Oubliez le passé, seul l’avenir compte !

temps stress productivité (domaine public)

Mieux vaut rebondir vers le succès que de se retourner en arrière à ressasser un désastre financier ou une blessure d’amour propre.

Par Alain Goetzmann

temps stress productivité (domaine public)

Qui n’a jamais dit : « Nous avons trop investi dans ce projet ; maintenant, il va falloir aller jusqu’au bout » ou encore « Nous avons beaucoup trop perdu pour continuer ». Comme si le fait d’avoir beaucoup investi ou perdu faisait partie des paramètres pertinents susceptibles de concourir à une prise de décision sur la poursuite ou non d’un programme.

Les anglo-saxons, beaucoup plus pragmatiques que nous, savent prendre leurs pertes dès qu’elles leur apparaissent comme inéluctables. D’ailleurs, un de leurs bons mots, sur le plan financier, résume cette attitude en une formule lapidaire : « Un investissement à long terme est un investissement à court terme qui a raté ».

Le passé ne doit jamais intervenir dans une décision. Il n’est jamais porteur que d’une expérience et d’une connaissance qui permettent d’éclairer la probabilité des comportements pour l’avenir, ce que Nicolas Machiavel traduisait ainsi : « C’est parce que les hommes sont toujours les hommes que la connaissance du passé donne les clés de l’avenir ».

Quoiqu’on ait fait, quelles qu’aient été les dépenses engagées, quand un programme donne des signes de faiblesses et n’apparait pas devoir être en mesure de délivrer ses promesses, il faut avoir le courage de considérer ce qui a été réalisé jusque-là comme une non-valeur. Cette attitude allège d’ailleurs, considérablement, le poids des décisions à prendre.

Hollande présidentielle - René Le Honzec - Contrepoints432De la même façon, vouloir se venger d’un affront est parfaitement vain. Pardonnez, oubliez et allez de l’avant. La colère ou le ressentiment, pour légitime qu’ils soient, vous font perdre une énergie précieuse qui pourrait être utilisée dans un but bien plus positif. En oubliant, vous revenez dans le présent, « La vieille philosophie de l’œil pour l’œil n’a jamais fait que des aveugles » disait Gandhi.

En résumé, le choix ne se pose véritablement qu’en ces termes : vouloir avoir raison ou réussir ! Il est de loin préférable de traiter comme non-valeur des dépenses matérielles et pour quantité négligeable d’éventuels manquements à votre égard.

Mieux vaut rebondir vers le succès que de se retourner en arrière à ressasser un désastre financier ou une blessure d’amour propre. Cela n’apporte rien, le passé ne pouvant être changé. Seul l’avenir compte et le présent est là pour le construire.

Une décision ne se structure qu’en fonction des éléments à disposition dans le présent et d’une approche la plus réaliste possible des probabilités du futur. Le passé ne compte jamais.