Hausse de la mortalité routière : le « plan de lutte » de Cazeneuve est-il adapté ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Autoroute Credit Yoann Lambert (CC)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hausse de la mortalité routière : le « plan de lutte » de Cazeneuve est-il adapté ?

Publié le 27 janvier 2015
- A +

Une tribune de 40 millions d’automobilistes

Autoroute Credit Yoann Lambert (CC)

Alors que 2014 s’est clôturée sur un bilan de sécurité routière négatif affichant une légère reprise à la hausse des accidents après 12 années de baisses consécutives, faisons un premier décryptage de ce résultat.

Il n’existe pas de « bonne » année de sécurité routière

En préambule et pour lever toute ambiguïté, nous devons préciser qu’il est très difficile de parler de « bonne » année de sécurité routière tant que nous dénombrerons des décès sur les routes. Cependant, force est de constater que le bilan 2014, souvent présenté ces derniers jours comme « noir », doit être relativisé. 2014 est en effet la deuxième meilleure (ou moins mauvaise) année de sécurité routière depuis la création des statistiques. En aucun cas, l’année 2014 ne vient rompre la courbe de baisse des accidents amorcée en 1972. Le bilan 2014 aura juste le tort de s’inscrire suite un bilan 2013 marquant une chute brutale de l’accidentalité. Rappelons tout de même qu’avec un premier bilan évalué par l’association de 3389 tués sur les routes, 2014 affiche 256 victimes de moins qu’en 2012 et 870 de moins qu’en 2011.

Des disparités régionales avérées et un bilan en trompe l’œil

Si la hausse de la mortalité sera vraisemblablement inférieure à 4% (3,7% selon nos estimations) à l’échelle du territoire national, notons tout de même que cette hausse n’est pas équilibrée. Ainsi, la Bretagne voit par exemple sa mortalité routière augmenter de 14%, l’Alsace de plus de 41%. À elles seules, ces deux régions portent près de 40% du poids de l’augmentation de la mortalité routière nationale. Dans ce contexte, il est impossible de mettre en avant l’argument d’un changement de comportement des automobilistes français face à un relâchement de la répression, d’autant que l’Alsace, comme la Bretagne, s’est dotée de radars mobiles de dernière génération cachés dans les plaques d’immatriculations des véhicules banalisés des forces de l’ordre.

Rappelons aussi, pour lever toute ambiguïté, que la période de désactivation des radars bretons suite aux actes de vandalisme n’avait eu aucun effet négatif en termes de mortalité sur les routes. Au contraire, durant les mois de désactivation, les accidents mortels ont été à la baisse.

Si cette hausse montre des disparités régionales, elle montre aussi d’énormes disparités entre les usagers. Ainsi, si les automobilistes semblent être épargnés par la hausse du nombre d’accidents mortels, il convient de noter que les usagers vulnérables (piétons, cyclistes, 2 roues) sont les catégories les plus touchées par la hausse.

L’effet de la répression focalisée sur la « vitesse » touche à sa fin

Alors que d’autres pays présentant de bien meilleurs résultats que la France en termes de sécurité routière font progressivement marche arrière sur l’augmentation du nombre de radars (comme le Royaume-Uni qui a désactivé près de 60% des radars sur son territoire), la France ne pourra pas désigner l’arrêt du développement des radars comme responsable de la légère reprise des accidents mortels.

Au contraire, la France n’a cessé en 2014 de faire progresser son parc « radars » (fixes et mobiles). Un radar ne mesure qu’un seul paramètre de sécurité routière : la vitesse à un instant T, occultant de fait tous les comportements dangereux qui n’apparaissent pas au radar (franchissement de ligne continue, distances de sécurité…).

Des mesures à prendre

S’il est capital d’entendre que ce n’est pas la mesure politique à elle seule qui agit sur la courbe des accidents, il est néanmoins nécessaire de reconnaître les lacunes de notre pays qui n’apparaît pas dans le haut du classement de la sécurité routière à l’échelle européenne.

  • Entretenir les routes : chaque année, les dépenses de l’État pour l’entretien de nos routes diminuent comme peau de chagrin. Pourtant il s’agit d’un des trois paramètres capitaux pour assurer la sécurité des usagers (un véhicule en bon état conduit par un usager raisonnable sur une route entretenue). De même les investissements routiers français pâtissent aujourd’hui d’un lobby environnementaliste qui considère que tout investissement routier est un mauvais signal pour la sauvegarde de la « planète ». Rappelons que la sécurité routière nécessite surtout des investissements pour préserver la vie des usagers de la route.
  • Lutter contre les drogues au volant : 40 millions d’automobilistes rappelle que de plus en plus d’accidents mortels sont marqués par la présence de stupéfiants lors des analyses sanguines des tués. Nous devons comprendre que sans mesure forte, les stupéfiants au volant deviendront le fléau de la sécurité routière du 21ème siècle.
  • L’alcoolémie : alors que l’Angleterre a réussi le pari de minimiser la mortalité due à l’alcoolémie au volant (7 à 10% des accidents mortels) tout comme l’Allemagne (20%), la France ne parvient toujours pas à suivre l’exemple de ses voisins européens. En cause notamment, le manque de contrôles d’alcoolémie comparativement à l’abus de ceux sur la vitesse des véhicules (la France est le seul pays européen à appliquer un retrait de point pour les petits excès de vitesse de moins de 10 km/h).
  • L’usage du téléphone tenu en main : même si certains pays comme la Suède continuent à tolérer l’usage du téléphone tenu en main, plus aucun usager de la route ne conteste le danger représenté par son utilisation lorsqu’il est manipulé. Aussi, 40 millions d’automobilistes appelle à une grande campagne de communication sur l’intérêt des systèmes embarqués au sein du véhicule qui permettent de sécuriser au maximum son utilisation.

Bien d’autres pistes encore sont évidemment proposées par l’association 40 millions d’automobilistes. En Octobre 2013, l’association remettait aux parlementaires ainsi qu’au ministre de l’Intérieur les idées des automobilistes français pour une amélioration de la sécurité routière dans un livret « Raconte-moi la route de tes vacances, les idées des Français pour sauver des vies » téléchargeable sur le site www.racontemoitaroute.com et sur le site internet de notre association : www.40millionsdautomobilistes.com rubrique « nos livrets »

Une note positive

S’il est incontestable que l’année 2014 présente un bilan de reprise des accidents dans sa globalité, décembre 2014 aura été le meilleur mois de décembre de sécurité routière depuis la création des statistiques, prouvant ainsi qu’il n’y a pas eu de changement de comportement des automobilistes.

Cette donnée atteste aussi que la baisse des prix des carburants n’a pas d’effets négatifs de sécurité routière comme certains voudraient bien le laisser supposer.

Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • Une statistique que je ne trouve nulle part, et dont on ne parle pas : parmi les 480 (environ) piétons tués sur un passage clouté, combien avaient les oreilles bouchées par les écouteurs de leurs MP3 ? Au point d’en oublier toute prudence ?

    • Pour 1 mort, il y a en moyenne 20 blessés ….soit près de 70 000 par an……n’oublions pas ces personnes marquées parfois à vie. Personne n’évoque le coût total des accidents de la route…curieusement personne au plan politique (pourquoi?)

    • Et combien, malgré le « rouge piétons » lumineux persistent à traverser???

  • whatiswrongwithpeople
    27 janvier 2015 at 11 h 16 min

    « il est impossible de mettre en avant l’argument d’un changement de comportement des automobilistes français face à un relâchement de la répression, d’autant que l’Alsace, comme la Bretagne, s’est dotée de radars mobiles de dernière génération cachés dans les plaques d’immatriculations des véhicules banalisés des forces de l’ordre. »

    Ça revient un peu à dire « non non il n’y a pas eu de changement de comportement face à un relâchement de la répression puisqu’il y a eu plus de voitures banalisées » euh les voitures banalisées le but c’est de ne pas les voire non?

    De toute façon la répression routière, en France, ne porte QUE sur la vitesse. Je suis personnellement effaré de voire la façon de conduire de certains, ça roule à 50 mais encore plus dangereusement qu’un conducteur respectueux roulant à 100. On ne regarde plus ses rétro, les cligno n’existent plus on ne respecte plus les ligne d’arrêt aux feu, on s’arrete au milieu des carrefour quand ça bouchonne R I D I C U L E!

    Et sa doit faire au moins deux ans que je n’ai pas vu un seul flic en ville pour faire la circu ou simplement faire acte de présence.

    Le seul moment ou je vois des flics en ville c’est quand ils rentrent au commissariat toutes sirènes hurlantes pour passer les bouchons à 18h. GG la france!

  • Quand donc en finirons-nous avec cette hypocrisie politique, que partage de nombreux citoyens ?

    Nos ministres se gagarisent de la baisse de la mortalité routière, en se gardant bien d’évoquer la part qui en revient à l’augmentation du prix du carburant et la réduction du nombre de kms parcourus qui en résulte, lorsque que cela est le cas. C’est la même manip qui les amène à méconnaître l’effet inverse qu’a incontestablement sur l’accroissement de la circulation – donc du nombre d’accidents – un prix à la pompe plus bas qu’il a jamais été depuis longtemps.

  • Les centres de contrôles techniques ne sont-ils pas des points centraux pour contrôler les automobilistes ….possession du permis de conduire, contrôle de vue voire contrôle ébriété des conducteurs (il semblerait que des conducteurs bien imbibés fréquentent ces centres de contrôles techniques). On peut imaginer que dans ces centres des informations puissent être remises aux conducteurs. Rappelons le coût des accidents de la route est de l’ordre de 24 milliards d’euros par an …..çà décoiffe non pour retenir l’attention de ceux qui crient au loup et qui sont contre tout.

  • L’association 40 millions d’automobilistes considère à tort les petits excès de vitesse comme des infractions mineures qui ne méritent pas de sanction sévère. Pour y voir clair dans ce débat récurrent, la FNAUT a réclamé une étude sur leur dangerosité. Les conclusions des chercheurs de l’IFFSTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, ex-INRETS) et de l’université de Lyon confirment le point de vue qu’elle a toujours défendu.
    Alors qu’en 2001, plus de la moitié des conducteurs ne respectaient pas les limitations de vitesse, cette proportion est tombée à 25% en 2010 ; la vitesse moyenne est passée de 92,5 km/h à 81,5.
    Sur les routes départementales, la part des accidents mortels attribuables à des excès de vitesse est passée de 45% à 28% : la part due aux grands excès de vitesse (supérieurs à 20 km/h) est passée de 25% à 6%, celle due aux excès de vitesse modérés de 13% à 9%. Mais la part due aux petits excès de vitesse (inférieurs à 10 km/h) a augmenté de 7% à 13%, soit près de la moitié du total.
    Une tendance analogue a été observée sur les routes principales. Conclusion des experts : la lutte contre les grands excès de vitesse a été efficace, il faut maintenant se concentrer sur les petits excès de vitesse.

    • Et ça y est, on a le troll sécuritaire qui se sent obligé d’intervenir…

      Avec tout le respect qu’il est possible d’envisager face à une personne aussi dramatiquement dangereuse que vous, je me permets de vous poser une question: vous travaillez, dans la vie? Votre esprit est il occupé par un dur labeur et la volonté de ne pas parasiter la société?

      Je connais malheureusement la réponse.

    • 130 km/h = parfait conducteur et 131 km/h = chauffard, est ce cela que vous voulez nous faire avaler ?

    • 1) « Conclusion des experts : la lutte contre les grands excès de vitesse a été efficace, il faut maintenant se concentrer sur les petits excès de vitesse. » => 95% des exces de vitesse sanctionnés le sont pour des vitesses inférieures a 20km/h (source l’observatoire interministériel de la sécurité routière) donc ne t’inquiete pas pour les petits exces de vitesse, l’Etat s’en occupe a 95%….

      2) « la part due aux petits excès de vitesse (inférieurs à 10 km/h) a augmenté de 7% à 13%, soit près de la moitié du total. » => C’est mignon de vouloir faire du sensationnalisme, mais on parle de 50 morts sur une année complète liés aux accidents de -10km/h, donc un passage de 7 a 13% ne représente que 3 et 6 morts sur une année. Donc quand monsieur dit que les petits exces de vitesse tue, on parle de 3 morts de plus par an (donc une voiture de plus quoi)… sur les quelques 3380, ca fait un peu plouf votre démonstration. C’est le probleme des démonstrations orientées, elles ont la vilaine tendance d’oublier de mettre les valeurs, mais mettre les pourcentages, afin d’accentuer le phénomène. Mais c’était adorable d’avoir tenté…

      3) Pourquoi venir argumenter, vous savez pertinemment que vous etes le gagnant de tout cela, vous savez pertinemment que de toute facon, une telle rentrée d’argent dans les caisses de l’Etat continuera meme si elle est incensé et infondé, juste car cela permet aux incapables qui nous dirigent de récolter quelques 13 Millions d’euros par an de contraventions liés à la vitesse, et surtout 95% de ces 13 Millions consacrés uniquement aux petits exces de vitesse inférieur a 20 km/h….

      Allez bonne journée, et allez contaminer les décérébrés ailleurs, car ici globalement, les gens se renseignent et s’informent.

    • Tout d’abord un grand merci de nous avoir fait découvrir l’IFFSTAR, un chouette bidule qui nous coûte 100 millions d’euros par an d’après leur site, et dont personnellement je n’avais jamais entendu parler. C’est dommage, vu les hautes missions qui lui sont (auto)attribuées, comme  » Inventer la mobilité durable », « construire, déconstruire, préserver, adapter les infrastructures de manière efficace et durable », ou « mieux prendre en compte le changement climatique, les risques naturels et les impacts environnementaux et sanitaires en milieu anthropisé »… Mazette !

      Plaisanterie mise à part, je me demande comment ils font pour arriver à des statistiques du genre : « En 2001, plus de la moitié des conducteurs ne respectaient pas les limitations de vitesse, cette proportion est tombée à 25% en 2010 ». C’est un sondage ? Une extrapolation ? Idem pour la vitesse moyenne qui passe de 92,5 à 81,5 km/h, et les autres chiffres : comment on fait pour savoir après un accident qu’il a été causé par un grand excès, un excès modéré ou un petit excès ?

      Mais bon, j’aime bien le principe de ce genre d’institut dont les conclusions confirment les points de vue qu’ils ont toujours défendu, comme vous le dites vous-même. Ça, c’est de la démarche scientifique pure et sans à priori.

      Et vivement que nous en ayons fini avec les petits excès de vitesse, nous pourrons alors nous concentrer sur les très petits excès de vitesse, puis sur les infimes excès de vitesse.

      • Tu as tout résumé.

        Aujourd’hui le chiffre qui donne la vitesse comme responsable de 25% des accidents mortels est une estimation du policier arrivé sur place. Donc le gentil policier voit la voiture accidentée et déclare sur l’honneur « c’est la vitesse qui est responsable, et je le vois car quand meme la voiture est bien esquinté »… oui car déduire d’une voiture détruite qu’elle était a 130, a 140 ou a 150 ca doit etre facile, dommage que je n’ai pas ce don.

        Rien que pour un expert scientifique super équipé et ayant une expérience inégalée ce serait impossible de savoir exactement la vitesse a laquelle la voiture roulait, car :
        – la voiture peut avoir freiné avant
        – l’angle d’impact change l’aspect de celui-ci
        – la direction du volant et la resistance du volant changera aussi
        – la resistance de la carrosserie idem
        – etc…

        Bref je ne sais combien de parametres qui empechent toute possibilité de définir si l’automobiliste etait en exces de vitesse ou non.

        De plus dans ces chiffres ont ne met jamais en face la notion d’un autre élément qui aurait pu conduire a l’accident. Imaginons qu’une personne roule a 200 km/h sur autoroute pendant 200 km, a un moment il fatigue, il s’endort au volant… donc le policier dira c’est la vitesse, car il sera impossible a vérifier que c’est la somnolence qui a conduit a l’accident (les témoins vont majoritairement dire que c’est la vitesse « impressionnante », mais la somnolence entrainera dans les secondes suivantes l’accident donc impossible a detecter pour un témoin, donc ce sera la vitesse forcément.

        De plus l’endroit ou les vitesses sont le moins respectés sont les autoroutes, la meme, ou la vitesse serait responsable de 5% des accidents mortels…

        • « De plus l’endroit ou les vitesses sont le moins respectés sont les autoroutes, la meme, ou la vitesse serait responsable de 5% des accidents mortels… »
          Et l’endroit ou la somnolence est le facteur principal d’accident. Sans compter votre exemple qui laisse sans doute passer des cas de somnolence manifeste. Peut on en déduire que la vitesse régulée est facteur d’accident par somnolence ? et donc la pression des contrôles de vitesse sur autoroute, obligeant une vitesse régulée, serait cause d’accident mortel ? Je franchis le pas de cette conclusion !

          • Le-Grand-Méchant-L
            28 janvier 2015 at 2 h 04 min

            Exact, le problème est d’ailleurs connu aux US où certains états on relevé les vitesses sur les autoroutes.

    • Soyons honnêtes, adoptons des méthodes scientifiques ! Vous dites que la part des accidents mortels dû aux excès de vitesse est passé de 45 % à 28 % en 9 ans. On constate alors que la part des accidents mortels dû au respect des limitations de vitesse est passé de 55 % (100 % – 45 % ), à 72 %!
      Avec autant de mauvaise foi que les experts de l’ IFFSTAR, on peut donc tirer la sonnette d’ alarme, pour réaliser au plus vite une grande campagne, avec gros budget à la clé, demandant aux français d’accélérer un peu.

      • Le-Grand-Méchant-L
        28 janvier 2015 at 2 h 07 min

        Bien tenté mais raisonnement erroné. Les effectifs des populations considérées ne sont pas les même dans chaque échantillon…

  • A preciser, le probleme des stats globales dans un contexte précis.
    – On parle de 120 morts en plus par rapport a l’année dernière. 120 c’est 10 morts en plus par mois, 10 morts en plus par mois c’est un monospace qui rentre dans une voiture familiale…. 1 accident en plus par mois, ou bien un bus qui a un accident et qui fait 5 mois entier, un camion qui renverse 5 pietons qui fait la moitié de la stat mensuelle,… bref le probleme majeur des stats globales qui ne veulent rien dire.

    – L’objectif gouvernemental est de 2000 morts pour 2020… donc quoi ? 2000 morts c’est bien et on se fou des familles… non il faut un objectif a 0 morts pour 2016, pareil pour les suicides (donc interdiction de vendre des cordes dans le commerce), pour l’alcool (donc interdiction de vendre de l’alcool), pour le cancer (interdiction d’attraper le cancer ou amendes),… bref 2016 0 morts en France meme de vieillesse.

    – Bon et je comprend l’auteur, mais non la France ne s’assiéra pas sur la manne que rapporte les radars aussi facilement, cela leur permet de faire rentrer un impot sans bouger le petit popotin et surtout cela permet de réduire l’endettement preuve de leur nullité professionnelle.

    • Et à force de considérer les français pour des enfants on les déresponsabilise fortement. La notion de responsabilité n’existe plus.
      Que peut on dire à des piétons qui traversent sans regarder la circulation et parfois avec un casque sur la tête ? Des cyclistes qui ne savent pas ce qu’est un feu rouge ? Des motards qui zigzaguent entre les files à des différentiels de vitesse hallucinantes aux heures de pointes ? Des conducteurs d’automobiles qui foncent devant des écoles ? Et pendant ce temps celui qui roule certes à un petit 135 sur une autoroute déserte s’en prend plein la tronche. Merci maman ETAT de nous rappeler ce qui est bon ou pas ! 😆

  • Donc la myriade de radars embarqués dissimulés dans les plaques de voitures banalisées n’auraient aucun effet positifs sur la sécurité routière ? C’est étrange, je pensait pourtant que l’existence de zones de danger mobiles était avérée, et que ce dispositif permettait de sensibiliser les usagers…
    Je ne sais pas si cet article est tiré des conclusions du gouvernement, mais c’est une bonne chose que de reconnaitre l’inutilité de nombreuses mesures repressives liées a la vitesse.
    Beaucoup de moyens de lutter contre les accidents ne peuvent pas être imputés au ministère de l’intérieur :
    – les systèmes gratte fesse dans le siège conducteur qui le réveillent lorsqu’il s’endort
    – l’anti démarrage si la ceinture de sécurité n’est pas mise
    – le limiteur de vitesse (pas le régulateur)
    – le prix des carburants
    – la diminution du NB de véhicules qui va de pair avec l’augmentation du nombre de covoiturages
    – le déneigement immédiat et efficace
    – les réseau autoroutier sur qui ne cesse de croitre

    Par ailleurs, je ne sais pas si les dom Tom sont pris en compte mais je ne serai pas surpris que les statistiques de ces départements soient bien plus graves que celles en métropole (pour y avoir vécu, et conduit).

  • Si nous suivons le raisonnement de nos génies à 0 km/h il devrait y avoir 0 mort ….. mais cela reste à prouver …

    • C’est ce que j’ai dis à ma femme hier 😉

      On y arrivera jamais sans une bonne analyse des causes, c’est le principe même du management QSE : audit, analyses des causes, planification, audit,….

      Ici c’est de l’effet d’annonce « abaisser la limite d’alcoolémie à 0.25 pour les jeunes ». On oublie de dire que les jeunes qui picolent, c’est pas 2 verres, mais la bouteille.

    • Et encore, 0 km/h c’est trop vite.
      Il va falloir interdire les lits, car c’est là qu’il y a le plus de morts. Insupportable :mrgreen:

  • Quelqu’un peut il donner la statistique suivante?
    fréquence des accidents mortels en fonction du jour de la semaine, de l’heure (nuit-jour), de l’age des victimes…
    Par ailleurs, si on interdit les oreillettes téléphone, quid des casques audio, des sono à 500W et plus et de ceux qui tiennent des conversations avec leurs passagers, de ceux qui chantent à tue tête, de ceux qui mangent un sandwich, de ceux qui cherchent leur route sur le GPS du téléphone?

    • BRETEL : « Quelqu’un peut il donner la statistique »

      Le permis est la cause majeure d’accident: seul 4% des tués sont du à des personnes roulant sans permis.

      Plus sérieusement il y a des chiffres ici mais je n’ai pas fouillé (il n’y à pas les heures ou les jours je crois)
      http://www.preventionroutiere.asso.fr

  • Merci pour cette photo ou la Savoyarde, le Mont Saint Michel et le Nivolet en enfilade sous le soleil de la combe de Savoie me donnent une petite madeleine de Proust de la campagne de mon enfance.

    Oui je sais c’est hors sujet…

    • Tout ça pour aller à Chambéry, un des coins de France où l’essence est la moins chère !

    • Soyons précis, un peu de rigueur non de non 🙂
      https://goo.gl/maps/hvB2P

      Comme tout le monde a droit a son institut de sondage, je monte le mien aujourd’hui, et donc 99,99% de la population mondiale trouve que la Savoie, mais plus précisément les Bauges est le plus beau territoire du monde… et mon institut de sondage réalise ses sondages en toute impartialité tout comme les autres.

  • Tout ceci est à replacer dans le cadre plus général de l’État à l’écoute d’associations ou de groupes de pression bien en cour qui le confortent dans un coûteux interventionnisme tous azimuts. Dormez, braves gens, l’État veille sur les Français (et les surveille accessoirement). Et s’il les laissait respirer un peu, les Français?

  • Pourquoi fait on distinction entre stupéfiants et alcool sur les accidents de la route? Pour une bonne raison: Parce que toutes les drogues n’ont pas le même effet. Dommage qu’on range les cocainomanes aveuglés par leur trop grande confiance en eux avec les fumeurs de joint. Domage qu’on n’ai jamais fait d’étude sur les gens qui sont complètement rembourés de café et qui sont nerveux et agressifs au volant. Dommage qu’on punisse pareillement un mec défoncé au cannabis (facteur de risque *2) plus qu’un alcoolique (facteur de risque *7).

    Les lois sur la sécurité routière sont systématiquement ineptes…

  • Le-Grand-Méchant-L
    27 janvier 2015 at 13 h 43 min

    Le nb de décès annuels permet de mesurer l’ampleur globale du préjudice, tout le reste est du verbiage politique gouvernemental et associatif pour se mettre en scène et justifier encore un train de mesures répressives dans la guerre contre les citoyens.

    Le nb de décès annuels ne permet pas d’analyser, de comprendre et de discuter rationnellement la performance en termes de sécurité. Il conviendrait donc -pour pouvoir seulement commencer une discussion sérieuse:

    1/ de calculer et surtout de publier des taux d’accidents (en divisant le nb de décès ou de blessés ou d’accidents par un dénominateur de 100 Millions de km par ex, ou d’heures de trajet ou de déplacements…. et de ne pas s’en tenir à un nombre brut de décès ou de blessés, qui est évidemment fonction des km parcourus ou heures de trajets, et donc des variations d’activité économique, de météo, de coût du carburant, de calendrier… On ne peut comparer et comprendre que des choses égales par ailleurs);

    2/ de remettre en perspective sur une échelle de temps longue pour échapper aux bruits et aléas statistiques (merci à l’auteur pour avoir rappelé les chiffres antérieurs… un graphique serait plus parlant pour montrer l’inanité de ce concert des pleureuses). Comparer simplement n à n-1 est simplement scientifiquement indigent;

    3/ de publier des données plus fines que les totaux nationaux car les données agrégées à un niveau national peuvent être très trompeuses. L’auteur amorce cette discussion sur ce que recouvrent les chiffres globaux, en commençant à s’intéresser aux disparités régionales. Pour pouvoir comprendre les évolutions, causes et possibles moyens d’action, il faut aussi s’intéresser et analyser:
    – par types d’axes routier
    – par type de déplacement (local or commuting, commuting urbain ou inter-urbain, professionnel , vacances etc)
    – par environnement / situation
    – par région
    etc…
    Il n’est pas rare en analyse statistique, quel que soit le domaine, par exemple qu’un changement de mix au sein d’une des variables cause une aggravation globale alors que la performance de chaque catégorie est inchangée. Par exemple, si les 2 roues on un taux de 8, les autos de 1 et les piétons de 2, et que chacune des catégories conserve le même taux entre 2013 et 2014, le simple fait que la part du 2 roues augmente plus que les autres entrainera une augmentation du taux d’accident global malgré la stabilité du taux de chaque catégorie… Ce cas pourrait se produire dans les métropoles par ex. Ignorer cela, c’est se condamner à agir sur les mauvais leviers -ou plutôt : nous condamner 🙁

    • +1000

      Mais faire toute cette statistique, pas infaisable, entraînerait probablement une conclusion fort simple : la part des infrastructures est primordiale dans l’accidentologie. Mais ça ce n’est pas acceptable pour l’état.

      • Le-Grand-Méchant-L
        28 janvier 2015 at 2 h 10 min

        En effet, la manne de la TIPP étant détournée pour financer bien autre chose que des infrastructures…

  • Et si le Ministre de l’Intérieur attaquait Chantal Pérrichon, présidente de la Ligue contre la Violence Routière, pour attentat à la Constitution ?
    Les délinquants de la route frappent encore et toujours les automobilistes.
    Pourtant, les droits de l’homme disent :
    ART. 4. — La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
    ART. 5. — La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société.
    En quoi ce conducteur a-t-il nui ?
    ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale.
    Est-ce la volonté générale du peuple français de se faire pincer tandis qu’il n’est constaté aucune nuisance ?
    ART. 8. — La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires.
    Est-il bien permis devant l’article 8 de faire payer 45 puis 90 puis 180 euros pour la même infraction ?
    ART. 9. — Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable.
    Est-il permis par cet article 9 de présumer coupable le propriétaire du véhicule et de le faire payer avant qu’il puisse se défendre ?
    ART. 17. — La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.
    Est-il permis de confisquer votre véhicule pour des infractions routières d’après l’article 17 ?
    ART. 6. — La loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse.
    Est-il permis d’après l’article 6 de confisquer une voiture neuve à l’un et un treubeu à l’autre pour la même infraction ?

    • La Perichon il faudrait surtout que quelqu’un la suive des journées entières pour traquer les moindres infractions et tout prendre en photo et filmé, envoyer tout cela a un journal sérieux et aux assoc de défense des automobilistes rackettés.

  • Intéressant.

    Il ressort que la vitesse serait une circonstance aggravante mais que c’est avant tout « l’attention » qui est à prendre en compte et notamment l’utilisation d’objet ou de substances la diminuant.
    Tout ça est de simple bon sens et comme le disait Charles-Maurice « Ca va sans sans dire et encore mieux en le disant ».

    Un dernier point : « l’Instant I » et non pas l’instant « T » (Le temps « T », la seconde « S », the « D » day, le moment « M »)

  • Est-ce que quelqu’un aurait la statistique du nombre de morts au km selon les différentes routes : départementales nationales autoroutes sur plusieurs années ainsi que la réparation entre automobilistes, motards, cycliste, et piétons.

    Parce qu’en soit le nombre de mort par an sur les routes c’est tout sauf un bon indicateur.

    Je suis près à parier que vu les conditions météo pourris de 2013 bien plus de km ont été parcouru en 2014.

    Je suis près a parier que le nombre de mort au km à en fait baissé entre 2013 et 2014.

    • En gros, morts piétons +40, cyclistes +10, motards -7, automobilistes +75. Un point qui me tracasse et dont on n’entend jamais parler est l’éclairage public dont les lampes à économie d’énergie font à mon avis une lumière qui gomme les contrastes et la mode des vêtements sombres. S’y ajoute la réduction de la surface vitrée des habitacles et la multiplication des secteurs morts. Un autre point est la part importante de l’endormissement, 1 mort sur 3 sur autoroute, alors que les aires de repos sur les 2×2 voies ont l’air de se raréfier par chez moi.

  • Et en proportion ? Est-ce que 4000 décès pour 40 000 000 d’usagers de la route est pire que 1 décès pour 39 000 usagers de la route ? Comme rappelé dans l’article tant qu’il y a des décès on ne peut pas se satisfaire de la sécurité routière mais peut-être qu’on peut relativiser cette hausse.

    Puis l’année où il n’y aura aucun décès, la suivante avec un seul décès sera-t-elle apocalyptique ? infiniment plus de morts sur les routes ?

  • Quand le nb de tués augmente:
    il faut accentuer la répression même injuste

    Quand le nb de tués redescend, nous sommes sur la bonne voie:
    il faut accentuer la répression même injuste

    Qui s’étonnera des prédictions d’Houllebecq, il est grand temps à nos politiciens démocrates de se réveiller. De la répression routière: oui, mais juste.

    • Concernant Mme Perichon, elle tient sa « légitimité » du fait d’avoir perdu un enfant dans un accident de la route…!!!

      Quand on arretera, dans ce pays, de faire appel à des incompétants pour s’occuper des affaires…déjà, ça ira peut-être un peu mieux…
      Il est incroyable de voir que, quelque soit le domaine, les sujets sont traités complètement à l’envers…on marche sur la tête…
      La désinformation est totale, on vit dans une dictature des médias à la botte de nous gouvernants…et les statistiques de toutes sortes arrivent comme par enchantement pour valider telle ou telle prise de décision !
      Je ne sais pas où on va, mais c’est de pire en pire…et Houllebecq pourrait ne pas être loin de la vérité dans ces « visions »…!!!
      Et pendant ce temps-là…Flamby monte dans les sondages…c’est dire le niveau moyen…

      • « Concernant Mme Perichon, elle tient sa « légitimité » du fait d’avoir perdu un enfant dans un accident de la route…!!! »
        Il n’y a justement rien de légitime, pourquoi faire un transfert de son cas vers n’importe quel citoyen enfreignant un code bien trop rigide pour être adaptable à toutes les routes de France ? Etre victime ne permet généralement pas d’être objectif et je le confirme au vu des réactions de cette personne.

        • C’est un hoax, elle n’a jamais perdu un gosse dans un accident.

          C’est la créatrice du mouvement qui avait perdu ses deux filles car elle avait demandé à des amis de ne pas les attacher en voiture car c’était dangereux : tous les passagers sont vivants… sauf ses 2 filles !

          C’est elle qui le dit.

          GENEVIEVE JURGENSEN, journaliste, fondatrice de la Ligue contre la violence routière.
          I. La genèse d’un engagement.
          (……….)
          « Mes filles, âgées de sept et quatre ans, étaient parties avec leur oncle, leur tante et leur cousine, bébé, rejoindre leurs grands-parents. Un jeune homme a perdu le contrôle de sa voiture, un jeune homme dont les personnes qu’il venait de dépasser pensaient qu’il provoquerait une catastrophe. Mes enfants ont trouvé la mort sur le bord de l’autoroute, assez loin l’une de l’autre, semble-t-il. Dieu merci, mon beau-frère, ma belle-sœur et leur bébé ont été épargnés, ainsi que le jeune homme. C’était donc un malheur qui avait fondu sur ces deux petites filles, et sur elles seules.
          (……….)
          « Qu’aurais-je pu faire, moi, qui ait évité ce résultat ? Deux choses entrent en ligne de compte. L’une est de l’ordre de l’intime : j’avais cédé aux pressions familiales, qui m’avaient convaincue de rendre le billet d’ avion que j’avais initialement réservé pour mes filles et de les laisser partir en voiture. L’autre aspect, c’était la ceinture de sécurité à l’arrière. C’était une époque où les voitures, depuis très peu de temps – or, la voiture de ma belle-sœur était neuve – devaient sortir de l’usine avec deux ceintures de sécurité à l’arrière. Mais je n’avais jamais vu qui que ce soit porter la ceinture de sécurité à l’arrière, et la seule chose que je me souvenais avoir lue était que, pour les enfants, elle était mal adaptée, parce qu’elle passait au niveau de leur artère jugulaire. J’avais donc recommandé à ma belle-sœur de ne pas attacher mes filles. D’où leur éjection et leur mort. »

          http://www.ssf-fr.org/56_p_12839/grand-temoin-la-violence-routiere.html

  • 40 milliards € ont été gaspillés dans des ronds points inutiles ( sans parler des milliards € pour les radars ,les chicanes ou même d’arbres plantés sur la route). Si cette somme avait été investie dans la formation et la responsabilisation des usagers de la route ( y c piétons..) les résultats seraient au rendez vous. La France est un des plus mauvais élèves en Europe ( et de loin par rapport aux pays du Nord) : jetons aux orties notre idéologie et devenons pragmatique. Commençons par nous occuper de ceux qui sont responsables d’accidents ( surtout les récidivistes): ils doivent se remettre en cause et se former. La France est toujours championne pour imposer les mêmes règles à tout le monde , ce qui est inefficace ( J’admets que Sébastien Loeb roule plus vite que la voisine de 85 ans).

    • « J’admets que Sébastien Loeb roule plus vite que la voisine de 85 ans » ce n’est pas parce que Loeb est un génie du volant :
      – avec une voiture à la tenue de route irréprochable,
      – sur route fermée
      – avec la possibilité de terminer une course sur trois roues
      – …
      qu’il a forcément plus de réflexes sur route ouverte en circulation.

      Pourquoi les réflexes d’un pilote seraient mieux aiguisés que ceux d’un gardien de but ? d’un judoka ?…

      A ce compte pourquoi les jeunes pilotes (kart, F3000 …) doivent-ils passer leur permis ?

    • VISOR, dans un pays aussi individualiste que la France comment espérez vous responsabiliser quiconque, surtout quand maman ETAT est derrière son dos tout le temps pour lui dire ce qui est bien ou mal. Les récidivistes doivent être lourdement sanctionnés.

      LoicS, Sébastien Loeb a forcément de meilleur réflexe que le conducteur lambda, en revanche il ne dépassera jamais les lois de la physique (i.e. distance de freinage) et ça un pilote de rallye le sait très bien puisqu’il joue sans cesse avec les lois physiques.

      • « Sébastien Loeb a forcément de meilleur réflexe que le conducteur lambda » qui est ce conducteur lambda pour avoir forcément moins de réflexes qu’un pilote professionnel ?

        Si sa profession permet à un individu d’avoir des mesures particulières alors accordons le droit du port d’arme au gardien de la paix ! Après tout le gardien de la paix sait mieux utiliser son arme qu’un lambda.

        Heureusement que les règles sont les mêmes pour tout le monde, c’est simplement ce que je voulais exprimer.

        • Vous mélangez tout ! Votre exemple n’a rien à voir.
          Je vais transposer votre jalousie avec un autre exemple, puisque les chefs cuisiniers sont des hommes alors tous les hommes savent aussi bien cuisiner. C’est idiot mais c’est exactement ce que vous nous dites en comparant un pilote professionnel de rallye et monsieur tout le monde !

          • « votre jalousie » ah bon ? Merci de me l’apprendre.

            « en comparant un pilote professionnel de rallye et monsieur tout le monde » ah bon bis ? Ce n’est pas moi qui écris « LoicS, Sébastien Loeb a forcément de meilleur réflexe que le conducteur lambda ».

  • Concernant la pertinence à injecter plus d’argent dans l’entretien des routes, j’ai un gros doute! Vous prenez comme exemple l’ Angleterre a juste titre. Avez vous vu l’état des routes anglaises??? Manifestement ça ne joue pas en leur défaveur, d’où mon scepticisme à dépenser toujours plus d’argent publique…. Par ailleurs des amis Anglais qui nous rendent visite une à deux fois l’an s’amusent à compter les tronçons routiers refait depuis la dernière fois!!! Ils ne sont jamais déçus !!!
    Pour ce qui est de l’alcool en revanche, en 30 ans de conduite régulière voire intense, je n’ai été contrôlé que deux fois….

    • Pour les infrastructures c’est au cas par cas. Il y a quelques années, sur une autoroute de région parisienne, chaque année dans un virage bien particulier il y avait des accidents avec parfois des blessés, la notion de vitesse était certainement en cause mais pas seulement, ils ont réalisés de simples travaux de changement de revêtement dans ce virage, il n’y a plus eu d’accidents les années suivantes. C’est un exemple parmi tant d’autres mais lorsqu’un lieu est accidentogène il faut aussi penser à l’infrastructure qui peut faire beaucoup.

      L’alcoolémie est un problème mais on sait à quel moment et pourtant il y a peu de contrôles à ces moments là. Baisser le taux à 0.2 pour les jeunes est de la simple communication pour faire croire qu’on traite le problème, les statistiques ont montrés que l’alcoolémie en cas d’accidents est en moyenne supérieur à 1.2. Le contrôle ciblé est la seule solution.

    • 18 juillet 1973 : chute d’un autocar belge dans un virage de la RN 85 au bas de la rampe de Laffrey près de Vizille (Isère), 43 morts.

      2 avril 1975 : au même endroit que l’accident du 18 juillet 1973, chute d’un autocar sans frein en bas de la descente, 29 morts.

      22 juillet 2007, chute d’un autocar polonais en bas de la rampe de Laffrey sur la RN 85 (au même endroit que l’accident du 18 juillet 1973 et de celui du 2 avril 1975), 26 pèlerins tués.

      (source wiki, googler le texte)

      43 + 29 + 26 … next ?

      Si on ne fait rien pour des dizaines de morts au même endroit comment peut on croire que l’on fait quelque chose quand il n’y en a que quelques uns de façon répétitive…

  • A vous lire , le problème des accidents liés à la vitesse doit être un problème spécifiquement français.Je m’explique ; je vis en Allemagne depuis 4 ans et ici point de polémique sur ce sujet .Le nombre de mort est même légèrement inférieur à celui de la France .Et pourtant l’Allemagne compte 80 million d’habitants , donc un nombre plus important de véhicules en circulation et surtout avec un nombre plus important de grosses cylindrées .Des autoroutes gratuites avec pour conséquence un trafic qui est beaucoup plus dense . J’ajoute aussi des conditions climatiques beaucoup plus sévères et longues qu’en France ; neige, verglas, brouillard, etc .Quant aux radars , ils existent , certes mais dans des proportions raisonnables
    et situés principalement à l’entré des villages .Ici il n’y a pas ,police ET gendarmerie mais seulement la police qui surveille avec jumelles ou pas de façon exceptionnelle .La vitesse est limitée à 100 km/h sur routes départementales et nationales (bien qu’ici ce n’est pas nommé de la même façon) et sur les autoroutes certaines sections peuvent être limitées à 120 ou 130 km/h et sur d’autres portions ne pas être
    limitées du tout. Par contre les routes sont très bien entretenues ( lignes blanches avec relief sur les bords de l’asphalte et piquets réfléchissants tout les 100 m) et visiblement le nombre de camions en circulation est inférieur à celui de la France. En conclusion le propre d’une étude scientifique est d’être reproductible dans de multiples lieux en apportant des résultats similaires!…..Hors je constate que  » l’hypothèse reste française ainsi que ses pseudos conclusion

  • Cette hausse relativise l’importance dans les baisses des années précédentes de l’apport de la sécurité intrinsèque des véhicules. Le facteur humain et le comportement des conducteurs restent primordiaux.

    • Ah bon.
      Après plusieurs années de crises l’age moyen des véhicules sur les routes françaises augmente. Dans le même temps l’état des infrastructures moins entrentenues se dégrade. Avec tout ça, une hausse de presque rien (ça se joue à quelques accidents mortels, quelques blessés qui meurt alors qu’ils auraient « juste » été à l’hopital six mois) permet de dire que « non c’est pas les véhicules » ?

      Alors que justement tout indique que si ?

      Et ben, on en apprend des choses !!

      • En effet, on peut se demander si le problème ne serait pas la prise en charge médicale des blessés qui se dégrade.

      • Plus les voitures sont de conception récentes plus elles ont un niveau élevé de sécurité intrinsèque, avec l’abs, les airbags, etc. Et beaucoup expliquait la baisse constante de la mortalité par cette seule raison.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick de Casanove.

Dans une société libre, débattre est un plaisir. Les libéraux aiment le débat, la joute oratoire ferme et courtoise. Ils aiment convaincre. Ils n’aiment pas contraindre. C’est plus difficile mais beaucoup plus exaltant. Ce débat libre est un des marqueurs de la vitalité de la liberté dans une société.

En France aujourd’hui, le débat est moribond, la réflexion a disparu. Ils ont laissé la place à l’anathème, à l’insulte envers ceux qui s’opposent au politiquement correct, ou qui sont simplement différent... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Finalement, la vie est pleine de mystères et ce ne sont - malheureusement - pas toujours ceux-là qui font les gros titres de l'actualité. C'est dommage tant les enquêtes sur ces mystères seraient très probablement passionnantes et aboutiraient à fournir bien des informations pertinentes à un public avide dans ces périodes trop remplies de fake news et autres complots crapoteux.

Prenez par exemple les vaccins et les contaminations : les études s'accumulent et montrent que cette mesure préventive présentée comme l'unique v... Poursuivre la lecture

Par Nasier Ockham et h16

Et pour continuer dans le chapitre de la statistique amusante, je vous propose aujourd’hui, toujours grâce à l’aide de Nasier Ockham qui a réalisé les analyses statistiques suivantes, de tenter une évaluation de ce qu’ont coûté les confinements en termes humains et d’apporter une lumière statistique sur l’état général des établissements hospitaliers publics français.

Des confinements meurtriers

Ainsi, alors que plus de seize mois se sont écoulés depuis le premier confinement de mars 2020, il peut être ut... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles