L’échec de Google Glass ou la déchéance du « cool »

Pourquoi les Google glass sont-elles devenues passées de mode ?

Par Charles Bwele.

glassmakesfriends credits Ted Eytan (CC BY-SA 2.0)
glassmakesfriends credits Ted Eytan (CC BY-SA 2.0)

 

La conception d’un produit cool relève plus d’un art que d’une science. Apple l’a démontré à plusieurs reprises dès les débuts du iPhone et a fait des émules chez Google qui a de facto développé et distribué efficacement Android mais n’a pas su insuffler le cool à Google Glass…

Tout le monde a vu ces fameuses lunettes Web sur le nez des mannequins, des créateurs de mode et des geeks influents… pendant que Samsung, Apple et Microsoft matraquaient des publicités de leurs derniers joujoux dans la presse, la télévision, les rues et la page d’accueil de Facebook. Pas à pas, la stratégie marketing de Google Glass privilégiant les relations publiques au détriment de la publicité est devenue élitiste et donc très peu commerciale.

Google Glass a sérieusement pâti de la menace éventuelle qu’il constituait pour la vie privée dans la sphère réelle. L’internaute ou le mobinaute qui fournit déjà quotidiennement son big data personnel au Web social doit également vivre avec l’idée d’être constamment filmé et enregistré par une ou plusieurs micro-caméras au travail, dans les transports, au bar/restaurant, à la maison, etc. Lors de keynotes Apple savamment mises en scène, Steve Jobs et Tim Cooks expliquaient régulièrement pourquoi leurs derniers bébés étaient cool. Sergey Brin & Larry Page n’ont pas fait assez pour séduire et convaincre le public de la sorte, notamment face aux campagnes et aux pétitions anti-Google Glass.

Quelques heures avant la sortie du dernier iPhone ou du dernier Galaxy, les boutiques Apple, Samsung et les distributeurs partenaires sont pris d’assaut par des hordes de joyeux « zombinautes » en quête du Graal. Rien de tel avec Google Glass : la firme de Mountain View n’a jamais publié une date fatidique de sortie. Les Google Stores n’existent pas. Les vendeurs agréés Google non plus. Peu à peu, le public plus ou moins visé (lequel ?) s’est lassé et est passé à autre chose.

Last but not least : Google Glass coûtait 1400 € / 1500 $ (pour les « initiés » qui savaient comment l’acquérir !) soit quasiment deux à trois fois plus cher qu’un iPhone/iPad ou un Samsung Galaxy/Tab. Pourquoi le geek qui attend désespérément une killer app potentiellement disruptive paierait aussi cher un produit inaccessible en constante version bêta ?

Malgré leur charme « techno », ces lunettes Web ne révolutionnaient pas grand-chose (comme le firent l’iPhone dans la téléphonie et l’Ipad dans l’informatique) mais portaient le statu quo sur le nez de l’utilisateur. Toutefois, Google Glass a été une étape marquante dans la conception « d’applications légères » de réalité augmentée (reconnaissance faciale, détection d’émotions, activités sportives, tir assisté de précision, etc.) et réunit maintes caractéristiques qui seront réutilisées ou dérivées dans des concepts plus innovants. 

Sur le web