Le parti conservateur britannique, un exemple pour l’UMP ?

Analyse de cette machine de guerre électorale renouvelée par David Cameron et qui inspire aujourd’hui l’UMP dans sa refondation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Cameron (Crédits : UK Home Office, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le parti conservateur britannique, un exemple pour l’UMP ?

Publié le 7 mai 2015
- A +

Par Jan Bediat.
Un article de Trop Libre.

David Cameron (Crédits : UK Home Office, licence Creative Commons)
David Cameron en 2010 (Crédits : UK Home Office, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

En 2010, deux éléments majeurs ont permis à David Cameron de s’imposer : la modernisation de l’image et de la doctrine conservatrice grâce à un recentrage sur les classes moyennes, mais aussi et surtout un parti décentralisé au service de la victoire aux élections législatives. Analyse de cette machine de guerre qui inspire aujourd’hui l’UMP dans sa refondation.

Professionnaliser le parti et faire du siège un lieu incontournable

Depuis un certain nombre d’années, le parti des Tories se professionnalise. Le siège national est organisé autour d’une année de permanents ayant pour objectif de coordonner les trois branches du parti (professionnelle, bénévole et parlementaire) et les sections locales pour gagner les législatives. 1

Au sein du siège national, c’est le Conservative Campaign Headquarters qui structure la campagne. Il coordonne les différents départements du parti. L’un des plus importants est celui de la recherche : il est chargé de réaliser le programme en partenariat avec les think-tanks et les associations de la société civile. Surtout, il offre à des jeunes diplômés la possibilité de faire leurs armes : c’est une rampe de lancement pour prendre des responsabilités au sein du parti.

Cibler toujours plus précisément les électeurs à convaincre

La professionnalisation s’illustre également par le tournant de la communication qu’opère le parti sous l’ère Cameron. Les spin-doctors et les permanents sont de plus en plus recrutés dans le monde de la communication, du marketing et de la publicité2. Le parti conservateur investit également les médias, comme la télévision avec le premier débat réalisé entre les différents leaders des partis en 2010 ; et s’associe dans des relations de proximité avec des quotidiens comme The Sun. Le parti a aussi été le premier à investir Internet par le développement de blogs « indépendants »3 : un réseau de campagne en ligne MyConservatives.com a été créé, tout comme WebCameron sur le site officiel du parti ; des centaines de milliers de mails ont été envoyés à des électeurs potentiels ; des applications ont été créées pour fournir des argumentaires « anti-travaillistes » aux candidats conservateurs et pour appeler les militants à faire voter conservateur lors des élections.

Cette professionnalisation du parti est aussi marquée par le développement d’une nouvelle stratégie de campagne, qui consiste à analyser la carte électorale de façon plus subtile. Elle permet au siège national d’envoyer ses militants vers les circonscriptions susceptibles de faire basculer l’élection, délaissant ainsi celles que le siège juge perdues. Par ailleurs, le porte-à-porte est affiné afin de convaincre en particulier les électeurs indécis. Ces techniques, en partie utilisées par le PS en 2012, devraient arriver à droite, en France pour les élections régionales de décembre 2015, notamment en Ile-de-France sous l’impulsion de Valérie Pécresse.

Décentraliser le parti pour s’appuyer sur une armée de militants 

Les militants s’engagent au sein de sections locales tournées vers la conquête des circonscriptions. Chacune est autonome et s’organise d’elle-même pour choisir ses candidats, rédiger et imprimer ses tracts et gérer ses fichiers d’adhérents. L’exécutif de chaque circonscription est composé des représentants de tous les quartiers électoraux.  Certaines circonscriptions se sont même regroupées au niveau régional pour augmenter leurs moyens. Dotées d’une grande autonomie pour s’adapter aux réalités locales, les circonscriptions se réunissent deux fois par an au sein de la Convention Nationale des sections locales. Cela leur permet d’avoir un réel poids au sein du bureau politique et dans la détermination de la stratégie électorale. C’est ainsi que le président de la convention nationale est aussi le vice-président du parti. Toutefois, le Bureau national s’immisce de plus en plus dans leurs actions en déterminant des objectifs de nombre d’adhérents, de fonds collectés, et de degré d’activité militante. Lorsque les sections sont défaillantes, le siège national y dépêche ses responsables. Ce système devrait être importé quasiment à l’identique par Nicolas Sarkozy pour atteindre les 500 000 militants « républicains » d’ici 2017.

L’usage des nouvelles technologies pour rapprocher les cadres et les militants 

Si les militants ont une place importante au niveau local, ils sont régulièrement consultés au niveau national : des référendums sont organisés ; les militants choisissent leurs candidats au niveau des circonscriptions et leur leader au niveau national ; le Creative Policy Forum leur permet même de s’exprimer et de participer aux décisions du bureau politique ! En outre, les délibérations de militants au sein des sections locales sont remontées vers le département de la recherche au siège par le CPF : les dirigeants des principaux groupes de travail thématiques reçoivent ainsi des synthèses des discussions des militants, ce qui leur permet de prendre le pouls de leur permanence. Là encore, les leaders de la droite française devraient sous peu adopter ces outils, avec l’exemple de l’application de référendum en ligne « Direct Citoyens ».

Mobiliser toutes les composantes du parti

L’organisation de la section exécutive du parti est faite pour mobiliser toutes les composantes et notamment les trois branches (professionnelle, bénévole et parlementaire). C’est leur représentation au sein du bureau politique qui permet au chef de parti d’asseoir son autorité. Cette diversité permet à un groupe restreint de membres nommés de diriger le parti.4

Outre la doctrine, c’est donc la professionnalisation, la décentralisation et la représentativité des instances dirigeantes du parti qui ont assuré la victoire du camp conservateur en 2010. Si le parti conservateur a gagné, c’est qu’il était en avance sur tous les plans par rapport au parti travailliste. Pas étonnant dès lors que les ingrédients de son succès soient largement importés par la droite française.

Sur le web

  1. Ce recrutement actif de permanents se fait au dépend des cadres régionaux. Le nombre de permanents a augmenté de 72% entre 1964 et 1998 au sein du siège national, et que le nombre de cadres régionaux et d’agents de sections locales a diminué de 62% sur la même période.
  2. Rappelons que sur les 9 millions de livres dépensés par l’ensemble des partis dans le domaine de la publicité, 7,5 millions ont été dépensés par le parti conservateur.
  3. Conservative Home, Blue Blog, TrueBlueBlog, ToryBear,…etc
  4. On peut rappeler les compétences élargies du bureau politique : gestion et administration du parti, organisation du congrès annuel, gestion des adhésions, sélection des candidats, collecte de fonds. 
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • J’aimerais surtout qu’ils importent leurs politiques une fois au pouvoir, pas juste l’organisation ^^

  • Les conservateurs britanniques ne sont pas des gauchistes liberticides. Cela pourrai être un bon début de réflexion pour l’UMP ?

    Même les travaillistes sont moins gauchistes que les umpistes.

    « Il n’y a pas de politique économique de droite ou de gauche, il y a des politiques économiques qui marchent et d’autres qui ne marchent pas. » Tony Blair.

    • Si j’avais à faire une comparaison, l’UMP ressemble plutôt au Labour tandis que le PS ressemblent à ce que les travaillistes appellent ironiquement The Old Labour, les vieux du parti d’avant Maggie Thatcher.
      Il fut une époque dont je me souviens fort bien où le RPR aurait volontiers troqué son Chirac contre Tony Blair 🙂

    • Le parti mongaullien répudiant le communisme n’est pas pour demain.

  • Il y a encore une semaine dans la plupart des merdias, on entendait « Les élections au Royaume-uni de dimanche prochain »..
    On sait désormais que la plupart des journalistes n’ont fait aucune école pour cela : et on comprend que pour se rattacher à leur poste très rémunérateur et « exempteur » d’impôts, ils se mettent à Gauche. Et nous lancent leur ignorance crasse.
    Une élection ne peut-être que le dimanche..

    Et le Labour avait gagné les élections largement (rembobinez vos chaînes de désinformation ! C’est pathétique, de voir cette désinformation à l’oeuvre)-

    Et pour ces ignorants le président d’Espagne Mr. Rajoy, restera pour toujours un premier ministre.

    • Bah, président du gouvernement, ce qui correspond à premier ministre, pas à « président » (de la république ou du pays ou de… )

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Christian Michel.

Il ne faut pas réveiller les démons assoupis. Si ce n’est pas un proverbe africain, c’est un sage précepte. Le Premier ministre David Cameron aurait dû le suivre en 2016. Aucune pétition nationale, aucune manifestation populaire ne réclamait un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne. S’il eut lieu, la cause est bassement politicienne. Un petit part anti-européen rognait l’électorat du Parti conservateur, menaçant dans un scrutin de circonscription uninominal à un tour de lui faire perdre... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Pourquoi s’intéresser à Jeremy Corbyn ? Selon les sondages les plus récents sur les intentions de vote en vue des élections législatives du 12 décembre prochain au Royaume-Uni, les troisièmes en quatre ans, le Parti travailliste britannique (Labour Party) qu’il dirige depuis septembre 2015 est distancé par le Parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson d’une bonne dizaine de points :

Si cette tendance se confirmait et débouchait sur une majorité absolue en sièges pour les Conservateurs, Boris Jo... Poursuivre la lecture

brexit liberté expression internet
0
Sauvegarder cet article

Par Bruno Pineau-Valencienne.

En annonçant la tenue d’un référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne pour mieux ressouder son propre parti, David Cameron ne se doutait guère que son coup de poker déboucherait sur une catastrophe politique et morale, aboutissant au possible démantèlement du Royaume-Uni tout en favorisant l’accession aux affaires d’une clique d’opportunistes avides de pouvoir et prêts aux pires mensonges pour parvenir ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles