Canada : la bourse du carbone, une taxe déguisée

La bourse du carbone, une création européenne, est en voie de s’établir en Amérique du Nord. Quoiqu’en disent les politiciens et les écolos, ce système est une taxe déguisée et un permis de polluer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : la bourse du carbone, une taxe déguisée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 avril 2015
- A +

Par Serge Rouleau.

sans titre credits kathryn Denman (CC BY-NC 2.0)
sans titre credits kathryn Denman (CC BY-NC 2.0)

 

Autrefois, les pouvoirs politiques s’associaient au pouvoir religieux pour mieux contrôler les populations. Aujourd’hui, ils s’associent au pouvoir écologiste dans le même but. Il existe une multitude de groupes écologistes instrumentalisés pour soutenir les thèses du réchauffement climatique tel que développées par le Vatican de l’écologie, le GIEC. Grâce aux subventions gouvernementales et à de nombreuses autres sources de financement plus ou moins transparentes, ces lobbys ont acquis un pouvoir disproportionné, outrageusement amplifié par des médias complaisants.

La semaine dernière, le gouvernement québécois a invité les provinces canadiennes à une grand-messe écologique. À cette occasion, l’Ontario, la plus grande province canadienne, près de 40% de l’économie, a annoncé qu’elle participerait à la bourse du carbone créée par le Québec et la Californie au début de 2015.

Les gouvernements qui participent à la bourse du carbone imposent aux entreprises une limite maximale d’émission de dioxyde de carbone (CO2). Celles qui excèdent la limite imposée doivent acheter des droits d’émissions, ou plus exactement des droits de polluer, au gouvernement ou à une autre entreprise qui possède un surplus de crédits. La bourse du carbone, une création européenne en voie de s’établir en Amérique du Nord, a pour objectif de faciliter la vente et l’achat des droits de polluer par les entreprises assujetties au régime de plafonnement et d’échange de crédits de carbone.

Quoiqu’en disent les politiciens et les écolos, ce système n’est rien d’autre qu’une taxe déguisée et un permis de polluer.

C’est le premier janvier 2015 que la bourse du carbone nord-américaine vit le jour. Sous un prétexte populiste, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les gouvernements imposent aux entreprises un régime de plafonnement et d’échange de crédits de carbone qui nuira à l’économie du Canada et plus particulièrement à celle du Québec. À l’intérieur de la zone de l’accord de libre-échange nord-américain, incluant le Canada, les États-Unis et le Mexique, seulement le Québec, l’Ontario et la Californie adhèrent à la bourse du carbone. Ainsi, la très grande majorité de nos échanges commerciaux se font avec des États et des provinces qui n’adhèrent pas à la bourse du carbone. Dans un contexte de libre marché nord-américain, nos entreprises sont donc grandement désavantagées par rapport à leurs concurrents.

Selon l’économiste Youri Chassin de l’IEDM, le prix de l’essence au Québec a augmenté entre 3,57¢ et 4,55¢ le litre dû uniquement à cette nouvelle taxe. Déjà que l’essence consommée au Québec est la plus taxée en Amérique du Nord, il était indécent d’en rajouter.

Toujours selon Youri Chassin, d’ici 2020, ce sont plus de 2,4 milliards de dollars que les entreprises québécoises devront débourser pour acheter des droits de polluer. Les entreprises devront ajuster leurs prix en conséquence. C’est plus de 300 $ par Québécois ou 1 200 $ par famille.

Cette taxe régressive pénalisera en premier lieu les plus pauvres de la société. Si 1 000 $ c’est bien peu pour celui ou celle qui gagne 100 000 $, c’est une tout autre histoire pour ceux et celles qui travaillent au salaire minimum ou vivent de l’assistance sociale.

Comme si cela n’était pas suffisant, cette nouvelle taxe nuira à la compétitivité de nos entreprises. Les entreprises du Québec et du Canada doivent concurrencer les entreprises américaines et mexicaines. Ces dernières profitent déjà d’un avantage considérable au niveau des coûts des énergies fossiles. La taxe carbone ne fera qu’empirer les choses. Certaines devront fermer, d’autres déménageront sous des cieux plus cléments. Enfin, certaines, qui auraient considéré le Québec et le Canada pour investir et créer des emplois, opteront pour un état américain ou mexicain.

Bien sûr, nos génies politiques profiteront de la situation pour intervenir davantage dans l’économie. Ils bonifieront les programmes d’aide existants et en créeront de nouveaux pour compenser le coût élevé des énergies fossiles. C’est le cas type du politicien qui crée un problème et ensuite promet de le résoudre. Mais à la fin, c’est toujours le même contribuable/consommateur qui paie et s’appauvrit.

Les écologistes argumentent que les entreprises que nous perdrons à cause de la taxe du carbone seront favorablement remplacées par des entreprises de l’économie verte.

Je ne doute pas que l’économie verte créera un certain nombre d’emplois. Mais les bons emplois seront créés par les entreprises qui œuvrent dans le domaine. Au mieux, la bourse du carbone n’y changera rien, au pire, elle nuira à certaines entreprises au profit de celles qui auront su obtenir les faveurs des écologistes et des politiciens.

La taxe carbone ne constitue pas un apport additionnel de ressources dans l’économie. Elle ne fait que redistribuer l’argent des entreprises énergivores aux entreprises œuvrant dans le domaine des énergies vertes. Les emplois créés par l’interventionnisme gouvernemental seront créés au détriment des emplois dans d’autres entreprises. Au mieux, les emplois seront déplacés de A à B. Au pire, ces emplois ne survivront que dans la mesure où ils seront grassement subventionnés et donc voués à disparaître à plus ou moins court terme.

Il y a plus de 150 ans, Bastiat dénonçait ce phénomène dans le pamphlet intitulé Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Les écrits de Bastiat sont toujours d’actualité. Ils devraient être une lecture obligatoire pour qui veut siéger à l’Assemblée nationale.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Remarquez que personne n’a parlé de baisser d’autres taxes pour compenser.
    Dire que la presse à publié un texte niant le fait qu’il s’agit d’une taxe.

  • C’est comme si le gouvernement vendais des permis de tuer à la mafia.

    Les banques vont s’enrichir. La World company va s’acheter une image. Et le consommateur l’aura profondément dans le luc…

  • Il me semblait que le concept de bourse carbone avait été développé à l’origine par Maurice Strong et Al Gore, ce dernier donnant naissance à la bourse carbone de Chicago dès 2003, non?

    • Le système d’échange (emission trading, plus tard appelé cap-and-trade) a été mis au point par l’administration Reagan.

  • Un œil sur Wiki (et encore, l’article wiki est très superficiel) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bourse_du_carbone permet de mieux situer les enjeux.

    La bourse du carbone est d’abord et avant tout un impôt privé ! pour la première fois dans des systèmes démocratiques, des entreprises privées vont prélever de l’argent des citoyens (in fine), aux USA, le grand ordonnateur est Goldman Sachs, GS pour qui il est légitime de dire qu’il est à l’origine du délirium climatique.

    En europe, le marché du carbone a donné lieu a une fantastique arnaque qui aura couté la bagatelle de 5 milliards d’euros aux contribuables (!) http://www.dailymotion.com/video/x2gb01l

    L’émergence de ces marchés permet maintenant de désigner les réels bénéficiaires du délirium climatique, les états n’ayant été que des courroies de transmissions. Les sommes en jeu sont colossales, après quelques ratés, le processus est lancé planétairement, le marché du carbone c’est de l’argent sur de l’argent, autant dire du vent, la source étant les citoyens de tous les états de la planète.

    Ce n’est pas une « taxe déguisée », c’est très clairement un impôt privé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles