » Le dernier scandale en date, celui de Mme Agnès Saal ex-présidente de l’INA et les révélations sur ses dépenses de taxi avoisinant les 41 000 euros, puis son recasage au ministère de la Culture comme chargée de mission, n’est que l’arbre qui cache une forêt de hauts fonctionnaires, enfants gâtés de l’État comme le rappelait en septembre 2014, Les enquêtes du contribuable.

Tout-puissants et totalement coupés des réalités, les hauts fonctionnaires échappent à tout contrôle. Toutefois, l’association anti-corruption Anticor a décidé de porter plainte contre X « pour détournement de fonds publics et délit de favoritisme » ; elle s’étonne qu’aucune plainte n’ait été déposée par les autorités compétentes.

Agnès Saal n’est pas la seule dans le collimateur d’Anticor, son prédécesseur Mathieu Gallet est également pointé du doigt. Le Canard Enchaîné du 6 mai dernier faisait état, sous sa direction, « de graves irrégularités lors de la passation de plusieurs marchés publics ». Rappelons que l’INA est financé à hauteur de 90 millions d’euros par des fonds publics.

Le Président d’Anticor Jean-Christophe Picard, soulève deux problèmes :

  • le manque de transparence des dirigeants nommés par le pouvoir politique, puisque les recrutés ne le sont plus uniquement sur leurs compétences mais également sur leurs opinions politiques.
  • La défaillance du contrôle de gestion. En effet, selon Le Canard Enchaîné, Mathieu Gallet aurait dépensé 795 000 euros à l’INA pour rémunérer un consultant.

Le Conseil d’administration, censé contrôler la bonne destination de l’argent public, ne semble pas s’émouvoir de ces sommes astronomiques.

Anticor attend donc que la ministre de tutelle, le Conseil d’administration ou le prochain président déposent plainte au nom de l’INA pour qu’il y ait une enquête, et de citer l’article 40 du Code de procédure pénale qui oblige toute autorité informée d’un délit, à saisir le procureur de la République.

Droit commun et droit administratif, deux poids deux mesures dans une France qui cajole sa noblesse d’État, mais asphyxie par une pression fiscale grandissante la France qui se lève tôt !

Note : à l’heure où nous écrivons ces lignes, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a « décidé de saisir la justice » sur la base de l’article 40 du Code de procédure pénale.

Sources :

  • Alain Etchegoyen, La démocratie malade du mensonge
  • Enquêtes du Contribuables « Les enfants gâtés de l’État »
  • Mai 2015 : INA : Anticor dépose plainte pour détournement de fonds publics et favoritisme


Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • révoltant tout ça ; et aprés les zélus s’étonnent de notre dégout à leur égard . il y a de quoi avoir envie de prendre la fourche …..et thévenoud au fait , toujours député ?

  • Je suis patron. J’ai une carte de crédit corporate. Je la donne à mon fils avec le code, ce dernier s’en sert pour payer ses sorties en boite de nuit…. Je vais en taule !

    C’est du pénal.

    « L’abus de biens sociaux est puni de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à 375 000 euros pour le dirigeant. »

    Et si je dis ensuite (comme l’a fait la chère Agnès) « oui en effet c’était inapproprié… je vais rembourser… pardon »…. ça ne change rien à l’affaire : je vais en taule.
    Point !

    Cette affaire est proprement (salement) stupéfiante. Et illustre parfaitement la maladie mentale collective qui frappe ce pays (les gens ne réagissent pas, ne comprennent rien, et les élites en profitent, qui vivent sur une autre planète qui s’appelle « Impunité »).

    En tout cas bravo l’association pour attaquer. Ce qui a en effet contraint le ministre à réagir.

  • cette dame a quand meme des arguments pour sa défense : ses taxis coutent moins cher qu’un second chauffeur.
    on pourrait lui rétorquer , que le premier n’était donc pas nécessaire..

  • Pitoyables petits marquis

    Vivant comme dans l’ancien régime de taille et dîme.

    Placés (sic) par leurs études, corps, amitiés, fraternités

    Quand ils ne sont pas corrompus.

    Pellerin volant, asynchronique, au secours de la victoire : Révélateur (si besoin était encore), ridicule, pitoyable.

    La tête tourne quand on fait la liste de ces petits et grands coquins. La colère croît quand on compare au « Terrain »

    Naturellement « Je suis Charlie »

    • Au moins, sous l’Ancien Régime, les braves gens connaissient l’oligarchie qui les tenaillait. Ce n’est même plus le cas de nos jours…

  • Le problème c’est que « Anticor » est une association type « SOS Racisme » une succursale du PS, ou cachetonnent en emplois fictifs des militants bien rose, qui vivent très bien de la redistribution.

    • anticor n’est pas une association succursale du ps. il se trouve que j’ai bien connu un de ses fondateurs, éric darques, au début des années nonante, quand nous collions ensemble les affiches de colette codaccioni pour la faire élire député.
      il a toujours été d’un esprit indépendant, libéral mettant en cohérence ses idées et sa vie professionnelle, commercial au pourcentage, entrepreneur…
      très loin d’un esprit socialiste.

      • Prenez des gens pour des cons!.
        Une putain d’association de détournement de fonds associatifs pour fournir la gamelle de cachetons pas fictifs et tout roses.

        Le président JEAN-CHRISTOPHE PICARD super son blog sur « médiapart » site bien choisit pour son libéralisme….sic. Avec des articles incontestables de gauchistes?
        Lisez regardez! C’est prouvé!

        Ou 1ere adjointe: Séverine Tessier renvoyée en correctionnelle pour diffamation pour critique d’un élu de droite? Vachement libérale.
        Lisez regardez! C’est prouvé!

        Ou le trésorier Eric Alt ex vice président d’un syndicat vachement libéral « le syndicat de la magistrature » initiateur de la justice rouge murale?
        Lisez regardez! C’est prouvé!

        NathalieTortrat secrétaire parti Ecolo figurant sur des listes d’union PS?

        Elle pue cette association….La dépendance au PS.
        Et ses membres sont des entre-soi, orientés et manipulateurs.

      • Anticor se vantait lors de l’élection de FH d’avoir 2 « marraines » de l’association au GVT : Taubira et Duflot…

        Son véritable rôle est assez bien décrypté ici : http://www.atlantico.fr/decryptage/anticor-quelle-ideologie-anime-veritablement-association-anti-corruption-alain-cohen-dumouchel-545402.html/page/0/1…

        Le fait qu’Anticor « attaque » Saal est sans doute plutôt un coup fourré de FH contre Pellerin… voire contre Gallet. Swimming with sharks…

        Et le véritable scandale, ce n’est pas Saal, c’est l’INA même : 980 collaborateurs, 6 antennes régionales et 130 millions de budget annuel dont + des 3/4 pris dans nos poches. Tout ça pour quoi faire exactement qui ne pourrait être fait par le secteur privé (fondation ou entreprise) ?

        • « Et le véritable scandale, ce n’est pas Saal, c’est l’INA même »

          Vous m’avez devancé. Tous ces millions seraient mieux dans les poches de ceux qui rackent pour ces ordures.

      • Je ne connais pas personnellement anticor mais un ami qui connait plusieurs membres d’anticor m’a dit qu’anticor est politisé à gauche et qu’elle cherche surtout les casseroles de politicards de droite.

  • Les enarques voient l’Etat comme un coffre rempli de pierres précieuses et de pièces d’or, primaire comme dans les contes enfantins….

  • Viva la revolucion !!!

  • Tout le monde s’indigne parce l’argent public est allé à payer des taxis, mais par rapport aux millions que l’INA a mis dans Quaero ou dans la production d’oeuvres remarquablement rentables comme « Moi, Fidel Castro » ou « La saga des immigrés », où est la différence ?

  • Comme dit l’article la France qui se lève tôt qui apporte un peu d’eau au moulin de l’économie.
    Quelle disparité pour un smicard ou un retraité de base de ces sommes si indument dépensées.
    1789 devait être la fin de tout, mais pas pour tous

    • 1789, c’est l’instauration d’une nouvelle monarchie …

      • Absolument ! Les « marchands » ont viré les nobles, non pas parce qu’ils faisaient corps avec « le peuple » mais parce qu’ils voulaient leur place, et la notabilité avec. Ils ont tout eu, quoique la notabilité ne soit pas si évidente que ça si on gratte un peu. Les besogneux se sont fait casser la figure, ont guillotiné quelques porteurs de particules (dont certains n’étaient pas pires avec leurs paysans que certains patrons avec leurs employés, à la même époque ; voire veillaient à leur bien-être dans la mesure des moyens et de la mentalité de l’époque), tout ça pour gaver la bouche grande ouverte des marchands. Ils sont toujours là, ces nuisibles…

  • J’ai toujours eu le sentiment que la Révolution Française de 89 n’avait été qu’une vaste escroquerie.
    En fait, les français n’ont fait que changer les dirigeants.Les nobles par la naissance ont été remplacés par les élus politiques, menteurs et prévaricateurs, et par la Fonction Publique, incompétente et gargantuesque.
    Lers serfs sont devenus les ouvriers ou salariés, taillables et corvéables à merci.
    Le Roi, appelé Président, ne se déplace plus en carrosse mais en avion, en hélicoptère, mais jamais en train ou en métro.
    Les somptueux banquets de la Cour sont remplacés par des repas à l’Elysée à 3 000 euros par tête.
    Et les cuisines du Premier Ministre n’ont rien à lui envier.
    Je n’ose parler de celles de nos sénateurs.
    Bref, tout n’est que novlangue, même et surtout le socialisme.

  • http://www.eric-verhaeghe.fr/agnes-saal-la-republique-des-copains-coquins/

    extrait :
     »
    Je me souviens (lorsque j’organisais des conseils de discipline) avoir vu une fonctionnaire révoquée pour avoir dérobé le temps d’un week-end une somme de 1.000 euros qu’elle a remise dans la caisse le lundi matin. Par peur d’être expulsée de son logement, elle avait cédé à la tentation pour pouvoir payer son loyer.

    Pourquoi un « petit fonctionnaire » se retrouve-t-il au chômage pour des détournements mineurs quand une haute fonctionnaire, qui devrait donner l’exemple, bénéficie d’une mesure de protection pour des sommes équivalentes à 4 années de SMIC?
    « 

    • La petite fonctionnaire qui peine à payer son loyer est la lampiste parfaite, qui « fait exemple » pour le bon peuple qui ne demande que ça. La haute fonctionnaire est « amie des amis des amis du cercle fermé de ceux qui bouffent ce que les autres payent ». Et d’ailleurs, elle n’a pas de problèmes de logement, elle. Vomitif à souhait ! Et celle-là est une petite joueuse à côté des milliards issus du travail des français qui bossent et payent des impôts, dépensés à tort et à travers, pour n’importe quoi, tous les jours, par les profiteurs du régime. Les mêmes qui, en plus, ont la prétention de nous faire la morale !

  • vraiment n’importe quoi !
    Il aura fallu une bonne soufflée sur la Fleur par un vent hollandais pour qu’elle se décide à réagir d’une manière étonnamment disproportionnée eu égard à ses intentions premières (la réintégrer en créant un poste tout particulièrement profilé, puisque auparavant inexistant).
    L’affaire aurait pu, comme bien souvent, se régler en interne (sanction disciplinaire avec exigence de remboursement et pouvant aller jusqu’à la révocation), mais la démesure semblant de mise…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Etatisation santé Etat Chirurgie salle d'opérations (Crédits CG94 photos, licence Creative Commons)
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

Certains médecins, en vous tâtant le pouls, ont une façon de vous prendre par la main qui semble tout de suite vous guider vers un monde meilleur. Paul Masson.

Les révolutions chirurgicales s’accélèrent depuis les greffes d’organes, les sutures automatiques à la fin des années 1960 et la chirurgie télévisée sans bistouri à la fin des années 1980. L’IA et le robot chirurgical annoncent peut-être des temps nouveaux. Pourtant le robot n’est en fait que le prolongement de la main du chirurgien. Il permet d’augmente... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

On peut se demander si les initiatives et réactions des autorités françaises face à la crise du covid en apparence erratiques et contradictoires ne s’inscrivent pas en fait dans un processus de déconstruction progressive de l’essence démocratique de nos institutions et de notre société. Nous assistons de fait à la mise en place d’un autoritarisme étatique et à la fragmentation de la société.

L’atomisation de la société installée par le pouvoir permet de briser l’individu. L’identité est niée avec la déshuma... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Nul ne conteste aujourd’hui que la fonction publique française dysfonctionne. Le diagnostic est fait : pléthorique, intouchable, mal équipée et défaillante. Elle est un monstre d’inefficacité.

Nos hommes politiques s'accordent majoritairement sur ce diagnostic mais baissent les bras devant une réforme d’ampleur difficile à mettre en œuvre.

Fonction publique : état des lieux

Le pays compte 5,526 millions d'agents publics.

Cet effectif a augmenté de 40 % depuis François Mitterrand. On peut lui ajo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles