Retraites plombées, retraites dorées

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Seniors Retraités (Crédits Patrick, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites plombées, retraites dorées

Publié le 19 novembre 2014
- A +

L’avantage avec le système social français, c’est qu’il est juste, égalitaire et bien conçu. Prenez la retraite par exemple : après plusieurs années à cotiser patiemment à des caisses gérées aux petits oignons, l’individu âgé, qui sent le poids des années s’accumuler, peut arrêter son activité et prendre une pension finement calculée, et ce, qu’il soit artisan, commerçant, patron ou salarié. C’est, vraiment, le bonheur.

D’ailleurs, ça marche si bien qu’on a accompagné ce modèle d’une myriade de règles et lois pour la gestion de la retraite française, et qu’on a créé des douzaines de régimes différents qui donnent à l’ensemble ce petit parfum de foisonnement luxuriant que seule une vraie jungle en folie parvient à fournir. Moyennant quoi, tout ceci sentant le succès à plein nez, des douzaines de pays se sont empressés de copier ce modèle.

Cela fait maintenant 70 ans qu’il est d’application en France, et la réussite est totale. La justice intrinsèque à ce modèle aura permis à toute une génération d’en profiter longtemps, en s’assurant que la prochaine, celle qui arrive, doucement, à maturité pour en profiter, n’aura rien du tout. L’égalitarisme, socle solide sur lequel la retraite française par répartition fut bâti, permet maintenant à des gens qui ont cotisé toute leur vie de toucher les clopinettes réglementaires prévues par les textes, pendant que d’autres, dans l’un des régimes ultra-favorables (mais égalitaire, qu’on vous dit) s’en sortent fort bien. Enfin, l’ensemble ayant été créé par des gens malins et intelligents, la gestion, taillée au cordeau, assure un avenir radieux aux finances publiques lourdement impliquées dans la survie du système.

retraites

Depuis 40 ans, les gouvernements successifs ont pris conscience du petit décalage grandissant entre ceux qui abondent à ces régimes et ceux qui en profitent. Depuis 40 ans, les réformes essentielles ont toutes été soigneusement remises à plus tard, et par de vaillants bricolages microscopiques, ont permis aux douzaines d’usines-à-gaz indéchiffrables de survivre quelques années de plus.

Ce qui veut dire que les jeunes retraités qui arrivent maintenant pour toucher leur dû n’ont absolument aucune raison de se plaindre, quand bien même doivent-ils attendre de plus en plus longtemps que leurs premières pensions tombent sur leurs comptes en banque, comme s’il y avait un compte sur lequel aurait été capitalisé les sommes qu’ils ont cotisées pendant toutes ces années. Ah la la, les naïfs : mais non, jeunes retraités, vous devriez savoir que l’argent pour votre retraite n’est pas celui que vous avez cotisé, qui a été cramé depuis belle lurette par vos ancêtres, aïeux et autres prédécesseurs retraités. Non, l’argent qui sert à votre retraite est ponctionné actuellement. C’est ça, la magie du système collectiviste par répartition : tant que le nombre de retraités diminue et que le nombre d’actifs augmente, tout va bien. Dès que ce n’est plus cas, pouf, effet ciseau et fourchette en plastique, l’argent vient à manquer.

Tant et si bien que la faillite se profile pour certaines caisses. Oui, vous avez bien lu le mot faillite, mais celle-là est de plus en plus tangible. Et le plus intéressant ici n’est pas que cette faillite soit en ligne de mire pour 2017 pour l’AGIRC, mais bien qu’elle l’était déjà en octobre 2012. Devant cette menace, les partenaires sociaux (nos syndicats bien aimés) se sont bien vite réunis, ont englouti quelques petits fours, quelques flûtes de champagne, ont discutaillé pendant des heures, et ont décidé un petit gel des revalorisation des pensions, et voilà, on peut repartir chacun de notre côté, youkaïdi youkaïda. Bilan, deux ans plus tard, le constat est le même : la faillite est toujours prévue pour 2017. Bien joué les gars, merci !

Bon, il est vrai que 2017, ça fait tout à fait futuriste (c’est, par exemple, l’année de décor choisie pour The Running Man ou d’autres impérissables navets futuristes comme Barb Wire). Mais bon. Vu d’un 2014 déjà passablement entamé (dans un mois et demi, nous sommes en 2015, mes petits amis), c’est dans deux ans. Et une faillite de l’AGIRC dans deux ans, ça nous met tout de suite une ambiance du tonnerre, ne trouvez-vous pas ?

D’un autre côté, deux ans, ça laisse largement le temps aux zorganismes paritaires de trouver des solutions, qui sont de toute façon nombreuses : augmenter les cotisations (facile, elles sont si basses !), égaliser par le bas les pensions des hommes et des femmes, augmenter encore l’âge de la retraite, diminuer les pensions versées… Vous voyez, il y a de quoi faire. Oh, bien sûr, sucrer la multitude de régimes spéciaux n’est absolument pas à l’ordre du jour. Aligner les retraites du public sur celles du privé n’est même pas envisageable en rêve. Cela aurait un impact non négligeable, mais on a encore deux ans pour agir, hein, on n’est pas au bord de la faillite, mon brave monsieur.

baril de vaseline

Bref, l’avenir semble déjà tracé pour nos futurs retraités, et on sent qu’avec le Prozac, les ordonnances de myo-relaxants et la vaseline vendue en barils de 208 litres, leur retraite va s’en trouver considérablement améliorée.

Et vous verrez que grignoter des antidépresseurs et arriver au bout d’un baril leur sera chose aisée, surtout lorsqu’ils apprendront que, pendant ce temps, certains dirigeants bien introduits n’ont aucun mal à se construire un avenir de retraité particulièrement doré. Prenons (presque au hasard) le cas joyeux de Gérard Mestrallet. Je dis joyeux parce qu’à sa place, la retraite va décidément avoir un parfum bien agréable : malgré les ronchonnements du gouvernement, le patron de GDF-Suez n’aura pas à renoncer à sa retraite chapeau qui devrait s’élever à 831.641 euros à partir de son départ, au printemps 2016.

Bien évidemment, un contrat est un contrat et c’est donc dans le respect de celui-ci que l’État se voit obligé d’accepter une si jolie retraite. Comme quoi, s’il peut largement remettre en cause un contrat d’armement avec la Russie, ou un autre d’exploitation avec Ecomouv (ce qui devrait d’ailleurs largement dissuader quiconque d’entreprendre avec la République française), il a plus de mal lorsqu’il s’agit de ce genre de matières. Ou peut-être est-ce dû au délicieux capitalisme de connivence que les élites françaises se sont employées à mettre en place sur les 40 dernières années au moins et qui a abouti à la mise en coupe réglée du pays par une caste fort réduite de personnes bien introduites dans tous les milieux ? Peut-être le cas Mestralet comprend un élément de rémunération déjà acté par les actionnaires du gazier en 2009 et 2012, et désormais validé par le Haut comité de gouvernement d’entreprise saisi par GDF-Suez, justement parce que les actionnaires et le Haut Comité truc s’entendent tous comme des larrons en foire ?

Eh bien justement, lorsqu’on épluche quelques intéressants papiers (pas tous jeunes, mais fort à propos dans notre cas), comme par exemple celui de Ali Dardour, de mai 2009, intitulé L’influence des liens humains entre administrateurs de sociétés cotées sur la rémunération des dirigeants, on comprend tout de suite que l’hypothèse formulée tient la route. Si l’État grogne mais laisse faire, c’est parce qu’au final, tout le monde s’y retrouve fort bien.

réseaux de liens - CAC40Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Notez la présence, douillettement encastrée au milieu, de GDF-Suez, pas loin de Veolia (dont le patron, Henri Proglio, détient six autres mandats dans les sociétés du SBF 250), Thales, France-Telecom ou BNP-Paribas. Tous les comités exécutifs de ces sociétés comprennent des gens qui ont des mandats dans d’autres sociétés. Tout ce petit monde se connaît, et tout ce petit monde connaît fort bien les dirigeants politiques et gouvernementaux. Autrement dit, lorsqu’on entend Macron expliquer qu’il n’avait guère de marge de manœuvre pour modifier ces dispositions contractuelles, ce n’est pas pour des raisons morales ou juridiques, raisons sur lesquelles s’assoit largement l’État quand il le veut, mais bien plus simplement parce que les petits copains n’auraient pas apprécié.

Oui, Français, c’est ainsi que ça se passe en France : vous cotisez à des caisses en faillites, gérées par des syndicats et un patronat qui s’en foutent, pour une retraite que vous n’aurez pas, et au profit de dirigeants et de politiciens qui ont mis le pays en coupe réglée à leur seul bénéfice.

Sympathique, non ? Décidément, un baril de 208 litres de vaseline « Passion Natural » ne sera pas de trop.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • on peut avoir une remise pour la commande de 10 barils??

  • Ambiguïté de la langue française.
    Être introduit (exemple « des dirigeants bien introduits »), c’est le boulon ou l’écrou?
    Les cotisants aux organismes sociaux, dont je suis, peuvent-ils se sentir « bien introduits » ?

  • faut vous faire a l’idée et il faut le dire le plus souvent possible, la retraite se fabrique tout au long de sa vie , celle d’état n’est qu’un impôt supplémentaire et c’est pour cela qu’ils s’en foutent.. faillite et hop un taxe qui va bien et roule ma poule

  • Retraite = un potager, un puits et un fusil. Toute autre stratégie est foncièrement risquée.

    • j’ai bien peur que Ta retraite présente plus de risques d’échec que notre retraite actuelle…rien qu’en pensant a ton potager j’en ai les vertèbres qui craquent..a la retraite prend bien soin de ton corps si tu veux en profiter longtemps 😉

      • bonjour Reactitude, c’est pourquoi mon grand-père soutenait qu’un état digne de ce nom aurait par décret ordonné que désormais le niveau du sol des potagers s’élèverait à 1,20 m .

  • Rappel utile pour ceux qui oublient que l’UMP et Sarkozy ne sont que des socialistes-light.

    La législature précédente a « adossé » (j’adore ce mot) le régime de retraite ultra privilégié de la RATP sur régime général.

  • Le schéma est édifiant!!!

  • La solution ? a bah oui faut taper dans le gras et la qui osera ?

    Moi je serais crevé pour la retraite alors ça me touche pas par contre ça me fait mal au cœur de payé pour des puits sans fond et surtout pour les syndicats qui s’en mettent plein les fouilles ….

    Bon bref comme d’hab pas de solution, on va jusqu’à 200%du PIB après ça sera en fait rien 300% PIB …

  • J’adore le constat que vous dressez, constat que j’ai fait depuis longtemps (médecin rural).
    Notre système de protection sociale mis en place en 1945 était génial.
    Comme vous le constatez la société a évolué, le monde du travail a évolué mais les seuls qui n’ont pas évolué sont nos politiques censés gérer, prévoir et organiser. Je dis bien censés.
    Tout a été adossé à des cotisations sur le travail et en 70 années le monde du travail a profondément été bouleversé.
    Les seuls à rêver en dehors des réalités ont été ces fameux génies omniscient de la politique de haut vol.
    Tiens, il y a un problème, tiens les usines ferment, tiens le chômage évolue d’une manière exponentielle et surprise des surprises tous ces gens nés dans les années 1950 vont arriver à la retraite.
    Dans notre pays il n’existe pas et il n’a jamais existé de table démographique … n’est ce pas messieurs nos si géniaux énarques.
    Alors ne surtout pas se poser de question … il existe un problème, je propose une « réforme » que je vais présenter comme géniale, incontournable à grand renfort de pub et de médiatisation et après négociation et concertation avec les partenaires sociaux … négociations et concertation une fois que toutes les mesures sont prises.
    « Réformes » torchées en quelques mois
    Bilan:
    ça foire de tous les cotés et ça ne sert à rien puisque le problème de fond n’est pas abordé et le sauvetage ressemble bien plus à une destruction systématique qu’à une réelle solution.
    Question:
    combien d’années les Suédois ont ils mis pour réformer leur système de couverture sociale: 14 ans !!! à comparer avec quelques mois pour nos génies si inspirés. La réforme là est pérenne et efficace.
    Conclusion:
    Continuons à foncer tête baissée dans le mur en nous laissant bercer par le chant des sirènes gouvernementales de droite comme de gauche. Continuons à ostraciser, à détruire systématiquement tout ce qui semble marcher. Continuons à exclure à coup de millions les citoyens du monde du travail. Continuons à détruire une politique familiale qui fut un modèle.
    Que les banques continuent à se gaver et stériliser un argent qui devrait s’investir, que les patrons du CAC continuent à se gaver de retraites indécentes en plus de tout le reste, que notre système fiscal délirant continue à étrangler méthodiquement nos PME qui osent procurer du travail, Continuons à nous comporter comme des vassaux serviles des faucons Américains ….. et vous aurez le plaisir immense d’avoir une jolie petite note avec les agences de notation à présenter aux citoyens comme une victoire étincelante ….
    Les seuls à ne jamais se poser de question, tant ils sont imbus de leur science infuse, sont les privilégiés de la caste politique qui se permettent de s’exonérer de tout effort ou de toute participation au redressement de la situation qui frise le cataclysme.

    • Vous pourriez préciser le lien entre le système de retraites en France et les états-unis? Parce que pour le coup votre commentaire ressemble à une simple couplet anti-mondialisation.

      • je n’ai pas de données suffisamment précises sur les USA pour en parler mais à vue de nez il n’y a pas grand chose puisqu’à plus de 80 ans ils pratiquent des petits boulots pour survivre.
        Le rêve ….

        • Aux USA c’est du 401(k), de la retraite par capitalisation, constituée à l’initiative individuelle avec souvent abondement de l’employeur. Il y a bien sûr des retraités en situation de pauvreté, mais la plupart de ceux que j’ai vus faire des petits boulots le faisaient plutôt pour le plaisir de rester actif en arrondissant leurs fins de mois que par nécessité de survie. Et je crois que la France où on jette les vieux expérimentés dehors en leur faisant bien comprendre qu’ils empêchent l’embauche de jeunes ignares et en leur demandant de payer les charges plein pot sans gain supplémentaire d’avantages s’ils insistent pour garder une activité est assez mal placée pour juger…

    • « Notre système de protection sociale mis en place en 1945 était génial. »

      Vu le résultat je ne distingue pas le coté génial.

  • Gérard Mestrallet, X, ENA. Tout est dit.

  • Excellente analyse hélas trop pertinente et vraie.

  • le gouvernement actuel ferait bien de se pencher aussi sur les retards des paiement des retraites. Dans le Gard vous pouvez tirer la langue pendant 7 mois avant que la CARSAT daigne vous donner de quoi vivre. mais le problème est que sans la notification de la CARSAT vous ne pouvez toucher vos retraites complémentaires. Et pour couronner le tout les services fiscaux ne veulent pas tenir compte des ces aléas si bien que si votre retard est à cheval sur deux années, pour êtes fiscalement assujetti à l’année de paiement .
    Alors Monsieur le Ministre si vous avez de la considération pour les retraités qui ne sont pas chapeautés, je vous engage à vous saisir de ce grave problème qui n’intéresse ni la presse, ni le gouvernement .
    Cordialement pour le moment …

  • La solution ?

    Option 1 : sans attendre la retraite, fuir le pays.

    Option 2 : exterminer la classe politique qui s’est goinfree sur notre dos durant les 40 dernieres annees.
    Ca ne sert a pas grand chose, mais ca fait plaisir.

  • J’adore les éditos de ce site. Bravo continuez ainsi.

  • moi non plus j’ aime cet édito
    hélas ! h16 a des préjugés fatals sur la vaseline qui est aussi un médicament dermato utile pour les keratoses

  • Ca vous rappelle pas le coût de la taxe sur les très haut salaires quelque part ?

    Le monde est mal fait donc il faut le bricoler. (façon Picasso). Mais toujours éviter les questions qui dérangent …

  • Nicolas Baverez dans son livre « réveillez vous » parle d’un poids de 1352 milliards sur la dette du aux retraites…

    Surement un peu plus aujourd’hui… flippant !

  • Je suis plus dégoûtée qu’inquiète ..,LouisXVI et sa famille ont été décapités pour rien … La Révolution est à refaire … Et depuis longtemps ….!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles