Le vandalisme culturel de Daesh

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le vandalisme culturel de Daesh

Publié le 28 février 2015
- A +

Etat islmaique - René Le Honzec - ontrepoints 258

La Communauté Internationale, argument suprême des impuissants, s’indigne du vandalisme à l’encontre des vénérables statues et bas-reliefs de l’antiquité pré-islamique par les assassins de l’État islamique en Syrie-Irak. J’ai utilisé le terme « vandale » parce que ce mot, désignant un des peuples germaniques ayant migré en Gaule gallo-romaine (je n’ose plus parler d’invasion, à cause de l’amalgame, vous savez..), a été repris et rendu célèbre par l’abbé semi-défroqué Grégoire, député de la Convention en 1794, pour dénoncer les destructions systématiques de l’art pré-révolutionnaire (je n’ose plus dire chrétien, à cause des racines, vous savez …) par les sans-culottes, « dont le fanatisme idéologique les poussaient à s’en prendre sans pitié aux églises, abbayes, statues, châteaux, et tous autres témoignages artistiques de l’ancienne France royale et chrétienne »1. Un peu avant, nos frères protestants s’étaient eux aussi distingués par une certaine animosité théologique envers la statuaire, les livres et les arts catholiques, pour des histoires de représentations humaines. Pardon, moi-même catholique, je dois faire acte de repentance pour des tas de destructions d’idoles diverses sur quelques siècles et continents, entre autres dans ma chère Bretagne. Sans parler du petit siècle (723-843) pendant lequel, pour des motifs théologiques (a-t-on le droit de représenter l’Homme, donc Dieu dont il est l’Image ?), « les Empereurs byzantins interdirent le culte des icones et firent détruire systématiquement les images représentant le Christ ou les saints qu’il s’agisse de mosaïques ornant les murs des églises, d’images peintes ou d’enluminures de livres. »2.

Donc, mes très chers Frères en Humanisme, Droits de l’Homme et tout ça, sous prétexte que nous sommes au XXIème siècle, avons-nous le droit de juger ces croyants de Daesh qui n’ont guère de distractions, il faut le dire, entre les égorgements, les razzias, les femmes séduites (comme on disait avant), les massacres de Chrétiens, Kurdes et de Yézédis, vu nos passés douteux ? De quel droit pourrions-nous les traiter de « barbares, assassins, sauvages, etc. » du bas de notre condition de repentis pêcheurs ?

Ben, vous, je ne sais pas, mais moi, je n’en pense pas moins. Mais, vu qu’au Mémorial de Caen, ils n’ont pas eu les c… de maintenir le festival de dessin de presse, je ne vous dirai pas ce que je pense. Mais vous avez (encore) le droit de penser pareil. De le dessiner ou de le dire, non. Les terroristes à kalachnikov marquent des points, comme ceux qui pratiquent le terrorisme du politiquement correct sur les médias, leurs complices objectifs (les « idiots utiles », comme les nommait Lénine).

  1. Merci wiki !
  2. Encore merci wiki !
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « les femmes séduites »?
    Vous parlez des femmes qui sont vraiment séduites par de vrais mâles, ou des femmes esclaves qui sont vendues pour quelques dollars?

  • Bien sûr que nous avons le droit de juger, d’autant plus que nous ne sommes ni responsables, ni coupables des actes douteux de nos ancêtres ou même plus récemment de la génération précédente.

    • D’ailleurs je ne suis pas non plus responsable des actes des mecs de ma propre génération, « compatriotes » ou pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Russie et Turquie abusent de leur puissance en tuant ou refoulant les populations civiles de Syrie, tandis que l’Europe s’est mise en état de faiblesse. Elle est donc prise en otage dans l’affrontement russo-turc dans ce pays. Cette actualité est compliquée par de profondes méfiances historiques entre ces trois acteurs pris deux à deux.

Voyons donc d’abord ces données géopolitiques et historiques de base

Les racines des relations entre l’Europe et la Russie

Historiquement, la Russie était un pays asiati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Article initialement publié en juillet 2015.

En ce début du mois de juillet 2015, le monde tourne au rythme des centrifugeuses (dispositif industriel permettant l’enrichissement de l’uranium) dont la République islamique d’Iran estime avoir besoin pour mener à bien son programme de nucléaire civil en vue de produire de l’électricité.

Du point de vue occidental, il s’agit de s’assurer que « civil » ne signifie pas et ne signifiera jamais « militaire », d’où l’importance de parvenir à un encadrement précis ... Poursuivre la lecture

Par Ghislain Benhessa.

La menace terroriste n'a pas de frontières. « Le terrorisme perdure malgré le recul de l’État islamique ». C’est par ce titre, au frontispice de son édition du dimanche 25 mars, que Le Monde s’est fait l’écho de l’attentat tragique de Carcassonne et de Trèbes qui a vu périr quatre personnes, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame.

À la lecture d’une telle accroche, la leçon paraît simple : les victoires militaires sur le théâtre irako-syrien, la chute de Daesh et la fin de son emprise territoriale n’au... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles