Les piètres performances de la SNCF

La SNCF refuse d’évoluer : en comparaison des réseaux étrangers, son efficacité et la sécurité laissent à désirer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
SNCF TGV (Crédits : Renaud Chodkowski, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les piètres performances de la SNCF

Publié le 14 novembre 2014
- A +

La SNCF refuse d’évoluer. Tandis que les réseaux étrangers gagnent en efficacité et en sécurité, à la SNCF le nombre de voyageurs augmente peu, les effectifs sont quasi constants et la sécurité des passagers laisse à désirer.

Par Marcel Hugo.
Un article d’Emploi 2017

sncf rené le honzecLa SNCF est non seulement un désastre économique avec la moitié de ses dépenses couvertes par ses recettes commerciales, elle est aussi le symbole de l’immobilisme. La plupart des réseaux étrangers ont vu leur activité largement augmenter, et, simultanément, le nombre de leurs agents diminuer, parfois considérablement : de 60% en dix ans au Royaume-Uni. Rien de tel à la SNCF où la progression du nombre de voyageurs a été l’une des plus faibles, le trafic marchandises a baissé et les effectifs se sont à peine réduits, de 18% depuis 1990. Quant à la sécurité, le nombre d’accidents mortels n’a cessé de croître et est maintenant double de celui des Britanniques.

Performances plus que modestes

En comparaison avec les autres pays européens, la performance de la SNCF reste plus que modeste. Depuis plus de 20 ans, le nombre de voyageurs transportés en France n’a progressé que de 37%. Dans les autres grands pays de l’Europe, avec des tailles de réseau ferroviaire importantes, le nombre de voyageurs transportés a connu une augmentation beaucoup plus forte : de 80% en Italie, de 100% au Royaume-Uni et en Espagne, et enfin de presque 150% en Allemagne.

Curieusement, les opérateurs ferroviaires en Europe ne se sont pas contentés de l’augmentation de chiffres d’affaires provenant de la vente des billets, mais ont également agi sur leurs effectifs en diminuant leur nombre. La baisse des effectifs a été la plus importante au Royaume-Uni, avec près de 60% sur les deux dernières décennies, mais aussi comparable en Allemagne, en Espagne et en Italie, avec près de 45% en moyenne. La France, quant à elle, n’a abaissé ses effectifs que de 18% depuis 1990.

evolution_ferroviaire_europe_crédits_le_parisien_libéral

Cela devient presque caricatural dans le pays qui dispose d’une entreprise unique sur le marché ferroviaire, et cette dernière, qui souffre depuis des années de l’aggravation de sa santé financière, refuse de se rendre compte de sa faiblesse et enfin de perdre du poids, qui la rend peu opérationnelle. On ne parle même pas de la libération du marché ferroviaire en France ; il s’agit d’une simple volonté de la SNCF d’assumer son inefficacité et de réagir le moins vite possible sur ses effectifs. Comment ? Recette en chiffres.

sncf_le_parisien_liberal

Quant au Fret SNCF, sa part de marché a chuté de 91% en 2008 à seulement 71% en 2011, (rapport sur la concurrence ferroviaire en France, préparé par la SNCF). Et pourtant, les effectifs de cette filiale de la SNCF, qui agit sur le marché libéralisé depuis plus de 10 ans, n’ont pas baissé dans cette proportion.

Dans le transport de voyageurs, qui reste relativement stable, avec la dominance du transport routier sur le marché, la SNCF n’est pas non plus parvenue à rendre ses activités plus rentables en révisant les effectifs.

Priorité à la sécurité ?

On entend souvent que la priorité de la SNCF reste la sécurité de ses voyageurs, d’où le refus volontaire de la part de la société de réviser ses effectifs au profit de l’assainissement financier. Mais les chiffres, dont nous disposons, ne confirment pas cette excuse.

Le Royaume-Uni, qui est souvent considéré comme l’un des exemples de libéralisation du marché qui aurait abouti à l’aggravation de la sécurité ferroviaire, semble s’en sortir plutôt mieux, comparativement à la France.

Pourtant, dans de nombreux rapports sur la sécurité ferroviaire, comme par exemple dans celui publié par RFF en 2013, la SNCF se félicite de l’amélioration de la sécurité ferroviaire, notamment du nombre d’accidents produits et de personnes tuées dans ces accidents. Ainsi, selon RFF, le nombre de personnes tuées dans les accidents a baissé de 35% entre 2001 et 2012. Mais ce chiffre paraît moins rassurant si l’on se rapporte à l’année 2013, pour laquelle les données sont désormais disponibles, et avec lesquelles on constate une diminution de seulement 25% du nombre de personnes tuées dans les accidents ferroviaires entre 2001 et 2013.

À titre de comparaison, le nombre de personnes tuées dans les accidents ferroviaires, cumulé depuis 2004 1, où le Royaume-Uni s’est situé presqu’au même niveau que la France, a progressé beaucoup plus en France que chez son voisin, qui a connu la libéralisation du marché. Ainsi, au cours de la dernière décennie, les accidents ferroviaires sur le réseau britannique ont produit près de 500 morts contre 820 sur le réseau français.

accidents_tues_parisien_liberal

Pour rendre nos calculs plus comparables, il faut également tenir compte de la densité du réseau, qui reste plus forte en France qu’au Royaume-Uni. Le tableau ci-dessous présente le nombre de personnes tuées dans les accidents ferroviaires chaque année depuis 2004, avec l’ajustement pour le Royaume-Uni en fonction du nombre annuel de passagers-kilomètres.

tues_parisien_liberal
Même si le nombre de personnes tuées par passager-kilomètre dans les accidents ferroviaires au Royaume-Uni restait bien supérieur à celui de la France jusqu’en 2009, le marché ferroviaire britannique a connu une véritable amélioration sur les dix dernières années avec une baisse de 67% du nombre de personnes tuées chaque année. Quant à la France, le nombre annuel de personnes tuées dans les accidents ferroviaires n’a diminué que de 10% entre 2004 et 2013.


PS. Comme un exemple de l’optimisme officiel qui règne au sein de notre monopole ferroviaire, lire le communiqué de presse qui accompagnait le rapport 2013 de RFF cité ci-dessus, et comparer avec les chiffres Eurostat du tableau ci-dessus.


Sur le web.

  1. Les données dans la base d’Eurostat sur les accidents ferroviaires ne sont disponibles qu’à partir de 2004
Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Qu’est ce qu’on nous a bourré le mou avec la libéralisation des chemins de fer anglais…. Et l’on se rend compte que en france c’est pas mieux…. sauf pour la dépense…. allez hop une bonne privatisation rapide.

  • Vivement l’ouverture à la concurrence, quelques exemples ici : https://www.youtube.com/watch?v=lNnWf_PTNOU

  • Très intéressant, merci ! En revanche, quelques améliorations à apporter à vos graphiques :
    1) Quand on compare avec des barres 100% l’évolution de deux grandeurs, il convient de conserver l’échelle. Ne pas le faire fait partie des techniques de manipulation (exagération visuelle de l’évolution relative)
    2) Le tableau de chiffres présente des donnés négatives alors que les barres 100% présentent des chiffres positifs
    Encore une fois, un détail par rapport à l’intérêt de votre article…

  • La diminutions des effectifs a un impact sur les versements des cotisations. C’est le problème majeur en France avec un régime par rèpartition et surtout les règimes spèciaux dont le mot Egalité en français prend un sens saugrenu. Qui va donc payer les retraités de la SNCF qui sont les premiers par l’age en a profiter, meme si on pènalise ceux qui partent pas avec le taux plein? NOUS
    La France est sous le controle des syndicats. En Angleterre la Dame de fer , les a èliminés. Alors le comparatif de performances est bidon. Sans parler du fait que les chemins de fer furent privatisés comme l’eau, parceque l’Etat anglais n’avait pas investi une £ pendant une gènèration et les rèseaux ètaient vetustes voir dangereux, suceptible de poursuites lègales. Les scandales financiers, les magouilles sur les privatisations ont eu lieu, parceque c’est par l’usage de la force , la menace , que les gouvernement des Tories ont elliminé tout ce qui refusait de privatiser le bien public payé par le peuple pour une bouchée de pain. J’ai vècu cette periode , et je confirme que le desinformation ou l’amnèsie restent d’actualité en France. Ce qui est certain, c’est que ce model social français extrèmement inègalitaire, car ètablissant des castes entre les travailleurs ne peut èconomiquement se poursuivre par le simple fait que nous pouvons pas devaluer l’Euro ou augmenter les prix. Une bonne privatisation se fera sur le dos du secteur privé, car comme pour la Poste, l’Etat se servira dans les caisses de retraites ou ailleurs comme la Loi européenne l’impose. Dèjà que la rètrocativité de la Loi existe pour ceux qui ne cotisent pas pour le taux plein ,il y le risque majeur que des millions de français, d’entreprises soient les otages des cheminots dans un pays où l’on respecte encore les syndicats, vus qu’ils sont ceux qui gouvernent en France!

  • Et bien eurostat n’a pas la même valeur sur les histogrammes et les tableaux. Ce doit être une erreur ou une mauvaise compréhension de ma part

    • Les status sont diffèrents. Eurostar c’est une entreprise anglaise , ce qui permet à la SNCF d’èviter le probleme des syndicats. CQFD

    • Le graphique montre l’évolution des effectifs à partir d’une base 100 (le 100%). Il reste 82% (100-18) des effectifs. J’ai mis du temps à comprendre.

  • Excellente comparaison.
    Quid de l’influence des syndicats ?

    • Le pragmatisme n’est pas une qualité commune aux Francais…. Ce n’est pas possible.. Normalement..Bref penser autrement que la majorité est contraire au pact de solidarité. Le dogmatisme est dans la LOI, et le Droit français empèche l’èvolution . Combien de français, combien d’inventions ont quitté la France pour le bonheur de pays en manque de cervaux. Il suffit de quelques jacobins pour dètruire toute rèforme de bon sens. L’Etat est muselé et le peuple vit dans son passé progressiste mais extrèmement policier. L’Education est sanctionné sur des programmes fixés pas l’Etat, et pour les mèmes responsabilités , le français ne peut jouir des memes rècompenses, car on ( les autorités choisies dans des rèunions secrètes) promet de le soigner et de lui verser une retraite basées sur la conjuncture…En revanche les anglais savent que rien n’est acquis, et que la vie c’est avant tout  » marche ou crève » . Certes rien à voir avec notre sociétè qui est fixée depuis 1946 dans ses grosses lignes…

  • sncf,sncm,meme gouffres!!

  • Pour le nombre de décés, le RU est en-tête une année sur deux à nombre de passagers-kilomètres équivalent, et en tête si on fait la somme… la France serait donc plus sûre?

  • ancienne usager de TER, je conserve le souvenir d’une défaillance sur les freins. Obligée de descendre sur la voie et marcher jusqu’à la gare centrale accompagnée par des agents SNCF. j’ai également le souvenir qu’il existait des ateliers de réparation. Aujourd’hui il n’y a plus rien ce sont des locaux en jachère. J’ai le souvenir d’un courrier du Conseil Régional qui disait avoir financé ,100 trains. Y a t’il eu un suivi après ?.
    La LGV qui passe près de chez moi va mettre Paris à 2heures de Bordeaux (royaume de la vitesse !). Ce que je ne comprends pas est pourquoi certains élus ont été solidaires pour exproprier les proprietaires de la Lgv

  • Les statistiques des accidents mortels sur les voies rassemblement tellement de situations différentes, dont la plupart sont extrêmement dépendantes de paramètres non contrôlables par les gestionnaires de réseau que je ne vois pas ce que ces statistiques viennent faire là.

    • Vous avez raison. Il convient d’ajouter aux morts officiels par accident les victimes d’agressions mortelles dans les gares et les trains pour disposer d’une vision honnête des dangers du rail. Il n’est toutefois pas sûr que les statistiques soient compilées, du moins pour le public.

      • Même sans parler de ça. L’essentiel des morts, ce sont des gens qui se laissent bloquer sur des passages à niveau, ou qui arrivent de leur propre chef en plein milieu des rails.

        La seule manière de vraiment sécuriser un passage à niveau, c’est de l’éliminer avec un ouvrage d’art. La SNCF a d’ailleurs un plan d’investissements pour le faire aux endroits les plus accidentogènes.

        Pour les gens qui arrivent sur les voies contre la volonté de la sncf, que voulez vous faire ? Ca n’a de toute façon rien à voir avec la sécurité des voyageurs. Les voyageurs qui se font happer en gare par accident, qui tombent accidentellement sur les voies, il y en a très, très, très peu, genre 3 cas par an.

  • Effectivement il suffit d’observer en gare ( sur les voies c’est plus délicat ) les éclissages de rails ; une éclisse sur deux présente un manque de boulons ( j’ai fait des photos c’est très instructif ) !!!!! Qui s’en préoccupe ???Malheureusement cette incurie des services publiques ou assimilés se retrouve partout : sur les routes de moins en moins bien entretenues ; les lignes téléphoniques avec leur boitier de raccordement ( poteau cassé ou menaçant ruine …. connexion tellement oxydées que l’on ne reçoit plus internet ou le téléphone ) .
    Actuellement de nombreuses infrastructures sont abandonnées à leur vieillissement naturel et quand il faudra remettre de l’ordre dans tout cela çà va encore nous coûter un max mais on inventera une taxe ou une contribution pour y faire face !!!!

  • Le monopopole d’état incite à l’onanisme ☺

    • je trouve que les conducteurs de trains sont faignant comme pas possible car ils font des pauses en plaine voie et sa peut être n’importe ou comme n’importe quand surtout que ils inventent des excuses bidon et toujours les mêmes à chaque fois cela les soule et puis des fois. Ils s’arrêtent aussi a 3 minutes de l’arrêt des fois et puis ils prennent leurs temps pour faire suer les gens car le travail cela les soules de bosser donc on fait exprès de ralentir et de s’arrêter.
      Non mais faut pas déconner.
      Idem pour les tramway.

  • Suffit de prendre le train en France et en Angleterre pour comparer.

    Je l’ai fait. Et je vous le dis : le ferroviaire anglais n’a en rien à rougir face au français.

  • heuu….c’est un peu trop facile de faire la comparaison de l’évolution du nombre de voyageur allemagne/france de 1990 à 2012. Évidemment quand il y a un rideau de fer entre RDA/RFA, difficile de voyager…
    Bref, l’allemagne avait accumulé beaucoup de retard…d’où l’évolution plus rapide.

  • Si la SNCF n’a pas de bonnes performances, il ne faut pas non plus les exagérer en manipulant les chiffres. Indiquer le nombre de voyageurs sans mentionner les VKM, est limite.
    Idem des accidents dits ferroviaires en incluant ceux des passages à niveaux. Les véhicules routiers sont responsables de 99 % de des ces accidents, ce sont plutôt des accidents routiers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-François Revel. Texte présenté par Damien Theillier

Jean-François Revel prend ici l'exemple concret des trains, en France et en Grande-Bretagne, pour illustrer l'omniprésence de la mentalité antilibérale, qui jaillit comme un cri du cœur en toute occasion, notamment lors d'une catastrophe ferroviaire (Voir aussi la vidéo tout en bas). Cette mentalité persiste à l'encontre de toute l'expérience historique du XXe siècle et même de la pratique actuelle de la quasi-totalité des pays. Comme il l’écrit si joliment :

« L'antil... Poursuivre la lecture

sncf
0
Sauvegarder cet article

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

Le 9 mars dernier, la commission des Finances a rendu un rapport au vitriol sur la SNCF. Les deux auteurs font le constat que le modèle du groupe ferroviaire doit se réformer en profondeur car il ne pourra pas éternellement compter sur le soutien public pour éponger ses dettes. Ils saluent la libéralisation du rail, génératrice d’un cercle financier vertueux pour l’ensemble du secteur ferroviaire. Enfin, ils dénoncent le poids financier de plus en plus important de l’opérateur historiqu... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles