La question environnementale en URSS : productivisme et bureaucratie

Quel est le rôle de la bureaucratie dans l’échec soviétique de préservation de l’environnement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La question environnementale en URSS : productivisme et bureaucratie

Publié le 17 avril 2015
- A +

Par Thomas A. Harbor.

USSR -happy march credits John Vaughan (CC BY-NC-SA 2.0)
USSR -happy march credits John Vaughan (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Le Gosplan a décrété dès 1921 que l’augmentation des forces productives était la principale priorité de l’Union soviétique. Il apparaît dans ce cadre précis qu’économie et écologie semblent s’opposer très clairement. Lorsque l’Union soviétique réunit le « Premier Symposium international de la protection de la nature des pays socialistes » en 1957, le terme d’écologie politique1 vient d’être inventé par un des fondateurs de la Société du Mont Pèlerin, Bertrand de Jouvenel, dont l’importance de l’œuvre en matière d’écologie est désormais réévaluée2.

 Un productivisme exacerbé

Marie Mendras3 notait en 1982 que la protection de l’environnement est en général sacrifiée au profit des performances économiques en URSS. Elle mettait en exergue le fait que les progrès sociaux souffrent d’une démarche extrêmement productiviste. L’Union soviétique a en effet choisi comme objectif prioritaire l’augmentation de ses forces productives. À tel point que l’on parle d’éco-centrisme ou d’économisme4 pour désigner la doctrine léniniste.

La ligne favorable à l’industrialisation se renforce avec Staline et le Gidroproekt, politique tournée vers la production quantitative et l’industrialisation à outrance, à tel point que l’on parle d’une « religion de la croissance »5 en URSS. La doctrine du stakhanovisme, sorte d’utilitarisme patriotique exacerbé, en a été une expression très aboutie. Malgré les inflexions positives qu’avait laissé espérer le Symposium de 1957, la mystique khrouchtchévienne du dépassement du Plan a eu des conséquences désastreuses sur l’environnement. Ce productivisme est aggravé par les déséquilibres sectoriels causés par la politique économique planifiée, au profit d’industries lourdes polluantes.

Une partie des opposants à la doctrine soviétique vis-à-vis de l’environnement vient de son propre camp. La critique que fait le mouvement écosocialiste du socialisme est à cet égard instructive. L’écosocialisme constate la lacune du marxisme en matière d’écologie et prône en conséquence un socialisme écologique. Michel Löwy critique en cela le mouvement ouvrier parce qu’il est, selon lui, « encore profondément marqué par l’idéologie du progrès et du productivisme »6.

Pour en revenir au marxisme, le fait que Marx et Engels voient dans le développement l’unique vecteur de progrès a été critiqué avec l’arrivée de considérations plus subjectives sur la notion de progrès. L’écosocialisme se revendique clairement d’une « émancipation socialiste débarrassée des horreurs du Stalinisme »7.

Une vision essentiellement bureaucratique

Comme le souligne Marie-Hélène Mandrillon8, les premières alertes concernant l’état de l’environnement sont venues de l’intérieur du système soviétique. Dans les années 1950, des scientifiques et des planificateurs se sont saisis de cette question, mais leur influence est restée limitée. Le réflexe bureaucratique continue toujours de marquer la Russie actuelle, malgré la période Gorbatchev. Le plan de 1974 parle d’intégrer un nouveau chapitre traitant de la « protection de la nature et de l’exploitation rationnelle des ressources naturelles »9. Le tout passe par des organismes de veille, des instituts sanitaires. L’expertise d’État est le « creuset de l’environnement en URSS », pour paraphraser le titre de l’article de Marie-Hélène Mandrillon.

Goulag - René Le Honzec - Contrepoints379En 1975, le ministère de l’agriculture publie son Livre rouge qui répertorie toutes les espèces animales et végétales dont l’existence est menacée. L’action se fait essentiellement dans les hautes sphères universitaires et d’État. La mise en œuvre concrète de la politique est bloquée par les querelles d’école entre les partisans de la « géographie constructive », qui voient la nature comme étant destinée à être transformée au service de l’homme, et des géographes plus conservateurs qui refusent l’interaction entre le monde de la nature et celui des hommes.

Par ailleurs, certains instituts déplorent le manque de connaissances dans le domaine de l’environnement10. Dans cette perspective, l’État a deux objectifs majeurs en termes de protection de l’environnement : former des spécialistes et éduquer le peuple par des slogans qui incitent à plus de responsabilité écologique.

Qui accuser ?

L’instabilité administrative et règlementaire semble avoir été très caractéristique de la gestion de la question environnementale : les nombreux organismes chargés de la protection de l’environnement ont ainsi très souvent changé d’organisation et n’ont jamais pu prendre en charge le problème. La séparation très stricte des différents ministères d’État a aussi causé des lenteurs très dommageables puisque, quel que soit le sujet, si une question concernait plusieurs ministères elle devait forcément être traitée en conseil des ministres.

La littérature désigne de manière assez unanime comme coupables la bureaucratie et la forte centralisation des pouvoirs mais aussi de l’économie quant au désastre écologique soviétique, sujet qui est demeuré assez peu abordé après la chute du régime communiste. L’environnement a été sacrifié au profit du développement de l’industrialisation. Comme le note Ruben Mnatsakanian dans L’héritage écologique du communisme dans les républiques de l’ex-URSS : « Toute discussion publique ou protestation (…) était considérée comme une attaque contre une entité sacrée : l’État ».

La question des liens entre socialisme, communisme et écologie, qui a été abordée sous un angle théorique dans la première partie de cette réflexion, amène à un constat plus nuancé. Il y a peu de textes marxiens sur lesquels les idéologues communistes auraient pu effectuer une exégèse transposable à des décisions de politique environnementale. Et l’on touche ici à l’effet de théorie : l’application de mesures concrètes dans le cas de l’URSS a été motivée par l’interprétation de textes philosophiques chez Marx et par sa vision du rapport entre l’Homme et la Nature.


Sur 24h Gold.

  1.  Bertrand de Jouvenel, « L’économie politique de la gratuité », 1957.
  2. Olivier Dard, « Bertrand de Jouvenel et l’écologie », Écologie et Politique, n° 44, 2012, p. 43-54, Presses de Sciences Po.
  3.  Marie Mendras, « Protection de l’environnement et politique économique en URSS », Revue Futuribles, n° 55, mai 1982.
  4.  Josyane Stahl, « Les problèmes de la protection de l’environnement en URSS : discours et prises de position », Revue d’études comparatives Est-Ouest, numéro 16, p. 49, 1985.
  5.  Ibid. p. 51.
  6. M. Löwy, « Qu’est-ce que l’écosocialisme », Écologie et socialisme, 2005.
  7. Ibid.
  8. Marie-Hélène Mandrillon, « L’expertise d’État, creuset de l’environnement en URSS », Vingtième Revue d’Histoire, 2012, n° 113, Presses de Sciences Po.
  9. Plan d’État de développement de l’économie nationale de l’URSS, 1974.
  10. « Aspects méthodologiques des recherches sur la biosphère », ouvrage collectif, 1975.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Il ne faudrait pas non plus croire que l’URSS a échoué parce qu’elle n’était pas écologique.

  • les soviétiques ont planifié la plantation d’une barrière verte dans le sud de la russie, la steppe, censé servir de remède à la desertification et aux vents de sable qui sont généralement la constante lorsqu’on remplace la prairie ( sols à tchernozems trés fertiles ) par des cultures implantés à grand renfort de travail du sol ( voir le dust bowl au USA … ). ce fut un échec retentissant pour trois raisons :

    la pauvreté générale : il est probable que des que les arbres avaient atteint un faible diamètre , ils disparaissaient une nuit …

    la collectivisation : c’était les arbres de tout le monde et donc de personne … peu de gens faisaient les entretiens nécessaire.

    lissenko : cet abruti prétendait que la concurrence intraspécifique n’existait pas, tout comme les travailleurs ne pouvaient pas se faire concurrence entre eux ! les plantations étaient réalisé incroyablement serrées . en plus de l’énorme gaspillage de graines ou de plants que cela entraînait , il va de soit que dans un environnement aussi défavorable, la croissance de chaque arbre était trés faible et que dix ans aprés leur plantation, les vaches ou les chevaux qui finissaient par passer à proximité leur mangeait la cime …

  • Il est vrai que l’URSS est responsable de catastrophes écologiques, comme la mer d’Aral ou Tchernobyl.
    Mais il est aussi vrai que, étant donné que ce pays comprend un nombre d’hectares par habitant beaucoup plus important que n’importe où en Europe, avec des zones climatiques désagréables à l’habitant, les espaces où la nature est préservée restent énormes.

  • il y a encore une expérience pas piqué des hanetons que les soviétiques ont fait en matière d’environnement , une expérience propre à en enrichir certains et ce que les escrologistes en mangent leur pull en laine rouge … l’acclimatation du crabe géant du kamtchatka dans la mer de barents :

     » chapeau l’artiste « 

  • le collectivisme des terres naturelles de l’URSS est sensiblement la même chose que la compensation environnementale de la LGV sud Europe atlantique.
    C’est à dire acheter des terres pour une bouchée de pain à des propriétaires qui ont déjà demandé au service de l’État pour des conseils d’aménagement d’un plan d’eau et qui ont eu qu’un questionnaire scientifique qui ne répondait à leur demande.
    La dictature verte existe parce que les services de l’État se sont restructurés, enlevant ainsi les bons service pour l’aménagement des terres.
    Je puis ainsi dire que le totalitarisme existe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles