Secteur privé non financier : l’endettement continue

Alors qu’elle s’allège dans l’ensemble des pays, la dette des agents non financiers français continue de progresser

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Secteur privé non financier : l’endettement continue

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 février 2015
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

dig here credits paul reynolds (CC BY 2.0)
dig here credits paul reynolds (CC BY 2.0)

 

Selon la dernière statistique publiée par la Banque de France, le taux d’endettement du secteur privé non financier (SPNF) de la zone euro revient à 126,2% du PIB à fin septembre 2014 après 127,4% à fin juin.

Le recul est moins marqué pour les ménages (61,2 % après 61,6 %) que pour les sociétés non financières (64,9 % après 65,8 %).

L’érosion du ratio de dette du SPNF se poursuit en Allemagne (93% après 94,3%) et en Espagne (160,1% après 162 %), en revanche il continue d’augmenter graduellement en France (120,8%, après 120,3%) et remonte quelque peu en Italie (115,1% après 114,7%).

Même si la BdF tient à préciser que le taux d’endettement du SPNF français reste très en deçà des niveaux observés au Japon, au États-Unis, au Royaume-Uni et en Espagne, il n’en demeure pas moins que c’est une tendance qu’il faut analyser. Si les autres pays à économie comparable et monnaie identique se désendettent alors que les entreprises françaises ne le font pas, cela veut dire que les marges sont supérieures chez les autres que chez nous (ce que nous savons déjà mais que les ayatollahs du socialisme ne veulent pas prendre en compte). De manière prospective, des entreprises qui sont plus endettées sont des entreprises fragiles, donc vulnérables, et des entreprises aux frais de gestion plus élevés que leurs concurrents, donc moins bien positionnées sur les marchés.

On recherche désespérément un coach « éco » pour le 55 rue du faubourg St Honoré à Paris !

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • un truc que je trouve étrange c’est qu’on parle de 100% du PIB comme si c’était affreux…
    c’est un an de salaire …
    moi je suis endetté à 7 ans de salaire.
    le problème n’est il pas plutot de s’endeter non pas pour un bien productif, une maison, une auto, une entreprise, mais pour des frais improductifs et non cessibles comme le fait l’état.

    une entreprise endetté à 1 an de CA, son problème c’est pas la dette, c’est qu’il faut avoir la marge pour payer les intérêts et rembourser le capital…

    et si le problème c’était le taux de marge?

    • Il n’a pas tort, et votre commentaire est parfaitement hors propos.

      Une entreprise endettée n’est pas forcément une entreprise non rentable. De la même manière, une entreprise non rentable n’est pas forcément endettée.

      Je préfère avoir une entreprise endettée à 100% de son CA mais avec un EBE de 25%. Qu’une entreprise endettée à 25% mais avec un EBE à 5%.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michael Miller[1. Michael Matheson Miller est chercheur et directeur des médias à l'Acton Institute. Ses films comprennent Poverty Cure, The Good Society, et Poverty, Inc., qui a reçu de nombreux prix cinématographiques.].

L’entrepreneuriat suscite un grand enthousiasme de nos jours. Il existe des entrepreneurs sociaux, intellectuels, éducatifs, et même des « intrapreneurs » (des entrepreneurs au sein de leurs propres entreprises).

Des entrepreneurs tels que Steve Jobs et Bill Gates ont été érigés en citoyens modèles. Des ma... Poursuivre la lecture

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

Patron PME Commerçant petite entreprise
0
Sauvegarder cet article

Je suis patron de trois PME : une au Luxembourg et deux en France. Voici quelques réalités simples et indiscutables de mon quotidien professionnel.

Premier exemple

Facture d’électricité d’une petite entreprise au chiffre d'affaires de deux millions d'euros par an. On paye de la TVA sur des taxes.

consommation................ 1 127,34 euros acheminement................     764,75 euros taxes et contributions.....     301,47 euros TVA 20 %........................     438,71 euros Total facture.................  2 632,68 euros

&n... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles