Écologie politique : De la folie douce à la folie furieuse

Quand la folie douce de nos dirigeants se laisse mener par celle furieuse de l’idéologie écologiste…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chien fou credits MTSOfan (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie politique : De la folie douce à la folie furieuse

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 décembre 2014
- A +

Par Jacques Garello.

chien fou credits MTSOfan (licence creative commons)

« Quos vult perdere Jupiter dementat » : ceux qu’il veut perdre, Jupiter les rend fous.
Jupiter en veut-il à ce point aux socialistes, qu’il les rende soudainement fous ? Et les socialistes sont-ils les seuls visés ? Toujours est-il qu’un vent de folie souffle sur notre classe politique et il a forci au cours de ces derniers jours.

Les écologistes et Madame Hidalgo ont fait fort. Les trois grands projets lancés maintenant ne sont pas tristes. Le premier a été celui de l’interdiction, par arrêté préfectoral, des feux de cheminée en région francilienne. Tellement surprenant que Madame Royal, qui a gardé une once de lucidité, a précisé que la mesure ne s’appliquerait pas quand c’est du bois qu’on brûle, car la France est le pays le plus boisé d’Europe, et que c’est une ressource appréciable, renouvelable et rentable, de sorte qu’elle fera en sorte que cette mesure ne soit jamais prise.

La deuxième est l’offensive contre le diesel de Madame le Maire de Paris. En 2020, les diesels polluants seront interdits, une plaque d’immatriculation permettra de les repérer, de les verbaliser et, de façon plus générale, des mesures seront prises pour contrôler les voitures diesel. Comme le diesel équipe au moins deux tiers des voitures françaises, on peut se demander quels moyens seront pris à cet effet et quelles pénalités les accompagneront. À ceux qui s’inquiètent de l’avenir de notre industrie automobile, on pourrait répondre que les voitures étrangères sont moins souvent équipées en diesel, donc le made in France laissera la priorité à la lutte contre la pollution. On peut aussi répondre, comme l’a fait Nicolas Canteloup, que l’on appliquera la méthode « Mistral » : les Français commanderont des autos à Peugeot ou Renault, mais on ne les livrera pas.

La troisième concerne l’interdiction de plusieurs grandes artères parisiennes aux voitures (comme la rue de Rivoli) ou plus particulièrement aux autocars. Que font en effet tous ces bus de touristes (au demeurant souvent étrangers) dans les rues de Paris ? Les étrangers ont-ils le droit de compromettre la santé des Parisiens ? L’air pur est made in France – les touristes doivent le savoir.

Ces folies douces ne sont en fait que le sous-produit d’une folie furieuse : celle de l’écologie politique, qui attribue aux activités humaines, et en particulier aux mœurs des pays riches, la responsabilité du réchauffement de la planète. La folie furieuse, c’est l’absorption du poison distillé par le GIEC (Groupe International d’experts sur l’évolution Climatique). Il s’agit d’une entreprise de désinformation pour mettre en cause la croissance et le système capitaliste mondialisé qui conduisent à dérégler le climat. Hélas, aujourd’hui la plupart des Français se sont mis à l’heure du développement durable et relaient consciemment ou inconsciemment les thèses destinées à étouffer la liberté économique. La vérité est que les dérèglements climatiques sont inscrits dans la nature, qu’il n’est pas prouvé qu’ils ont aujourd’hui une intensité inhabituelle et qu’ils ne sont sûrement pas le fait des activités humaines. Mais qui croira cette vérité, alors que nous entendons chaque jour nos médias expliquer que les inondations, les typhons, les tremblements de terre résultent du réchauffement climatique ? Voilà un domaine où l’idéologie collectiviste est passée reine ; Madame Royal a d’ailleurs évoqué au cours du dernier sommet national sur l’avenir de la planète la nécessité d’une « justice climatique ». Veut-elle que tous les êtres humains jouissent du même climat, ou que l’État fournisse à chacun un thermomètre ?

La folie furieuse est celle qui conduit au totalitarisme, à l’État qui fait la pluie et le beau temps, qui limite la circulation, le choix de la voiture ou du chauffage. Ce n’est pas encore le camp d’internement, mais c’est déjà le harcèlement, le contrôle et la pénalité, formes subtiles de servage, mais servage tout de même.

Mais est-ce dans les préoccupations de la classe politique, y compris de l’opposition ? Comme je le rappelais la semaine dernière, la priorité est toujours donnée aux élections, aux alliances, aux manœuvres partisanes. Devant le Sénat, Nicolas Sarkozy n’a pas dit grand-chose de son programme (auquel sans doute il réfléchit avec sa nouvelle équipe). En revanche, il a parlé du danger représenté par Marine Le Pen en 2017, danger qui montre bien que la folie furieuse pourrait frapper des électeurs qui donneraient leur suffrage à l’ennemie jurée de l’ultralibéralisme, du libre-échange et du capitalisme. Il est vrai que le programme de la nouvelle équipe de l’UMP va être difficile à établir avec NKM, gauchiste écologiste contre l’exploration des gaz de schiste et en faveur du mariage pour tous, et Laurent Wauquiez, hostile audit mariage et centriste partisan de la « droite sociale » opposée à l’assistanat – sans pour autant aimer le libéralisme.

Il est urgent que des libéraux réoccupent la scène et donnent sa place au bon sens, celui qui exige, dans le domaine économique, le libre-échange et la libre entreprise et, dans le domaine moral, le respect de la vie, de la propriété, de la responsabilité et de la dignité personnelles.

Le bon sens devrait épargner aux Français les méfaits de la folie furieuse qui a aujourd’hui les feux de la rampe.


Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Quelle que soit la qualité de votre article, vous observez les mêmes personnes en tirant les mêmes constats. Il n’y a rien à attendre des hommes et femmes politiques, sans limite de bord. Même chose au sujet de la critique des politiques écologistes, ou est la surprise ? Droite, gauche, milieu, extrêmes… sont phagocytés par des ONG ultra actives et omniprésentes. Ces ONG sont maintenant transnationales, elles ont compris la mondialisation avant tout le monde.
    Nous libéraux, par qui sommes nous représenté ? pour beaucoup d’entre nous, le libéralisme est tellement naturel et évident qu’il finira par s’imposer sur cette seule évidence. Hors de question de s’impliquer, de manifester, de s’organiser… puisque le dogme libéral ne saurait s’imposer. C’est l’a qu’est l’os.
    Un blog, quelques sites, des critiques du système dont certains auteurs sont devenus des toupies à force de tourner en rond. Le libéralisme doit être imposé, toute autre considération relève d’un utopisme qui confère au crétinisme. Pire encore, la critique délétère qui a viré au basching Français (ailleurs c’est pareil) est une aubaine pour tous les partis étatistes, et ce, partout dans le monde.

    • —————————————————————————
      MDR: « Le libéralisme doit être imposé »
      —————————————————————————

      Non et impossible. Dès qu’un type prend mandat pour le faire il pose la première pierre de sa futur politique: imposer, contraindre, limiter.

      Les pays les plus démocratique sont aussi les plus libéraux économiquement et civilement, le pouvoir doit être morcellé ou il devient forcément autoritaire et liberticide. Le seul rempart au corporatisme, à la connivence et à l’interventionnisme c’est la VRAI démocratie (participative), et pas la farce qui usurpe ce nom en France.

      —————————————————————————
      MDR: « Pire encore, la critique délétère qui a viré au basching Français (ailleurs c’est pareil) »
      —————————————————————————

      Ailleurs c’est loin d’être pareil, cf les pays les plus démocratique:

      [u]Classement Indice de démocratie[/u]

      1-Norvège – Classement liberté économique: 32eme – Dette: 33% – Chomage: 3.4%
      2-Islande – Classement liberté économique: 23eme – Dette: 99% (crise bancaire) – Chomage: 4.4%
      3-Danemark – Classement liberté économique: 10eme – Dette: 46% – Chomage: 6.7%
      4-Suède – Classement liberté économique: 20eme – Dette 37% – Chomage: 8.0%
      5-Nouvelle-Zélande – Classement liberté économique: 5eme – Dette: 25% – Chomage: 5.8%
      6-Australie – Classement liberté économique: 3eme – Dette: 22% – Chomage: 6.8%
      7-Suisse – Classement liberté économique: 4eme – Dette 40% – Chomage: 3.5%
      8-Canada – Classement liberté économique: 6eme – Dette 48% – Chomage: 7.1%
      9-Finlande – Classement liberté économique: 19eme – Dette 38% – Chomage: 8.7%



      29-France – Classement liberté économique: 70eme – Dette 90% – Chomage: 10.1%
      31-Italie – Classement liberté économique: 86eme – Dette 110% – Chomage: 12.3%
      32-Grèce – Classement liberté économique: 119eme – Dette 170% – Chomage: 26.4%

      Indice de démocratie – Classement des pays
      Indice liberté économique – Classement des pays

      • Mouais.
        La liberté libérale reste pourtant une question d’imposer. Imposer le respect de son droit légitime contre ceux qui veulent le violer.
        Le libéralisme n’est pas l’absence de violence mais l’absence d’agression pour ne tolérer que la légitime défense. La légitime défense consiste à imposer à son agresseur le respect du droit à la vie et du droit de propriété par la force s’il le faut.
        Si tu attends que le peuple devienne libéral, tu risques d’attendre sans fin… Je doute que ce soit par passion populaire du libéralisme qu’un pays devienne libéral, mais parce que les politiciens ne peuvent pas faire autrement – toute autre gestion étant trop destructrice… En réalité, le libéralisme aura de plus fortes chances d’être imposé par le marché.

        Je ne vois pas non plus de lien clair entre pouvoir au peuple et liberté, entre le « droit » de choisir son maitre ou d’imposer une utopie et la sécurité juridique du libéralisme…
        Maintenant, ces démocraties sont déjà orientées dans le libéralisme, elles impliquent des règles institutionnelles qui proviennent du libéralisme, telles que la séparation des pouvoirs, l’existence de contrepouvoirs, la liberté d’expression, ce qui n’est certes pas suffisant, mais peut expliquer une corrélation.
        Quant à la comparaison des indices, je ne suis pas certain que la corrélation soit si élevée que ça…

        1er – 32e
        2e – 23e
        3e – 10e
        4e – 20e
        9e – 19e

        • ph11: « Imposer le respect de son droit légitime contre ceux qui veulent le violer. »

          Il faut bien des gens pour l’imposer, hors un petit nombre impose toujours aux détriments de tous, tôt ou tard.

          ph11: « Si tu attends que le peuple devienne libéral, tu risques d’attendre sans fin »

          Le peuple Suisse ou Finlandais n’est absolument pas libéral.

          Simplement la vraie démocratie:
          -Ralenti le processus legislatif, fini la loi spectacle et toutes les merdes legislative passées dans le silence.
          -Empèche le corporatisme parce que massivement personne n’a envie d’accorder des avantages a une minorité.
          -Fait passer les élus de petits potentats à courtiser au role de serviteurs des vrais législateurs: le peuple.

          ph11: « Quant à la comparaison des indices, je ne suis pas certain que la corrélation soit si élevée que ça »

          Compare avec les mauvais élève de la démocratie, tu verras. :mrgreen:
          Et non, hong kong ou singapour ne sont pas libéraux, la liberté économique est une ressource pour eux, les libertés civiles ne sont pas bonne, hors le libéralisme c’est les deux.

          • « Il faut bien des gens pour l’imposer, hors un petit nombre impose toujours aux détriments de tous, tôt ou tard. »

            Tu es donc en train de me dire que tout le monde a désiré le gouvernement Hollande ? Même en démocratie, le pouvoir est imposé.
            Ce que je critique, c’est l’affirmation infondée que le libéralisme imposé n’est pas libéral. Je souligne la différence entre liberté et pouvoir au peuple.

            « Le peuple Suisse ou Finlandais n’est absolument pas libéral. »

            Il est juste de souligner que le peuple n’est pas libéral. Et c’est bien pour cela que je n’apprécie pas l’idée qu’il soit souverain.

            « Simplement la vraie démocratie: »

            On croirait entendre un slogan de l’extrême gauche… :mrgreen:

            « -Empèche le corporatisme parce que massivement personne n’a envie d’accorder des avantages a une minorité.
            -Fait passer les élus de petits potentats à courtiser au role de serviteurs des vrais législateurs: le peuple. »

            En théorie… Mais en réalité, c’est la décentralisation qui permet cela. Le fait que les dirigeants soient plus bottom que top et que le cout pour un lobbie soit bien plus élevé pour acheter bien moins…

            « -Ralenti le processus legislatif, fini la loi spectacle et toutes les merdes legislative passées dans le silence. »

            Cela, c’est plus le fait du « libérale » de démocratie libérale.

            • ph11: « Tu es donc en train de me dire que tout le monde a désiré le gouvernement Hollande ? »

              Hein ? non.
              Les 600 haut legislateurs adossés aux corporations, vous ont imposés pleins de mesures les derniers mois.

              ph11: « Il est juste de souligner que le peuple n’est pas libéral. Et c’est bien pour cela que je n’apprécie pas l’idée qu’il soit souverain. »

              Pitié ! L’idée qui était à retenir c’est qu’un peuple même non libéral rejette les mesures qu’il pressent comme des atteintes à sa liberté et a son fric.

              ph11: « Ce que je critique, c’est l’affirmation infondée que le libéralisme imposé n’est pas libéral. »

              Les communistes pensent aussi qu’on peu imposer leur doctrines.

      • Bravo. Je suis impressionné par vos classements qui ont à mes yeux une grande valeur… (ne vous fracassez plus, rien de ce que vous avez lu ou entendu, je ne l’ai compris… bien avant vous). Restez dans l’idéologie (aie ! ça aussi le libéral il aime pas, pas conforme…) et la posture. Les écolos eux avancent et n’ont aucun état d’âme à s’organiser et essayer de prendre le pouvoir. Finalement vous êtes touchant avec votre vision pour le moins divine du libéralisme.

        • MDR: « Restez dans l’idéologie »

          Je suis Suisse, chez nous la démocratie comme facteur de libéralisation ça marche, comme ça marche dans les autres pays que j’ai cité.
          Ton pays s’écroule, les libéraux français ne représentent rien, le mien pète la santé et rejette votation après votation toutes les débilités liberticides qui sont adoptées minute après minutes chez vous sans que vous n’ayez rien à dire ni même que vous soyiez au courant. (Et encore les libéraux sont encore les mieux informés)

          T’as raison, t’a tout compris au jeu des pouvoirs 🙂

          • +1… s’ ils avait la mer, je serais deja Suisse… Maurice c’est pas mal non plus niveau penard, lanpopulation vient de coller une claque magistrale aux deux parties au pouvoirs dans une demonstration de democratie a faire palir les socialistes français…si meme des pays si jeunes et si fragiles y parviennent, pourquoi pas nous?
            Parce que la construction europeen a fragilisé les etats nations et que nos milliardaires fuits l’Europe entiere au lieu d’essayer d’investir le champs politique.
            Les liberaux reussient et fuient ou se cachent car leur oposant politiques ont convaincu les masses que ceux qui s’ enrichisent appartiennent au camps du mal…
            La France c’est l’indigestion du chatolisime (l’argent c’est mal),du socialisme ( l’individualisme c’est mal) et du syndicalisme ( travailler c’est forcement penible, desagreable et injuste)…, la moraline coulent a flot, juste avant les larmes et le sang.

        • « Les écolos eux avancent et n’ont aucun état d’âme »

          Effectivement, ils ont bien phagocyté l’Europe et ne se privent pas de nous arroser de lois débiles : transition énergétique, normalisation écrasante … Économiquement, l’Europe à du plomb dans l’aile, politiquement c’est encore pire. La construction de l’Europe a pu nous sembler une nécessité et une opportunité. Maintenant ça tourne au désastre. On ne sait plus s’il est pire de continuer ou de la casser. On est perdant de toutes façons.

      • Je ne pense pas que le facteur clé soit le régime politique, mais le respect des libertés constitutionnelles. Je pourrais parfaitement m’accommoder d’une monarchie constutionnelle, tant que le roi reste soumis à une constitution très forte. Et non par exemple, d’une démocratie qui viole et réécrit sa constitution quand ca l’arrange, comme la France.

        • Jeff84: « Je ne pense pas que le facteur clé soit le régime politique, mais le respect des libertés constitutionnelles. »

          C’est le politique qui décide ce qui est constitutionnel ou pas et ce qui est primordial de respecter ou pas.

          La Suisse, dont les citoyens votent les lois surtout par égoïsme anticorporatiste et certainement pas par vision libérale, respecte les constitutions française dans leurs essences: liberté et égalité en droits.

          Pas la france !!!
          La différence ? le régime politique pardi.

    • Du libéralisme imposé ….est-ce encore du libéralisme ??????

      • Ce ne serait pas de la démocratie, mais il n’y a pas vraiment de raisons pour que ce ne soit pas du libéralisme.
        Tout système institutionnel s’impose. Autant une dictature de la minorité que la tyrannie de la majorité d’une démocratie.

        Le libéralisme est individualiste, ce qui implique que le droit des individus prime sur les désirs utopiques et criminels de la majorité.

        1 personne en vole une autre, cette personne est un voleur.
        9 personne en volent une autre, on appelle ça une organisation criminelle.
        9 millions de personne en volent 1 millions, on appelle ça la démocratie…

        Le libéralisme, c’est lorsque ce million de personne peut se défendre juridiquement contre les 9 autres millions et pas attendre que ces 9 millions décident par miracle de respecter vos droits…

        De plus, il ne faut pas pas commettre l’erreur de confondre l’homo œconomicus dans une économie de marché où il fait des choix qui n’engagent que lui et ses associés, avec ses moyens, pour lesquels il dispose d’une information valide dans laquelle il est spécialisé avec l’homo politicus dans le marché politique, où ses choix engagent d’autres personnes, avec l’argent des autres, où il dispose d’une information généraliste abstraite et idéologique et où il vendra son vote au plus clientéliste…

        •  » autant une dictature de la minorité  »

          comme en chine ?

          • Avez-vous choisi le gouvernement actuel ? Ne vous est-il pas imposé ?
            Ce que je dis, ce n’est pas que je suis pour la dictature, mais je conteste seulement le fait de lier libéralisme et démocratie tout comme je doute aussi de l’idée qu’un gouvernement démocratique soit réellement choisi par tous les gens et donc, ne leur est pas imposé…

            Au fait, qu’est-ce qui est préférable entre un gouvernement qu’on ne peut choisir mais qui garanti vos droits juridiques (droit à la vie, propriété, expression, opinion, culte, association, entreprise,…) et un gouvernement qu’on peut « choisir », mais qui les viole allègrement ? Le second serait plus libéral que le premier ?

            • ph11: « je conteste seulement le fait de lier libéralisme et démocratie »

              Laisser les citoyens décider massivement de la législation est la MOINS MAUVAISE des solutions politique pour l’exercice du pouvoir. Exactement comme le LAISSEZ FAIRE est le MOINS MAUVAIS des systèmes. Ce n’est pas l’idéal, ou celui qui fait rêver, c’est juste le moins mauvais.

              Il n’y a rien à contester, la réalité est là: ça marche ailleurs.

              Pendant que vous discuter cravattes et bonnes têtes des présidentiables et que la législation se fait sans vous, ailleurs les gens votent en toute logique contre les corporatismes et la connivence sans être libéraux pour un sous.

              • « Laisser les citoyens décider massivement de la législation est la MOINS MAUVAISE des solutions politique pour l’exercice du pouvoir. Exactement comme le LAISSEZ FAIRE est le MOINS MAUVAIS des systèmes. Ce n’est pas l’idéal, ou celui qui fait rêver, c’est juste le moins mauvais. »

                Bof, répéter des slogans et en appeler à Churchill, c’est un peu faible comme argumentation.
                Et franchement assimiler le choix politique d’un individu dans un marché politique et le choix économique d’un individu qui le concerne lui et ne l’engage que lui, c’est un peu fort…

                « Il n’y a rien à contester, la réalité est là: ça marche ailleurs. »

                Je n’ai jamais nié qu’il y avait une certaine tendance. Je critique l’erreur de confondre libéralisme et démocratie.
                Maintenant, la démocratie chilienne a bien fonctionné dans les années 70, la démocratie espagnole dans les année 30…

                • ph11: « Bof, répéter des slogans et en appeler à Churchill »

                  Celle-là est amusante… :mrgreen: Je discute chez tes collègues d’en face, les socialos, eux rejettent aussi toute idée de classement que je leur fait entre liberté et prospérité.

                  Ils ont les chiffres les faits sous les yeux mais ne les voient pas. Pour eux ce sont juste « les slogans du medef ».

                  Très exactement comme toi…

                  ph11: « Maintenant, la démocratie chilienne a bien fonctionné dans les années 70, la démocratie espagnole dans les année 30… »

                  Et les dégraissages sauvage chez moulinex sont bien la preuve que le libéralisme ne marche pas… Tu as confondus « moins mauvais » avec le monde merveilleux de disney :mrgreen:

                  Je commence à me dire que le problème ne vient pas spécialement des socialistes français mais de la complète incapacité de tout le peuple français à raisonner de manière pragmatique sans partir dans les utopies grandiloquentes.

        • ph11: « comme je doute aussi de l’idée qu’un gouvernement démocratique soit réellement choisi par tous les gens »

          Évidemment que non et jamais, ça n’est pas possible !
          La « démocratie » ce n’est pas choisir un prince comme en France , c’est avoir le pouvoir législatif, comme en Suisse. A partir du moment ou c’est le peuple qui légifère on s’en fout qui est choisi ou pas pour représenter le peuple: ils n’ont de fait plus le pouvoir et ce sont toujours des carriéristes prêt à toutes les dépenses, toutes les lois pour être élus.

          Un petit groupe de législateur (600 haut fonctionnaires en France) finit toujours en corporatisme et en connivence.

          ph11: « la tyrannie de la majorité »

          Stop franchement avec cette ânerie, on dirait les socialos avec leurs « dictature de l’argent ».
          C’est ce manque de réalisme qui détruit le libéralisme en France: les libéraux français restent cantonnés à de vieux rêves moisis de grand soir libéral ou de bon papa qui imposerait enfin le libéralisme.

          Ça n’est pas arrivé en 40 ans, ça n’arrivera pas plus dans l’avenir.

          Pendant les deux mois ou vous vous mangiez une cinquantaine de mesures liberticide, le peuple suisse rejetait toutes les initiatives des socialos alors que les SUISSES NE SONT PAS LIBÉRAUX.

          • « Stop franchement avec cette ânerie, on dirait les socialos avec leurs « dictature de l’argent ».»

            Parce que la démocratie, ce n’est jamais, mais jamais 2 loups et un agneau qui votent pour savoir ce qu’il y a au menu ?

            « Ça n’est pas arrivé en 40 ans, ça n’arrivera pas plus dans l’avenir. »

            Et ça ne viendra pas par un éclair de lucidité démocratique…

            « le peuple suisse rejetait toutes les initiatives des socialos alors que les SUISSES NE SONT PAS LIBÉRAUX. »

            Oui, les Suisses sont moins loin dans le socialisme… Mais pour combien de temps ?

            • ——————————————————————————–
              ph11: « Parce que la démocratie, ce n’est jamais, mais jamais 2 loups et un agneau qui votent pour savoir ce qu’il y a au menu ? »
              ——————————————————————————–

              Parce que la société humaine en age de voter est composée de 2 loups et 1 agneau ?

              Tu penses que les corporations comme les taxis, les retraites des fonctionnaires, le cumul des mandats et toutes ces merdes que vous trainez depuis 30 ans tiendraient combien de temps si le peuple français avait le droit de voter les lois ?

              Ce serait un massacre ! C’est mur, c’est le moment, la porte n’a jamais été aussi largement ouverte.

              ——————————————————————————–
              ph11: « Et ça ne viendra pas par un éclair de lucidité démocratique… »
              ——————————————————————————–

              Par la force kamarad, par la force ! :mrgreen: Donc qui, quand et comment pour « imposer » ton libéralisme ? Je veux dire, dans le monde réel ?
              Et quand ils auront pris le pouvoir à l’aide de tous leur copains arrivistes ils diront « La soupe est super bonne mais bon, en tant qu’humain, on ne va pas abuser de notre pouvoir, hein, ça n’existe pas ça. »

              ————————————————————————-
              ph11: « Oui, les Suisses sont moins loin dans le socialisme… Mais pour combien de temps ? »
              ————————————————————————-

              Le temps que la France fasse encore deux fois faillite et remonte un neme système monarcho-corporatiste ?

              Que ce soit dans les pays du nord ou en Suisse, il est évident que ces pays ce sont libéralisés quand ils avaient été trop loin dans le socialisme.

              En 2002 les suisses supprimaient le status de fonctionnaire, certains pays du nord étaient dans un sale état en 70-80, trop enfoncé dans l’état nounous. Ils ont fait les réformes « facilement » parce que le pouvoir n’était pas dans les mains des gens de l’état, issus de l’état et qui bossent …pour l’état.

              Tu confonds la trajectoire inexorablement descendante de la France avec une généralité.

              • ——————————————————————————–
                ph11: « Et ça ne viendra pas par un éclair de lucidité démocratique… »
                ——————————————————————————–

                Le marché n’a pas besoin de « lucidité » non plus, chaque acteur voit juste son intéret et c’est exactement ce qui se passe quand le peuple a le pouvoir législatif ! Tu as exactement les mêmes arguments que les socialistes conter le marché: les acteurs sont bêtes, ils ne savent pas piloter l’économie, ils n’ont pas une vision d’ensemble.

                Le peuple suisse se fout de Hayek et n’a jamais entendu parler de Mises, ni de Bastiat, il n’a pas la plus petite idée des théories économiques libérale ni même de culture économique.

                Il vote contre les privilèges, contre le corporatisme, contre ceux qui veulent lui faire payer les factures, animalement, égoistement, dans son coin, pour sa gueule et ça suffit pour libéraliser un pays !

  • Le chien de la photo est hilarant :mrgreen:
    Les écolos sont les communistes reconverti, ils ne cesseront jamais avant d’avoir le contrôle des autres avec les mêmes effets que toujours.

  • De toute façon Sarko va dire à chacun ce qu’il a envie d’entendre.

    Il signe le « pacte écologique ». « L’écologie ça suffit. »

    Il veut réécrire la loi Taubira. Il ne sait pas ce qu’il veut mettre à la place, et il n’en fera probablement rien.

    Etc.

    • Sarko fut le meilleurs chien des étatistes avec une augmentation sans précédent des dépenses de l’état et du libéralisme à dose homéopathique.

      Les trois présidentiables sont tous ultra-étatistes. La seule différence réside dans la vitesse et les modalités de la faillite a venir.

  • « Hélas, aujourd’hui la plupart des Français se sont mis à l’heure du développement durable ».

    Le développement durable repose sur l’idée que d’une part le développement est source de pollution et d’épuisement des ressources naturelles, mais que d’autre part le développement est nécessaire pour augmenter la richesse, le niveau de vie et en retour le progrès social. Le principe est donc simple : surveiller que l’activité économique n’est pas un facteur de perte de qualité de vie.

    Jusque la, c’est un choix objectif et un choix de vie logique qui va forcément rassembler la quasi-totalité des citoyens. Mais il faut bien garder à l’esprit que c’est un compromis : on s’interdit et on renonce à une part de développement pour préserver notre qualité de vie. Cependant le terme de « développement durable » est un sophisme : on ne développe rien ; on met des battons dans les roues !

    Alors inutile de pleurer sur la stagnation, la récession, la perte de compétitivité, le chômage. C’est un choix. Et qu’on ne vienne surtout pas nous dire que l’on va relancer l’économie avec plus de développement durable et donc plus de battons dans les roues.

  • Nous sommes en phase de soviétisation à peine rampante !!!!!Et un nombre non négligeable de nos concitoyens en redemande !!!!! Ce pays est foutu comme l’écrit H16 !!!

  • Le seul exemple qui ne me semble pas être de la « folie furieuse » c’est celui sur l’interdiction du diesel à Paris. Je ne comprends pas en quoi avoir moins de voiture diesel est un rapport avec l’écologie, c’est tout à voir avec la qualité de l’air de la ville. J’imagine que l’auteur ne comprend pas que le diesel ça pue et ce n’est pas bon pour nos poumons, essayez de passer derrière une voiture à vélo ou à pied vous comprendrez.
    Bon c’est pas Pékin non plus, mais quand votre pneumologue vous explique que ce n’est pas tant la cigarette que l’air de Paris qui détruit vos poumons, qu’il faudrait porter un masque à vélo, arrêter le diesel ne serait pas forcément une mauvaise chose, ou tout du moins essayer de le réduire.

    • Quand votre pneumologue vous dit ça, demandez-lui donc de quelle étude scientifique il le sort. Sans doute celle qui montre que le patient auquel on a désigné un bouc émissaire est de meilleure humeur que celui auquel on a demandé d’arrêter de fumer, et qu’un patient de bonne humeur paie mieux et revient plus volontiers qu’un patient de mauvaise humeur.

    • Quittez la capitale…

    • L’empuantissement de l’air est probablement du à 90% à 10% de vieux moteurs. Il y a longtemps que j’ai quitté Paris, et à l’époque c’étaient surtout les bus qui fumaient un max. Il me semble que ça s’est un peu arrangé ? (Vont-ils interdire les bus et les camions ?)

      Toujours est-il que le problème est fortement lié à la concentration urbaine. Et en France, contrairement à l’Allemagne par exemple, tout est concentré dans la Capitale.

      • le developpement de système stop and start sur les véhicules devrait pouvoir améliorer fortement la pollution, sans législation draconnienne… en ville, je suis au point mort 75% du temps et je ne consomme pas grand chose.
        les constructeurs devraient facilement trouver des solutions techniques pour développer un système de coupure du moteur au point mort, en conservant une direction et un freinage opérationnel . plutot que de développer des lubbies trés couteuses qui n’apporteront pas de solutions notables , comme la voiture electrique ou l’hydrogène ?

        • Ça existe, et ça s’appelle une voiture hybride… Mais c’est incompatible avec les citadines diesel (coût, usage…). Avec la tendance du retour à l’essence, on devrait voir une généralisation de ce système.

    • Un petit américain
      If you can buy it a truck brought it.
      Si vous pouvez l’achetez c’est parce qu’un camion l’a transporté.

      Et avant de reprendre la logorrhée écolo contre le diesel regarder les normes de pollutions euro 6 et pensez que le parc automobile français à un âge moyen de 8 ans et la date souhaité pour l’interdiction du diesel à Paris et que les nouveaux moteurs essences sont tous à injection directe.

  • Attention, mon cher ami, avec le réchauffement climatique. Si celui ci est acquis, c’est les causes qui font débat. D’origine humaine ? Naturelle ? Un peu des deux ?
    Peu importe.

    Et en tout état de cause, vive la Liberté !

  • l’article est génial mais laisse craindre le pire côté Helvétie car hormis leur stupidité écologique certains Socialistes vont s’empresser d’imiter ceux de France et de Navarre ! Cependant après avoir écouté C’dans l’air j’ai été très surprise d’entendre un député ou ministre affirmer, les Français doivent avoir peur/au sujet des rentes ce qui prouve bien qu’aujourd’hui ceux gouvernants sont devenus de vrais maitres chanteurs qui ayant avalé leurs trouilles ne savent plus comment la déglutir sans la partager avec les citoyens.
    Et ce sont les mêmes qui osent interdire des fessées aux enfants ou qui osent prédire à ceci ou cela concernant l’éducation? Mazette quelle bande de gigolos a t’on tous coté France et ailleurs
    Très bonne journée

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles