Une nouvelle grande Allemagne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
angela merkel hollande rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle grande Allemagne ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 janvier 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Guillaume II credits Royal Opera House (licence creative commons)

Faisons un peu de géopolitique fiction. L’Europe regarde de nouveau vers la Grèce, qui semble posséder les clefs de son avenir avec les conséquences imprévisibles des élections législatives du 25 janvier. Ce petit État, admis dans la CEE en 1981 par esprit de charité et presque par dérision, se révèle posséder une forte capacité de nuisance qui le place parmi les puissances européennes de premier ordre. À Marathon (490), les hoplites athéniens avaient vaincu l’Empire perse à la surprise de tous, voilà que les frondeurs grecs menacent le nouvel empire européen. Angela Merkel ne serait pas opposée à la sortie de la Grèce de la zone euro en cas de victoire d’Alexis Tsipras. Une déclaration qui cherchait surtout à faire peur à l’électorat grec pour l’inciter à voter pour d’autres hommes. Cela eut l’effet inverse : les Grecs ont voté pour Tsipras pour ne pas se laisser imposer leur politique.

angela merkel hollande rené le honzec

Imaginons alors qu’Angela Merkel aille au bout de ses déclarations et que la Grèce sorte de l’euro. On voit mal comment d’autres pays ne la suivraient pas, et notamment ces pays des rives de la Méditerranée : l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la France, qui reformeraient ainsi l’union latine et romaine contre les tentatives de domination continentale du bloc germanique. L’Angleterre aurait tout intérêt à soutenir ce mouvement de sortie, renouant ainsi avec sa politique d’équilibre des puissances qu’elle a si merveilleusement jouée au cours du XIXème siècle pour éviter l’hégémonie d’un grand sur le continent. Et la France pourrait même prendre la tête des sortants, pour se démarquer de l’Allemagne et affirmer sa puissance face à ses voisins latins. De quoi sortir par le haut et transformer un échec en succès diplomatique.

Le nouveau Reich ? Mais sans ces pays dans l’euro, qui resterait-il ? L’Allemagne. Et avec elle, l’Autriche, le Benelux, la Slovaquie et les trois États Baltes. Cela ne vous rappelle rien ? C’est, quasiment trait pour trait, les frontières de l’ancien empire allemand. Ne manque que la Tchécoslovaquie et la Pologne, dont l’entrée dans l’euro est annoncée mais toujours différée. L’Allemagne n’a jamais eu que l’ouest de la Pologne, pour une fois elle pourrait l’avoir tout entière. Si les pays de la Méditerranée s’en vont, l’Allemagne restera seule pour dominer ce vaste espace qui fut autrefois le sien, retrouvant ici la geste des Teutoniques et là le souffle de Sadowa (1866). Un espace germanique, avec des frontières douanières effacées, comme sous le Zollverein, dominé par Berlin ; c’est l’Anschluss, rêvé par Guillaume II en 1915 et que la défaite de 1918 ne permit pas de réaliser.

C’est peut-être une fiction, mais cela pourrait tout à fait se produire, et l’on verrait alors les permanences de l’histoire et de la géopolitique européenne ressurgir. Dans l’esprit de certains, l’UE devait effacer les frontières et les cultures et rompre avec le temps long de l’histoire. La grammaire des civilisations pourrait se manifester de nouveau et les trois grands, Angleterre, France et Allemagne, se trouver réunis dans un moderne tête-à-tête pour l’hégémonie continentale. Si David Cameron souhaite avancer le référendum sur la sortie de l’UE, c’est peut-être pour des questions de politiques intérieures, mais c’est aussi peut-être pour hâter un mouvement qui, de façon inattendue, remettrait l’Angleterre en arbitre central du continent européen.


Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Cela fait longtemps que je pense que l’Allemagne à réussi son rêve de mitteleuropa.

    En utilisant le soft power.

    Que faire ? Envahir la ruhr ? 🙂

    Vite nous avons quelques têtes nucléaire au cas où ! LOL

    • romaric: « Cela fait longtemps que je pense que l’Allemagne à réussi son rêve de mitteleuropa »

      C’est plutôt les latins qui ont réussi leurs rêves collectiviste. Au pays des aveugles même un borgne peut être bien classé. Les pays du nord dont l’allemagne vont tous parfaitement bien (comparativement) avec une dette un budget et un chômage maitrisé.

      Suisse – Classement liberté économique: 4eme – Dette 40% – Chomage: 3.5%
      Danemark – Classement liberté économique: 10eme – Dette: 46% – Chomage: 6.7%
      Allemagne – Classement liberté économique: 18eme – Dette 78%– Chomage: 4.9%
      Finlande – Classement liberté économique: 19eme – Dette 38% – Chomage: 8.7%
      Suède – Classement liberté économique: 20eme – Dette 37% – Chomage: 8.0%
      Norvège – Classement liberté économique: 32eme – Dette: 33% – Chomage: 3.4%



      Rwanda Classement liberté économique: 65eme
      Ghana Classement liberté économique: 66eme
      ….
      ….

      Portugal – Classement liberté économique: 69eme – Dette 129%++ Chomage: 13.5%
      France – Classement liberté économique: 70eme – Dette 95%++ Chomage: 10.1%
      Italie – Classement liberté économique: 86eme – Dette 110%++ Chomage: 12.3%
      Grèce – Classement liberté économique: 119eme – Dette 170%++ Chomage: 26.4%

      • Bien sur je plaisantais.

        Maintenant si la suisse est un « pays du nord » pourquoi la France ne l’est elle pas? Je parle géographie. Quel est votre critère pour l’appellation « pays du nord » ? Plus ou moins libéral ?

        Mais vous avez parfaitement raison… c’est triste…

  • L’autre possibilité est que l’Allemagne sorte de l’Euro et se crée une zone mark, laissant les pays du sud faire plouf.

    néanmoins, comme la plupart des autres pays européens, l’Allemagne se suicide à la dénatalité.

    • Je dois dire que cette solution m’apparaît plus plausible.
      Il n’est pas possible de forcer un pays à quitter la zone euro
      En revanche l’Allemagne en sortant de l’euro pourrait attirer dans un accord ad hoc l’Autriche le Danemark les Pays-Bas le Luxembourg la Pologne les pays baltes la Tchéquie et la Slovaquie, laissant les pays du Sud au premier rang desquels la France se débrouiller avec l’euro

  • N’est-ce pas déjà la mitteleuropa dans les faits au travers des relations économiques et énergétiques.
    Ne voit-on pas l’Allemagne te la Russie se confronter (aujourd’hui diplomatiquement) au sujet de l’Ukraine?

    La France et les pays méditerranéens deviennent quantité négligeable du fait de leur économie en déroute, surtout après l’élection Grecque et le soutien Français à ces mêmes Grecs.

    Aujourd’hui l’Allemagne domine, elle restera dans l’Europe jusqu’au jour où ses citoyens en auront vraiment marre de payer pour les bras cassés, ce qui risque d’arriver assez vite.

    La position Française, soutenant les revendications du gouvernement Grecque actuel, n’est-il pas déjà une alliance du sud contre l’Allemagne?.

    Et la perfide Albion regarde tranquillement en poussant ses pions.
    Donc rien de nouveau depuis Napoléon.

  • Encore un article de géopoliticien parisien de salon avec une faible connaissance des réalités des cultures d`aujourd’hui, pour exemple, la Tchécoslovaquie n’existe plus depuis 1993 ! I n’y a bien qu`un Français pour écrire que les pays Slaves rentreront dans un espace Germanique. Pour ce qui est de 1918, ce n’est pas la fin the l’empire Allemand mais celui de l`aigle à deux têtes (Autriche –Hongrie) qui comprenait l`Archiduché d’Autriche, le Royaume de Bohême , le Royaume de Galicie, le Royaume de Hongrie et le Royaume de Croatie-Slavonie.

    • on pourrait aussi répondre que l’ensemble  » pologne ukraine « , une foi débarrassé des lubbies américaines et l’est de l’ukraine rendu aux russes … serait une grande pologne reconstitué, qui pourrait faire un contrepoids dynamique à une grande allemagne, sans parler d’une association encore plus grande avec la lituanie …

      l’auteur extrapole des données du 19ième siècle, dans le monde d’aujourd’hui : on est plus à l’époque de napoléon, et l’angleterre n’est plus le centre du monde… qui est désormais… la chine !
      quand on voit la déculotté que l’allemagne vient de se prendre récemment : baisse de sa croissance, baisse de sa monnaie, election défavorable en grèce, france inréformable, QE contre sa volonté…. en sachant qu’elle n’a pas d’armée, on se pose des questions sur la réelle puissance de se pays ? ça semble dur, mais en fait, c’est mou comme une saucisse de francfort …

      face à un pareil micmac, les vraies puissance, restent les ensembles forts : les USA et dans une moindre mesure, la russie.

      • « En sachant qu’elle n’a pas d’armée, on se pose des questions surla réelle puissance de se pays? »
        Scoobidoo, en 1939, la France avait avec les Royaumes-Unis, en théorie la meilleure armée d’Europe, mais deux semaines après le commencement de la vraie guerre, les teutons étaient déjà à Paris.
        contrairement aux Français qui excellent à parler de tout et de rien, les allemands , par leurs inventions et savants ont beaucoup apportaient à l’humanité. Quant à leur armée, méfiez vous, Henri Kissinger, secrétaire d’état américain des affaires étrangers a jadis dit, » les allemands savent aussi bien jouer au foot,comme,faire la guerre »

        • en 40, croire qu’on avait une bonne armée, et l’avoir dans la réalité, ça faisait deux… la grande bretagne n’avait pratiquement pas d’armée en 39, toute sa stratégie reposait sur sa flotte, qui était imbattable, ce qui explique mers el khébir.
          je persiste a dire que l’allemagne n’a pas d’armée en rapport avec son économie, et n’a pas d’expérience des conflits armée …

          • Scoobidoo, « je persiste a dire que l’Allemagne n’a pas d’armée en rapport avec son économie,et n’a pas d’expérience des conflits armée… »
            Je dirais que la différence entre l’armée Française et Allemande, n’est pas énorme, si , on comparait leur PNB ou, leur PIB respectif.
            L’ avantage de la France réside à l’arme atomique qu’elle possède, mais les guerres sont plus conventionnelles que atomiques. Le nucléaire, n’est que dissuasif. Par contre pour ce qui est d’expérience des conflits armée, je vous dirais, méfiez vous, car, le fait d’aller contenir de rebelles au Mali ou au Niger, ne vous donne pas une crédibilité militaire. Sans l’aide logistique et technologique des Amis, la France et son allié de circonstance, le Royaumes-Unis ,n’aurait pas été capable de venir au bout de l’ armée Libyenne de Khadafi. Quant à L’armée Allemande, il y’a un proverbe Japonais qui dit à peu prés ceci,  » mino no kokoro » , attention à l’eau qui dort.

          • OrdresdeGrandeurs
            28 janvier 2015 at 15 h 22 min

            L’armée francaise de 1940 était loin d’être aussi surclassé qu’on veut bien le dire. C’est surtout l’inertie du haut commandement, un courant pacifiste fort au gouvernement et l’esprit d’initiative d’une poignée de généraux allemand qui ont emporté la mise.

            • oui, je sais tous cela : l’armée française valait l’armée allemande pour les chars qui n’ont pas été utilisé comme il aurait fallu. l’aviation était de qualité, mais en perte de vitesse, par rapport à la luftwafe, et la encore, pas utilisé comme il aurait fallu. la flotte était de grande qualité… c’est bien le commandement , et la doctrine qui ont précipité la catastrophe en 40, mais si l’armée avait été trés mauvaise, ça n’aurait pas changé grand chose… une armée, c’est un tout : si vous avez le meilleurs matériel, mais que vous ne savez pas vous en servir, mieux vaut ne pas se battre !

      • scoobidoo: « serait une grande pologne reconstitué, qui pourrait faire un contrepoids dynamique à une grande allemagne »

        J’ai des doutes, historiquement la pologne a toujours été comme un énorme parking grand ouvert pour toutes les armées d’europe et le seul PIB de l’allemagne est sept fois supérieur.

        scoobidoo: « quand on voit la déculotté que l’allemagne vient de se prendre récemment »

        Clair que l’auteur fait de la science fiction, l’Allemagne va bien économiquement mais elle est encore traumatisée par le prix de l’impérialisme, elle va juste se renfermer sur elle-même en regardant avec effrois les pays du sud s’enfoncer dans le collectivisme et la faillite.

        • avant le 18ième siècle, et son dépeçage par ses voisins, la pologne était un royaume avec lequel il fallait compter en europe de l’est, c’est d’ailleur les polonais qui empêchent les turc de prendre vienne …
          une  » grande pologne  » c’est :
          un vaste territoire avec des ressources naturelles abondante , une ouverture sur la baltique et sur la mer noire, un réseau hydrographique excellent, une population assez jeune et dynamique, un climat moins extrême que celui de la russie …

    • Pardonnez-moi mais c’était aussi la fin du second Reich puisque l’empereur Guillaume II a dû abdiquer suite au traité de Versailles…

  • Joli. Mais pourquoi vouloir mettre une fois encore le Portugal sur les rives de la Méditerranée ?

  • C’est paradoxal… car toutes les actions de toutes les institutions et de tous les gouvernements européens est justement d’effacer, de gommer, de déconstruire littéralement l’histoire, la géographie… Leur obsession est d’effacer les frontières, de garder l’Euro « whatever it takes ».

    La seule analogie historique pour décrire ces obsessions (maladives chez les bruxellois) est : « Le Reich de 1000 ans ». Même démence, même arrogance.

    Mais ça s’arrête là.

    Il ne faut pas prêter trop d’attention aux déclarations des uns et des autres. Il faut observer les actes.

    Merckel de ce point de vue est caricaturale. Elle passe son temps à dire « nein » et ensuite à faire « oui ».

    Cameron ? Idem. Il parle de référendum sur le UE Exit et dans le même temps il fait tout pour… ne pas l’organiser. Ainsi, il n’a pas protesté lorsque à l’automne dernier le parlement (donc ses amis) ont fait capoter un vote sur ce fameux référendum.

  • Après « imaginons » j’ai trouvé que l’argumentaire était bien faible.

    L’allemagne n’a absolument aucun « rêve de domination », ni le peuple, ni les élites. Les pays latins ne vont certainement pas suivre la grèce qui elle ne veut de toute façon pas quitter l’europe à cause du miam miam et l’europe ne veut pas larguer la grèce à cause de sa crédibilité et du jeu de la barbichette bancaire.

    La dette grec c’est 1.85% du PIB européen d’une année, c’est à dire peanuts, si les choses deviennent critiques ils trouveront un moyen merdeux d’effacer plus ou moins tout ou partie de l’ardoise sans le dire en la repoussant aux calendes… grec.

    J’aime bien la science-fiction mais quand même, agiter de vieux chiffons brun sur l’Allemagne alors que ce sont les pays latins qui a coup de déni de démocratie et de repression des libertés s’enfoncent dans la dépression et voient leurs extrèmes nationale-socialiste monter comme en grèce.

    Mexique Classement liberté économique: 55eme
    Jamaïque Classement liberté économique: 56eme
    Bulgarie Classement liberté économique: 61eme
    Roumanie Classement liberté économique: 62eme
    Rwanda Classement liberté économique: 65eme
    Ghana Classement liberté économique: 66eme

    Portugal – Classement liberté économique: 69eme – Dette 129%++ Chomage: 13.5%
    France – Classement liberté économique: 70eme – Dette 95%++ Chomage: 10.1%
    Italie – Classement liberté économique: 86eme – Dette 110%++ Chomage: 12.3%
    Grèce – Classement liberté économique: 119eme – Dette 170%++ Chomage: 26.4%

    Allemagne – Classement liberté économique: 18eme – Dette 78%– Chomage: 4.9%

    • classement liberté d’opinion et de la presse, la France 39eme, derrière des pays comme la Namibie, le Ghana , ou la Tanzanie.

  • les classements des pays comme à l’école primaire.
    Avez vous une idée pour remonter la France dans son classement ?
    Que faut il faire nous français pour remonter dans ce classement ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles