Les 5 mensonges climatiques de 2014

Quels sont les plus gros mensonges sur le climat relayés par les médias cette année ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pinocchio credits Luigi Orru (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 5 mensonges climatiques de 2014

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 décembre 2014
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Pinocchio credits Luigi Orru (licence creative commons)

 

L’année 2014 se termine bientôt, et avec elle son lot de mensonges sur le réchauffement/changement/dérèglement climatique. Considérant la partialité des médias francophones sur le sujet, voici en rafale ce que vous pourriez avoir manqué.

1. L’année 2014 est la plus chaude jamais enregistrée

Depuis que l’hystérie climatique contrôle le monde, on entend sans cesse que l’année X est la plus chaude jamais enregistrée ; c’est le cas pour 2014.

Or, il n’en est (probablement) rien. En effet, les données satellitaires sur les températures ne montrent non seulement aucune hausse des températures depuis 18 ans – les modèles climatiques sont un échec presque total quant à leurs prédictions –, mais 2014 n’est même pas la plus chaude pour cette même période. De plus, si on regarde une image plus large, la période chaude moderne n’est rien comparée à ce qu’il y a eu dans l’Histoire humaine.

2. L’Arctique menace de disparaître

Le pape vert par excellence (Al Gore) prédisait un océan Arctique navigable cette année. La NOAA (agence fédérale qui surveille le climat) parle aussi de fonte sans précédent du Pôle Nord.
Or, l’Arctique connait présentement sa superficie la plus étendue depuis une décennie et se retrouve dans la déviation normale de la moyenne, calculée depuis 1979. Par ailleurs, il est intéressant que 1979 soit choisie comme année de base. En effet, des images satellites datant de 1964 montrent que la banquise du Nord n’a pas toujours été uniformément gelée. De plus, l’Arctique a déjà été plus chaud bien avant l’arrivée des Hummers.

Parallèlement, au Pôle Sud, la banquise bat tous les records de superficie, et cette glace est très épaisse. Cela pourrait expliquer les mésaventures du « Ship of Fools »…

3. Les ours polaires sont en danger

L’ours polaire, la mascotte officielle du Grand Nord, est menacé de toute part par l’hystérie climatique. Partout on entend qu’il court un grave danger si les glaces arctiques continuent de « fondre ».

contrepoints 028 climat mensongeOr, si cette année fut difficile pour cet ours c’est parce que la glace était… trop épaisse. Aussi, les affirmations selon lesquelles les ours polaires de la mer de Beaufort sont en fort déclin semblent avoir été triées sur le volet. En effet, des données plus exhaustives montrent que leur population n’est pas en déclin. Au pays, le gouvernement du Nunavut affirme que la population des ours est en très bonne santé.

4. Une augmentation du CO2 amènera famine et misère

Le dioxyde de carbone a vraiment mauvaise presse. Parmi ses « méfaits », il y a notamment une diminution des rendements agricoles.

Mais comme plusieurs prédictions semblables, celle-ci ne tient pas la route. En effet, une litanie d’études, y compris du gouvernement fédéral aux États-Unis, montrent qu’une augmentation du CO2 augmenterait les rendements. Cela rejoindrait donc les tendances déjà observées pour le maïs, le blé, le soja, le riz

Aussi – l’histoire vient de sortir – l’acidification des océans supposément causée par le CO2 pourrait ne pas être vraie.

5. La sécheresse en Californie est sans précédent

La moindre perturbation climatique paraissant anormale est avancée comme « preuve » supplémentaire à l’appui du réchauffement/changement/dérèglement climatique. C’est notamment le cas de cette sécheresse persistante en Californie (l’hystérie climatique serait aussi responsable des pluies diluviennes récemment tombées, mais passons).

Or, encore une fois, il n’en est rien. Même la NOAA le dit : la sécheresse californienne n’a rien d’exceptionnelle. Un regard vers le passé montre que les sécheresses ont déjà été nettement plus brutales qu’au XXIe siècle.

Bref, ignorez ces fausses mauvaises nouvelles comme vous le faites avec ces autres prédictions d’apocalypse qu’on nous sert depuis Malthus. Elles sont généralement faites par des gens dont le niveau de vie dépend grandement du maintien de l’hystérie climatique.

Voir les commentaires (131)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (131)
  • Preuve supplémentaire :

    Dans GIEC, il y a « I » = « Interministériel »
    Le terme « ministre » est devenu synonyme de mensonges et enfumage !
    CQFD…

    • Euh, le « i » de GIEC est là pour « intergouvernemental « . Mais cela ne change rien à ce que vous dites !

    • « C’est malhonnête de prétendre que 2500 éminents scientifiques du GIEC ont atteint un consensus sur l’influence significative des activités humaines sur le climat. Ce consensus concerne seulement une petite douzaine d’experts dans les études de détection et d’attribution. »

      Mike Hulme, Pr Science climatique à l’University of East Anglia, Avril 2010

      • Ils sont payés pour dire que tout va mal, il ne faut rien attendre d’autre.

        • Non, pas forcément!
          Heureusement! Je crois que la plupart des « scientifiques » (non médiatisés!) obéissent à leur éthique exigeante, face à leur collègues, sous peine d’être discrédités à vie, comme « farceurs »!

          Mais n’y-a-t-il pas « manipulation »: chaque étude devrait être relue pour en sortir la conclusion: il est possible d’étudier une région plus ou moins étendue sur une période plus ou moins longue: les constatations sont peut-être vérifiables et exactes mais l’utilisation de telle étude particulière dans un ensemble (surtout quand on a des préjugés!) peut devenir un « indice supplémentaire », alors que cette interprétation est très loin des prétentions bien plus modestes des scientifiques qui ont produit l’étude.
          Les endroits où on présente « SON » étude (en équipe, le plus souvent), et ceux où d’autres les « utilisent », ne sont pas les mêmes! (Idem pour les media où on les publie).

          L’expérience dans mon job (domaine médical) nous apprend bien la relativité, la fragilité d’études transparentes, honnêtes et sincères et la prudence à avoir face à l' »utilisation » plus ou moins intéressée de ces études. (La méthode en « double aveugle » utilisée, quand c’est possible, est un des plus grands efforts d’objectivité scientifique possible(= confrontation d’un médicament avec un placebo, sur une durée et un nombre suffisants de patients – sans particularité pouvant interférer – sans que le patient ni le praticien ne connaissent la composition du traitement prescrit et absorbé: seule la différence statistique entre les deux groupes constatée dans la même ignorance de l’observateur, pourra être mise au crédit du traitement essayé. Belle leçon que la « Vérité » est une valeur relativisée de façon statistique (exprimée en %), donc bien fragile … que le temps pourra encore modifier!)

          • « La méthode en « double aveugle » utilisée, quand c’est possible, est un des plus grands efforts d’objectivité scientifique possible »
            Ne pas oublier que l’utilisation honnête de cette méthode nécessite une étude prospective et non rétrospective.
            En matière climatique, ça nécessite une durée temporelle incompatible avec les exigences du GIEC. De toutes façons, ce dernier ne fait que des « études » rétrospectives, ne gardant la prospective que pour ses prédictions apocalyptiques.

            • Vous avez totalement raison: le côté prospectif fait intégralement partie du « bouble-blind » (même si les méta-analyses peuvent très difficilement être plus satisfaisantes qu’une revue de publications!).
              Il est clair que le Giec n’a pas accès à cette méthode.
              Mais il est donc bon de se dire qu’il est d’abord nécessaire de définir toutes les conditions des relevés d’indice suffisamment nombreux, suffisamment variés dans la variété des critères: difficile de mêler des données d’un siècle où on ne disposait pas de moyens de mesure actuels!
              Alors que les scientifiques se mêlent aux historiens et aux politiciens n’est pas une garantie d’objectivité!
              D’un point de vue, une prévision prospective est justifiée car si elle ne se vérifie pas, c’est bien qu’il manque au moins un des facteurs négligés ou un autre système (équation) incompris!
              J’ai du mal à croire que 2 500 climatologues objectivement scientifiques, honnêtement, constatent une réalité commune et approuvent la même perspective d’avenir en-dehors de toute fourchette de fiabilité!
              C’est impensable si on a assisté à quelques congrès!
              Tout professionnel honnête (je parle de « praticiens », pas de chercheurs) a déjà 10, 20 ou plus d’idées nouvelles, par jour, pour tenter de s’améliorer, lui-même ou sa vraie efficacité. Bien sûr la plupart sont impossibles, impayables ou irrationnelles, mais alors, combien d’idées germent dans le cerveau d’un chercheur dont c’est pourtant la fonction principale?
              Tant que des critères bien clairs et clairement définis et honnêtement mesurés, sont manifestement en train de s’affoler, je ne croirai pas plus le GIEC que ce que je peux observer (à Noël, sans neige, j’ai évidemment entendu que « les saisons n’étaient plus comme avant »; le lendemain il y avait 10 cm de neige et les température passaient sous 0!).
              Un seul humain n’est pas témoin d’un changement de climat et nous ne sommes pas maîtres du climat variant comme tout ce que nous connaissons: cette inaccessible stabilité de certaines « Vérités » sera la loi de notre courte vie!
              Mais il devient difficile de ne pas suspecter des intérêts camouflés derrière cette « intoxication de masse » où tout n’est pas vrai (essentiellement, la prévision de catastrophes qui font peur) mais tout n’est pas faux: on peut modifier notre vie en épargnant plus de matières ou d’énergies ou en fabriquant plus et mieux!).
              Et donc nous sommes capables de modifier les mesures des climatologues mais leurs prévisions aussi?

      • chez les singes, 2500 scientifiques ont atteint un  » con sans suce  » pour dire que les bananes sont plus sucrées quand elle sont récolté sur les branche basse de l’arbre …

        vous pouvez le croire …

      • Sans compter qu’ils ne sont PAS 2500. La journaliste Donna Laframboise (?) a trouvé qu’il y a plusieurs doublons

  • Le grand pape francais du giec vient de passer sur europe1 pas une seule question un peu dérangeante du  » journaliste ». Scandaleux

    • Et on met laurent cabrol en face, c’est a dire monsieur météo qui, même s’il est plein de bonne volonté, n’est pas le summum du prestige. Bref un sparring partner pour le champion!…

  • En mode plus français on pourrait parler de la météo de cet automne dans le sud des Cévennes : entendu dans une discussion de bistrot : « la Méditerranée a pris 2° ces dernières années, forcément ça met le bazar ». Il y a des données sur le sujet ?

  • Je sens que nous allons bien rigoler quand on nous dira a quoi servent finalement les belles taxes climat en cours et a venir…

    Par le passé, toutes ses taxes affectées ont été détournées de leurs missions pour combler les trous. Bref ce fric va encore finir au tout a l’égout des dépenses de l’état.

    • Il ne faudrait pas réfléchir en terme de taxe (ce qui détourne le problème sur la vieille notion de lutte des classes), mais en terme de contraintes. Et les taxes sont des contraintes sur la rentabilité. Et ceci aussi bien au niveau personnel (pourquoi travailler si l’état prend tout) que pour les entreprises (impossible de développer ou maintenir une activité).

      Les écologistes sont encore plus dangereux que les communistes : les communistes se content de redistribuer de façon excessive jusqu’à ce que l’économie soit au point mort. Les écologistes ne redistribuent pas : les richesses prélevées sont jetées par les fenêtres sous prétexte d’améliorer la qualité de vie. Les impôts prélevés freinent une première fois l’économie, l’argent qui n’est plus injecté dans la consommation ou pire l’investissement la met en récession.

      • « l’argent qui n’est plus injecté dans la consommation ou pire l’investissement la met en récession. »

        Correction : l’argent n’est plus injecté dans la consommation de masse ou dans l’investissement productif. Et cela met l’économie en récession.

        • La frontière n’est pas si étanche entre l’un et l’autre!
          Construire ou acheter son logement: consommation ou investissement ou les 2?

          Mais ne voit-on pas que, pour en rester au logement, on « aide » les gens à « épargner » l’énergie, dans leur intérêt (bien mis en évidence), mais débouchent sur de l’achat, des dépenses et des travaux: d’où emploi, activité économique et financière (banques), taxes!

          J’ai acheté, il y a moins de 5 ans, un poêle à bois (déjà en lieu et place d’un feu ouvert): dois-je le condamner parce qu’il produit des « micro-particules » et que la cheminée nuit à l’isolation de mon logement? Dois-je changer ma chaudière (datant de 2003), parce que les modèles actuels consomment moins, et installer une domotique pour contrôler mieux?

          Mais plus largement (et sérieusement): derrière ce « tintouin » de GIEC, quelle est la motivation?
          Qui tire les ficelles?
          Par qui sommes nous (si mal) manipulés?
          Dans quel but et pour quels intérêts?
          Il doit bien s’agir de quelque chose d’important pour que l’O.N.U. s’en mêle!
          Le jour où on le saura, on pourra au moins choisir comment il nous convient de répondre. (Et ne pas savoir rend forcément méfiant!)

          • Le fait de subventionner le soit-disant intérêt financier des particulier montre :
            – que les travaux ne peuvent en réalité être amortis et donc que c’est un faux investissement – le calcul de l’amortissement inclut en outre une économie sur des taxes qui seront reportées ailleurs. D’un point de vue macro-économique sur l’ensemble de la population il y a donc une arnaque. Cela veut dire qu’à terme vous devrez rembourser l’investissement + ce qu’on vous a donné en subventions mais avec seulement les 20% de la partie non taxée sur le gaz ou l’électricité – d’autres taxes comblant le manque à gagner de l’état.
            – le volet économique (emploi dans le bâtiment, banques …) est de la politique keynésienne. Au mieux, elle pourrait faire tourner un peu l’économie si elle ne se heurtait pas de toutes manières à un problème de formation des artisans et à un détournement des fonds engagés dans la promotion de travaux inutiles, inefficaces ou mal faits et qui va profiter de façon inégale aux gens. Ce genre de politique appliquée à la construction par crédit d’impôt a déjà largement fait la preuve de son inefficacité.

            Outre le fait que je déteste être manipulé, même pour mon bien, il suffit de constater l’incapacité des états à faire des prédictions économiques à plus d’un ou 2 ans, et la parfaite impuissance du machin (l’ONU) pour se douter que le résultat ne sera pas la ou même contraire à celui espéré.

            • Malheureusement je me vois obligé de vous faire remarquer que vous parlez pour la France, alors que je ne connais pas les mêmes problèmes, ici, où ni l’état, ni les entreprises ni les citoyens ne sont dans une mouise comparable à celle de la France!

              Tout le monde a le droit d’être « anti-européen » et même « souverainiste » mais il n’est pas raisonnable d’accumuler
              – une dette nationale, jugée excessive à partir de 60% du PIB d’une année, ce qui n’est pas extrêmement rigoureux,
              – d’avoir un budget annuel dont la perte (constante, en France, depuis des années, sans aucun bonus enregistré!) ne peut dépasser 3% du même PIB, dans un premier pas, de 1,5% après, ensuite,
              – ni d’avoir une inflation déconnante au-delà de 1,5%, condition nécessaire pour la confiance mondiale dans la monnaie € dont tous les partenaires sont responsables. De plus un taux d’intérêt de 1 à 2% sur une épargne dans une monnaie qui subit, par inflation, une dévaluation de fait de plus de 1,5% n’est qu’une escroquerie!
              Cette exigence communautaire (= solidaire) décidée en 1997 et non réalisée en 2014, n’est pourtant que la façon la plus simple, pour un gouvernement, d’avoir les moyens de mener une nouvelle politique, quelle qu’elle soit et aurait dû être possible dans la « prétentieusement prétendue » 5ième puissance économique mondiale qui est évidemment en train de perdre son crédit, rien qu’à lire la presse pourtant autochtone!

          • 30000 emplois perdus cette année dans le secteur du bâtiment (Bravo Duflot). Dans le secteur phare de l’intervention étatique socialo-écologiste. Cela ne vous interpelle pas quelque-part ?

            Et les prévisions sont tout autant catastrophiques pour l’année prochaine, ce qui n’empêche pas le gouvernement de persister dans la même voie.

      • les écologistes sont pire que les communistes :

        c’est dernier, avaient au moins une vision, certes erronée, du progrès humain et de la fraternité entre les hommes.
        les écologistes ont une vision biblique de la nature, et sont fraternels avec les ours blancs : ils sont dérangés …

      • L’histoire nous montre que les régimes communistes sont obligés de réintroduire une dose de libéralisme quand l’économie ne parvient même plus à assurer la subsistance du peuple. Avec le délire sur la « qualité de vie » et l’écologie c’est plus grave : il faudrait faire un saut de productivité pour compenser et ainsi éviter le mur. Si on savait réaliser de tels sauts de productivité à la demande et à l’infini on ne croulerait pas sous la dette comme c’est le cas actuellement.

        • Justement le but de l’écologiste c’est d’arrêter le progrès humain, les problèmes du communisme (misère, pénurie, famine…) sont pour lui la solution.

    • Non pas l’égoout des dépenses de l’état mais bien le « tonneau des Danaïdes » ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Dana%C3%AFdes ), où dès que le déficit ou la dette diminue, un député ou un ministre propose des dépenses nouvelles!

  • Il ne faut pas attendre du Giec une annonce du type « il n’y a pas eu de réchauffement cette année ». Ils sont payés pour dire le contraire, il ne vont pas tuer leur poule aux œufs d’or.

  • Heureux de savoir qu’il existe encore des « climatoseptiques » dont je fais partie …
    Ce n’est pas ce que racontait un guignol sur Europe1 ce matin qui se félicitait du fait que les climatoseptiques auraient disparu du paysage.

    Ce n’est jamais qu’une usine à gaz de plus dans le paysage confortée par de pseudo-experts aux ordres.

    •  » heureux de savoir qu’il y a encore des climatoseptiques …  »

      il y a aussi des fausses septiques … pour les maisons qui, comme c’est souvent le cas à la campagne, ne sont pas raccordé au tout à l’égout, les écologiques, ont fait passer des lois qui obligent les propriétaires à faire de couteux travaux, pour que la maison n’ai aucun impact sur l’environnement … beaucoup de ces derniers, ne peuvent tout simplement pas faire ces travaux : trop petite retraite pour certains , payer les études des enfants pour d’autre …
      quand vat-ont enfin dénoncé les mensonges de cette sectes misérable !

  •  » les écologistes, c’est des cons, on a le droit de le dire et de l’écrire …  » claude allègre.

    la même phrase fonctionne avec  » menteurs  » !

  • « L’année 2014 se termine bientôt, et avec elle son lot de mensonges sur le réchauffement/changement/dérèglement climatique »
    réchauffement, changement et dérèglement sont des termes dont les conséquences sont bien différentes. Du réchauffement il n’y en a point et l’article nous le démontre bien, en revanche changement ou dérèglement sont ils pour autant absents ?

    • comment voulez vous que quelques chose ( la meteo ) qui change toute les heures, tous les jours, tous les mois, tous les ans, toutes les décennies , tous les siècles, puisse etre reglé …

      quand il fera plus chaud en hiver qu’en été dans l’hémisphère nord, là, on pourra dire que le climat est déreglé .

      • Les mathématiques nous servent à donner des tendances. Que tout bouge et change chaque jour est normal, que les choses bougent toutes les saisons aussi et chaque années comporte 4 saisons avec des temps différents mais la connaissance paysanne qui n’a que foutre des scientifiques de tout poil me dit régulièrement que le temps a changé, attention, pas réchauffé mais changé, ce qui en soit n’est pas forcément un problème au niveau naturel mais peut l’être au niveau des hommes et leurs activités. Que penser de ces modifications locales suffisamment perceptibles ?

        • « Que penser de ces modifications locales suffisamment perceptibles ? »

          Rien !

          Parce que d’une part vous êtes dans le subjectif, d’autre part vous ne pouvez en déduire des conséquences, vous ne pouvez pas l’attribuer plus à un réchauffement qu’à une autre cause, que vous ne pouvez pas dire à quand remonte la cause (je vous rappelle qu’on n’a pas mesuré de réchauffement depuis 18 ans) et que ça peut aussi bien être du à l’activité des martiens que des humains tant que vos données se limitent à « il y a quelque-chose de changé ».

          • pragmat, relisez moi, c’est une constante sur ce site de ne vouloir lire que ce que l’on veut. Je ne parle pas de réchauffement, je nie tout comme l’auteur et vous le réchauffement alors répondez lorsque vous aurez une explication valable.

            • Je ne nie pas le réchauffement. (0,8°C sur un siècle). Je me méfie plus de l’aspect subjectif du « changement climatique ». Je ne peux pas vous donner d’explications plus scientifiquement valables que celle du GIEC et encore moins si l’on ne précise pas la nature du changement. (Notez cependant que l’évolution de l’incidence des phénomènes météorologique extrêmes n’est statistiquement reconnue dans aucune étude).

              Remarquez cependant que
              – 1°C représente un décalage non négligeable des saisons (petit calcul à effectuer)
              – rien ne dit (et les chiffres tendraient à le montrer) que l’hémisphère Nord ne se réchauffe pas au détriment de l’hémisphère Sud.
              – la France n’est pas le monde et le climat est influencé par les mouvements des masses d’air dans l’atmosphère. De ce fait, un paramètre global comme la température ou l’humidité ou l’ensoleillement ou les flux magnétiques solaires, etc … peut provoquer des changements locaux à la hause ou à la baise de n’importe quel paramètre local (et pas forcément le même). C’est un peu comme le courant électrique qui allume vos lampes : il ne vient pas de la centrale électrique, mais de la variation du courant électrique de la centrale qui génère un champ magnétique variable dans les transformateurs.

              En conclusion, avec 0,8°C d’augmentation de température moyenne sur un siècle, le climat a changé par définition. Mais tout change : la couverture des sols, les populations animales, l’hydrographie, le pole magnétique, le soleil. Et il est totalement impossible de figer quoi que ce soit. Cette histoire de « changement climatique » est donc absurde et une pure manipulation. Tant qu’on ne peut la mesurer en détail, l’attribuer à une cause particulière et prouver que les conséquences sont globalement mauvaise, cela a autant d’intérêt que la taille des iguanes de mer aux Galapagos

              http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20131008.OBS0138/rechauffement-climatique-el-nino-menace-les-galapagos.html

              • Non il n’y a pas de réchauffement sur le plan planétaire mais bien un changement des courants dépressionnaires et anticycloniques, voilà qui fait de grosses différences météorologiques dans certaines régions du monde et certaines récurrences catastrophiques non connues auparavant.

                • S’il y a changement dans les mouvements de masse d’air mais sans augmentation des énergies contenues, alors les phénomènes météorologiques ne font que se déplacer. Il y a des gagnants et des perdants et si vous voyez plus de catastrophes quelque-part, c’est qu’il y en a moins en revanche à côté.

                • Vous avez des sources sur vos « grosses différences météorologiques récurrentes », à part vos connaissances paysannes dans certaines régions du monde ?

        • Que penser ? Je n’ose pas le dire de crainte d’être censuré. 😉

        • Ces « modifications » locales rentrent parfaitement et en toute confiance dans la variabilité naturelle. Que voulez-vous dire de plus ?

          • Je dis que lorsque pendant 40 ans un agriculteur en activité qui a connu les variations saisonnières me dit qu’aujourd’hui il y a des différences sur ce qu’il a connu j’ai des interrogations. Pour rappel un agriculteur de province s’en fout de la météo de TF1, il la connait !!

        •  » la connaissance paysanne me dit que …  »

          alors ça, ça m’intrigue, qu’appelez vous la connaissance paysanne ? c’est peut-etre le bon sens paysan ?

          ça n’existe pas ! à moins que clouer des chouettes aux portes des granges, ce soit de la science ? peut-etre pour un naturaliste, et encore …

          • Vous n’en connaissez peut-être pas des paysans ? moi oui par la force du métier (enfin l’ancien métier). Lorsque celui ci est capable de vous prédire le temps des 3 prochains jours de manière plus exacte que la météo de la télé sans toutes les technologies adéquates ça pose question ! Ce même paysan vous dit que le climat a changé vous pose encore plus question ! Moi je m’en fous, à part que dans mon secteur il y a 20 ans il neigeait tous les ans et aujourd’hui plus du tout, pas grave ça reviendra ou pas.

            • à part que je suis agriculteur et fils de  » paysans  » depuis X génération …

              dans ma région, on a eu 80 cm de neige en décembre 90 ( surement le déreglement climatique, puisque même les gens agées de 90 ans à l’époque disait qu’il n’avaient jamais vu cela ? ) puis plus rien pendant 13 ans … depuis, il neige régulièrement tous les ans …

              effectivement, le climat se déregle, c’est jamais pareil !

              • Vous ne comprenez pas ce que je dis. un phénomène météo d’une année est un artefact en revanche une anomalie de température qui se répète chaque année depuis presque 10 ans est autre chose.

                • ce que je dit c’est que ce qu’on observe sur le terrain ne correspond pas aux prévisions des réchauffistes :

                  pas de neige en plaine dans les années 90 et retours systématique de la neige depuis 2004 ( dont aujourd’hui )

                  il est trés facile de lire dans le discours des écologistes quand on connait leurs cibles :

                  ils attaquent les énergies fossiles : elles vont provoquer la fin du monde, et puis elles vont bientot disparaitre ( le fameux peack oil qu’on ne vera jamais … ) deja, bonjour la logique : s’il n’ y a bientot plus de pétrole, alors la planète ne risque pas grand chose ?

                  ils attaquent l’agriculture productive : les nitrates font mourir les nourrissons, la terre s’épuise , les forets et les aquifères disparaissent …

                  ils attaquent l’élevage : manger de la viande va faire mourir les gens ( rika zarai , la maladie de la vache folle … ) les vaches produisent du méthane, encore les nitrates …

                  quand on sait qu’ils ont théorisé la necessité de mentir pour faire avancer la  » cause  » , des les premiers temps de leur mouvement, ça ne vaut même pas la peine d’examiner si leur théories fumeuses ont une validité scientifique, la réponse, on la connais d’avance.

            • Avec un baromètre et un peu d’expérience, on peut effectivement prévoir presque aussi bien qu’à la télé. Avec quelques images satellite et une bonne tournure d’esprit (il faut parvenir à marier évolution en intensité et déplacement), on fait bien mieux que la télé, qui vise un public de cerveaux disponibles. Avec les moyens complets et une forte motivation, on fait (jusqu’à 3 jours) infiniment mieux que la télé. Bon, et après ? Quand le paysan me dit que le climat a changé, je me pose surtout des questions sur sa mémoire, sur sa compétence en échelles de temps, sur la persistance de ses repères. Je me demande aussi pourquoi tant de hangars agricoles se sont effondrés sous la neige et pourquoi tant de champs de maïs sont restés ras à cause de la sécheresse… Et comment ça se fait que son grand-père jurait sur les saintes reliques que la bombe atomique avait détraqué le temps !

              • lors de l’épisode dont je parle plus haut , et qui a marqué tout le monde dans ma région ( l’ouest du département de l’ain ) les hangars qui se sont écroulé sont ceux qui avaient des pannes de 80 mm … aucun des hangars qui étaient monté en panne de 100 mm comme on les fait traditionnellement en plaine ne se sont effondrés … je ne sais pas si les constructeurs qui avaient pris sur eux de mettre du 80 l’avaient fait à cause des fariboles des écologistes qui commençaient à dire qu’il n’y aurait jamais plus de neige en plaine ?

            • il y a 20 ans il neigeait tous les ans et aujourd’hui plus du tout, pas grave ça reviendra ou pas.

              Vos souhaits ont été exaucés ❗
              Du -13 dans le Jura. Du chaos sur les routes. Bizarre pour un réchauffement. L’été sera chaud.

              • Plus besoin de paysan, je vous prédis la tendance 6 mois à l’avance 🙂
                le paysan, c’est moi 😉

              • MichelC je vous répète que je ne crois pas au réchauffement, visiblement ça a du mal à entrer dans votre cerveau (Et je pense qu’il n’est pas si petit que ça en a l’air dans votre message). En revanche, au niveau mondial, les masses d’air et leurs courants peuvent avoir changé en fonction de l’activité humaine, cela entraîne des zones plus chaudes mais aussi des zones plus froides et tout ceci se compense. Nier cela c’est comme nier que certaines inondations sont dûes à l’urbanisation et donc l’activité de l’Homme. Nous avons un impact sur notre nature mais cette nature compense et s’adapte, pas forcément les Hommes.

                • Ce même paysan vous dit que le climat a changé vous pose encore plus question !

                  C’est quoi ça ❓ Vous enfoncez une porte grande ouverte ❓ Vous avez le même langage que le GIEC.
                  Curieux non pour quelqu’un qui ne prétend pas au réchauffement ❓
                  Sinon, y a pas que les paysans. je me souviens des dames qui causaient au bord de la piscine à propos du temps, fin des années 60, et qui disaient que le temps avait changé. Un des époux était universitaire.
                  Le temps change, c’est une vérité banale facile à constater que tout un chacun peut ahaner.

                  Nous avons un impact sur notre nature
                  Langage de réchauffiste : vous êtes démasqué 🙂

                  si petit que ça en a l’air dans votre message
                  Et ça c’est quoi, sinon une insulte en dessous de la ceinture ❓ Apprenez le français.

                  En revanche, au niveau mondial, les masses d’air et leurs courants peuvent avoir changé en fonction de l’activité humaine, cela entraîne des zones plus chaudes mais aussi des zones plus froides et tout ceci se compense.

                  Et c’est quoi sinon un langage de réchauffiste ❓
                  Une référence d’étude scientifique ❓
                  Sinon a mon avis, il y a un prix Nobel à décrocher si vous faites une étude à ce sujet. Vite, dépêchez vous.

                  bref : vous ne croyez pas au RCA mais vous y croyez. Et en plus vous manquez de courtoisie, et en plus vous vous plaignez quand on est à peine rude avec vous. Si ce n’est un comportement hypocrite, c’est quoi ❓
                  Plaignez vous donc à la censure.

                  • « Et en plus vous manquez de courtoisie »
                    C’est l’hôpital qui se fout de la charité 😆

                    Dire que les différences de température se compensent est pour vous un discours de réchauffiste ? Donc pour vous 1-1=1 ? vous êtes aveuglé par votre orgueil d’avoir été mouché !

                    Pourquoi vous plaignez vous de mon comportement alors que vous refusez d’admettre les faits ? « Je ne crois pas au réchauffement » est la base de notre discussion, vous le refusez donc il est normal que votre analyse soit complètement biaisé. Partez de la base et acceptez que mon propos n’est pas un éloge du réchauffement mais je crois juste à un changement de paradigme climatique selon les région du monde.

                    • Donc pour vous 1-1=1 ? vous êtes aveuglé par votre orgueil d’avoir été mouché !
                      C’est vous qui avez été épinglé et pas que pour la courtoisie. Ai-je une seul fois fait une comparaison douteuse sur votre anatomie. Vous ne manquez pas d’air. Pour le 1-1=1, on va vous proposer pour le Nobel de math. Grande découverte.

                      Vous ne comprenez pas ce que vous écrivez :
                      en fonction de l’activité humaine, les éoliennes, elles seraient trop nombreuses peut-être:?:
                      Nous avons un impact sur notre nature donc on change les températures, c’est quoi comme propos? Cela diffère en quoi du discours du GIEC ❓ Expliquez moi.

                      En revanche, au niveau mondial, les masses d’air et leurs courants peuvent avoir changé en fonction de l’activité humaine, cela entraîne des zones plus chaudes mais aussi des zones plus froides et tout ceci se compense.
                      En attendant, c’est peut être vrai, à moitié, peut-être faux. Une référence d’étude scientifique ? Ah oui le GIEC. Trop d’éoliennes peut-être ❓

                    • L’orgueil et un vilain défaut MichelC, le GIEC je m’en moque et vous le savez !

                    • L’orgueil est un vilain défaut

                      Si vous le dites c’est que c’est vrai et que vous en avez des tonnes.
                      Apprenez aussi le français en passant, vos fautes écorchent la vue.

                      Vous avez tout à fait le droit d’être réchauffiste. et prétendre ne pas l’être 🙂
                      Vous êtes alors « réchauffiste compatible ».

                      Quant à vos propos sur la médecine libérale … 😆

      • Si le climat est de nature chaotique comme le disent les « climatologues » – c’est à dire qu’il ne peut être décrit par des équations parce que l’évolution dépend des conditions initiales – alors les « règles » qui auraient changé sont de nature divine. C’est pourquoi la climatologie est une religion.

        Malheureusement l’interprétation des messages divins par les ordinateurs du GIEC a échoué. Dieu a renié ses prêtres. Les écouter serait un blasphème.

    • Voir l’article du mathématicien sur contrepoints : déreglement, ca pose un probleme de définition.

      Déreglement. Mais par rapport a quoi?? il est ou le « règlement »???

      • un mathématicien ne sera pas aussi littéraire. Il parlera de la tendance et pas de règle. Encore faut il différencier le mathématicien du statisticien !

        • Un paramètre a une tendance. Le mathématicien vous parlera de dérivée. Deux paramètres n’en ont pas. Les dizaines de paramètres du climat encore moins. Ils ont chacun la leur. Et comme rien n’est figé elle n’est jamais nulle et en plus variable au cours du temps et le lissage du paramètre.

          Si le climat était une route, on pourrait dire qu’il monte ou qu’il descend. Un champ en zone montagneuse a une pente dans une direction particulière. La seule chose que l’on peut dire avec certitude c’est que la température moyenne sur l’année a augmenté en France depuis 1960. Mais c’est trop concret pour faire peur, tandis que « le climat change » nous renvoie à la peur de l’inconnu.

        • Comme s’ils s’étaient donné le mot, les trois plus grands statisticiens que je connais ont chacun intitulé leur labo « Department of Mathematical Statistics ». Mais vous avez sans doute de bonnes raisons de savoir mieux qu’eux ce qu’ils font…

    • Il y a certes changement, mais ce terme est passé dans la novlangue; il sert à désigner TOUT ce que les réchauffistes considèrent comme « prouvant » leur « théorie »

  • « Tout ce qui est excessif est insignifiant », mais aussi, intellectuellement insupportable!

    Inutile donc de diviser de cette façon binaire (tellement prisée en France car claire et permettant à tous, en 3 coups de cuiller à pot de se positionner « pour » ou « contre », 2 positions excessives qui nient la réalité, par besoin argumentaire).

    Elle est bien plus nuancée que ça, la réalité: entre noir et blanc, il existe une infinie échelle des gris, sans même parler des couleurs!

    Chassons de toute discussion sur des sujets non politiciens la notion de « partis » qui sont obligés d’être la caricature de leurs idées pour s’imposer et augmenter le contraste pour ne pas être confondus avec d’autres.

    L’écologie (non politicienne) a bien une raison d’être!

    Difficile de nier la « pollution » sous toutes ses formes: l’air qu’on respire à Paris, les additifs alimentaires non demandés, les pesticides qui enduisent nos fruits et légumes, les antibiotiques dont on bourre le bétail et qui se retrouvent dans le ruisseau, la composition des friandises dont se délectent nos enfants, les rejets en terre, en l’air ou dans l’eau des industries.

    Bref nier le problème quand les sources de pollution se concentrent (les villes), quand l’usage s’intensifie (la chimie), quand des malades, atteints du même mal, se multipliaient autour et dans une usine ou quand une personne (avant le recyclage) jetait un Kg de déchets par jour et par personne, n’est évidemment pas crédible!

    Que l’écologie soit pour certains (Yann Arthus-Bertrand ou Nicolas Hulot, par exemple qui ne doit rien au hasard: ils ont tous deux utilisé des moyens très polluants – hélico pour Arthus, tous les moyens essayés pour Hulot – mais aussi Al Gore et d’autres…) un nouveau « créneau vendeur » avec intérêt personnel clair, ce seul intérêt devrait nous rendre très circonspects, pour ne pas dire incrédules, a priori! Sans que le nombre de « moutons » pour les suivre n’influence cette position!

    Une équation claire existe entre une population mondiale en croissance numérique avec industrialisation croissante et, d’autre part, une empreinte humaine sur l’environnement. Le souci écologique peut permettre la coexistence acceptable des deux, simultanément, j’en suis persuadé. Je ne connais donc aucun patron d’industrie refusant de faire des frais pour économiser sa note d’énergie consommée! Il y a donc bien un lien entre écologie, nouvelles technologies, diminution des déchets rejetés par réexploitation, et santé des entreprises!

    Alors d’où vient ce pessimisme que notre civilisation, évidemment jamais aussi avancée technologiquement précédemment, ne croit plus en un avenir meilleur, sur le côté matériel, grâce au « progrès » technologique dont l’esprit humain reste fertile?

    Et qu’on ne me parle pas de la « Nature »!
    Soit la « nature » existe et nous en faisons bel et bien partie, soit la « nature » est tout ce qui n’est pas « nous » nos oeuvres et notre empreinte sur la planète, et elle n’est alors qu’un partenaire ou ennemi, totalement chimérique, une construction de l’esprit sans réalité tangible et sans limite claire.

    Dans le cas de cette seconde hypothèse, soit, il convient de disparaitre tous par respect pour cette « Nature » que notre espèce a troublée, soit nous acceptons sans aucune culpabilité ni aucun complexe d’imposer notre présence et nos exigences comme tous les autres prédateurs de cette planète, à la particularité près que l’homme est le seul à réintroduire, par exemple, des loups (disparus, exterminés) là où il élève des moutons, qui se font évidemment dévorer!!!
    Faut pas déconner!

    On voit bien que « tout ce qui est excessif est insignifiant »!

    • On ne peut pas faire la justification d’une hypothèse floue sous prétexte que les implications sont complexes aussi bien sur le plan technique que social et en y mêlant de plus tous les sujets à la mode comme la « surpopulation », la pollution, la nature, le progrès.

      Cela revient à inclure la conclusion dans l’hypothèse. C’est la que réside le mensonge du RCA : un raisonnement qui se mord la queue. Et c’est très exactement ce que vous faites vous même. Et je passerai sur les sophismes qui ont leur place au Guinness Book du genre :

      « Je ne connais donc aucun patron d’industrie refusant de faire des frais pour économiser sa note d’énergie consommée! Il y a donc bien un lien entre écologie, nouvelles technologies, diminution des déchets rejetés par réexploitation, et santé des entreprises! »

      • Je n’avais pas du tout l’intention de faire de la théorie mais bien au contraire de briser les liens culpabilisants noués par les « écologistes » (superlatif déjà peu rassurant!) en-dehors de tout contexte scientifique éprouvé, loin de toute influence politique!
        Et vous venez me parlez d’hypothèse (alors que je ne l’évoque que pour une conception alternative de la nature), de conclusion alors que je ne parle que de faits qui, en aucun cas ne prouvent une théorie logique ou scientifique d’où l’utilisation inappropriée du « sophisme » quand je montre simplement un exemple où économie active, emploi et écologie font bon ménage illustrant que les approches écologiques ont un réel intérêt, ce qui n’a rien d’une révélation depuis René Dumont, par exemple!
        Alors, je revendique le droit d’utiliser toute théorie ou doctrine comme il me plaira et quand il me plaira loin de toute doctrine puisque aucune ne vaut qu’on s’y aliène! Alors, arrêtez de critiquer pour le plaisir!

    • Marier politique et écologie m’a toujours sembler marier la carpe et le lapin ………
      L’écologie est et doit rester une force de proposition …. point barre.
      Du moment que la politique se mêle d’écologie, les pseudo écolos gouvernants avalent les couleuvres avec un appétit plus que féroce (C.Duflot, Placé et tous les autres sortis du même tonneau) et il se trouve toujours des cohortes de pseudo scientifiques pour cautionner les élucubrations …..

      • Vous avez bien raison! L’écologie est devenue un « domaine » (à défaut d’un meilleur terme) sur le même pied que « politique », « économique », ou autre « instruction », « santé publique » etc … Il n’y a donc pas lieu d’en laisser l’exclusivité à un seul parti de monomaniaques (pourtant fort attirés par le Pouvoir!). La droite ne méprise pas totalement le « domaine social » (Ch. De Gaulle y a travaillé!): les socialistes n’en ont pas l’exclusivité!.
        La relative différence est que l’écologie peut concerner tout le monde et tous les secteurs industriels et commerciaux (clients exigeants du bio à boire et à manger, des constructions économisant de l’énergie et même en fabriquant!, achetant des épargneurs d’eau à monter sur les robinets, une domotique allant dans le même sens etc …
        Ne vous inquiétez pas, il y aura des escrocs qui ne tarderont pas d’apparaitre dans le décor!

    • Bien d’accord sur le fait que la présentation binaire est idiote. Mais elle l’est d’autant plus qu’il n’y a qu’une réalité, pas une échelle de gris entre deux réalités. Vous pouvez inviter à débattre un politicien qui veut que 2+2=5 avec un mathématicien qui prétend que c’est 4, c’est une présentation binaire stupide, mais pas parce que 2+2 vaudrait quelque chose entre 4 et 5. Parce que puisqu’on a démontré que c’est 4 depuis qu’on sait compter, le débat lui-même est un acte de mauvaise foi et de propagande, visant justement à faire penser que ce serait au minimum un peu plus que 4.

      • Vous n’avez pas forcément tort ni forcément raison!
        Raison?Oui!
        Par convention! (l’arithmétique n’est qu’un mode d’expression conventionnel, y compris les signes utilisés!). Donc oui, en théorie!

        (Tort?) Quand vous achetez 1 kilo de fruits ou légumes, vous pensez sérieusement recevoir 1000 grammes ou 1 000 000 mgr? Non, évidemment! … et votre argument se casse la gueule! Donc, non, dans la réalité!

        • Ben non, mon côté statisticien sait parfaitement que quand j’achète 1 kg, il y a une incertitude sur ce que je reçois, et que ça n’a rien à voir avec le cas 0.5+0.5=1 des mathématiques, que j’ai également étudiées en profondeur. Et quand je fais des calculs d’incertitudes, de probabilités ou d’intervalles de confiance, je n’utilise pas une arithmétique approximative pour autant.

  • S’il y a une augmentation du CO2 il y a forcément une augmentation de l’acidité des océans, c’est de la chimie niveau lycée et encore… (le CO2 émit ne va pas magiquement partir dans l’espace, et est de moins en moins absorbé du fait de la déforestation intensive.)

    Pour le reste c’est de la mauvaise foi et du cherry picking pour nier l’ensemble.

    L’augmentation de la température global moyenne est très visible si on regardre la tendance générale sur les graphs de variations depuis 1900, et pas seulement depuis 20 ans…

    Les rendements agricoles des principales céréales dans les pays développés stagnent et/ou n’augmentent plus aussi vite qu’auparavant.
    Compte tenu de l’augmentation de la démographie mondiale il y a un risque certain de famine.

    http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur210.pdf.
    (Je vous invite aussi à lire le Science & Vie : n° 1168 de décembre…)

    Quant aux événements climatiques extrêmes il suffit de regarder l’augmentation de leur fréquence pour s’apercevoir que cette tendance n’est pas normale.

    Pour le reste c’est du conspirationniste, à la sauce « on nous ment » « on veut nos sous » « ouh les méchants ».

    Vous croyez vraiment que si les gouvernements voulaient arbitrairement vous faire chier et prendre vos sous ils auraient besoin d’invoquer un truc si gros, et de s’entourer d’autant de scientifiques internationaux ?

    Alors qu’ils leur suffiraient d’imprimer un peu plus de billets, et hop ni vu, ni connu…

    Je cite : « Le 7 juin 2005, les académies des sciences des pays du G8 et celles des trois plus gros pays en voie de développement consommateurs de pétrole ont signé une déclaration commune à Londres, affirmant que le doute entretenu par certains à l’endroit des changements climatiques ne justifie plus l’inaction et qu’au contraire, il faut « enclencher immédiatement » un plan d’action planétaire pour contrecarrer cette menace globale »

    « En 2003, l’American Geophysical Union affirme que « les influences naturelles ne permettent pas d’expliquer la hausse rapide des températures à la surface du globe » »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique

    Bref on voit aisément que de nombreux libéraux sont dogmatiques, et que leurs thèses sont in fine anti-écologiques, sinon ils ne s’attarderaient pas à nier le réchauffement climatique…

    • « S’il y a une augmentation du CO2 il y a forcément une augmentation de l’acidité des océans »

      C’est dit au conditionnel.

      « L’augmentation de la température global moyenne est très visible si on regardre la tendance générale sur les graphs de variations depuis 1900, et pas seulement depuis 20 ans »

      Une vingtaine de pays n’affichent PAS de crosse de hockey de températures. À ce jour, 1934 (36?) est encore l’année la plus chaude depuis le 20e siècle

      « il suffit de regarder l’augmentation de leur fréquence pour s’apercevoir que cette tendance n’est pas normale. »

      Pas d’ouragan F3+ aux ÉU depuis 2005, une 3e année record avec un nombre minime de tornades, aps plus de sécheresse… Il m’en manque des bouts, apparemment

      « Vous croyez vraiment que si les gouvernements voulaient arbitrairement vous faire chier et prendre vos sous ils auraient besoin d’invoquer un truc si gros, et de s’entourer d’autant de scientifiques internationaux ? »

      Oui. La fin justifie le moyen pour les pouvoirs publics; une situation « urgente » est l,excuse parfaite

      « eurs thèses sont in fine anti-écologiques »

      Faux. Les écofascistes sont anti-écolo avec leurs fantasme de n’avoir que du solaire (ça fonctionne bien l’hiver?) et de l’éolien (i.e. des déchiqueteuses à oiseau)

      « ils ne s’attarderaient pas à nier le réchauffement climatique… »

      Le « négationnisme » est du côté des réchauffistes, qui se battent avec l’énergie du désespoir pour que leurs idées soient encore entendues. Si leur idée était si vraie, elle n’aurait pas besoin de recourir constamment aux attaques ad hom

    •  » le rendements des céréales des pays développés stagne …  »

      rien que ça, ça me fait rire au éclat :

      autour de moi, cette année, tous ceux qui avait du maïs ont fait 130QX hectare sans irrigation … les cours se sont éffondrés !
      en chine, les riz hybride, crée dans les années 70, et qui se développe petit à petit à la place des variètés anciennes, font régulièrement 130QX hectares… ( et on peut faire plusieurs récolte par ans ) dans le même pays, au shan dong, les agriculteurs font de plus en plus une culture de blé précoce suivis par une culture de maïs, là encore, le developpement ce fait avec les hybrides F1 en maïs …

      et que nous proposent les écologistes : revenir aux variétés anciennes non sélectionnées, qui ont un potentiel maximum de 25 qx hectares ( j’ai essayé sur ma ferme ) … évidemment, si tout le monde suivait leur lubbies, c’est sur que pour le coup, les rendements serait divisé par trois ou quatre …

      au moment ou j’écris ses lignes, je regarde la cinq, et qu’est ce qu’on y voit : les éléphant au cambodge, on y entend seulement parler d’esprit éléphants … on voit bien que leur ligne éditoriale, c’est l’obscurantisme !

    • « S’il y a une augmentation du CO2 il y a forcément une augmentation de l’acidité des océans, c’est de la chimie niveau lycée et encore… (le CO2 émit ne va pas magiquement partir dans l’espace, et est de moins en moins absorbé du fait de la déforestation intensive.) »

      S’il y a des juifs, il y a forcément un complot quelque part…
      Sinon, parler d’acidification des océans est comique alors que les océans ont un ph de 8+

      • Pas de panique avec la soi disant déforestation massive: il y a encore 4 milliards d’hectares de forêts ( par comparaison l’homme cultive 1,5 milliard d’hectares). Même si on  » déforeste  » 7 millions d’hectares par an pour augmenter les surfaces cultivables il n’y a aucun problème. Même si il ne restait  » que 2 ou 3 milliards d’hectares de forêts ce ne serait pas un drame.

        • en france, la foret progresse régulièrement depuis 2 siècles , la vérité, c’est ça !

          à partir de la restauration, les nobles cherchent à évincer les paysans des zones  » intermédiaires  » . on présume que le bois va etre trés cher, car l’industrie se développe et le charbon ne s’est pas encore imposé… une législation proforet voit le jour.

          à partir des années 1860 – 1870 , le phylloxéra conduit à l’abandon des milliers d’hectare de vigne, qui finissent souvent en friche, puis foret …

          le premier conflit mondial provoque 2 millions de morts et invalides, la maind’oeuvre manque dans le monde rural : nouvelle progression de la foret

          la mécanisation incite à l’abandon des parcelles les plus petites ou les plus pentues : nouvelle poussée de la foret …

          aprés la deuxième guerre mondiale, l’introduction des techniques américaines ( engrais, machine, variété améliorée, desherbants ) fait faire un bon au rendement moyen : nouvel abandon des zones les moins favorable. l’état encourage les boisements avec le fond national de boisement ( un echec technique et économique )

          avec la réforme de la pac de 1992, nouvelle déprise agricole notamment dans les zones de montagne, ou la friche et la foret progresse de tel manière que certains conseil généraux donne maintenant des subventions aux agriculteurs désirant réhabilité des parcelles…

          on peut aimer la foret, ou pas, mais il faut savoir que le problème est économique :

          un hectare de bois produit en moyenne 10 fois moins de revenu et beaucoup moins d’emplois qu’un hectares agricole … cherchez l’erreur ? c’est vrai qu’en france, il y a le plein emplois et un excédent budgetaire chronique !

          • Si la production est orientée vers les méthaniseurs comme en Allemagne où 810 000 hectares sont consacrés à cela, n’y-a-t’il pas problème ?
            Et ce pour permettre d’atteindre les objectifs EnR de 2020 ( 3 x 20 ).
            N’y-a-t’il pas problème à importer en Europe des céréales en provenance du Brésil pour alimenter bétail et humains, et aussi le bio-carburant ?
            Etc…
            Cherchez les erreurs !?

          • Les forêts ne progressent plus en France. C’est terminé. On recommence à la ronger petit à petit. Voyez en banlieue parisienne, voyez Notre Dame des Landes, voyez le Center Park (en plein dans une parcelle..).. Les forêt ne progressaient que dans les montagnes à la place des pâturages abandonnés. En plaine, la forêt tend à régresser d la où elle subsiste (aller me chercher des forêt en Beauce, Bretagne, Manche, champagne crayeuse etc..).

            • image d’épinal véhiculé par les medias … la foret est en forte extension en france depuis 2 siècles, c’est un fait corroboré par les statistiques.

              • En Amazonie, la taille de la forêt augmente t-elle également?
                Aux dernières nouvelles, l’oxygène produit par la végétation profite à tout le monde. Si on abat des arbres massivement a l’autre bout de la planète, il faut bien compenser quelque part.

                Mais peut être pensez vous que nous n’avons pas besoin d’arbre pour vivre, et que de nous faire croire que ceux ci produisent de l’oxygène et un nouveau mensonge de Hollande.

    • Les rendements agricoles des principales céréales dans les pays développés stagnent et/ou n’augmentent plus aussi vite qu’auparavant.
      Compte tenu de l’augmentation de la démographie mondiale il y a un risque certain de famine.

      Vous mélangez tout. Pourquoi voulez-vous qu’un rendement augmente perpétuellement et continuellement ❓
      Et si dans dans les pays développés, vu que l’on passe au bio, pourquoi voulez-vous que le rendement national augmente perpétuellement et continuellement ❓
      La solution (finale selon les écolos) serait donc de raser les villes pour faire des cultures ❓ Parce que sinon, les écolos seront responsables des famines. Alors pas encore à la campagen à retourner le champ avec le mulet et le soc en bois ❓ C’est pourtant d’un futur avisé :mrgreen:

      • l’augmentation des rendement agricoles est fortement dépendant des investissement fait dans la décennies qui précède : investissement qui sont la plupart du temps décidé à cause de l’arrivée pour une raison ou pour une autre, de quelques années de prix forts des céréales, qui donnent un signal suffisamment incitatif :

        aout 1914 : la plupart des hommes européens sont mobilisé pour aller se battre sur les différents fronts européens, il ne sont plus disponible pour les travaux de la terre, qui réunissent à cette époque, encore une grande majorité de la population … il faut pourtant continuer à nourrir les gens :
        les prix s’envolent ( voir le film  » à l’est d’eden  » d’aprés le roman de steinbeck, ou le jeune james dean spécule à la hausse, et roule les fermiers avec qui il avait signé un contrat … ) dans les pays qui ne sont pas en guerre, des montant colossaux sont investi dans l’agriculture, pour profiter de cette manne.
        debut des années 20 : les agricultures européennes redémarrent ( sauf en URSS ) , les hommes étant ( pas tous ) rentré du front. assez rapidement, la production mondiale issue des investissement fait à la fin de la décennie précédente se télèscope avec la production agricole européenne : c’est le début de la crise et on sait qu’au USA, la grande dépression commence par une forte baisse des prix agricoles dans un pays encore fortement rural.

        entre 1998 ( crise asiatique ) et 2006, les prix mondiaux des denrées agricoles sont trés déprimés : difficile de demander à un agriculteur durant cette époque difficile, de faire des investissements ( pour ma part, je payais les miens ( fait en 1996 ) le plus rapidement possible en me serrant la ceinture et en jurant qu’on ne m’y reprendrais plus, mettais de la jachère le plus grand possible, et plantait en peuplier une de mes parcelle …
        2007 – 2008 : forte augmentation des prix . on a alors vu des praticiens se lancer ( sur les conseil avisé des  » technitiens  » des chambres d’agriculture tous acquis aux théories fumeuse des écolos, et des vendeurs de pelles et de pioches … ) dans des investissements parfois totalement inconsidérés.
        en 2014, on est probablement en présence du retour de baton : le signal ayant été le même sur tous les continents, vu que les prix sont global et que l’économie est mondialisée, la forte hausse de la production induite par ces investissement fait chuter les prix …

        c’est de l’économie et ça n’a rien à voir avec l’écologie ou le climat… à part bien sur pour les réchauffistes !

    • Bref on voit aisément que de nombreux libéraux sont dogmatiques, et que leurs thèses sont in fine anti-écologiques, sinon ils ne s’attarderaient pas à nier le réchauffement climatique…
      Quel réchauffement ❓ celui qui caché sous de le bureau de Georges Bush Junior, maintenant bureau d’Obama qui a repris le flambeau ❓
      Mesdames et messieurs, c’est un ordre des écologistes, il faut croire sinon cela va barder et ils vont nous embrigader :
      Garde à vous , … Fixe. Demi-tour Gauche… Marche … Hon Teux Hon Teux …
      (honteux quoi, faut nous faire filer droit)

      L’augmentation de la température global moyenne est très visible si on regardre la tendance générale sur les graphs de variations depuis 1900, et pas seulement depuis 20 ans…

      Et si l’on prend les données depuis 1830, c’est encore pire. Pourtant à l’époque, le chauffage au fuel n’existait pas, les voiture n’existaient pas, même à pédale, tout juste tirait-on un peu de charbon du sous-sol. Et déjà la température montait, montait, montait, tant et si bien que les glaciers reculaient déjà.
      Et pourtant ou est la crosse de hockey? Perdue ?

      Non! Chouette, on l’a retrouvée : elle est inversée, faute de réchauffement monstre., le gros étant derrère nous. On pourra faire une petite partie de hockey sur la glace en attendant le peut-être réchauffement , en attendant cela nous réchauffera 🙂
      Oh j’y pense : mes cornichons sur mon balcon. qui devaient griller sous le flash de chaleur, on échappe à l’horreur, d’être tous grilleés 🙁
      Bon en attendant que cela grille à nouveau, je vais tester le sorbet aux cornichons. Cela doit être exquis.

  • Pour avoir des données un peu objectives au lieu de slogans: http://www.pensee-unique.fr, en particulier les deux dernières mises à jour

    • J’ai rarement lu un article aussi stupide : en se voulant consensuel, l’auteur tombe dans tous les panneaux qu’il prétend dénoncer et montre qu’il ne comprend rien à la science, au climat ou à l’économie. Il mélange tout, collecte les à-peu-près à la mode, fait du catastrophisme en dénonçant le catastrophisme, traite les speakrines météo d’expert, fait des grandes phrases genre « la géopolitique de la soif ».

      Bref un article de journaliste : tout est bon pour vendre mais la cohérence des propos et la logique leur est totalement étrangère. Avec la sur-enchère médiatique moderne, ils sont condamnés à trouver un nouveau monstre du Loch Ness tous les jours. En revanche cette production intensive use leur neurone à vitesse grand V. On les remplacerait avantageusement par des Shadocks qui eux pompaient sans se fatiguer.

  • « L’article rappelle que l’on bat tout les records dans le sud, mais on pourrait modérer ces ardeurs en rappelant que la hausse n’a rien de comparable avec la chute en arctique. Il faudrait garder la même impartialité quand à la hausse antarctique (fêtée en grande pompe) que la baisse arctique (relativisée jusqu’à la limite du raisonnable). Sans compter de nouveau le rappel qu’il a fait plus chaud avant.. »

    Cazictulé,

    Voilà l’état de l’Arctique cette année: http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/N_stddev_timeseries.png
    Voilà l’état de l’Antarctique cette année: http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/S_stddev_timeseries.png

    Je fais confiance à votre bonne foi intellectuelle pour revoir votre argument.

  • Au CNRS nous avons eu il y a 5 ans une conference trés technique de vincent Courtillot, président de l’institut de physique du globe, apres avoir eu les pires difficultees à obtenir les données brutes du GIEC, il les analysées et complétées, en prenant en compte notamment les courbes de croissance des arbres partout sur la planete et en arrive à la conclusion que le Giec S’est trompé. Apres avoir enseigné des années que il y avait un rechauffment du à l’homme,il a retourné sa veste et en grand scientifique independent qu’il est a reconnu s’etre trompé, ou avoir été trompé devant 200 personnes.

  • Cela ne sert à plus rien d’évoquer les banquises qui regèlent puisque les réchauffistes nous disent maintenant que c’est aussi à cause du réchauffement.

    D.J

    • les mêmes qui nous disaient dans les années 80, qu’on allait vers une glaciation ( à la suite des décennies 50, 60, 70 qui furent plus froide que la décennies 40 marqué par des été trés chaud ) , nous disent maintenant que l’on va vers un réchauffement cataclysmique, vu le réchauffement des années 80 et 90 … ils adaptent leur discours aux circonstances fluctuantes de la climatologie mondiale. comme maintenant, il semble que les températures stagnent à nouveau, ils ne parlent plus de réchauffement, mais de déreglement …

      assez facile de démasquer leur objectif : faire peur, vendre du papier et des émissions TV, se faire donner de l’argent par les gouvernements qui mettent d’autant plus facilement la main à la poche que ça ne leur coute rien ( bien au contraire, on imagine à peine les rétrocommissions … )

  • Si le CO2 réduisait les rendements on se demanderait ce qui poussent les équipementiers de serres horticoles à proposer des générateurs de CO2
    Exemples: http://www.richel.fr/fr/richel-france/equipement-fr/chauffage-cooling.html

  • Comment expliquer que bien que de très nombreux pays ne souhaitent pas suivre les préconisations du GIEC aucun ne conteste le réchauffement ?

    • Les pays ont autre chose à faire que contester le réchauffement. Les pays contestent, avec raison, qu’ils aient à modifier leurs politiques, notamment économiques, sur les injonctions d’un panneau (ma traduction de « panel ») où sont tombés des pseudo-scientifiques.

      • C’est un peu court comme réponse, surtout que pas mal de pays auraient intérêt à contester le RCA si ils avaient les arguments.

        • L’Australie y a en effet vu son intérêt. Pour la France, si vous pouvez montrer que les politiciens et le pays ont les mêmes intérêts, on transmettra à Ségolène. Mais j’ai bien peur que vu le fric qu’elle a mis dans les voitures électriques, elle ne vous écoute guère…

  • Cet article est tout de même surprenant: il ne cite aucune source et contredit tout ce qu’on voit et entend depuis des années.
    Je veux bien qu’on entende beaucoup de bêtises à la télé et la radio mais quid de tous les reportages de la BBC et autres diffusés sur France 5 par exemple? Jean-Louis Etienne (qui défend le nucléaire) et Jean Jouzel sont-ils des écolos-rigolos qui nous désinforment?
    On a pourtant vu des quantités de reportages montrant la diminution de la banquise avec des vues satellites prises depuis plusieurs décennies et des photos des mêmes lieux à la même période de l’année avec 10 ou 20 ans d’écart…
    Des bateaux qui n’ont plus besoin de contourner le pôle Nord et des compagnies pétrolières qui peuvent forer et pomper maintenant qu’il y a moins de glace…
    Et moult reportages sur les inuits et autres habitants du grand Nord qui voient leurs conditions de vie se modifier d’année en année…
    Désinformation?

    • Ni Jean-Louis Etienne, ni Jean Jouzel ne sont des « rigolos », mais ce ne sont pas non plus des spécialistes, si ce n’est de la communication médiatique. JLE est médecin, JJ est géochimiste. L’un comme l’autre sont des experts du montage de projets dans le buzz et de la recherche… de financements. Ni l’un ni l’autre n’ont de raison particulière d’être plus crédibles que moi ou plein de mes collègues sur l’interprétation de ce qu’ils observent, en fait mon expérience des statistiques et des séries temporelles est bien supérieure.
      Les photos ne veulent rien dire, rappelez-vous les stations de ski la semaine dernière. Les passages par la route polaire sont suffisamment aléatoires pour qu’aucun véritable pari économique ne soit en cours dessus. Quant aux témoignages d’habitants du grand Nord, ça me rappelle les problèmes de fiabilité des enregistrements de température dans les postes météo sibériens, qui dépendaient fortement de la date de la dernière livraison de vodka du temps où il fallait que le type aille dehors lire un thermomètre que de toute façon personne ne vérifierait…

      • dans le récent et long reportage sur arte concernant la passage du nord-ouest, que je me suis tapé en entier car il n’y a rien d’autre à voir sur radio paris ment … ou il était question que de réchauffement climatique et de pauvres inuits qui ne pouvait plus chasser le phoque sur la banquise ( alors ils chassaient la bibine … ), un spécialiste de la question , finit par dire que le fameux passage, ne serait jamais employé par les porte containers, car même en cas de fort réchauffement ( ce qui n’est pas encore fait … ) il serait ouvert seulement 4 à 5 semaines par ans, donc absolument pas assez pour que des compagnies maritimes prennent le risque d’y planter un cargo à des millier de kilomètres des secours potentiels…

        • En effet. Le Canada et la Russie feraient de toute façon payer très cher la sécurité dans des eaux qu’ils considèrent les leurs, même si c’est contesté. Et pas simplement par appât du gain, mais parce que c’est hors de prix de maintenir des brise-glaces en opération pour aller débloquer ceux qui se feraient prendre. Rappelons que les hélicos n’ont pas une autonomie suffisante pour desservir Shtokman, ce qui a conduit à geler le projet gazier sine die.

          • le future canal du nicaragua semble avoir plus d’avenir.

            il y a des chances pour que la propagande escrolos se déchaine contre se projet , car tout y est :

            la réserve d’eau douce : les nicaraguaiens vont mourir de soif …

            la foret pluviale va disparaitre …

            on est en plein dans la mondialisation puisque le but du jeu est de faire passé des méga porte containers …

            le groupe est chinois … inutile de dire que c’est le copain des écolos.

            • Le projet n’a pas l’air très sérieux, d’après ce que j’ai lu des couacs du lancement. Et vu la pauvreté du Nicaragua, je vois mal les écolos aller camper là-bas : ils pourraient découvrir que le racketteur local est plus dangereux qu’une compagnie de CRS…

      • Les photos de la calotte glaciaire prises à la même date chaque année pendant 30 ans ou plus en disent beaucoup plus que les photos des stations de ski la semaine dernière ou les blablas des commentateurs éclairés de ce forum…
        Si la neige peut recouvrir une station de son blanc manteau en une nuit, les glaciers ne se font et se défont pas en un jour ni en une semaine ni même en un an.
        On peut ainsi mesurer la variation de l’étendue d’une calotte glaciaire et constater l’effet indéniable du changement climatique.
        De même il suffit d’aller à Chamonix et de descendre les escaliers du Montenvers pour rejoindre le glacier. Des plaques sont là pour rappeler les niveaux à différentes époques. C’est impressionnant le nombre de marches qu’ils ont du rajouter en 25 ans!
        Entre les écolos alarmistes et les anti-écolos négationnistes, il n’y a pas beaucoup d’espace de réflexion.

        • Effet du changement climatique sur l’étendue de la calotte glaciaire ? Mais avant de pontifier, vous vous informez parfois ? Avez-vous seulement cliqué sur les liens de Kevan Saab un peu plus haut , qui vous montre que l’effet indéniable sur la calotte glaciaire, c’est de la propagande giecienne ?

          • Oh, j’ai cliqué sur les liens de Kevan Saab. J’ai même exploré un petit peu plus les pages du NSIDC. Où l’on peut lire que la banquise arctique perd 500 000 km2 par décennie, tandis que la banquise antarctique gagne 100 000 km2 par décennie. On peut aussi constater qu’en terme de volume, la cryosphère dans son ensemble (banquises arctique et antarctique, calotte antarctique, Groenland et glaciers terrestres) perd de l’ordre de 1000 GT par an (en ce compris le gain de 25 GT/an de la banquise antarctique). On est donc forcé de constater que la terre perd beaucoup de glace. Ce qui se traduit aussi par une élévation du niveau des océans. Et pour citer Kevan Saab, « Je fais confiance à votre bonne foi intellectuelle pour revoir votre argument. »

            • Ah, comme d’habitude, vous voulez faire dévier, puis enfermer, le débat sur des chiffres et des données que vous seuls, les personnes payées par des bidules gorgés d’argent public, êtes aptes à discuter, hein ? Toujours la même chose.

              Mais allez, pour vous faire plaisir, un extrait de « Pensée Unique », un bon site, fait pour vous :

              « Lors de l’une de ses récentes conférences, Richard Lindzen, lui-même, n’avait pas hésité à tirer un pied de nez aux alarmistes de la glace fondue, en présentant ce texte du Weather Bureau (l’Office de Météorologie US de l’époque) qui date de 1922. Ce texte officiel nous raconte, entre autres, que les « phoques trouvaient l’eau trop chaude » et qu’il s’agissait d’un « changement radical du climat » et que « beaucoup de glaciers bien connus avaient entièrement disparu ». Tout cela s’est bien regelé par la suite… jusqu’à il y a quelques années et ainsi de suite, sans doute.  »

              Joli, hein ?

              • « Tout cela s’est bien regelé par la suite … »
                Vraiment ?
                http://i.imgur.com/QSUqXn5.png

                • Vous marquez un point-là, car retrouver toutes les données enregistrées par les satellites depuis 1901, c’est bien. Très bien même !

                  • Où ai-je prétendu que ces données proviennent de satellites ? Faites-vous plaisir, citez-moi.

                    Mais vous avez probablement raison. Avant les satellites, on ne connaissait rien à l’étendue des glaces polaires. Je ne sais plus quel naïf a prétendu qu’en 1922, le Weather Bureau possédait des données sur l’état des glaces arctiques.

                • Vous ne voyez pas un ou deux problèmes dans ces données ❓

                  • Mais euh, pas du tout ! Ce sont des données satellitaires de toute grande qualité, et vérifiables par les photos prises à l’époque. Enfin, euh, je le crois. Il est seulement dommage qu’elles se terminent en 1999. Heureusement que des experts comme Reverb sont là pour nous éclairer. Sans eux, où irait la science climatique, on se le demande.

                    • Le graphique provient de Walsh & Chapman, 2001, « 20th-century sea-ice variations from observational data », rien d’étonnant à ce qu’il s’arrête en 1999. Si vous voulez la suite, le site du NSIDC que vous recommandez est un bon point de départ : nsidc.org/sites/nsidc.org/files/images//mean_anomaly_1953-2012.png par exemple.

                      Vous trouverez dans l’article de Walsh et Chapman les moyens utilisés pour estimer l’étendue de la banquise avant l’envoi de satellites.

                    • Ah ? Ce sont des « estimations ». Bon, bon. Comme les cernes des arbres permettent, avec une fiabilité absolue, de reconstituer les températures passées (pour autant qu’on corrige le stress hydrique et des tas d’autres petits facteurs sans grande importance, n’est-ce pas?). Mais voilà, ces estimations sont à prendre pour argent comptant, cest sûr.

                    • N’importe quelle mesure de l’étendue de la banquise sera une estimation, à moins que vous ne soyez prêt à parcourir chaque mètre carré de glace avec une loupe. Les mesures par satellite sont des estimations à partir d’enregistrement du rayonnement micro-onde et de sa polarisation. Aucune estimation n’est à prendre pour argent comptant, c’est pour cela que des comparaisons sont faites entre différentes méthodes, sur des périodes de recouvrement.

            • avez vous bien pris en compte la glace des congélateurs ?

    • Pourquoi pas cliquer sur les liens pour avoir les sources ?

    • Activez donc les liens dans votre navigateur et revenez corriger votre propos.

  • Un exemple d’ « épisode cévenol » : la région de Sommières (Gard) et sa rivière, le Vidourle, sont historiquement connues (les « vidourlades ») pour des précipitations d’automne, et des inondations catastrophiques. Les orages et inondations de 1723, 1812, 1907, 1932,1933,1934, (3 années de suite!) sont répertoriées.
    J’ai vu une photo de l’inondation record de la ville de 1933 où on voit le Vidourle, sorti de son lit sur 1,5 km de large …

    http://www.nemausensis.com/Gard/vidourlades/vidourlades.htm

    Comme on le voit, ces phénomènes ne sont pas nouveaux, et existaient avant l’ère industrielle,.
    Ils n’ont donc que très peu de rapport avec les activités des hommes.

  • Je ne suis pas certain que les politiques croient vraiment influencer la modification du climat par des mesures dérisoires. Je pense plutôt qu’ils croient à l’immense bisness que ça va développer. Les téléopérateurs n’ont pas fini de nous agresser au tél pour nous proposer voire essayer de nous obliger à réaliser des travaux inutiles qui iront enrichir des sociétés plus que douteuses (ex dans le photovoltaïque).

    • Haha l’autre jour ils m’ont même envoyé un commercial a domicile: notre commune a apparemment acheté (avec notre fric) le droit de laisser ses administrés se faire escroquer en priorité dans le cadre du plan « climat/energie/bisous et chatons mignons 2014″.

      Pauvre gamin de 25 ans à qui on n’avait remis l’argumentaire de base à la sauce  » repentez-vous, méchant pollueur, ou achetez mes panneaux solaires et mes pompes à chaleur! »
      Certainement habitué aux gogos gavés de propagande, il a essayé de me faire signer un projet pharaonique avec pour entrée en matière « avec l’augmentation des prix du pétrole… »

      Il est mal tombé.

  • J’ai toujours eu l’impression que la mise en avant des émissions de CO2 a remisé à l’arrière plan l’émission des autres polluants qui ne sont pas forcément d’impact sur le climat mais bien sur la santé.

    La seule bonne politique est de se dire que tout rejet est discutable et qu’il faut supprimer tout ceux qui peuvent l’être à un coût acceptable, et ceci quel que soit leur nature et le type de leur impact. L’efficience est de d’abord supprimer ceux qui coûtent le moins cher à l’être

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles