Principe de précaution : à qui profitent les détecteurs de fumée ?

Il a fallu près de 26 ans au législateur pour rendre obligatoire les détecteurs de fumée dans les logements locatifs. Mais à qui ou à quoi sert exactement ce projet ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
smoke detector credits katy warner licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Principe de précaution : à qui profitent les détecteurs de fumée ?

Publié le 28 mai 2015
- A +

Par Nafy-Nathalie.

smoke detector credits katy warner licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.
smoke detector credits katy warner licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

La problématique DAAF (Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée) est apparue après le dramatique incendie de l’Europe (Belfort 1989), qui a fait 15 morts : persuadée que, si les appartements en avaient été équipés, le bilan aurait été moins lourd, l’« association des familles des victimes de l’incendie de l’Europe » s’est créée avec l’ambition, entre autres, de faire du lobbying auprès de leurs élus pour les rendre obligatoires.

Un petit tour à gauche

À l’époque de l’incendie, Jean-Pierre Chevènement, de sensibilité socialiste, cumulait les fonctions de Maire de Belfort et Ministre de la Défense. Approché par les familles endeuillées et ayant dû gérer directement l’incendie, il n’a dû avoir aucun mal à être convaincu. Il a confié le soin de défendre le projet au député qui l’a remplacé lorsqu’il est entré au gouvernement.

Le projet de loi, défendu par un Ministre, est pourtant retoqué par le Gouvernement avant même d’être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.

Un petit tour à droite

En 2002, Damien Meslot, de sensibilité sarkozyste (UMP), est élu député du Territoire de Belfort.

Le 3 septembre 2005, il se déclare « candidat à la candidature » aux élections municipales de Belfort de 2008. On comprend bien l’intérêt qu’il y avait pour lui et son parti de se saisir d’un projet aussi sensible et de réussir là où son adversaire politique avait échoué afin de remporter une Mairie aussi traditionnellement de gauche.

La conquête de cette municipalité a, en effet, une symbolique importante. Il faut rappeler que Monsieur Chevènement, qui a réussi à la faire sienne pendant très longtemps, était quand même un des cofondateurs du parti socialiste.

C’est dans ce contexte qui ressemble à un combat de coqs que Monsieur Meslot, allié au député Morange, ressort la question des détecteurs de fumées.

La proposition de loi (Morange-Meslot) arrive cette fois à l’assemblée et est adoptée en première lecture le 13 octobre 2005.

Le Sénat la valide en janvier 2007 mais elle est modifiée en 2008 et en deuxième lecture par les deux chambres avant d’être transformée en amendement intégré dans le projet de loi Boutin sur le logement, adopté en février 2009 par le Parlement.

Cependant, on ne s’arrêtera pas là parce que le Conseil Constitutionnel a censuré l’amendement comme constituant un « cavalier législatif », c’est-à-dire dépourvu de lien avec le projet de loi Boutin, ce qui conduira à un retour à la case départ.

Le 13 janvier 2010, le Parlement a adopté, dans le cadre d’une commission mixte paritaire, l’obligation d’équiper l’ensemble des logements de Détecteurs Avertisseurs Autonomes de Fumée (DAAF). Ce texte a finalement été voté par les deux chambres les 23 et 25 janvier 2010. Le 11 janvier 2011, le décret d’application est publié au Journal Officiel.

À l’issue de ce parcours chaotique, l’installation de détecteurs de fumée dans les lieux d’habitation devient donc obligatoire à partir du 8 mars 2015, et ce sont les occupants qui sont tenus de remplir cette obligation avant cette date.

Un nouveau petit tour à gauche

détecteur de fumée hollande rené le honzecLa majorité change à nouveau. Après une série d’incendies en 2013, Madame Duflot se saisit du projet dans le cadre de la loi ALUR (2014). Elle confirme cette obligation en répartissant les obligations : au propriétaire celle de fournir, au locataire celle d’installer.

Madame Duflot n’étant sans doute pas allée assez loin, un décret paru le 4 février 2015 à l’initiative de mesdames Pinel et Royal y remédie. Il précise, contredisant la loi ALUR, que « La responsabilité de l’installation du détecteur de fumée normalisé mentionné à l’article R. 129-12 incombe au propriétaire et la responsabilité de son entretien incombe à l’occupant du logement.».

Malheureusement pour ces dames, une loi étant, en droit français, supérieure à un décret, cette disposition du décret ne sert à rien puisqu’en cas de contradiction la loi s’applique.

À ce stade-là :
– chaque appartement avant le 8 mars 2015 devait être équipé d’un DAAF. Le propriétaire doit fournir l’appareil et le locataire le poser.
– si pour une raison ou une autre, le logement n’a pas été équipé, il doit l’être aux frais entiers du propriétaire (fourniture et pose) après le 8 mars 2015.
Mettre en œuvre cette loi n’est pas si simple. Les organismes sociaux, qui ont un parc immense à équiper, ne sont pas dans les délais et s’accumulent pénurie de détecteurs, scandales autour de détecteurs non conformes, escroqueries à la pause et incapacité pour les entreprises installatrices de satisfaire les demandes.

Un amendement intégré dans le cadre de la loi Macron repousse donc l’installation des détecteurs au 1er janvier 2016 pour tous les propriétaires qui ont acheté ou commandé leur détecteur avant le 8 mars 2015 mais ne l’auraient pas encore posé… Malheureusement, l’adoption de la loi Macron par le Sénat a posé problème. Rien ne dit que les désaccords entre les deux chambres se résoudront rapidement.

En attendant, on se retrouve donc dans un vide juridique avec :
– une obligation d’installer un détecteur fixée au 8 mars.
– une inconnue sur qui, du propriétaire ou du locataire, doit l’installer.

Mais le plus incongru n’est même pas le parcours de la loi, c’est le fait que son non respect n’est assorti d’aucune sanction.

En droit français, une obligation sans sanction n’a aucune valeur. Il se trouve donc que cette loi au parcours sinueux, qui a mobilisé pendant 26 ans les énergies de nos élus… n’a aucune valeur. En substance, ce n’est qu’une « forte incitation à faire ». Soit vous la respectez, soit vous ne la respectez pas.

La désinvolture avec laquelle Monsieur Meslot, à l’origine de la première loi, traite le sujet, interpelle certaines communes ayant en effet financé les DAAF.
Ainsi, à Belfort, la municipalité dont les caisses doivent être bien pleines, va les fournir à ses administrés, pour un coût de 230.000 et 260.000 €, les propriétaires devant les poser, ce qui n’est pas un problème pour Monsieur Meslot. En effet, selon lui, « même posé sur un meuble, cela fonctionne », ce qui est absolument déconseillé.

De façon consternante, celui qui est à l’origine de la loi ne voit donc pas de problème à conseiller aux électeurs de passer outre les normes très précises d’installation de ces détecteurs qu’il a défendus avec tant de vigueur. La question du bénéfice de la loi se pose donc vraiment.

L’idée d’encourager l’équipement des logements en détecteurs n’est pas à remettre en question. Elle devrait simplement relever d’une initiative individuelle. La loi n’avait pas à s’en préoccuper, surtout lorsqu’on voit comment les politiciens se sont saisis du sujet.

En définitive, à qui ou à quoi sert cette loi sur les DAAF, qui n’est en réalité qu’une forte incitation ?

Il semble qu’en France, on déplore chaque année 800 morts et 10 000 sinistrés à la suite d’un incendie. Les statistiques provenant des pays ayant déjà rendu les détecteurs de fumée obligatoires permettent d’envisager une réduction de 50% du nombre de décès, soit 400 vies par an. Si réduire le nombre de victimes est toujours souhaitable, en réponse a été créé un marché du détecteur qui se chiffrera entre 600 et 900 millions d’euros et sans doute davantage si l’idée d’équiper les logements de plusieurs détecteurs fait son chemin.

Parallèlement, une diminution non négligeable du risque incendie, particulièrement coûteux pour les assureurs les inciterait à baisser de 5 à 10% leurs primes pour les logements équipés d’un DAAF.

Cette affaire me laisse pensive sur le fonctionnement de nos institutions. Les Français sont ouverts à la notion de risque et du principe de précaution. Ils le montrent tous les jours par leurs choix volontaires. Ainsi par exemple la quasi-totalité des propriétaires souscrivent une assurance habitation alors qu’ils n’en ont pas l’obligation mais parce qu’elle leur est fortement recommandée et qu’ils en comprennent les raisons.

Un DAAF coûte 15 euros, ce qui est loin d’être excessif. Le dialogue avec les citoyens dans le cadre d’une campagne incitative aurait certainement eu le même résultat que 26 ans de procédure législative tout en ayant un coût nul pour les municipalités qui les ont financés.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • on se demandera longtemps pourquoi un gouvernement s’occupe de ce genre de détail et que jamais les compagnies d’assurances n’ont imposé le détecteur de fumée comme elles imposent une serrure à une porte !

  • Il faut rendre obligatoire tout ce qui est bien, et interdire tout ce qui est mal !

  • Une réduction du risque incendie qui inciterait les assureurs à baisser leurs tarifs de 5 à 10% ?
    Si c’était vrai, on aurait effectivement pu y penser avant et plutôt que de faire une loi, mais les DAAFs ne réduisent pas le risque incendie, ils réduisent le risque de mourir dans l’incendie et de ne plus être là pour réclamer son indemnisation à l’assureur. C’est donc un argument du même ordre que la loi, renonçant à faire appel au bon sens des citoyens et préférant jouer de la carotte et du bâton pour mieux les habituer à la paresse intellectuelle.

  • La plupart des lois attendent les décrets d’applications, aux mains d’une administration hors sol et des lobbys en tout genre.

    Rappelez vous Hadopi ? toutes les hypocrisies des lois sociétales…

    Vu l’amateurisme et la désinvolture de nos représentants, je milite sans état d’âme pour le tirage au sort bien plus juste et représentatif… et probablement plus efficace.

  • Il est évident qu’il y a collu$ion à quelque part, un poignée de mort par an et on sort les épouvantails, de plus l’américium contenu dans ses petites boites n,est pas aussi inoffensif qu’on veut bien nous le faire croire, on en reparlera sûrement dans 20ans avec les cancers du poumon qui vont exploser

  • Nos génies omniscients Qu’ils soient de « droite » ou de « gauche » ont toujours de bonnes idées bien foireuses.
    Sous un certain Bismuth: premier c’était les alcootest obligatoires dans les voitures: bénéficiaire ?
    Sous Mollusque premier ce seront les détecteurs de fumée: bénéficiaire ?
    J’ai des idées en pagaille à suggérer à ces énarques:
    – équipement anti glisse des escaliers, interdiction de cirer les marches en bois,
    – une alerte électronique dans les baignoires pour éviter les noyades
    – interdiction de faire bouillir de l’eau: risque de brûlures
    – interdiction de l’eau de javel qui émet du chlore (le même qu’utiliserait Bachar)
    etc …etc …etc …
    La seule limite est de savoir quel sera le bénéficiaire de ces décisions …

    • Vous avez « presque » raison.
      Pour ce qui est du bain, il faut rendre la brassière obligatoire lorsque l’on prend un bain, c’est plus « vert ».
      Elle doit rester optionnelle lorsque l’on prend une douche…
      Dommage que le ridicule ne tue pas, j’aimerais bien voir la législation que nos zélites pondraient!

  • « …son non respect n’est assorti d’aucune sanction. »
    Quid d’un refus d’indemnisation par l’assurance en cas d’incendie, sans qu’un détecteur ait été installé?
    Mais pour toute réponse!

    • Trop difficile à implémenter dans la pratique, sinon vous pensez bien que ce serait dans la loi : les assureurs auraient obligation de vérifier avant chaque incendie (après, les preuves auront disparu…) que les détecteurs sont présents en état de marche et en nombre suffisant. Idée géniale due à l’origine au fusilier Cancrelat, compagnon du sapeur Camember, et devenu capitaine des pompiers de Lantenot…

    • Nafy-Nathalie Diop
      28 mai 2015 at 14 h 49 min

      Le gouvernement a été très clair.
      En cas d’incendie, les assureurs ne pourront pas refuser d’indemniser s’il n’y a pas de détecteur.

      • Oui certes, mais si il y a un sinistre chez un locataire et qu’il y a des victimes, je le vois bien porter plainte contre le propriétaire pour perte de chance, obligation de moyen.. ou que sais-je (suis pas avocat).

          • Je parle du locataire, pas de l’assureur.

            • Nafy-Nathalie Diop
              30 mai 2015 at 13 h 46 min

              Lu trop vite …
              Bien on ne peut pas empêcher les procès.
              Ceci dit, le propriétaire a l’obligation de fournir et tous les nouveaux logements mis en location doivent être équipés depuis le 8 mars.
              Si le propriétaire failli à cette obligation, il risque d’être tenu responsable en partie de l’aggravation, pas de l’origine. Quid de son assurance RC dans ce cas ?
              Maintenant, si c’est un problème d’entretien … à priori le locataire reste responsable.
              Bref ! L’évolution de la jurisprudence est à suivre …

  • parmi tous mes locataires, un seul m’a demandé au début de l’année ce que je comptais faire avec ces détecteurs de fumée. je lui avais répondu que j’allais en acheter et les installer moi même.
    finalement, quand j’ai vu qu’il n’y avait pas de sanction si on ne les mettait pas, je n’en n’ai pas acheté. mais ce locataire, qui a bien vu que le délai était dépassé, ne m’a jamais rien redemandé à ce sujet.
    en réalité, ce détecteur n’intéresse pas grand monde, tout le monde s’en fout.

    chez moi à la maison, je n’en n’ai pas non plus.

  • Cette histoire de loi mal fagotée est conceptuellement lié à un état trop interventionniste et clientéliste.
    Et pourtant, les risques d’incendie sont là, même s’ils ne sont pas inéluctables, plutôt sournois :
    – les plaques à induction –> une marmite posée + votre chat et ses coussins qui déclenche une cuisson
    – les appareils électriques, laissés allumés, –> certains constituants « explosent » littéralement (batterie)
    – les feux de cheminées –> un classique ! il suffit de regarder la couleur de la fumée (blanche, incendie dans 2 ans si pas de ramonage en cours d’hiver).

    Plutôt qu’informer et laisser agir, le législateur est une mouche du coche !

  • Cette histoire est symptomatique du délire législatif typiquement français. On légifère sur tout et n’importe quoi comme si la loi était le seul moyen d’agir sur les comportements.

  • Les DAAF ne font pas forcément baisser la facture pour les assureurs, bien au contraire peut être serait il même possible de penser!
    En effet un DAAF n’empêche pas l’incendie, ni son déclenchement, ni sa propagation. Sa fonction est uniquement d’avertir (réveiller) les occupants afin qu’ils ne meurent pas asphyxié dans leur sommeil.
    Pas sûr qu’un assuré mort coute moins cher … le mort ne se plaindra de l’indemnisation, au mieux ses ayants droits.
    D’une manière marginale on peut penser que peut être des occupants éveillés et avertis plus tôt et équipé d’extincteur pourraient arrêter un feu naissant avant qu’il ne se propage et créé plus de dégats.

  • Ah bon, il fallait installer un détecteur ? 😉

    • Oui, de préférence au-dessus du clavier de votre ordinateur pour que la caméra intégrée repère bien sur quelles touches vous tapez.

  • Une norme, une obligation, un chiffre d’affaire évalué à plusieurs millions d’euros: un P.I.B. en croissance…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

La peur du risque est devenue une arme de destruction massive de nos sociétés. Il suffit de s'intéresser aux médias ou d’écouter le personnel politique pour entendre, lire ou voir du catastrophisme. Qu’il s’agisse de la crise sanitaire, de la crise environnementale, des problèmes sociétaux ou de la place de la France ou des pays occidentaux dans le monde, on nous répète à longueur de temps que tout s’effondre.

L’optimisme semble avoir disparu pour laisser place à un pessimisme et un catastrophisme ambiant ... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

Souvenez-vous, c'était au printemps. Les pharmaciens n’avaient pas le droit de vendre des masques. Pire, ceux qui ne respectaient pas cette interdiction pouvaient s’exposer à six mois de prison et à 10 000 euros d’amende. Le 20 mars 2020, à Annecy, le gérant d’une officine pharmaceutique a ainsi été poursuivi pour avoir vendu 230 masques à prix coûtant et avoir simplement fait ce qu’il estimait relever de son devoir.

Aujourd’hui, le port du masque en extérieur p... Poursuivre la lecture

les déserts médicaux
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

La crise de la santé ne finit pas de rebondir comme en témoigne le report de plus en plus nombreux des interventions chirurgicales.

Un État autiste

Quatre lois en moins de 20 ans nous ont amenés au bord de l'abîme. La loi dite loi Kouchner de 2002 relative aux droits des malades a fait des patients des consommateurs de soins ayant tous les droits et les soignants seulement des devoirs.

Les lois suivantes ont aggravé la situation car l’État en position d’arbitre est partial. Ses acteurs ne pensent qu’à un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles