Europe, Turquie et Russie : les problèmes de fond qui bloquent la question des réfugiés

Turkey-Syria Barrier by William John Gauthier(CC BY-SA 2.0) — William John Gauthier, CC-BY

L’Europe est prise en otage dans l’affrontement Russie-Turquie en Syrie. Cette actualité est compliquée par de profondes méfiances historiques entre ces trois acteurs.

Par Yves Montenay.

Russie et Turquie abusent de leur puissance en tuant ou refoulant les populations civiles de Syrie, tandis que l’Europe s’est mise en état de faiblesse. Elle est donc prise en otage dans l’affrontement russo-turc dans ce pays. Cette actualité est compliquée par de profondes méfiances historiques entre ces trois acteurs pris deux à deux.

Voyons donc d’abord ces données géopolitiques et historiques de base

Les racines des relations entre l’Europe et la Russie

Historiquement, la Russie était un pays asiatique qui a voulu devenir européen. Le rapprochement s’est amorcé depuis Pierre le Grand avec la naissance d’une intelligentsia russe européenne et même francophone, symbolisée par l’architecture européenne de Saint-Pétersbourg.

Malheureusement la révolution bolchevique de 1917 a détruit cette intelligentsia, et la Russie, devenue l’URSS, est retombée dans ce que Marx appelait « le despotisme oriental ». Cet éloignement culturel a été aggravé par la tentative sans cesse renouvelée de soviétiser des pays européens : Ukraine et Pologne dès la fin de la Première Guerre mondiale, avec un échec en Pologne et une « réussite » en Ukraine rattachée de force à l’URSS puis décimée par la famine soviétique.

Puis, après la Seconde Guerre mondiale, l’URSS a annexé de fait les pays baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie, Tchécoslovaquie, RDA (Allemagne de l’Est). Elle a détruit ce qui restait de leurs élites déjà en partie massacrées par les nazis. Elle a tenté de faire de même pour la Yougoslavie et la Finlande. Il n’est donc pas étonnant que les pays de l’Est européen ne soient pas enthousiasmés par un rapprochement entre l’Europe et la Russie, et votent d’abord pour l’OTAN.

Les racines des relations entre l’Europe et la Turquie

La Turquie, vue d’Europe, c’est l’occupation de sa partie sud-est par l’empire ottoman avec des périodes de cruauté au nom de l’Islam qui ont marqué les esprits. La transformation de l’empire en une Turquie laïque (je simplifie) par Kemal Atatürk a détendu l’atmosphère, ainsi que l’entrée du pays dans l’OTAN.

Mais la prise de pouvoir par les islamistes du président Erdogan lié aux Frères musulmans a de nouveau refroidi les relations. Et ce n’est pas seulement une question religieuse : la répression en Turquie et son action en Syrie sont contraires aux valeurs européennes.

Les racines des relations entre la Russie et la Turquie

La Sainte Russie et l’empire ottoman sont des ennemis permanents non seulement pour des raisons géopolitiques, mais également historiques et religieuses (voir mon article « le choc des empires »).

Depuis plusieurs siècles la Russie a fait reculer sans arrêt non seulement les possessions turques autour de la mer Noire, mais a mis aussi en tutelle les pays musulmans turcophones d’Europe centrale. Depuis la fin de l’URSS et leur indépendance, Russie et Turquie s’y opposent par de grandes manœuvres d’influence.

L’exacerbation de ces relations du fait du problème syrien

La question syrienne dans un premier temps a été comprise par l’Occident et en particulier par l’Europe comme une révolte démocratique contre le régime Assad, particulièrement répressif. Nous avons donc aidé l’armée syrienne libre et lui avons fourni de l’argent et des armes.

Assad a hurlé que nous aidions des islamistes, ce qui s’est révélé progressivement exact. On sait aujourd’hui que l’argent de la péninsule arabique a coulé à flots vers les courants islamistes qui ont réussi à attirer les insurgés démocrates et leurs armes. La Turquie, violemment anti Assad, a également renforcé les insurgés islamistes.

Venant d’Irak, l’État islamique a occupé l’est de la Syrie, a mis la main sur sa petite production pétrolière et a organisé un véritable État avec impôt et mercenaires, notamment Français convertis, mais aussi Tchéchènes et autres. Il semble avoir bénéficié au moins pendant un certain temps de l’argent de la péninsule arabique et sans arrêt du commerce avec la Turquie.

Enfin, les Kurdes surtout présents le long de la frontière turque en ont profité pour prendre une autonomie de fait, mais prudemment, sans rompre avec le régime Assad. Étant cousins du PKK kurde pourchassé en Turquie, ils ont rapidement été dans le collimateur d’Ankara.

Bref, le pouvoir d’Assad ne s’exerçait plus sur une grande partie du pays, et les troupes iraniennes ainsi que les conseillers et aviateurs russes sont arrivés en sauveurs. Au passage cela donnait à la Russie un résultat dont elle rêvait depuis plusieurs siècles : une base en Méditerranée. Au grand mécontentement des Turcs voyant se dévaloriser leur verrou du Bosphore.

À ces données historiques déjà difficiles, s’est ajoutée la question des réfugiés qui détermine en partie la politique de l’Europe.

La Syrie, machine à réfugiés

Il y aurait environ 25 millions de Syriens dans le monde (dans ce qui suit j’ai arrondi au million le plus proche vu l’incertitude des statistiques). Des centaines de milliers sont morts. Ce chiffre comprendrait huit millions de déplacés (réfugiés internes) et cinq millions de réfugiés à l’étranger dont plus de deux millions sont aujourd’hui en Turquie, un million en Europe principalement en Allemagne, un million en Jordanie et au moins autant au Liban.

Il y aurait au moins deux millions de déplacés dans la « poche d’Idlib » qui est l’objet des combats actuels. Un million de ces derniers, principalement des femmes et des enfants, ont dû déménager plusieurs fois au fur et à mesure de l’avancement depuis quelques semaines des troupes d’Assad précédé par les bombardements russes qui auraient particulièrement visé les écoles et les hôpitaux.

Une grande partie de ces réfugiés, tant en Turquie qu’en Europe et ailleurs, n’a pas le droit de travailler (dossier en attente ou toute autre raison) et sont donc réduits au travail non déclaré, au chapardage ou pire. Les populations locales, turques ou grecques des îles proches de la Turquie sont exaspérées. La Turquie n’en veut plus et l’Europe n’en veut pas. Erdogan, qui sent sa majorité s’effriter, et les dirigeants européens menacés sur leur droite sont de plus en plus opposés sur ce sujet.

Pour l’instant, l’Europe a donné trois milliards de dollars pour que la Turquie freine l’exode vers l’Europe, et, sans la police turque, la frontière avec la Grèce est une passoire… sauf à tirer sur des femmes et des enfants comme je l’entends parfois !

La deuxième étape possible vers le reste de l’Union européenne après la Grèce surchargée est la Hongrie, mais sa frontière sud est verrouillée et gardée militairement.

L’efficacité du chantage turc aux réfugiés

Personnellement, je n’ai jamais compris cette paranoïa : des femmes et des enfants meurtris par la guerre n’ont aucune envie de semer le désordre chez ceux qui les recueillent. Le problème est que l’accueil est particulièrement dégradant et hostile dans les îles grecques, où la population est à bout. C’est davantage un problème d’accueil que d’immigration, pour laquelle les problèmes très réels viennent d’autres catégories que des réfugiés syriens.

Mais l’immigration n’est pas le sujet ici, et je me borne à dire que c’est un moyen de pression très efficace des Turcs sur l’Europe. Les 28 et 29 février il a suffi d’une menace d’Erdogan d’ouvrir sa frontière et de le faire effectivement pour quelques milliers de réfugiés pour semer l’émoi en Europe.

Résumons le chantage turc : « Appuyez moi pour demander à la Russie d’arrêter de bombarder les civils ce qui va envoyer un million de plus de réfugiés chez moi rien que pour la zone reprise depuis quelques semaines par l’armée syrienne, et davantage encore si cette zone s’agrandit. Soyez cohérents avec vos propres valeurs en empêchant le massacre de civils par l’aviation russe et par le régime Assad. Si ce dernier était moins sanguinaire, les réfugiés retourneraient chez eux au lieu de le fuir vers le Nord. Et si vous ne réussissez pas, je vous envoie deux millions de personnes. »

Ce à quoi la Russie répond qu’il est bien normal que la Syrie reprenne possession de son territoire, et qu’on ne voit pas pourquoi l’armée turque essaie de l’en empêcher. Et de souligner que l’humanité turque est toute relative, puisque ce pays s’est empressé d’occuper une bande de territoires au nord-est de la Syrie pour en chasser la population kurde afin de la remplacer par une partie des réfugiés syriens, qui pourtant ne viennent pas du tout de cet endroit.

Que faire ?

L’Europe est en train de rassembler les protagonistes pour arrêter les bombardements des civils et leur apporter une aide élémentaire en nourriture et abris contre le froid actuel. Mais elle n’a aucun moyen d’action, et aucun allié depuis que les États-Unis se sont désintéressés de la question.

Et de toute façon cette aide ne serait qu’une mesure transitoire : le problème reste entier tant que la Syrie veut reprendre l’intégralité de son territoire et est aidée en cela par la Russie et l’Iran. On peut rêver d’une révolution en Syrie avec l’apparition d’un gouvernement normal permettant à tous les réfugiés de retourner chez eux. Certains imaginent même une pression de l’Iran et de la Russie sur Assad pour en arriver là.

Ce n’est a priori pas dans la nature des régimes russes et iraniens de se soucier du sort des civils. Mais le Moyen-Orient est imprévisible et c’est peut-être dans cette direction que devrait pousser la diplomatie européenne : la meilleure solution pour des réfugiés, c’est de pouvoir rentrer chez eux !

Si les Européens prenaient un peu de recul, ils s’apercevraient qu’ils sont victimes de leur paranoïa anti-réfugiés qui les paralyse. Pourtant les pays d’Europe orientale sont ceux qui auraient le plus besoin de sang neuf, et à défaut, leur vieillissement rapide va les obliger à réclamer au nom de la solidarité européenne une aide pour leurs propres retraites au détriment de celle des Français et surtout des Allemands !

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.