Trop d’impôt tue l’impôt : l’exemple du gouvernement Hollande

Merci au gouvernement de confirmer par l’exemple une loi économique de bon sens : trop de pression fiscale incite à moins travailler et à se tourner vers l’économie parallèle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
battus credits political posters from USSR 70s and 80s (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop d’impôt tue l’impôt : l’exemple du gouvernement Hollande

Publié le 4 décembre 2014
- A +

Par Le Parisien Libéral.

battus credits political posters from USSR 70s and 80s (licence creative commons)

Vous connaissez la courbe de Laffer ?

parisien1

Elle montre qu’au-delà d’un certain seuil de prélèvement fiscal, plus la pression fiscale augmente, plus les recettes fiscales diminuent, en raison de l’effet désincitatif sur l’offre de travail. Les mêmes recettes fiscales auraient été plus élevées avec des taux d’imposition plus bas. Elle est résumée par la formule « trop d’impôt tue l’impôt ».

Jusqu’à présent, elle était empirique. Mais grâce à la politique fiscale du président Hollande, qui fut, rappelons-le, préparée par le tapis de bombes fiscales de son prédécesseur, elle est enfin démontrée. Oui, quand on taxe trop, les recettes ne sont pas au rendez-vous.

parisien2

Les députés qui, en ce moment, votent le collectif budgétaire, auront beau chercher, tant qu’ils ne regarderont pas la réalité, ils ne trouveront pas.

La réalité, c’est que malgré l’existence d’un mur de Berlin fiscal (bâti aussi bien par la gauche que par la « droite », rappelez-vous l’exit tax de François Fillon et Nicolas Sarkozy), ceux qui ont les moyens financiers, techniques ou pratiques de travailler moins et de consommer moins ou autrement le font, de manière légale (jardinage plutôt qu’achat de fruits et légumes au marché, professions libérales qui diminuent leurs heures, par exemple) ou illégale (travail au noir, fraude).

Souvenons-nous : nous sommes dans un pays où même les députés pensent qu’il y a trop de taxes, trop d’impôts ! Ce ne sont pas Balkany ou Thévenoud qui démentiront. Surtout, qu’on ne vienne pas nous parler de consentement à l’impôt. Pour 84% des Français, l’État gaspille l’argent des impôts !

Il y a aussi tous ces Français qui s’organisent en dehors des circuits identifiés par l’État, pas pour frauder à la base, mais parce que le pays change, ce qui chagrine Bercy. Pourquoi pensez-vous que la député socialiste Sylviane Bulteau ose penser que les sites web comme le Bon Coin ou PAP créent un « manque à gagner » pour l’État ?

Bref, bravo au Parti Socialiste qui décidément mérite le prix Nobel d’économie pour avoir démontré non seulement l’équivalence ricardienne mais aussi et surtout la courbe de Laffer !

Et puis sinon, la remise à plat de la fiscalité promise par Ayrault, on l’aborde quand ?


Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Mon épouse autoentrepreneur est au seuil, elle pourrait potentiellement travailler plus mais pas beaucoup plus. Ce gain de revenus l’obligerait à changer de statut pour passer EI et donc un niveau de charges plus élevé qui fait qu’à la fin elle gagnerait pareil donc elle ne change pas de statut. Donc l’état perd proportionnellement les charges (23.5%), impôts (tranche à 30%) et taxes (au minimum la TVA sur les dépenses) que mon épouse pourrait payer en gagnant un peu plus.

    • Attention, surtout qu’elle ne dépasse pas : c’est du suicide fiscal, bien au-delà d’un « niveau de charges plus élevé ». Au pire, créez une SARL pour facturer l’excédent si vous y êtes obligés, mais ne dépassez surtout à aucun prix le seuil en nom propre.

  • Dommage que trop de co**rie ne tue pas les co+s.

  • Avant, on n’avait qu’une compréhension empirique, parce qu’on n’avait que des exemples. Maintenant, on a une démonstration, parce qu’on a eu un exemple de plus?
    Un petit retour à la logique de base s’impose. 🙂

    Ceci dit, je vois effectivement plusieurs de mes proches qui le peuvent se mettre à travailler moins car la différence à la fin de l’année est négligeable par rapport à l’effort supplémentaire fourni. C’est devenu absurde. Travaillez moins pour gagner presque autant.

  • les communistes ont gagné…

    • Non les socialistes savent très bien que le communisme idéologique ou expérimenté a échoué, tout cela est plus subtil (hormis le front de gauche ou le front national péroniste). Les socialistes de gauche et de droite sont plus saint simonien mâtiné de conservatisme, souhaitent conserver les avantages et privilèges de la classe politique et de leur clientèle, la fonction publique et les allocataires publiques, mais ils sont conscients que seul le capitalisme peut financer tout ceci, ajoutons que sans ce même capitalisme, point de produits de consommation (voyages, iphone, internet, tablette etc…).
      Leur problème et de trouver un point d’équilibre entre maintenir leurs privilèges et les moyens de les financer, malheureusement ils ont été trop gourmands, ou trop bêtes, les années 80 et 90, tout le monde devait devenir bénéficiaire des bienfaits de l’argent publique (euh du contribuable).
      En résumé nos chers socialistes veulent le beurre, l’argent du beurre et le c– de la crèmière… damned trop d’impôts tue l’impôt …

  • Quand je passe une soirée avec des ingénieurs et cadres largement CSP+, l’essentiel des discussions tourne autour des trucs pour rénover soi-même son bien immobilier, les astuces pour payer moins d’impôts et acheter moins cher et les bricolages que l’on peut faire soi même. C’est édfifiant où un tel niveau d’impôts et de charge nous mène.

    • C’est pas nouveau. En 2000 j’ai fais le calcul de comparaison pour un cadre gagnant 3 SMIC les couts d’une rénovation d’un logement ancien
      a) fais soi-même en 3 fois plus de temps, en incluant ce que ce temps supplémentaire valaient au prix du salaire net du cadre et en indisponibilité supplémentaire du logement
      b) fait faire par une entreprise
      c) intermédiaire : embaucher un type fiable et le diriger
      C’est la solution a) qui est la moins chère, ce qui est économiquement absurde mais qui explique bien pourquoi l’économie est grippée et le chômage endémique : même quand vous êtes un cadre, c’est moins cher pour vous de faire vous-même un travail de smicard, que de faire votre boulot normal et de payer quelqu’un.
      Pourquoi ? parce que, à la louche et en simplifiant, pour un travail qui vaut 1 ,
      * si vous le faites faire il vous faudra débourser 2 ,
      * si vous le faites vous-même et que ça vous coute une baisse de revenu de 3 en manque à gagner, vos impôts baissent de 1,5 , au final ça ne vous coute que 1,5 SMIC
      Et bien sûr c’est devenu encore pire aujourd’hui que dans les années 2000

  • Bien sur les communistes ont gagné, mais il faut s’adapter. Un dicton populaire qui dit « quand une personne veux créer faire quelque chose, il faut l’aider et quand il veux le bouffer il faut l’aider aussi ». Plus nous voulons maintenir nos entreprises plus l’état veux nous taxer.
    Lorsque nous jouons a un jeu de société carte ou autre et que l’on change les règles du jeu en permanence ça finit toujours par un conflit . La grève si chère a nos communiste sera peut-être le salut de nos chef d’entreprises

  • « la remise à plat de la fiscalité promise par Ayrault, on l’aborde quand ? »

    Réponse:

    Les poules auront de dents …….

    • La remise a plat n’est peut etre pas souhaitable tant que la seule préoccupation des gouvernants sera de pomper toujours plus de fric; Ils sont capable de presenter une réforme qui masquera encore des augmentations d’impots(toujours dans l’interet des Français , bien entendu !) Cf les trois textes réunis en un seul sous pretexte de simplification qui conduit a la taxation des cabanes de jardins; L’etat jadis protecteur, est devenu un état voyoux qui rackette les contribuables pour gaspîller toujours plus.

  • Le mérite de Hollande aura été ( probablement) de nous débarrasser une fois pour toute de l’idéologie socialiste qui apporte misère, spoliation, mesures liberticides etc…Nous avançons à vitesse V de l’écroulement d’un système dont le modèle est Cuba ou la Corée du Nord. Ceux qui ont été baignés dans l’illusion socialo communiste vont enfin vouloir sortir de ce cauchemar. D’autres l’ont fait avant nous ans violence ( Russie): espérons que nous serons capable de passer à un système plus respectueux des individus sans violence.

  • Malheureux , il nous restait le jardinage et vous le dénoncez !!!!!!Et la il y a encore un manque à gagner pour l’état !!!!! Tout comme dans le cas de tous ceux qui profitant des loisirs laissés par les 35 h en profitent lâchement pour exécuter eux-mêmes certains menus travaux qu’ils auraient sous-traités en d’autres temps !!!Repeindre sa cuisine n’est-ce pas un manque à gagner pour l’état !!!! Les exemples ne manquant pas évitez de les dénoncer et de donner de très mauvaises idées à des gens qui en regorgent déjà !!!!

  • Mon ophtalmo ne travaille plus que trois jours par semaine…il garde ses anciens clients, n’en prend pas de nouveaux….les deux autres jours de travail étaient à 100% pour l’Etat….il avait trouvé une bonne secretaire assistante qui… S’est empressée de se faire virer et de l’attaquer aux prud.hommes…..il a tout compris….les autres suivent….

  • Tant que les politiques ne couperont pas sérieusement dans les dépenses, les baisses de charges seront toujours symboliques ou même largement dépassées par de nouvelles taxes (exemple : la taxe professionnelle, plafonnée par le chiffre d’affaire, remplacée par la CFE non plafonnée). Couper dans dépenses, c’est aligner la totalité des droits du public et des élus sur le privé, réduire le nombre de fonctionnaires à un niveau normal (50 pour 1000 habitants, au lieu de 85 pour 1000), interdire aux députés de distribuer l’argent public à leurs copains, etc.

  • Vous allez un peu vite en besogne.

    On pourrait parler d’effet Laffer si les recettes fiscales effectives avaient diminué depuis 2010 et les hausses d’impôts mises en place à la fois par Sarkozy et Hollande. En effet, prendre comme référence des prévisions de recettes souvent très optimistes pour des raisons politiques et conclure que leur non respect est un signe de l’effet Laffer est une faute de raisonnement. Maintenant, si on regarde les données d’eurostat, on s’aperçoit que le volume des recettes (tant en absolue que relativement au PIB) ont augmenté depuis 2010. Pas tellement le signe d’un effet Laffer.

  • Que fait l’impôt? Il enlève soit au producteur, soit au consommateur, une portion plus ou moins considérable du produit destiné, partie à la consommation immédiate, partie à l’épargne, pour l’employer à des fins moins productives ou destructives, et plus rarement à l’épargne. Il est impossible de savoir si le prix fixé par le gouvernement investi du monopole de la fourniture de ses services ne dépasse pas abusivement celui qu’aurait établi la concurrence. L’État a beau élever le prix de ses services ou en abaisser la qualité, la nation, sa cliente, ne peut les refuser. Si ruineux que soit l’impôt, l’État est amplement pourvu des pouvoirs nécessaires pour la contraindre à payer.

  • l’impôt est prélevé en fonction d’une norme décidée par les détenteurs du pouvoir étatique, sans respect de la personnalité de chacun, l’impôt pénalise la prise de risque et est foncièrement esclavagiste, allant à l’encontre de son but recherché, bafouant les droits fondamentaux de l’être humain et la propriété de l’individu. D’après tous les principes de la morale la plus universelle, le fait d’exiger de certains citoyens un impôt qui ne soit pas pensé et calculé comme le paiement de services rendus par l’État – le fait, donc, de prendre à certains hommes le fruit de leur travail et de leur propriété sans contrepartie – s’appelle un vol. L’impôt fondé sur le principe de la justice sociale et de la réduction des inégalités donne lieu aux spoliations les plus injustes. Tout cela n’a qu’un but: détourner l’argent des poches des citoyens (sujets), vers leurs élus (maîtres). L’État s’accapare de larges parts des ressources des citoyens, les laissant souvent dans une misère qui forcément fait d’eux une clientèle toute trouvée.

  • Le problème est génétiquement insoluble puisqu’un socialiste est incapable de comprendre que diminuer l’impôt augmente les recettes fiscales et inversement!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles