Vert comme la Tour Eiffel ?

La tour Eiffel qui fonctionne à l’énergie renouvelable depuis janvier : info ou intox ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris la nuit - tour eiffel (Crédits : Gustavo Fernando Durán, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Vert comme la Tour Eiffel ?

Publié le 2 avril 2015
- A +

Par Michel Gay1

Paris la nuit - tour eiffel (Crédits : Gustavo Fernando Durán, licence Creative Commons)
Paris la nuit – tour Eiffel Crédits : Gustavo Fernando Durán, (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Le 20 février 2015, Anne Hidalgo twitte  « La Tour Eiffel s’éclaire à l’électricité 100% renouvelable depuis janvier ! » Est-ce un coup de pub vert à peu de frais dans l’optique de la conférence sur le climat à Paris en décembre 2015, ou un gros mensonge ?

En fait, la maire de Paris à raison et tort à la fois… selon qu’on se réfère à un contrat ou aux faits.

La tour Eiffel est branchée sur le réseau national d’électricité (RTE) qui est alimenté par de multiples sources de production dont la principale est nucléaire (75% de la production en moyenne). Les énergies renouvelables (principalement les barrages) représentent environ 15% de la production, le reste étant constitué de gaz, de charbon et de fioul. Les proportions entre ces différentes sources varient en permanence en fonction des besoins, du vent et du soleil. À l’heure du « twit » (12h30), la proportion de « renouvelables » dans le réseau est d’environ 25%. On est donc bien loin du 100%.

Alors comment expliquer ce miracle ?

En fait, Anne Hidalgo se réfère à un contrat d’une durée de deux ans pour fournir « une énergie certifiée 100% renouvelable » (7 GWh2 et 500.000 € par an), signé entre la société d’exploitation de la tour Eiffel (SETE) et Gaz électricité de Grenoble (GEG), une des 170 entreprises locales de distribution. Il y est garanti que « le volume d’électricité consommée sera intégralement produit et injecté sur le réseau français à partir d’une source renouvelable et propre (éoliennes, centrales photovoltaïques ou hydrauliques…) ».

Il est heureux qu’aucune ligne particulière n’ait été déployée entre Grenoble et Paris pour alimenter spécialement la tour Eiffel. L’électricité consommée par ce monument n’est donc ni grenobloise, ni « verte ». Le contrat assure pourtant que sa consommation correspond à l’injection d’une électricité d’origine renouvelable quelque part dans le réseau. Personne ne sait où, mais c’est le principe de la « garantie d’origine ». Elle permet de se donner bonne conscience à peu de frais (un surcoût de 2% sur la facture dans ce cas là), alors que l’électricité consommée est la même que celle des autres Français.

Mieux, presque tous les fournisseurs verts s’approvisionnent sur le marché autour de 4 c€ le kWh, ou en électricité nucléaire auprès d’EDF grâce au système de l’ARENH3 à 4,2 c€/kWh, et ils achètent des garanties d’origine en parallèle.

Bien sûr, pour s’approvisionner vraiment en énergie renouvelable, il reste la solution de l’autoconsommation. Elle est cependant inenvisageable pour la tour Eiffel compte tenu de la quantité d’électricité en jeu. Mais il est tout de même prévu d’installer deux éoliennes à rotation verticale qui produiront moins de… 0,01% des besoins.

À moins d’utiliser des ampoules LED de la couleur adéquate, la tour Eiffel ne sera pas verte avant longtemps… à moins de s’en persuader très fort.

  1. Inspiré par un article d’Alain Gerbeau du 27 février 2015.
  2.  GWh = gigawattheures = milliard de kilowattheures.
  3.  L’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh) désigne la part de production qu’EDF cède à ses concurrents à un prix fixé par l’État.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • On met bien des silures dans nos fleuves pour attraper les pigeons, pouquopi pas des éoliennes pour attraper ces mêmes pigeons !!!

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2015/04/01/Des-silures-pour-reduire-la-population-de-pigeons-2279575

    Mais là, avec les éoliennes, rendez-vous dans 10 ans !

  • Et s’il y avait plus de kWh garantis que de réels produits:?:
    C’est très artificiel comme garantie.

    • Dans l’Europe de la « concurrence libre et non faussée », le législateur a inventé des règles du jeu artificielles qui ne correspondent à rien. L’énergie fatale vaut autant que l’énergie modulable.

      Aux USA ce n’est guère mieux (USA = presqu’Europe).

  • Dans le même ordre d’idées, je suppose que la Source Saint Yorre va émettre en échange de rémunération des contrats d’une durée de deux ans pour fournir « une eau certifiée 100% minérale pour une partie du débit des cours d’eau locaux où les surplus de la source se déversent ou filtrent.

  • C’est exactement ma réaction en lisant cette annonce : « puisqu’elle s’auto-suffit, débranchez la du réseau EDF »…
    en faite elle pourrait peut être se déconnecter de EDF, mais le nombre d’accumulateurs plomb/lithium et les back-up fioul ou gaz nécessaires feraient taches sur le champs de mars.

    • Pour ça il faudrait que la tour Eiffel (ou un fournisseur de service) ait le droit de concurrencer le réseau électrique publique en tirant une ligne électrique mais c’est interdit par la loi française.

  • Les électrons qui allument la lampe viennent de la lampe, pas de la centrale… C’est le principe d’un réseau électrique de partager un même champs électrique commun à tous les points du réseau.

    L’électricité en France a été libéralisé. Le réseau électrique ne produit pas d’électricité, il fait simplement le lien entre un distributeur d’électricité et un consommateur. Le distributeur d’électricité paie des producteurs d’électricité pour compenser l’effet de ses clients sur le réseau. Si votre fournisseur n’achète cette prestation qu’à des producteurs d’électricité renouvelable vous n’avez consommé que de l’électricité renouvelable.

    • Et si le renouvelable est principalement issu de l’hydraulique qui est lui même la source de régulation du réseau permettant de compenser les variations, vous n’avez pas consommé de l’électricité mais une ressource de régulation. Un peu comme si vous brûliez l’huile et non l’essence dans votre moteur …

      • Non… c’est l’ensemble des centrales qui régulent… Vous avez les contrats de gré à gré et les service aux réseau. Un réseau achète de l’énergie, de la capacité et de l’équilibrage… Toutes les centrales participent à ces marchés mais vous ne pouvez pas vendre à quelqu’un votre production pour un usage et à quelqu’un d’autre pour un autre usage. Si une centrale hydraulique préfère vendre de manière certaine de l’énergie plutôt que d’attendre d’être appelé pour faire du service réseau c’est son droit.

  • très bon article qui remet les choses en place.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

Jamais le titre de Hemingway n’aura été aussi vrai que depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel maire de Paris, Annie Dingo Anne Hidalgo : décidément, Paris est une fête et le curseur de celle-ci, qui pointait résolument sur « totale » jusqu’à présent, va passer d’un coup à « plus folle » dans les prochaines semaines pour heurter souplement « irrémédiable » une fois les Jeux Olympiques officiellement lancés dans la capitale.

Il suffit pour s’en convaincre de voir l’ensemble des signes qui s’accumulent tous dans le même sens : non seulem... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article
Inflation et plus-value dans l’immobilier

En règle générale, les calculs du prix de l’immobilier publiés dans les journaux et revues, ou cités sur les sites internet ou les chaînes de radio-télévision sont effectués sans tenir compte de l’inflation. Les interprétations des résultats qu’ils présentent n’ont guère de sens.

La hausse des prix de l’immobilier est de toute évidence incontestable, mais il est nécessaire de rétablir une mesure rationnelle et réaliste de cette augmentation.

Cette mesure est déduite de deux indices défin... Poursuivre la lecture

Mardi 27 février, Florian Grill, le président de la Fédération française de rugby, menaçait de délocaliser les matchs du XV de France hors du Stade de France à l'occasion d'un entretien à l'AFP. Le bras de fer entre la mairie de Paris et le PSG au sujet du Parc des Princes avait, lui aussi, connu un nouveau rebondissement le mois dernier : l’adjoint écologiste à la mairie de Paris, David Belliard, ne souhaitait pas le voir vendu au Qatar. Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi s’en était ému, accusant à demi-mot la mairie de Paris de racisme.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles