Sommes-nous tous des extraterrestres ?

L’Univers date de 13 milliards d’années, le système solaire ne date « que » de 5 milliards d’années environ. En 8 milliards d’années, il a pu se passer bien des choses, pourquoi pas la vie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Extraterrestres credits interdimentional guardians (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sommes-nous tous des extraterrestres ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 décembre 2014
- A +

Par Jacques Henry.

Extraterrestres credits interdimentional guardians (licence creative commons)

Il s’agit d’une réflexion vers laquelle je suis souvent revenu personnellement depuis ces longues conversations inoubliables avec Francis Crick (Prix Nobel de Médecine 1962) qui pensait que la panspermie devait être une hypothèse à ne pas écarter dans le cadre d’une approche globale de la biologie avec pour principale préoccupation l’explication de l’apparition de la vie. En effet, si on observe non pas l’Univers mais simplement notre petite planète bleue, la seule explication plausible à la présence d’éléments chimiques « lourds » comme le silicium ou encore le fer et jusqu’à l’uranium sur la Terre est que le système solaire est le résultat de l’explosion d’une super-nova, c’est-à-dire une étoile qui existait avant le Soleil. Ce dernier ne serait qu’un vestige entouré de matière disparate constituée de quelques concrétions significatives comme les planètes, d’une nuée de « poussières » constituant la ceinture de Kuiper et du nuage de Oort qui s’étend jusqu’à presque la moitié de la distance séparant le Soleil de son plus proche voisin, Alpha du Centaure.

Puisque l’Univers date de 13 milliards d’années selon la théorie du Big Bang, et que le système solaire ne date « que » de 5 milliards d’années environ, en 8 milliards d’années, il a pu se passer bien des choses autour de l’étoile qui finit par exploser en emportant tout sur le passage de l’onde de choc provoquée par cette explosion et en donnant naissance au système solaire. En écrivant ce texte, je suis assis sur un balcon orienté plein sud et je vois Sirius, la deuxième étoile la plus proche du Soleil après Alpha du Centaure, s’élever lentement à l’est. Entre ces trois étoiles, le vide, rien que le vide et un intense trafic de particules venues de nulle part et allant également nulle part.

Rien ne permet d’exclure que l’étoile qui donna naissance au système solaire en explosant n’ait pas aussi été entourée d’une ou plusieurs planètes favorables à l’apparition de la vie. En 8 milliards d’années, il s’est en effet passé beaucoup de choses, je le répète. Comme la vie telle que nous la connaissons sur notre planète Terre repose sur un pilier incontournable, à notre échelle et selon nos observations, à savoir la présence d’acides nucléiques, ADN ou ARN, le support génétique de la vie, comment ne pas exclure sinon prouver que l’ADN de formes de vie précédant la vie sur la Terre depuis plusieurs milliards d’années ait pu être capable d’ensemencer notre planète pour qu’une nouvelle vie y apparaisse ? Parce qu’après tout, quand cette étoile explosa et volatilisa ses planètes éventuellement porteuses de vie, rien ne prouve que des fragments de ces dernières n’aient pas été soufflés par l’explosion en emportant avec eux des traces de vie.

ET rené le honzecCette hypothèse de la panspermie n’est pas du tout invraisemblable. Cependant l’ADN n’est pas une molécule très résistante aux conditions extrêmes de températures et de radiations mais on peut imaginer que la vie sur Terre soit « réapparue » en un peu plus d’un milliard d’années à partir de fragments d’ADN ayant échappé à l’anéantissement et se retrouvant sur la Terre dans la « bouillie primordiale » (expérience de Miller-Urey, 1952) pour catalyser une nouvelle apparition de la vie.
L’une des missions de la sonde Rosetta n’est-elle pas de tenter de retrouver des molécules chimiques complexes dont la structure ne peut pas être expliquée autrement que comme les restes de formes de vie ? Par exemple, on trouve dans le pétrole des hydrocarbures cycliques complexes qui proviennent des pigments impliqués dans la photosynthèse. L’ensemencement de la Terre par de l’ADN aurait donc pu subvenir par les retombées de fragments solides après que notre planète se fut suffisamment refroidie pour devenir compatible avec la vie, soit un bon milliard d’années après la constitution du système solaire sur les restes de l’explosion de la supernova ancestrale. Encore fallait-il que cet ADN ait résisté à ces évènements extrêmes…

C’est de manière tout à fait inattendue qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Zürich, en collaboration avec diverses équipes universitaires allemandes a apporté une petite vraisemblance à la panspermie dont était adepte Francis Crick et dont je viens de décrire le processus qui est d’ailleurs valable aussi pour la planète Mars. Il s’est agi de profiter de fusées-sondes encore utilisées pour de nombreuses études de la haute atmosphère jusqu’à des altitudes de 250 kilomètres. Lors de l’ascension et de la retombée vers le sol, le bouclier protégeant les instruments de mesure embarqués s’échauffe par friction avec les gaz constituant l’atmosphère, un genre de simulation de l’entrée dans les hautes couches de l’atmosphère des météorites, à la seule différence près que la vitesse d’entrée des météorites est de l’ordre de 20 km par seconde alors qu’une fusée sonde atteint au mieux une vitesse de l’ordre de 1 km par seconde, mais l’expérience de résistance de l’ADN dans ces conditions valait tout de même le coup d’être tentée. À divers endroits de l’ogive de protection de la fusée de l’ADN a été badigeonné et après récupération de la fusée, cet ADN a été soigneusement prélevé et analysé. Il s’agissait d’un petit morceau d’ADN circulaire appelé dans le jargon scientifique un plasmide codant pour deux informations facilement détectables expérimentalement, une résistance à la kanamycine, un antibiotique communément trouvé dans le sol, donc en fait le gène de l’enzyme capable de détruire la kanamycine, et le gène d’une protéine fluorescente. Le plasmide présentant la propriété de pouvoir pénétrer à l’intérieur d’une cellule vivante, le test d’intégrité de l’ADN après sa promenade dans les hautes couches de l’atmosphère et son retour vers le sol fut donc facilement obtenu.

Cette expérience assez simple décrite dans PlosOne en libre accès a montré que l’ADN était remarquablement résistant alors que, dans des conditions similaires, des bactéries sous forme de spores ne résistaient pas à un tel traitement. L’endroit le plus propice pour retrouver jusqu’à 60 % d’ADN fonctionnel était l’anfractuosité des boulons reliant l’ogive de protection au corps de la fusée. Quand on a vu l’aspect de la comète Churyumov-Gerasimenko révélée par la sonde Rosetta, on peut sans hésitation imaginer que de l’ADN provenant de formes vivantes (hypothétiques) ayant existé avant l’explosion de la supernova qui donna naissance au Soleil ait pu subsister dans un recoin de cette comète depuis plus de 5 milliards d’années…

Finalement nous sommes peut-être tous des descendants d’extraterrestres n’en déplaise aux créationnistes.

Sur le web

Voir les commentaires (82)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (82)
  • Cet article évoque -sans le dire- le paradoxe de FERMI.
    Et de toutes façons, comme le souligne Hubert REEVES, nous faits de poussières d’étoiles…
    Et nous retournerons à la poussière…

  • Interressant !
    Quand un probleme ne semble pas avoir de solution, il faut le résoudre plus simplement !

    L’on cherche des traces des vie…nous sommes la preuve vivante de la vie. Et en plus on en a conscience….
    Double miracle qui pousse à une étrange réflexion.

    La vie est elle autre chose que de l’arn ?
    L’idée de la chaise préexistait à la création de celle-ci. (Théorie, il n’y a pas forcement d’un Dieu créateur)

    Il y a des preuves que l’eau, c’est la vie. A l’origine, il y avait l’eau. Étrangement l’eau est la molécule la plus puissante de l’univers, mais aussi la plus simple !

    La conclusion est évidente. Il n’y a pas d’extraterrestre. La vie EST, la conscience EST, et ce en toute chose.
    Ce qui en ces périodes troubles devrait faire réfléchir l’humain sur le sens de sa vie.

    Respecter chaque chose aussi infime soit elle dans ce monde. Profiter de ce miracle qu’est la vie à chaque instant. Fusionner la beauté de son âme avec l’univers.

    (Et j’ai pas fumé….c’est venu comme ça)

  • j’ai oublié un détail, nous sommes de l’eau à environ 90%
    Ce qui fait de nous des immortels….

    Notre respiration cellulaire a un rendement de plus de 80%, basé sur le même schéma que le big bang !
    (A qq détails prêts)

    Et si nous étions juste dans une réaction chimique ou quantique qui se déroule dans un labo Suisse ?
    Un nouvel accélérateur de particules qui aurait trop accéléré….

    Aucune piste ne doit être écartée. Bon, un p’tit café ? What else ? Avec de l’eau…

    • C’est de la bonne, vous l’achetez où ?

      • Hélas pour moi, je ne me drogue pas.

        Imaginez sinon…

        C’est un peu ironique aussi. Il y a des cerveaux qui comprennent la mécanique quantique, accélèrent des trucs, et puis finalement ne comprenne même pas la vie. Il suffit de regarder et d’ouvrir son cœur. Vous sentez cette amour qu’il y a de partout ? Non, bon. Je m’emballe peut être en effet…

        • Et avec tout ça en tête vous êtes Ecolo-Bouddhiste ou libéral ?

          • Boudha était libéral, en effet.

            Perso, je suis qu’une fiotte engendré par le socialisme dans un pays de merde.
            Je contribue activement à la misère de ce peuple en continuant à payer des impôts de plus en plus lourds.
            Pendant que des SDF s’entassent aux portent des grandes villes et que des élus roucoulent dans des HLM des beaux quartiers de Paris.

            En fait, je suis E-moi. Une espèce inclassable dans vos cases socialistes.
            Si je pouvais choisir, j’imposerais l’amour et le respect des autres. Je ferais en sorte que l’argent soit respecté ainsi que le droit de propriété. J’encouragerais le don privé pour sauver cette misère humaine.

            J’autoriserais au gens de vivre et de travailler pour gagner de l’argent dans un pays libre et heureux.
            Bref, mes idées sont par définitions des utopies qui ne peuvent pas fonctionner dans un pays socialiste.

            • Si vous êtes êtes écolo-bouddhiste-libéral alors nous sommes au moins deux dans le cosmos.

            • Utopie : représentation d’une réalité idéale et sans défaut – L’inégalité sociale est un défaut – Toute utopie est socialiste.

              Rationnellement, vous êtes socialiste E-moi !

              Mais bon c’est normal : vos idées sont des rêves et comme tous les rêves, comme tout ce qui est magique, comme tout ce qui porte de l’espoir, comme tout ce qui parle au cœur et pas à la raison, comme toutes ces choses ‘divines’, religieuses, toutes ces choses que l’on sent mais que l’on ne saura jamais expliquer … vos idées n’ont aucun droit de cité dans le désert aseptisé de la raison pure.

              Mais rassurez vous : on sent bien que vous n’êtes pas socialiste…

              (Sophisme : l’inégalité sociale ne peut pas et ne doit pas être supprimée, c’est un état naturel, le socialisme n’est donc pas une utopie, mais un sophisme : on ne supprime jamais les inégalités sociales, on ne fait que les déplacer : les répartir ou les concentrer)

              • Je vais revoir cette notion.
                Je croyais que dystopie était socialiste et utopie une réalité que l’on voudrait atteindre. (donc positive)

                Mais, vous avez raison. Je suis peut être un socialo-libéral, ou un mutant du style. J’aimerais bien rassembler les gens dans le bonheur et l’amour…..

                Le truc est que je « vois » vraiment cette chose écrite dans la bible : l’amour du grand tout !
                J’ai pas l’impression que ce don soi utile de nos jours.

            • Ahh vivre d’amour, le reve d’E-moi et la réalité de Moi 🙂 mais je me sens bien seule malgré tout, comme si quasi personne ne comprenait vraiment, moi je suis contente qd les gens m’acceptent telle que je suis, c’est déjà tellement, c’est un rêve de vivre ainsi, l’imposer ne sert strictement à rien mais le montrer ne coûte rien, adviendra ce qu’il adviendra mais je pense profondément que l’Amour peut tout, c’est une force d’Aimer 🙂

              En fait E-moi, vous auriez pu me dire avant que nous nous ressemblions autant 🙂

              • Pourtant je suis si étrange…..que même ma femme me le dit des fois !

                Mon humour est complètement nul, et j’ai beaucoup de défauts….
                Mais merci quand même ça fait du bien.

                • Oh ben moi vous me faites rire 🙂 et bien elle doit vous aimez sincèrement pour vivre avec vous, votre femme!
                  Des défauts, vous, non sans rire, vous n’êtes pas parfait??!
                  Je suis étrange aussi par exemple je ne sais pas m’asseoir comme tout le monde, sur une chaise, pourtant je me force, je troue même mes collants pour ne pas enlever mes chaussures 😉

    • 65% d’eau dans la corps humain.
      Ne nous confondez pas avec les méduses…
      Quoique, vu le QI de certains de nos politicaillons, le doute soit permis…

  • Le drôle de l’histoire, c’est que la question elle-même répond elle-même à plein d’autres. L’extra-terrestre, en tant « qu’entité étrangère à la vie » (ndrl « telle qu’elle est apparue sur Terre »), est une question anthropocentriste et quasi ethnocentriste (à la limite du racisme et du racialisme), qui stipulerait dans l’intitulé lui-même que seule la Terre et ses hommes (ses créatures vivantes, son biotope) seraient l’étalon de la vie, son centre d’équilibre, sa référence principale, eu égard à la connaissance et au savoir accumulés sur l’Univers en son sein.

    Qui préjuge dans son expression que le savoir ne peut avoir été accumulé qu’ici et que le reste de l’Univers et ses formes de vies ne sont qu’à l’état embryonnaire, par essence inférieur au nôtre et par là-même observable par le microscope de nos chers laboratoires… comme une vague souris de laboratoire…

    Nous risquons, c’est un risque statistique, d’avoir de drôles de surprises à ce titre en cas de rencontre du 3ème type.

    Et bien non ! Il apparaît que la vie s’est développée, (non n’en savons rien pour l’instant mais c’est tout vu) de la même manière sous les mêmes conditions statistiques (pression, température, hasard, etc…) partout ailleurs. En quoi la Terre serait-elle le centre de quoi que ce soit ? Quand on regarde la position de la Terre dans notre galaxie et son insultante petitesse comparé au reste… En Rien.

    Donc, même si l’équation de Drake nous donne une réponse quasi certaine à ces statistiques, il faut se rendre tout de suite à l’évidence, l’existence de la vie est universelle dans l’Univers, comme celle des atomes, des molécules et des acides-aminés ; présents partout dans les nuages intergalactiques et intragalactiques. Seules les religions anthropocentristes nous ont empêché pour l’instant de nous rendre à l’évidence, à nous (terr)ifier (nous faire rester les pieds sur (t)Terre), afin que notre conscience de l’altérité universelle ne s’envole pas dans les étoiles… Le tout pour une simple raison : ne pas nous faire perdre la tête ! Les chocs civilisationnels ayant été déjà suffisamment destructeurs par le passé, n’étant pas éteints sur la Terre. Il suffit de lire Le Choc Des Civilisations de Samuel Huntington pour s’en convaincre.

    La question nouvelle est-donc : quand l’homme va-t-il sortir de son nombrilisme – à l’origine de toutes les religions et de toutes guerres, celle des religieux scientistes gaia-giecistes étant la dernière (b)mouture – pour comprendre l’altérité qui, statistiquement n’a aucune chance de ne pas exister dans le reste de l’Univers ? Car l’infiniment petit n’est pas celui-de nos microscopes, mais bien la Terre elle-même comparée au reste, ne serait-ce qu’en regardant la taille des plus grosses étoiles de l’Univers qui englobent rien que par leur taille tout notre système solaire.

    • Quand au Paradoxe de Fermi, on peut y répondre facilement : pourquoi les hommes ne sont-ils pas encore présents dans d’autres biotopes ? Les ondes radio ? Quand on voit la difficulté de certains opérateurs de téléphonie mobile et d’Internet à inonder certaines régions vallonnées ou éloignées, la question des ondes radio extra-terrestres potentielles (qu’on aurait pas encore détectées par SETI) trouve immédiatement sa réponse.

      • L’humain est il un accident utile ? Est il un fin en soi ?
        Pour moi (je peux me tromper), nous sommes juste une fenêtre un peu plus grosse que les autres pour regarder l’univers.
        Tant que nous regarderons, nous ne comprendrons pas.
        Ce qui Est étant partout, il faut juste l’accepter.
        Notre conscience de ce qui est dit ça existe.
        Par contre notre autre moi fait tout pour dire:
        Non, je suis, ce qui est n’est pas….
        Alors on fait des guerres, on s’auto détruit ! (Je me comprends, mais c’est pas très clair….)

      • Non Fraserve, ce que tu décris pour les opérateurs de téléphonie vient sur Terre de la propagation des ondes, des obstacles et du bruit ambiant.

        Pour ton info on arrive toujours à recevoir et décoder le signal de Voyager qui est émis à la limite du système solaire avec une puissance de moins de 20W et codé sur 160bits/seconde et dont le niveau est de 10^-18W en arrivant sur Terre soit 0.000000000000000001W.

        • Tu supposes donc qu’il n’y a aucun obstacle aux communications radio dans l’Univers, toi qui sait tout et a voyagé partout… Au fait, ça va l’Internet et la téléphonie mobile en Suisse ! Au passage, vu ta compétence, pourrais-tu me vérifier s’il te plait la connexion derrière Jupiter, parce que je reçois plus les messages de mon correspondant…

    • Si on parle enfin de toutes les conditions nécessaires référencées qui sont un préalable à l’apparition de la vie sur Terre (Principe Anthropique) et qui font dire à certains scientifiques que la vie est très rare dans l’Univers, quand on leur pose la question directe « Est-ce vos conditions théoriques interdisent que la vie ait pu apparaître ailleurs sous les mêmes conditions exceptionnelles ? », leur réponse est invariablement « Non ».

      • Rien n’interdit, en effet, la présence de « vie » extraterrestre.
        Le problème est : « quoi » rechercher pour en avoir la preuve.
        Des ondes électro-magnétiques « intelligentes » ? Rien ne dit que la Vie ait conduit à ce type de moyen de communication.
        Des composés chimiques « signant » la présence de vie ? Pourquoi pas mais lesquels ?
        Tout ce que l’on sait, c’est la présence hors du système solaire des mêmes briques élémentaires nécessaires à « notre » vie terrestre…

        Quand je vois l’infinie diversité des formes de la Vie sur terre, pourquoi faudrait-il que la VIe extraterrestre ressemble à quelque chose de connu ici-bas ?

        • Réponses à votre dernière interrogation : Pourquoi pas ? Pourquoi oui ? Pourquoi non ? Les statistiques, comme toujours ont la réponse théorique. La preuve de l’existence de la vie ailleurs ? Avons-nous les outils de mesure et d’observation de la vie extra terrestre pour nous affranchir des distances si celle-ci existe ailleurs ? Cette absence d’outil de mesure adéquat prouve-t-il l’inexistence de la vie ailleurs ? Comme d’habitude, la réponse est « non ».

          Pour l’instant, seules les statistiques nous donnent une réponse claire et nette : 50 millions de Terres potentielles identiques à la nôtre rien que dans notre galaxie, « toutes choses égales par ailleurs ».

        • Une autre hypothèse est que le vie existe ailleurs, mais que l’on ne pourra jamais entrer en contact à cause de l’immensité de l’espace-temps qui nous en sépare

          • Vrai.
            Communication, connaissance et échanges devenant alors impossibles.
            Alpha du Centaure, la plus proche est à 4,24 AL, soit 4,24 années de voyage à la vitesse de la lumière (C=300.000km/s). Connaissant la vitesse maximum atteinte actuellement par les vaisseaux spatiaux humains, autour de 40.000 kms/heure…

            A raison de 9461 milliards de kms par année lumière, 4,24 années AL représentent 40.115 milliards de kilomètres de distance.
            Durée du voyage :
            – à la vitesse de la lumière donc : 4,24 années
            – à la vitesse actuelle maximum des vaisseaux spatiaux : 114.483 années

            Les rencontres du 3ème type, comme les preuves physiques de l’existence d’extra terrestres, sont donc des spéculations bien hasardeuses. Le télescope Kepler nous donne des solutions mathématiques. Reste à trouver des nouveaux modèles qui permettraient de déduire l’existence de la vie sur les planètes par une caractéristique de la luminosité quand elles passent devant leur étoile. Par la détection du CO2, du méthane, de l’oxygène… ? En espérant que ces formes de vie seraient basées sur la même chimie que la nôtre.

          • @ Radius,

            Sauf en réduisant les distances par l’utilisation de ce que les physiciens appel les trous de ver. Bien que très spéculatif rien ne prouve que leur existence est impossible.

            D.J

          • Radius: « mais que l’on ne pourra jamais entrer en contact à cause de l’immensité de l’espace-temps qui nous en sépare »

            Pas mieux.

            De plus vu la rareté des espèces technologique sur terre on ne sait pas du tout quelle sont les chances de leur d’apparition ailleurs, mais c’est probablement très faible. On ne sait pas plus combien de temps elles peuvent durer. Même 1 millions d’année de décallage, une paille, suffit à rater le contact.

            Une chose est quasiment certaine: un programme de recherche d’autres civilisations technologiques utiliserait une énergie absolument gigantesque et des générations entières sacrifiée. Pas une seule civilisation ne s’amuserait a perdre autant pour si peu. (Sans compter les risques que pointait Carl Sagan)

            • Nous déduisons la durée des civilisations technologiques à la seule connaissance lacunaire de la nôtre (qui est la seule que nous connaissons) et qui ne fait que commencer. Comme toujours, la théorie humaine, ses hypothèses se réduisent à sa conscience anthropocentriste, se limitent à ce qu’elle a réussi à développer et à ce qu’elle constate de visu ou par les mathématiques. Pourquoi une civilisation devrait durer 1 million d’années ? C’est écrit où ? Cela ressemble à une prophétie du prophète.

              Élargir son esprit à la dimension de l’Univers ne fait pas encore partie, on l’avait remarqué, des préoccupations centrales des humains, qui sont avant tous centrés sur leurs nombrils, leurs sexes, leurs idéologies, leurs clôtures mentales et physiques.

              Il faut juste penser : si la vie est ici, elle est certainement (100%) ailleurs. Comme le disait intelligemment mon collègue ci-dessus. La vie EST.

              • J’ai juste rebondi sur votre phrase, non contre votre commentaire auquel je souscris, car le million d’année de civilisation semble la condition sine qua none sur laquelle se base la science pour rencontrer une civilisation extra-terrestre en espérant que les deux véhicules arriveront ensemble au même carrefour…

          • Par contre la vie est certainement très, très abondante un peu partout.

            • Oui, vous avez certainement les preuves pour affirmer cela. Des preuves anti bibliques bien sûr.produisez-les, vous qui demandez aux autres de produire leurs preuves. Au boulot charlot !

  • « selon la théorie du Big Bang »

    en effet c’est une théorie !
    l’esprit humain est-il capable d’appréhender la notion d’infini ???…..
    pourquoi faudrait-il qu’il y ait eu un début ?

    ça me fait penser à la théorie du réchauffement climatique……..à laquelle je ne crois pas !

    mais curieusement nous n’entendons que ceux qui soutiennent cette thèse………………………………

    • Oui, infini comme la connerie du PS.
      Nous sommes d’une infinie connerie.
      Comme le disait Einstein.

      • On prête beaucoup de vérités à EINSTEIN…

        • Peut-être, mais si la majorité de l’humanité avait été capable de raisonner comme lui, dans quel monde vivrions-nous ?

          • Si vous placez l’humain en premier, pourquoi le faire autant souffrir avec le socialo-communisme ?
            Et si l’humain voulait juste être lui même et non plus une idée dans la tête d’une poignée d’individus « forcément éclairés et avisés » de comment il faut être ?
            Et si nous donnions à l’humain le plus beau cadeau du monde:
            La vie et la liberté d’en jouir comme il le veut.

            • Croire au socialisme et au communisme est abandonner volontairement le domaine de l’intelligence et de la compréhension pour ne vivre que dans celui des croyances et des illusions.

    • Pourquoi faudrait-il qu’il y ait un début ? Parce qu’il faudrait des capacités infinies pour savoir ce qui s’est passé à T=0, donc il n’y a rien avant qui nous soit accessible, ni même envisageable. C’est exactement comme pour la vitesse de la lumière, pourquoi faudrait-il qu’elle soit une limite ?

      • La lumière ne peut pas être dépassée car cela violerait le principe de causalité. Ce qui voudrait dire qu’un objet qui voyagerait plus vite que la lumière arriverait à destination avant qu’il soit partis.

        D.J

        • Les particules élémentaires ont depuis longtemps dépassé ce cap… C’était, comme toujours, la dernière frontière théorique, celle que s’était imposé l’esprit humain dans son besoin permanent d’avoir des limites pour ne pas que son cerveau explose, avant qu’il ne puisse s’en affranchir dans une étape suivante, comme la limite des 9″90 sur le 100 mètres aux JO qui a fini par exploser avec Usain Bolt.

          Il faut bien prendre conscience d’une chose : toutes ces théories scientifiques ne sont que les produits du cerveau humain, limité par essence à ce qu’il est, rien d’autre !

          La question suivante est : l’Univers est-il limité à la conscience qu’en a le cerveau humain ?

          •  » Les particules élémentaires ont depuis longtemps dépassé ce cap…  »

            C’est que dit aussi Stephnan Hawking concernant certaines particules qui s’échappent des trous noirs et qui théoriquement franchisse cette vitesse. Mais il ne remet pas pour autant en cause la vitesse de la lumière comme vitesse infranchissable. On entre aussi dans des domaines qui échappent un peu au commun de mortel puisque tout ce comprend dans les équations mathématiques. Ce qui répond aussi a vos dires pertinentes sur le cerveau humain incapable d’imaginer qu’il n’y a rien au delà d’une limite comme essayer d’imaginer que l’univers est en expansion dans rien du tout. Les physiciens l’expliquent par les mathématiques.

            Un objet qui arriverait à la vitesse de la lumière voir même un peu moins sa masse et son énergie deviendrait infini. C’est peut être différent pour certaines particules mais ça reste l’exception qui confirme une certaine règle. Ne pas pouvoir propulser un vaisseau au delà de la vitesse de la lumière n’est pas un problème de technologie c’est un problème qui violerait les principes de la physique énoncée par Einstein dans sa théorie de la relativité.

            D.J

            • Encore une fois, je ne sais pas – je ne crois pas et j’en suis certain – si les forces de l’Univers obéissent le doigt sur la couture du pantalon aux lois et théories humaines. La loi de la relativité en est une, est pas essence égale à elle-même, c’est à dire relative. Elle explique la déviation de la lumière aux voisinage des étoiles par gravitation… Quand à l’espace courbe qui reviendrait (qui pourrait boucler) sur lui-même ? Votre clone d’un monde parallèle vous a-t-il rendu visite récemment ? Vous avez peut-être des informations à nous donner à ce sujet.

              • On n’a eu aucune preuve tangible de l’existence de la relativité.
                L’interprétation actuelle du redshift est combattue par Halton Arp.
                Voici un lien qui montre la bataille avec Arp mais qui ne peut conclure.
                http://www.astrosurf.com/luxorion/arp5.htm
                Lire « L’âge de l’univers » écrit par Julien Perreault sur ce lien
                http://situconnaissasledondedieu.centerblog.net/122-L-%C3%82GE-DE-L-UNIVERS-
                L’effet Compton découvert par Arthur Holly Compton et expliqué par Julien Perreault pourrait aussi être une explication du redshift.
                http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-holly-compton/
                Vous appelez « Lentille gravitationnelle » ce qu’un scientifique prudent et non dogmatique appellerait tout simplement « Lentille ».
                A ma connaissance, les lentilles qui dévient la lumière existent en optique et il est donc prudent de faire une hypothèse d’abord avec ce que l’on connaît le plus sûrement, c’est-à-dire une déviation optique. La déviation optique peut être vérifiée par chacun en observant le soleil couchant qui est toujours plus gros que le soleil à son zénith.
                On vous fait croire que le GPS marche seulement en appliquant la relativité d’Einstein. Il n’en est rien. Ruyong Wang et Ronald Hatch, 2 anciens ingénieurs satellites du gouvernement écrivent :
                « Comme la discussion de l’effet Sagnac indique la question fondamentale concernant la vitesse de la lumière est la suivante: la vitesse de la lumière est-elle constante par rapport à l’observateur (le récepteur) ou est-elIe constante par rapport au système inertiel ECI choisi ? D’une façon claire, l’équation du GPS indique que la vitesse de la lumière est constante par rapport au système choisi. Les équations du JPL utilisées pour suivre les signaux en provenance des sondes interplanétaires vérifient que la vitesse de la lumière dépend du système de référence choisi. Dans les équations du JPL, le cadre de référence choisi est le système barycentrique solaire … Il est clair que les équations du JPL considèrent la vitesse de la lumière comme une constante par rapport au système de référence — non comme une constante par rapport aux récepteurs. »

      • En 3 dimensions + le temps. Mais si on s’affranchit de ça, est-ce que T0 et c sont des limites ou des singularités ?

      • MichelO: « Pourquoi faudrait-il qu’il y ait un début ? »

        Quel que soit l’instant zéro, il faut bien un déséquilibre ou une énergie quelque part pour enclencher quelque chose. Ce qui ne nous avance pas beaucoup, d’ou viendrait cette énergie ? :mrgreen:

        C’est une histoire de fou et la limite absolue, indépassable de la connaissance.

        • Les limites théoriques – qui sont des axiomes juste le temps que naisse la nouveauté qu va les rendre obsolètes – ne sont souvent seulement que la dernière étape où se sont arrêtés les calculs humains… On les considère abusivement comme la dernière frontière indépassable. Ces limites ont plus à voir avec celles du cerveau humain que celles de l’Univers.

          Avant Kepler (et son télescope) et la découverte aujourd’hui d’innombrables exoplanètes, on croyait que la Terre était la seule planète existante (avec ses neufs copines tout au plus) autour d’une étoile. On en faisait des débats sans fin. L’homme était le centre de l’Univers… ce n’est pas si loin que ça, quand on y pense !

      • « Pourquoi faudrait-il qu’il y ait un début ? »

        en l’état actuel de nos connaissances, certains pensent qu’il y a eu un début ! Pour l’esprit humain c’est rassurant.

        nous savons au moins une chose : ce que nous savons n’est rien à côté de ce que nous ne savons pas !

        souvenons nous : il y a à peine 200 ans faire voler plus lourd que l’air était inconcevable……………………..

  • l’article parle de l’univers…il faut comprendre univers observable,soit 0, n % de ce que nous sommes actuellement en mesure de comprendre

    • Il faut comprendre notre Univers observable.
      Rien n’indique que ce que nous appelons Univers soit unique, après tout le Big Bang ça pourrait juste n’être qu’une banale explosion d’un trou noir qui lui même se trouve dans un trou noir banal, …

      • L’image du big bang qui serait une explosion est fausse. Une explosion est l’éjection de matière dans un espace défini. Alors que le big bang c’est justement le début de l’espace en expansion dans rien du tout.

        Et je doute qu’un trou noire puisse exploser puisqu’il y a aucune échappatoire possible pour la matière. tout ce qui est avalé par un trou noire est définitivement perdu.

        D.J

  • L’hypothèse de la panspermie n’est pas une réponse au « problème » de l’apparition de la vie. Elle ne fait que le déplacer.

  • La création ne date que de 6000 ans, vos millions ou milliards d’années sortent de l’imagination des évolutionnistes. Un homme qui se fait tout seul, un dinosaure qui se transforme en oiseau. Bref, une 508 qui se conçoit et se fabrique sans ingénieurs. Le conte de fées pour grande personne quoi.

    • Dieu est plus sophistiqué dans sa façon de créer que tu ne le penses. Tu ne peux même pas imaginer une infime partie de cette sophistication alors ne raconte pas n’importe quoi en disant que l’Homme a été créé d’un seul coup et les animaux aussi … http://fr.wikipedia.org/wiki/Ve_mill%C3%A9naire_av._J.-C.

    • Tiens, les gens qui ont des amis imaginaire sont de sortie ?

    • Et les datations au carbone 14 sortent de l’imagination des physiciens.

      D.J

      • Toutes les techniques de datations pêchent par leur présupposé qu’il y a des milliers d’années tel ossement avait tant de carbone en son sein, que l’évaporation atomique était la même avant le déluge. Vous n’y étiez pas et personne n’en a fait la mesure.
        http://ceshe.chez.com/travaux/datation/gastuche.htm

        •  » Vous n’y étiez pas et personne n’en a fait la mesure.  »

          Parce que vous y étiez vous il y a 6000 ans pour voir que tout fut créé à cette date?

          D.J

          • Il y a quand un livre qui relate ces faits et ce livre est le best seller mondial chaque année depuis l’invention de l’imprimerie. Ce n’est pas le cas du livre de Darwin.

      • Daniel est peut-être de ces créationnistes, qui à l’image du préquelle d’Alien, pensent que la vie a été ensemencée sur cette Terre par les extra-terrestres. Le déluge, mémoire réelle et récente de l’humanité (le niveau des mers a remonté de 125 mètres entre -12.000 BP et aujourd’hui), fait encore des dégâts dans certaines têtes…

        • Non, Daniel ne pense pas que les extra terrestres existent, mais il pense que ces êtres imaginaires vont être un subterfuge pour ne pas reconnaître la création de Dieu et la science véritable et seront une occasion de chute pour les séduits. « Et je vis l’une de ses têtes blessée à mort (la science officielle ?); mais sa blessure mortelle fut guérie. Remplie d’admiration, la terre entière suivit la bête. Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête.» (Apo 13 :3-4)

    • Des gens qui me disent que les voies du seigneur sont impénétrable et dans le même temps qu’ils ont tout compris à son oeuvre, ça me fait toujours doucement rigoler.

      Un des cas ou je pourrais presque regretter mon athéisme, parce que j’aurais ris plus fort, si j’étais croyant.

    • Le créationisme à quand même l’avantage d’être à des millions de lieux moins idiot que la théorie des genres.
      Ceux qui croient au créationisme sont innoffencif en comparaison.

  •  » Le problème est : « quoi » rechercher pour en avoir la preuve.
    Des ondes électro-magnétiques « intelligentes » ? Rien ne dit que la Vie ait conduit à ce type de moyen de communication.  »

    Il est vrai que l’on peut imaginer être l’espèce la plus évoluée de la galaxie. Si d’autres civilisations sont encore au stade de ce qu’était la Rome ou la Grèce antique il sera difficile d’en détecter leur existence. Et l’inverse pour autre civilisation très avancée qui aurait détecter notre planète depuis la leur. Même avec une technologie visuelle très sophistiquer en haute résolution il suffirait que la planète qui nous observe soit distante en année lumière au minimum 6 millions années lumière pour ne voire sur Terre que des espèces animales et végétales. Ces ET diront merde pour l’instant on est les seuls être évolués connu.

    Maintenant si les seules civilisations qui auraient atteint la technologie qui leurs permettent de communiquer par ondes radios se trouvent dans une autre galaxie on est assez mal barré pour espérer que SETI détecte un signal issue d’une technologie venant de si loin. Faut savoir que 13 milliards d’année est très court en rapport avec la possibilité de faire évoluer la vie intelligente sur une autre planète sachant qu’il faut au minimum être à proximité d’une étoile de deuxième génération comme notre Soleil pour bénéficier de tout les éléments atomiques nécessaire à la constitution d’un être vivant créées dans l’étoile de première génération. Et que les évolutions sont très très lentes. Même pour passer de micro-organisme a en une espèce animal genre méduse ou poisson se compte en plusieurs centaines de millions d’années.

    D.J

  •  » Quand on voit la difficulté de certains opérateurs de téléphonie mobile et d’Internet à inonder certaines régions vallonnées ou éloignées, la question des ondes radio extra-terrestres potentielles (qu’on aurait pas encore détectées par SETI) trouve immédiatement sa réponse.  »

    Parce que les opérateurs doivent inonder un espace courbe et accidenté ( la terre est sphérique ) avec des ondes qui voyagent toujours en ligne droite. Il est bien plus facile aux ondes radios de parcourir des millions d’années lumière dans l’espace pour atteindre une autre étoile que sur Terre à 100 km de distance. La lumière qui est une onde le fait très bien raison pour lequel on voit galaxie et étoile à l’œil nu ou au télescope c’est pareil pour les ondes radios qu’émettent aussi les pulsars ou radio source émis par les galaxies.

  • Ce qui parait évident, c’est que la vie est nécessairement apparue dans tous les milieux qui le permettaient et qui ont subsisté assez longtemps. L’univers étant infini, de tels milieux, il doit y’en avoir, et y’en avoir eu, un sacré paquet. Et même s’ils sont rare, ça doit quand même représenter un nombre qu’on ne peut même pas appréhender.

    • En tout cas, la vie terrestre n’a jamais rencontré de vie extra-terrestre et il n’y aucune preuve établie qu’une vie extra-terrestre a vécu sur Terre. Il est donc rationnel de déclarer qu’il n’y a pas de vie extra-terrestre, même si la possibité existe.

  • Super et alors ? Si la « vie » a démarré lors du système précédent, ça ne fait que repousser le problème de 6 milliards d’années d’après l’article. Comment a-t-elle démarré dans la précédente galaxie ??

    En plus les objets célestes et les galaxies se déplacent en permanence dans l’univers. Il y 5 milliards d’années le soleil ne se trouvait donc pas au meme « endroit » qu’aujourd’hui.

    •  » Super et alors ? Si la « vie » a démarré lors du système précédent, ça ne fait que repousser le problème de 6 milliards d’années d’après l’article. Comment a-t-elle démarré dans la précédente galaxie ??  »

      Le système précédent a conçus par l’énergie thermonucléaire d’une étoile super massive tout les éléments qui composent les êtres vivants. Fer, carbone, zinc etc… La vie telle qu’on connaît ne peut-être qu’issue un minimum d’une étoile de première génération qui explose super nova.

       » Il est donc rationnel de déclarer qu’il n’y a pas de vie extra-terrestre, même si la possibité existe.  »

      Ce n’est pas rationnel de le dire tant que l’on a pas vérifié partout que ça n’existe pas ailleurs.

      D.J

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Walker-Werth.

Il y a des siècles, les navigateurs parcouraient les océans de la Terre à la recherche de nouveaux territoires. À cette époque, il existait encore des zones de la surface de la Terre qui n'étaient pas régies par les États - des zones sans lois, sans règlements, sans impôts, sans rois et sans politiciens. Ces frontières offraient la possibilité de créer de nouvelles sociétés fondées sur des idées radicales, libres des pièges de l'ancien monde. Les États-Unis d'Amérique sont le brillant exemple de ce que les gens... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borillo.

Ce texte est un résumé actualisé d’une note de GenerationLibre : « Le jacobinisme bioéthique » rédigé par l’auteur lors du débat parlementaire.

L’Assemblée nationale a adopté le 29 juin le texte définitif de la dernière révision de la loi dite de bioéthique au terme de deux ans de navettes parlementaires. Le recours auprès du Conseil constitutionnel, porté par des députés LR et UDI le 2 juillet, pourrait retarder la promulgation du texte.

Cette nouvelle révision de la loi constitue une occasion de prés... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Levrier. Un article de The Conversation

Parmi les récits scientifiques qui se sont développés autour de l’émergence de CRISPR, dont la découverte a été récompensée du dernier prix Nobel de Chimie, celui de la course technologique a le vent en poupe.

Le chercheur et médecin américain Carl June, spécialiste du développement de thérapies utilisant l’utilisation de l’édition du génome, va jusqu’à parler de confrontation de type « Sputnik 2.0 » entre les États-Unis et la Chine.

Par CRISPR, la modification du géno... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles