Climathon, semaine 8 : tout est lié

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dominos risque systémique (Crédits Adrià Ariste Santacreu, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 8 : tout est lié

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 février 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.

Dominos risque systémique (Crédits Adrià Ariste Santacreu, licence Creative Commons)
Dominos risque systémique (Crédits Adrià Ariste Santacreu, licence Creative Commons)

 

Pas de vacances pour le climathon, toujours dans le rythme avec encore de belles envolées réalisées par nos compétiteurs de tous horizons.

Pour notre premier accessit, rappelons tout d’abord qu’en France, un rapport officiel, premier du genre et paru il y a à peine trois mois, a établi que la profession d’agriculteur est la plus exposée au suicide (trois fois plus de cas en proportion que chez les cadres). Il était donc à craindre que ce point noir figurât en tête des préoccupations du ministère concerné. Fort heureusement pour l’avenir de la planète, ce ne sont pas ces considérations de second ordre qui ont été mis à l’honneur lors du forum organisé par les plus hautes instances de la République la veille du Salon de l’agriculture, mais cet autre sujet à l’évidence beaucoup plus crucial pour les représentants de la filière :  « Agriculture et changement climatique » . Sans doute doit-on penser que la crainte de l’apocalypse climatique est la cause première du désespoir de si nombreux agriculteurs (même si, curieusement, le rapport susmentionné n’en parle pas). Quoi qu’il en soit, il est réconfortant de voir que, dans les allées du Pouvoir, l’on garde en tête l’importance qu’il y a à bien se positionner pour le climathon.

L’économiste Patrice Geoffron fait lui aussi son entrée dans la liste des accessits, pour cette conclusion de haut vol d’un article sur la chute du cours du pétrole :

« -2100 milliards pour le pétrole échangé (1/3 de la production), dont -600 milliards pour 2015. Cette réallocation entre exportateurs et importateurs est une bonne nouvelle pour une Europe convalescente (d’autant que le prix du gaz sera tiré vers le bas), mais une alerte à l’abord de la conférence sur le climat de Paris de décembre 2015 : il est plus facile de réduire l’emprise du pétrole si la conviction commune est que son prix a vocation à être élevé. Il est toutefois possible de faire de ce choc une opportunité pour le climat : à la conférence de Copenhague en 2009, l’engagement a été pris d’abonder un fonds de 100 milliards de dollars par an, à partir de 2020, pour soutenir les efforts dans ce domaine des pays les plus pauvres. Gageons qu’Européens et Américains sauront utiliser les nouvelles marges de manœuvre que leur donne cette chute des prix du pétrole pour accélérer leur abondement de ce fonds et contribuer faire de la COP 21 de Paris un succès. »

Le style « zut, ça nous coûte moins cher », qui avait déjà partiellement valu à Laurence Tubiana son accessit de la semaine 6, se double ici d’une remarquable analyse politico-économique. Nul doute en effet que les économies réalisées en Europe et aux États-Unis grâce au pétrole meilleur marché doivent être reversées au Fond Verdoyant pour un Climat plus Frais. À notre époque où l’argent coule à flots, il suffisait d’y penser.

Fidèles au poste, les pages « Planète » du journal Le Monde nous apprennent, par l’intermédiaire de Stéphane Lauer, qu’à New York la température pourrait monter de 7°C d’ici la fin du siècle. Et pour faire bonne mesure, la mer pourrait quant à elle monter de 1,82 m. On appréciera la précision au centimètre près du journaliste, mais aussi cette belle lapalissade des experts cités dans l’article :

« Il est virtuellement certain que l’élévation du niveau de la mer va conduire à une augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations le long des côtes au fur et à mesure que nous avancerons dans le siècle. »

Si la mer monte, alors les côtes seront touchées : heureusement qu’il y a des experts pour le savoir, et des journalistes pour nous le rapporter.

Le vainqueur de la semaine 8

Le jury du climathon aime à récompenser l’innovation. C’est donc avec un vif plaisir qu’il prime cette semaine une interview de Naomi Klein, qui contient une construction de propagande remarquable d’originalité. Chacun se souvient du fameux coup de Klaus Schwab, vainqueur de la semaine 4 pour avoir lié climat et terrorisme quelques jours après les attentats de Charlie Hebdo. C’est avec beaucoup de talent et de conviction que Naomi Klein a réutilisé cette même stratégie du « tout est lié », cette fois en jetant un pont entre réchauffement climatique et crimes racistes :

« Certains d’entre vous auront peut-être lu mon article qui tentait de faire le lien entre le mouvement #BlackLivesMatter [Mouvement apparu aux États-Unis après l’assassinat d’un Noir par un policier blanc à Ferguson] et celui pour la justice climatique. Tout ce pour quoi nous nous battons est basé sur le principe de justice raciale. La manière dont nos gouvernements gèrent la crise climatique ne tient pas compte de la dépréciation de la vie des Noirs par rapport à celle des Blancs. Nous devons dénoncer cette gestion raciste de la crise climatique, et pour cela, il va falloir se mobiliser. »

Comme souvent pour nos brillants vainqueurs, la citation parle d’elle-même. Nul besoin de la commenter, si ce n’est d’un coup de chapeau.

Sur le web

Suivre le Climathon.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • « Il est virtuellement certain…. » Ouf, ce n’ est que virtuel, pas d’ inquiétude alors…

  • Pour la semaine prochaine, j’ai l’honneur de nominer Ségo dimanche au Mont Saint Michel : « Or comme la météo n’est prévisible qu’à trois jours il peut très bien y avoir à nouveau des tempêtes. » Les prévisions sont difficiles, surtout quand elles concernent l’avenir !

  • Genial, grace a Naomie Klein on va enfin pouvoir attaquer en justice les climatosceptiques pour propos racistes!

  • A propos du salon de l’Agriculture… Entendu dès le matin sur Radio Classique enrôlé comme les autres médias au service de la Cause: « les plantes consomment du CO2 (au cas où ne le saurions pas), or l’agriculture consiste à faire pousser des plantes, donc l’agriculture lutte contre le réchauffement climatique ». CQFD.
    Seconde intervention : sur un nouveau thermomètre vétérinaire, car voyez-vous, les porcs sont sensibles à la température ambiante. Et un degré de plus de température, c’est grave. Donc il faut pouvoir surveiller ça pour aider les bêtes qui en ont besoin, sans traiter tout le troupeau. Véridique.
    Traduction pour ceux qui n’auraient pas compris: un obscur chercheur avait besoin de financement pour développer son thermomètre, il lui a suffi de faire le lien (tiré par les cheveux, mais ce n’est pas grave) avec le prétendu réchauffement climatique pour obtenir les subsides convoités. Beaucoup de chercheurs ont compris cela depuis des années, et certains l’avouent (discrètement).
    L’interview suivante, du directeur de l’INRA, montre que cet organisme a parfaitement compris le bénéfice qu’il pouvait tirer de cette affaire de réchauffement.
    Personne n’a précisé que cette gabegie est financée par le contribuable, donc par des prélèvements sur l’économie qui alimentent la récession et le chômage…

    • A propos de radio classique, je n’ai pas la même analyse. Les agriculteurs sont souvent, selon eux et certains courant de pensées, dénoncés en tant que destructeur de l’environnement et par extension acteur du réchauffement. Ils protestent en ce sens et la phrase grotesque que vous avez entendu est donc plutôt de nature à répondre à certains diagnostics, certains écologistes.

      Néanmoins, cette affirmation d’une aberration absolue ne les conforte pas dans leur revendications…

  • Tous les moyens sont bons pour séduire de nouveaux électeurs.

  • Je pense que tous les valets du pouvoir se font une concurrence acharnée pour celui qui est le plus servile.
    Le gagnant sera récompensé par Flanby pour sa loyauté comme les chiens au cirque.

  • WTF Naomi Klein, juste WTF.

  • Plus la planète refuse de se réchauffer et moins les commentaires sur le réchauffement sont le fait de gens a peu près sérieux. Et plus tu pédale moins vite et plus ces commentaires sont assumés par des clowns.

    • « Plus la planète refuse de se réchauffer  » A modérer même pour le plus forcené des sceptiques.

      • Tout à fait, j’aimerais voir mes cornichons pousser sur mon balcon en plein hiver :mrgreen:

      • Le problème est que les écologistes, le gouvernement, les media vont tellement loin dans l’invention de concepts farfelus, de novlangue, de pseudo-mesure d’éléments non quantifiables, de perfectionnement de machines à mouvement perpétuel du 3e ordre qu’il devient impossible de les critiquer sans entrer dans leur jeu.

        Dans une logique libérale, la réponse est beaucoup plus simple : faites le mais n’obligez personne à vous suivre. Mais la logique libérale leur est encore plus étrangère que la vraie science ou la logique tout court.

        • La logique libérale n’a pas son mot à dire en dehors de son cadre d’application. Si les CFC sont dangereux selon les professionnels compétents en la matière, on arrête d’en produire, point. L’exemple le plus flagrant de la couche d’ozone est encore raillé par certains ferveurs apôtres du libéralisme qui s’auto-proclament « humanistes ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Quel modèle de croissance pour demain ? C'est pour répondre à cette question que Philippe Charlez sort ce mois-ci aux éditions Jacques-Marie Laffont L'utopie de la croissance verte. Les lois de la thermodynamique sociale. Philippe Charlez est ingénieur des mines (Faculté polytechnique de Mons, Belgique), docteur en physique et spécialiste de l'énergie internationalement reconnu. Il écrit pour Contrepoints, Atlantico, Valeurs actuelles et Opinion Internationale. Il est expert des questions énergétiques de l'Institut Sapiens.

Votre livre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles