Énergies renouvelables : déceptions en vue en Bretagne

Des citoyens persuadés de la « juste cause » de l’énergie verte se font encore berner par des aigrefins profitant de la « vague verte ».

Par Michel Gay.

bretagne éolien rené le honzecEn France, nous n’avons pas encore connu un désastre aussi spectaculaire qu’en Allemagne avec la faillite du fabricant d’éoliennes Prokon qui était financé par des « participations citoyennes ». Créée en 1995, cette entreprise avait la particularité d’avoir été financée par 75 000 petits investisseurs privés. Elle les avait alléchés avec un investissement présenté comme « éthique », et accompagné d’intérêts élevés (de 6 % à 8 %). Ce dépôt de bilan s’est soldé par de « gross » pertes pour de nombreux petits épargnants et a poussé le gouvernement allemand à demander aux autorités des marchés financiers (Bafin) un contrôle plus strict de ce type d’investissement… à haut risque.

Mais, le modèle du « financement citoyen » de l’éolien (comme Prokon) est admiré… en Bretagne.
Le 13 juin 2014, le journal Les Échos titrait « La Bretagne défriche le financement par les particuliers » au sujet d’un parc éolien à Béganne (Morbihan). Malgré les aides publiques puisées dans les poches des contribuables et la caution morale d’élus, le titre aurait dû être « La Bretagne s’engage dans les pièges à gogos ».
Et les intéressés, ainsi que les éventuelles émules en Auvergne et ailleurs en France, devraient être prévenus des risques. Les services de l´État seraient bien inspirés de mieux surveiller le secteur des énergies renouvelables (notamment éolien et photovoltaïque) considéré au-dessus de tout soupçon puisque c’est « pour sauver la planète ».

À l’aide de la loi de transition énergétique en préparation, voilà vers quel Nirvana socio-économique, « pourvoyeur de milliers d’emplois renouvelables et non délocalisables », MM Royal, Hulot, Baupin, Placé et autres élus, prétendent mener la collectivité française…

Qu’on se le dise !