Les scandales HSBC

Avec son affaire des fraudes fiscales, la France arrive un peu tard sur le terrain des poursuites judiciaires contre HSBC.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hsbc credits gyver chang (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les scandales HSBC

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 février 2015
- A +

Par Nafy-Nathalie D.

hsbc credits gyver chang (licence creative commons)
hsbc – credits gyver chang (licence creative commons)

 

À la une de tous les médias, la HSBC, première banque britannique, fait parler d’elle une nouvelle fois. La France a pris la décision de mettre en examen cette banque pour fraude fiscale et cette nouvelle bien que retentissante sonne un peu comme un pétard mouillé.

En effet, en 2013 la banque HSBC a déjà été reconnue coupable de blanchiment de l’argent de la drogue des cartels mexicain et colombien et d’organisations en lien avec le terrorisme. Prise la main dans le sac, la banque avoue tout, reconnait son implication et promet de s’amender. « Nous allons nous excuser, reconnaître des erreurs, accepter notre responsabilité et tout faire pour réparer ce qui est allé de travers », a affirmé à Bloomberg, lundi 16 juillet 2012, Robert Sherman, un porte-parole d’HSBC. Si on examine les faits, on s’aperçoit que le trafic a duré sept ans (2003 à 2010) et a été couvert par les dirigeants de même que les liens d’affaires avec des organisations suspectées de soutien au terrorisme, dont la banque d’Arabie saoudite Al Rajhi, proche d’Al-Qaïda. L’affaire est très grave, pourtant elle se solde par une amende de 1,9 milliards de dollars avec période de probation jusqu’en 2018, une sanction vite payée et vite oubliée.

Que penser du fait que l’on a laissé faire HSBC de 2003 à 2010 alors qu’un rapport de la CIA avait conclu dès 2003 que cette banque était l’un des principaux « véhicules pour financer les mouvements extrémistes » dans le monde musulman ?

En novembre 2014, nous découvrons une nouvelle affaire aux États-Unis et cette fois un accord est conclu contre l’arrêt des poursuites. Au même moment, la HSBC est aussi inculpée en Belgique pour blanchiment d’argent et fraude fiscale grave. Elle a aidé en effet des diamantaires à échapper au fisc causant un préjudice de centaines de millions d’euros.

La France arrive donc un peu tard sur le terrain des poursuites judiciaires surtout quand on apprend que l’enquête contre la HSBC a duré six ans. Pendant ce temps, de nombreux fraudeurs illustres ont pu se repentir, trouver un accord avec le fisc et être pardonnés.

On se souvient du scandale autour du Libor et de tous les autres. On se souvient des promesses qui nous avaient été faites à l’époque d’assainir le système et on peut se demander pourquoi on en est encore là aujourd’hui.

Appliquer plus de normes, règlementer plus et mieux, renforcer les contrôles, faire payer les banques… Évidemment et on voit le résultat. L’actualité édifiante montre que cela ne fonctionne pas. Les amendes ne cessent de pleuvoir et elles semblent énormes. Pourtant, comparées aux bénéfices que ces banques tirent de leurs activités illicites, elles sont ridicules et provisionnées dans les budgets comme des risques et il leur suffit d’adapter leurs politiques (crédit, facturation clients…) pour les compenser. Ainsi la HSBC, par exemple, a vu son bénéfice net augmenter au 3ème trimestre 2014 de 7%, malgré une provision de 1,6 milliards pour faire face aux divers litiges. Elles ont aussi l’avantage de mettre fin à des poursuites dont le coût aurait été nettement supérieur et qui auraient pu aller jusqu’à la mise en responsabilité des dirigeants. En payant ces banques achètent donc quelque part le droit à l’immoralité.

Ce qui est surprenant c’est que nous possédons déjà en France et en Europe l’outil législatif qui nous permettrait de contraindre les banques à la moralité. Pourquoi ne pas s’en servir ? Pourquoi ces banques bénéficient-elles d’une sorte d’impunité qui leur permet de poursuivre leurs dérives ?

Se pose en boomerang la question de l’ampleur de la corruption généralisée de nos institutions politiques et judiciaires qui laissent faire. La liste des clients de la HSBC Suisse, qui chaque jour s’allonge, donne le vertige. Et nous sommes incapables de dire aujourd’hui si nous sommes dans une situation où le vase déborde franchement ou si ces scandales ne sont finalement que quelques arbres qui masquent la forêt.

On se souvient aussi qu’en tant que contribuable, nos impôts ont servi à refinancer ces banques il y a peu pour éviter la crise systémique. Chacun sait également quels sont les montants des frais inhérents au fonctionnement de ses comptes. Peut-on accepter, alors que la France est dans une situation de crise, que les banques que les contribuables ont aidé à refinancer aident certains à frauder le fisc ? Peut-on accepter, vue la situation dans le monde et les récents attentats à Paris, que ces banques contribuent aux développements des activités terroristes ?

Il semble évident que les banques n’ont pas pour vocation d’être morales. Elles ont pour vocation de faire le maximum de bénéfice comme toutes les entreprises, là n’est pas le problème. C’est à notre société d’être plus morale et d’imposer en contrepartie de la liberté d’exercer sur notre territoire, une adhésion aux règles morales de notre pays.

Multiplier les normes ne fait que complexifier le système et ouvrir la porte à des interprétations différentes qui créent des vides juridiques (non par manque de lois mais pas choc de lois) dans lesquels les banquiers savent s’engouffrer à leur avantage. Bâle III, qui encadre la redistribution des bénéfices à la baisse, pourrait peut-être être une avancée. Mais nous manquons de recul sur ce que cela donnera.

Pour que les choses changent enfin, ne faudrait-il pas que les personnes physiques à la tête de ces banques soient rendues systématiquement responsables personnellement et condamnées automatiquement à des peines incompressibles de plusieurs années de prison ferme et sur leurs biens propres ? De même, si des interdictions d’exercer étaient également appliquées cela pourrait aussi avoir une influence positive sur la situation.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • banquiers , politiques , financiers….toute cette sale racaille se tiend et par la main et par la barbichette ;il n’y a aucune justice à ce niveau , aucune morale et ce n’est pas prêt de changer ;

  • il ne faudrait pas oublier que l’état est au service des banques( les vraies , pas les petites choses franco-françaises, et des multi-nationales pas l’inverse et la justice …..

  • Se servir de l’outil législatif, conçu par les plus immoraux des politiciens qui soient, pour contraindre la profession à la moralité ? Et si on s’inspirait plutôt de la dépénalisation des drogues ? S’il n’y a plus de bénéfices à faire dans les activités prohibées, les banques les abandonneront, comme les petits dealers qui disparaissent.
    Et bien sûr, une bonne dose de responsabilisation : les coupables ne sont pas les banques, mais certains clients. Si la condamnation du client fait tomber la banque, tant mieux, le banquier n’avait qu’à être plus attentif. Mais le banquier n’a pas pour mission de servir d’ange gardien ou de conscience étatique à son client.
    Vous vous trompez de cible : il ne fallait pas que l’état sauve les banques, point. En revanche, demander que parce que l’état les a sauvées avec les sous du contribuable, l’état soit en droit de leur demander leur aide pour spolier à nouveau ce contribuable, c’est soutenir la connivence !

  • Il y a un pas à ne pas franchir, c’est l’amalgame entre le blanchiment d’argent sale qui a été exposé, mais cela ne concerne pas les 100 000 personnes rassurez moi suspectées dont il est question, il y a dans ce nombre des particuliers qui en ont assez de payer la folie furieuse des dépenses étatiques -rendez-vous compte 2 068 milliards de dettes à l’heure où j’écris- et la France serait dans une situation de crise mais à cause de qui ? Des particuliers ou des dirigeants de ce pays depuis 40 ans ? D’autre part le blanchiment concerne une banque sino-britannique et sa filiale suisse, en quoi la France se trouve-t-elle exposée ?
    Là où l’article est pertinent ce sont les sanctions (prison et patrimoine) à appliquer aux dirigeants qui ont favorisé ce blanchiment d’argent sale.

  • Longue vie a la fraude fiscale.

  • « nos impôts ont servi à refinancer ces banques il y a peu pour éviter la crise systémique »

    Ah bon? A ma connaissance, les impots ont servi a couvrir les pertes du Credit Lyonnais mais cela n’avait rien avoir avec la crise actuelle.

    Par ailleurs, il est vrai que le gouvernement francais est intervenu par le biais de prets et de garanties pour sortir de la crise de liquidites apparue en 2011 (il me semble) mais je ne vois pas en quoi cela a ete fait avec les impots. Les prets ont generes des interets puis ont ete rembourses : l’etat a donc pris un risque alors que ce n’etait pas son role mais si cela a coute un kopeck au contribuable francais, je voudrais bien voir ou il apparait dans la comptabilite nationale…

    Enfin, il y a le cas Dexia : la banque a ete nationalisee puis recapitalisee par les etats qu’elle finance (ou leurs collectivites locales) afin qu’elle puisse faire face a ses obligations definies par le legislateur (les creanciers de Dexia beneficiaient de mega-garanties afin d’assurer le financement des collectivites locales en faillite). Nous sommes la dans un cadre completement different de ce qu’il s’est passe pour « les banques »

  • Ah enfin on reconnait à moitié mots que cette affaire n’a pas été révélée par le Monde, il y a 5 jours.
    en janvier 2013 ce Mr. était mis sour protection des services secrets Espagnols en échange de ses listes.
    Ces listes sont connues depuis 2013 !
    http://www.elconfidencialdigital.com/dinero/Evasores-Suiza-Falciani-custodiado-Policia_0_1980401941.html

    Cela donne froid dans le dos, un Français renié par son propre pays, obligé d’aller chercher protection en Espagne.

    Peut-être que s’il avait été une chance pour la France, on se serait occupé de lui.
    L’état qui devait sévir sur les Gars qui reviennent de Syrie, les couvre d’aides, l’un d’eux a même commencé à accumuler les pensions d’invalidité…. Inversez les valeurs, c’est décidément très Bobo, Ohhh les merdias serviles : chutt !
    Ah! vous ne pensiez même pas en parler..
    L’auto-censure, il n’y a rien de mieux pour garder sa place en temps Socialistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Depuis le début de « l’opération militaire spéciale » russe en Ukraine, les pays occidentaux ont soutenu l’effort militaire du pays envahi. Mais comme dans plusieurs efforts similaires, les États-Unis prennent la part du lion – et davantage est encore en chemin.

Avec les élections de mi-mandat qui approchent à grands pas, nombreux sont ceux qui questionnent cette aide. À un point tel que, s’ils obtiennent la majorité, plusieurs républicains promettent de repositionner leur pays et son financement. Le chef de la minorité républicaine (q... Poursuivre la lecture

Par Kouakou Donatien Adou et Holden Lipscomb[1. Dr. Kouakou Donatien Adou est le Directeur du pôle Bonne Gouvernance à Audace Institut Afrique. Il est auteur de plusieurs articles scientifiques disponibles sur son site. Holden Lipscomb travaille dans le mouvement pour la liberté à Washington, D.C. Il est diplômé de la Graduate School de l'Université de Virginie, USA avec une concentration sur le développement et la prospérité en Afrique de l'Ouest.]

 

Il est communément admis que la corruption est un problème majeur dans le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles