« Assise – Une rencontre inattendue » de François Cheng

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Assise – Une rencontre inattendue » de François Cheng

Publié le 14 janvier 2015
- A +

Par Francis Richard.

assiseD’origine chinoise, François Cheng a dû s’exiler en 1949. En 1971, il est naturalisé Français. Comme la loi l’y autorise, il décide « d’opter pour un prénom autre que celui qu’il porte depuis sa naissance ». Et il choisit François.

Certes François signifie français, mais c’est pour une raison plus déterminante qu’il choisit ce prénom : dix ans plus tôt il a fait une rencontre inattendue, celle du frère universel François, en se rendant avec un groupe à Assise.

François Cheng découvre une fois sur place qu’Assise est le lieu, son lieu. Alors qu’il aurait dû retourner en France avec son groupe, il reste. Trois sites emblématiques où a vécu François le retiennent plus particulièrement. Car ils incarnent « à l’origine les trois niveaux constitutifs de sa spiritualité en devenir » et sont représentatifs des deux voies, en apparence opposées, qu’il a choisi de suivre.

Ces trois lieux inspirés lui permettent de découvrir en François d’Assise un être passionné qui a transformé sa volonté de puissance et de gloire mondaine en amour absolu, un être bon qui a surmonté ses mauvais démons, un être joyeux qui « a pris en charge les souffrances personnelles et les douleurs du monde ».

Les Carceri se trouvent sur les hauteurs de la colline d’Assise. Pèleriner jusque là-haut ne le dépayse pas : « La tradition chinoise a exalté elle aussi l’expérience de ceux qui faisaient l’ascension d’une montagne à la recherche d’un moine ou d’un ermite. » Dans la grotte, « François avait trouvé ce qu’il recherchait : une radicale solitude où l’humain ne peut plus dialoguer qu’avec l’invisible créateur ».

La Portioncule est, elle, une chapelle lovée au pied de la colline. C’est là que le Grand Vivant a poussé son dernier soupir. Et c’est de là « qu’il est allé à la rencontre des blessés de la vie, des déclassés, des déshérités, des déconsidérés, à commencer par les lépreux, traités comme les derniers rebuts de la société ».

François Cheng a dormi « en sa proximité à la belle étoile » : « Au fond des ténèbres, à la stridulation des insectes se mêlait la sourde rumeur du monde – doux murmure des amoureux, rires immondes des criminels, mais surtout gémissements de toute une humanité en gestation. »
Saint Damien est à mi-hauteur de la colline. C’est en ce lieu médian que convergent les deux voies suivies par François, non exclusives, pour lui, l’une de l’autre : « se consacrer à la prière » et « partager le sort des créatures ».

En ce lieu primordial, où François se vit enjoindre par le Christ en croix de « relever l’Église », il compose, à la fin de sa vie, le Cantique du soleil, plus communément appelé le Cantique des créatures. À son époque, le XIIlème siècle, le Cantique a un grand retentissement : « La théologie régnante, au nom du surnaturel se méfiait du monde d’ici-bas réputé corruptible ».

François Cheng explique ce grand écho du Cantique : « Il lui suffit de dire frère Soleil ou sœur Eau, et subitement le rapport entre l’homme et la nature se révèle autre, confiant et fraternel. Du coup, l’univers prend une autre coloration, et l’homme une autre dignité. »

À la fin de sa vie, de retour à la Portioncule, François complète le Cantique avec une dernière strophe :

« Loué sois-tu mon Seigneur,
pour notre sœur la Mort corporelle,
à qui nul homme vivant ne peut échapper.
Malheur à ceux qui meurent
en péché mortel ;
heureux ceux qu’elle surprendra
faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire. »

Pour François la mort corporelle « en son essence, n’est nullement une fin absurde, une figure d’épouvante venant du dehors » : « Du dehors peuvent venir toutes les agressions possibles ; mais la mort elle-même est la part la plus intime de chacun, le fruit que chacun porte en soi, fruit contenant chair, jus et graine, par lequel on pourra renaître autrement, accédant à un autre état d’être. »

François était « fort de cette conviction née de sa confiance en le Ressuscité ». Cette conviction, si elle était largement partagée par les vivants, par ceux qui restent, ne leur mettrait-elle pas du baume au cœur et ne leur permettrait-elle pas de continuer à vivre ?


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Email, pseudo et IP interdits de publication
    14 janvier 2015 at 17 h 18 min

    François Cheng, merveilleux académicien.
    François d’Assise, mon Saint patron.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

Les réformes du marché en Afrique peuvent être contrecarrées par une propagande affirmant que les marchés sont une importation occidentale. Bien que cette croyance soit courante, elle est manifestement absurde. Les marchés étaient florissants en Afrique avant le colonialisme, et partout où ils sont réprimés, il en résulte une paupérisation sociale, comme le souligne l'économiste William Hutt dans son étude révolutionnaire intitulée The Economics of the Colour Bar. Les marchands de l'Af... Poursuivre la lecture

Par Jean-Yves Naudet.

La récente polémique sur le secret de la confession et l’affirmation de la classe politique suivant laquelle il n’y a rien au-dessus des lois de la République méritent une réflexion sur ce grave sujet, d’autant plus que le problème a été soulevé à propos des crimes de pédophilie dénoncés par la commission Sauvé.

Il convient de distinguer le débat général (n’y a-t-il rien au-dessus des lois de la République) du cas particulier du secret de la confession.

Antigone face à Créon

Dire qu’il n’y a rien au-... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour vient de relancer celui sur l’immigration, notamment musulmane.

L’un prône le métissage physique et culturel généralisé, la créolisation, l’autre en appelle à la vieille France. Ces positions opposées donnent une idée fausse de l’évolution générale des populations musulmanes tant en Occident que dans leurs propres pays.

Un terme qui est mal vu par ces deux camps, celui de musulmans modérés. Les musulmans non modérés ironisent : « On est musulman ou on ne... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles