L’État en faillite annonce « de nouvelles avancées sociales » en 2015

garantie-jeunes-a

Chic, Le Foll a annoncé que la grosse machine à redistribuer continuerait de tourner à plein régime en 2015 !

Par Nicolas Nilsen

garantie-jeunes-a

La dette augmente, l’État est au bord du dépôt de bilan, le gouvernement n’arrive toujours pas à réaliser les économies promises ni à réduire ses déficits, mais la grosse machine à redistribuer continue à tourner à plein régime. Le Foll annonce ainsi sur Twitter de nouvelles « avancées sociales » pour 2015, et notamment l’extension de la « garantie jeunes », vous savez, cette nouvelle allocation pour les jeunes de 18-25 qui ne sont curieusement ni en emploi, ni en études, ni en formation. Ding ding : 433,75 euros par mois (en plus de l’aide au logement). Le gouvernement est vraiment trop cool et je propose qu’il étende et généralise carrément toutes ces primes, allocations et garanties diverses. Après tout l’État-providence c’est bien ça non : une sorte de gentil Père Noël keynésien qui distribue généreusement des allocations à tout le monde.

Il y avait déjà la « prime de Noël » (appelée « prime exceptionnelle de fin d’année ») de 152,45 euros en 2014 (pour un célibataire sans enfant), 228,67 euros pour un couple et 381,12 euros (pour un couple avec trois enfants). Pour chaque enfant supplémentaire, l’État ajoute évidemment 70 euros. Ding ding les primes, cool cool Noël (les crèches, ils n’aiment pas, mais les primes, ils adorent).

Je ne sais pas pourquoi ils traînent tellement pour créer également une prime de Pâques, une prime de Ramadan, une prime du 14 juillet et aussi une prime du 1er mai (le muguet est de plus en plus cher)… Mais c’est bien, on va dans la bonne direction. Ding, ding. Ah oui et aussi, pour le réveillon, une prime homard s’il vous plait (et si ça les gêne de l’appeler « prime homard », il suffira de la baptiser « prime citoyenne de début d’année »).

Il y avait aussi la prime au départ des Roms et la prime pour ceux qui repartent après être revenus. Prime payée par les contribuables français qui n’ont plus d’argent pour payer les frais d’hébergement de leurs vieux parents dans des maisons de retraite ou des blocs Alzheimer…

À l’époque, Cécile Duflot avait inventé la réforme sur les impayés pour les logements : la fameuse « garantie universelle et solidaire » qui permettait aux locataires peu scrupuleux de se dire « à quoi bon payer le loyer puisqu’il y a une garantie solidaire pour ça » ! Ding ding, cool cool !

La nouvelle garantie jeune s’élève à 433,75 euros/mois versée aux jeunes âgés de 18 à 25 ans. Le 1er octobre 2013, 10 territoires pilotes avaient été choisis pour déployer le dispositif auprès de 10.000 jeunes. Le 1er décembre, François Rebsamen a confirmé que le dispositif sera étendu à 61 nouveaux territoires courant 2015. Objectif : 50.000 jeunes en 2015, puis 100.000 en 2017. Pas de problèmes financiers : le 8 juillet 2014, en clôture de la 3e grande conférence sociale, Manuel Valls a en effet confirmé l’amplification du dispositif ainsi que la sanctuarisation des moyens nécessaires. Avec Hollande il n’y a pas de problème budgétaire : forcément, c’est pas cher, c’est l’État qui paye…

Vivement l’assistanat généralisé !

Au diable l’avarice de l’État-Providence. Le ciblage étroit de ces primes sur des catégories spécifiques limite beaucoup trop le nombre des bénéficiaires. Je propose donc que tout soit carrément gratuit. Tout : chaussures, tablettes, ordi, motos, loyers, vacances, cinéma, gaz et électricité, wifi… Après tout les riches peuvent payer non ? Alors à quoi bon se gêner ? Et on envoie les facture à l’État qui devient un grand guichet distributeur d’allocations et d’aides en tout genre. Puisqu’on vous dit que les riches peuvent payer. Et s’ils ne payent pas, il n’y a qu’à augmenter la dette : c’est pas cher puisque c’est l’État qui paye.

Et puis le système est surtout tellement simple à mettre en place : les banques sont déjà toutes équipées de guichets et de distributeurs de billets à pratiquement tous les coins de rue. Donc l’État pourrait utiliser ce dispositif pour la distribution des aides.

distributeur de primes

Mêmes les pharmacies pourraient être mises à contribution : vous prenez des préservatifs au distributeur du coin et pof, il y a aussi des billets qui tombent : petite prime de l’État pour que vous puissiez emmener votre petite amie au restaurant avant de passer à l’acte. Ce serait une attention délicate du ministre de la Santé, non ?

Vous je ne sais pas, mais moi je trouve ce gouvernement de plus en plus formidable.

La fin de l’État-providence, ça va cogner

Un jour prochain, forcément, Valls, les yeux rougis par les larmes, viendra nous annoncer la fin de l’État-providence socialiste. Quand cette austérité imposée arrivera en France (les Grecs ont vécu cela), la seule question sera de savoir qui sera pénalisé en premier : les vieux ? les handicapés ? les familles ? les jeunes ? On verra bien… En tout cas quand les caisses sont vides et que l’argent ne rentre plus, ce sont les prestations qui sont les premières touchées.

D’après vous quelles sont les allocations auxquelles ils s’attaqueront en premier ?

  • L’aide sociale à l’hébergement pour personnes âgées ?
  • L’aide ménagère aux personnes âgées ?
  • Les frais de garde à domicile pour personnes âgées ?
  • L’allocation aux adultes handicapés (AAH) ?
  • L’allocation de garde d’enfant à domicile ?
  • L’allocation de logement à caractère familial (ALF) ?
  • L’allocation de logement à caractère social (ALS) ?
  • L’allocation de rentrée scolaire (ARS) ?
  • L’allocation parentale d’éducation (APE) ?
  • L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ?
  • L’allocation de solidarité spécifique (ASS) ?
  • L’allocation de soutien familial (ASF) ?
  • L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ?
  • L’allocation équivalent retraite (AER) ?
  • L’allocation journalière de présence parentale ?
  • L’allocation personnalisée à l’autonomie (APA) ?
  • L’allocation veuvage ?
  • L’allocation familiale de base ?
  • Le complément familial ?
  • La prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) ?
  • L’allocation d’adoption ?
  • Le complément de libre choix de mode de garde ?
  • Le complément optionnel de libre choix d’activité (Colca) ?
  • Les prestations partagées d’éducation de l’enfant (PréParE) ?
  • L’allocation journalière de présence parentale (AJPP) ?
  • Les bourses de l’enseignement supérieur ?
  • Les bourses de lycée et collège ?
  • L’aide financière pour la fourniture de l’électricité ?
  • L’aide financière pour la fourniture du gaz ?
  • Le revenu de solidarité active (RSA) ?
  • La prime de retour à l’emploi ?
  • L’aide à la mobilité pour la reprise d’emploi ?
  • L’aide personnalisée au logement (APL) ?
  • Etc.

Je n’ai évidemment pas fait la liste exhaustive des prestations (auxquelles il faut encore ajouter les trucs comme les primes de Noël et toutes les aides de type « mairie de Paris » que la chère Anne Hidalgo continue de distribuer aux frais des contribuables) mais c’est juste pour vous donner une idée de ce qui se passera quand l’État avouera sa faillite à des citoyens éberlués, sidérés et abasourdis de se voir spoliés comme les Grecs.

Mais peut-être ai-je tort de m’inquiéter ? Je devrais sans doute faire confiance à Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée Nationale, qui nous a assuré récemment : « On ne touche pas aux totems du progrès social. »


Sur le web.