La retraite étatique, ça pulse grave

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Seniors Retraités (Crédits Patrick, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La retraite étatique, ça pulse grave

Publié le 22 décembre 2014
- A +

Ce Noël, alors que certains, notamment à l’Elysée, reprendront deux fois du foie gras, d’autres auront le douteux plaisir d’avoir à faire des pieds et des mains pour tenter de toucher leur retraite, ou, plus exactement, une petite partie de celle-ci : quelques dossiers de pension seraient restés coincés dans les jolies tubulures chromées de notre grande et belle administration. Oh, zut alors !

Il semble en effet que des retraités du Languedoc-Roussillon et d’autres de Nord-Picardie vont devoir se reposer sur la solidarité inter-générationnelle naturelle (i.e. les proches de la famille) pour boucler leur mois de décembre et passer les fêtes au chaud. On apprend, de façon extrêmement discrète au travers d’un triplet d’articulets particulièrement minces (ici, ou ) que ces deux régions sont actuellement en proie à quelques difficultés de traitement des dossiers de retraités qui entraînent des retards dans le versement des pensions. Rien de bien grave, sauf que le nombre de dossiers (plusieurs milliers) laisse planer de sérieux doutes sur l’explication fournie.

retraites

Officiellement, les infrastructures et les moyens humains n’arrivent pas à traiter l’afflux de pensionnés dans ces régions, afflux semble-t-il aussi brusque qu’important et qui aurait entraîné un engorgement d’une mécanique pourtant d’habitude très bien huilée. Plusieurs éléments laissent cependant imaginer que l’affaire est un tantinet plus complexe.

D’abord, il y a la période. Que les administrations chargées de distribuer les pensions aient des difficultés de traitement de dossiers, cela peut se concevoir. Ce n’est pas comme si ces administrations étaient déjà naturellement réputées pour un traitement sans faille et sans souci de l’immense paperasserie que représente la retraite dans ce pays (pour rire, essayez de savoir exactement ce à quoi vous avez droit, par vos propres moyens, c’est assez épique). Mais que ces difficultés tombent en fin d’année, et au moment où, de l’aveu de tous les partenaires, les affaires ne sont pas florissantes, voilà qui est plus symptomatique d’un malaise global. La trésorerie est – pour le dire pudiquement – un peu tendue partout, et notamment dans ces caisses.

D’autre part, les témoignages affluent et pointent sur des difficultés marquées non pas seulement pour ces deux régions, mais bien pour toutes. Bien sûr, Languedoc-Roussillon et Nord-Picardie sont les plus exposées, mais des retards de traitement et de paiement apparaissent ailleurs, les mêmes causes (accroissement des faillites d’entreprises, hausse du chômage, croissance en berne notamment) ayant les mêmes effets partout.

Enfin, comment ne pas voir le parallèle entre ces difficultés, visibles bien que fort discrètes dans une presse qui a sans doute plus d’islamistes à fouetter que de pensionnés à suivre, et les difficultés, maintenant connues et à peine plus suivies par la presse, des caisses complémentaires dont les principes de fonctionnement sont assez proches de ceux des caisses principales de retraite ?

En effet et pour rappel, deux grandes caisses (AGIRC et ARRCO) seront, techniquement, en faillite complète d’ici 2018 — dans le cas où les scénarios optimistes tiennent la route, probablement plus tôt si la situation du pays se dégrade (ce qui serait vraiment étonnant avec l’équipe de cadors actuellement à la barre). Or, la situation particulièrement catastrophique de ces deux complémentaires n’est pas nouvelle, puisque depuis 2009, la Cour des Comptes a plusieurs fois rappelé qu’il était urgent d’aménager des solutions, et incite les acteurs sociaux à reprendre le dossier en main.

À présent, on se demande exactement pourquoi des caisses de complémentaires, gérées par répartition grâce à des partenaires sociaux connus pour leur grande équité, et qui observeraient de grosses difficultés d’ici deux à trois ans (on évoque 2016 pour l’AGIRC) ne seraient pas annonciatrices de problèmes exactement similaires pour des caisses principales, gérées par répartition grâce à des partenaires sociaux connus pour leur grande probité, dont on observe les difficultés à payer pardon traiter quelques milliers de dossiers. Après tout, on a appliqué des principes équivalents aux uns et aux autres et il est maintenant certain que les autres (les caisses complémentaires) vont au casse-pipe. Pendant ce temps, les uns (les caisses primaires) affichent subitement des problèmes de paiement, et cela n’aurait aucun rapport ?

En tout cas, rassurez-vous puisque Marisol Touraine a déjà une solution : une aide exceptionnelle, pouvant aller jusqu’à 800 euros, sera versée aux retraités du Languedoc-Roussillon pour adoucir un peu le souci. Cette solution, qui a l’odeur d’un sparadrap et la couleur d’un sparadrap, est assez probablement un joli sparadrap. Quel crédit accorder à un système qui doit se satisfaire de ce genre de bricolage pour boucler son année ? Et surtout, comment peut-on encore croire à un système de retraite (ici, par répartition) qui offre des rendements parfaitement fantaisistes et dont le schéma de fonctionnement se rapproche à l’évidence d’un magnifique Ponzi où les derniers entrants (ceux qui, justement, voient leurs dossiers se perdre actuellement dans les méandres gluants de l’administration de la retraite française) sont aussi les premiers perdants ?

Aucun doute : pour s’assurer que l’équité est respectée, que la solidarité a bien perfusé toutes les strates de la société, rien de tel qu’une bonne collectivisation des principaux piliers de la vie que sont la santé, le travail et la retraite.

état gère tout forcément

L’Etat s’est donc largement occupé du travail en le codifiant dans ses moindres détails. Youpi, le chômage est vaincu. Il s’est ensuite attelé à fournir une assurance santé à la hauteur des exigences modernes. Là encore, c’est une réussite où tout le monde bénéficie du meilleur service au prix le plus petit. Enfin, il s’est occupé de fournir un système de retraite par répartition que le monde nous envie (mais se garde bien de recopier). Depuis, les retraités sont à la fois nombreux, jeunes, bien payés et, forcément, heureux du résultat.

Il n’y a pas à tortiller : c’est un succès sur toute la ligne.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • je présume que nos 3 retraité ex dirigeants , sarkozy , chirac , giscard , qui ont palpé leur retraite au bout de quelques petites années à la tête du pays , n’ont jamais connu ce genre de problêmes…..

  • Certes Agirc et Arrco font le buzz en ce moment pour une faillite programmée en 2018.

    Mais je vous invite aussi à regarder les annexes de la loi de finances 2015. Pour les fonctionnaires de l’Etat, la faillite c’est pour 2025. Vous reprendrez bien un Jaune ?

    un stock de dette de 1400 Md€ pour l’ensemble des pensions des trois fonctions publiques.

    Mais chuut c’est bientôt la trêve des confiseurs.

  • Le problème de retard de paiements des retraites en Picardie et en Languedoc qui serait du à un afflux de dossiers à traiter, entrainant un surcroit de travail, n’est probablement pas l’unique raison.
    En effet, dès que les médias ont eu vent de ce problème, ils ont pu rencontrer des nouveaux retraités en difficulté, qui attendaient, pour certains, leur premier versement depuis plus de 5 mois. Mais dès que ces mêmes médias ont cherché à contacter les responsables des caisses régionales de retraite pour avoir des explications, les portes se sont fermées. Soit les directeurs de caisse ont invoqué un emploi du temps chargé pour ne pas recevoir les journalistes , soit ils ont envoyé un sous-fifre à leur place, lequel a tenu un discours « langue de bois ».

    Concernant la faillite annoncée des caisses complémentaires AGIRC / ARRCO pour 2016, le terme faillite est totalement disproportionné.
    Pourquoi ?
    S’agissant d’une retraite par répartition, les retraites sont payées avec les rentrées d’argent (cotisations des actifs et des employeurs) et il y a une sorte de « tampon » (ou réserve) pour faciliter la gestion du système.
    C’est uniquement cette réserve qui serait épuisée en 2016.
    Il est bien évident qu’en 2016, les cotisations des actifs et des entreprises permettront toujours de pouvoir continuer à payer normalement les retraites complémentaires.

    • Ah Ah Ah « Il est bien évident qu’en 2016, les cotisations des actifs et des entreprises permettront toujours de pouvoir continuer à payer normalement les retraites complémentaires. » 🙂 😉

      Mêmes les grands continuent de croire au Père-Noël !

  • On conaissait les requins de la finance, avec les socialistes on sait qui sont les requins de la république. Il ont la même voracité pour le pouvoir que les requins pour la chair sanguinolante. Ils sont sont prêt à mentir, trahir, escroquer et manipuler comme personne, ils sont prêt à tout brader, tout piller contre des bulletins de vote. Le PS est devenu une machine à taxer tout ce qui bouge, à emprunter des montagnes d´argent dans le but de subventionner et d´appâter des populations jamais rassasiées.

  • Je voyais par exemple que la fonction publique hospitalière, ce week-end commençait à faire grève, surtout les urgentistes, qui sont dépassés par les évènements réels des urgences (la crise économique en est la cause, de toute évidence) ! Cela devient, de fait, une folie de travailler en ces lieux, dans les villes, le week-end, alors que le privé médical ne travaille plus ! Certains professionnels alignent des 80 heures par semaine, sur heures supplémentaires non payées au montant réel, avec des risques pris sur les soins.

    Problème aussi de la branche hospitalière de l’État : les RTT et les 35 heures ont fait exploser la facture… C’était couru d’avance ! Et empêchent d’embaucher… Comment l’administration hospitalière peut-elle s’en sortir budgétairement à terme, alors qu’elle a dû payer récemment il y a quelques années (sous Sarkozy il me semble), rubis sur ongle sous la menace de grèves nationales, 2 millions d’heures de RTT non effectuées.

    Ou comment tuer la bête, dirait l’économiste ?

  • Je me demandais aussi s’il n’y avait pas un problème de caisses un peu vides… La CPAM a prétendu ne pas avoir reçu une télétransmission d’acte médical alors que le médecin avait vérifié qu’elle était bien passée. Si c’est le cas pour beaucoup d’assurés en fin d’année, ça décale les dépenses correspondantes au début de l’année prochaine…

  • Cher H16

    Ils en ont longuement parlé au journal de 13 heures sur TF1.

    Je pense que ça a du toucher pas mal de monde, car c’est leur audience type;

    Après, est ce que cela les a vraiment inquiété, c’est une autre histoire.

    Ca n’a pas eu l’air d’inquiéter « mes vieux » en tout cas. ils ont cotisé donc pas de soucis…je n’ai pas voulu polémiquer…

    • @frederic 76
      Tu n’as pas voulu polémiquer, mais avoues, tu n’attends que ça, qu’on arrête subitement de payer les retraites pour que tu puisses dire  » Voyez, j’avais raison ! »

  • Question retraite, cela est bien parti pour ressembler à la Bérézina ❗

    La France est la meilleure : COCORICOn

  • Il faut aussi ignorer les commerçants et artisans qui contestent systématiquement leurs cotisations devant le TASS par opposition à contrainte …
    L’Etat fait tout (tiers payant médecin) pour perpétuer illusion du « tout gratuit » de la santé, ne pas voir l’argent qui est pris tous les mois sous forme de cotisations sociales: « patronales » et salariales et de ne pas à avoir à sortir de l’argent chez le médecin , pas plus que chez le pharmacien…. Tout est gratuit !!!! Tu socupes de rien je socupe de tout …. MAGIE …

  • Une bonne expérience personnelle et réelle vaut mieux que toute démonstration. Ma retraite complémentaire constituée par capitalisation durant ma vie professionnelle et gérée par la CDC me permet d’échapper à la misère. J’étais agent non titulaire de l’Etat c’est-à-dire contractuel et non fonctionnaire et depuis que je suis à la retraite cette retraite complémentaire est gérée par la CDC. Or il se trouve que je dois faire partie des quelques milliers d’agents choisis pour effectuer un test consistant à cesser le versement de cette pension pendant un temps indéterminé et observer ce qui se passe. Comme je suis assez négligeant et que je consulte rarement l’état de mon compte en banque, si la CDC décide de me « couper les vivres », au mieux je m’en apercevrai par hasard en consultant mon compte sur internet, au pire ma banque me téléphonera pour me dire qu’elle est étonnée que je suis soudain dans le rouge. Or être à découvert signifie quasiment que je suis condamné à faire la manche dans la rue.
    La CDC a donc tenté l’expérience. Sur quelques milliers de pensionnés il y en aura toujours quelques-uns qui ne s’apercevront de rien et le non paiement de leur pension sera prolongé. Beaucoup de retraités ont des moyens de subsistance variés ce qui n’est pas du tout mon cas. L’enseignement de cette manoeuvre particulièrement désagréable que je vis en ce moment est que soit la CDC a de gros problème financiers et ne peut plus assurer ses engagements contractuels, ce qui en soi est inquiétant, soit on repousse le paiement pour assurer un bilan 2014 satisfaisant, ce qui est tout aussi inquiétant. Ma situation perdure depuis juillet de cette année et je suis convaincu que de nombreux retraités dans mon cas ont les mêmes problèmes. Merci la CDC, merci l’Etat (en faillite)

  • La photo d’intro, comme celles de beaucoup de vos articles, est un très bon délire.

  • en tout cas , malgré ce petit problème administratif indépendant de leur volonté je suis sûr qu’il y a un type qui la touchera rubis sur l’ongle sa petite retraite de 35000 euros/mois 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Cet article propose une preuve mathématique que le système de retraite par répartition est une chaîne de Ponzi, c’est-à-dire qu’il relève du même procédé financier que l'arnaque de Bernard Madoff. 

Par Acrithène.

À quelques occasions, je vous ai indiqué que la retraite par répartition était une chaîne de Ponzi, et que ce fait relevait des mathématiques et donc dépassait toute analyse sur la conjoncture ou la démographie. C’est-à-dire qu’un mathématicien dans sa tour d’ivoire ne connaissant str... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles