Gouvernement Hollande : réformes ? Quelles réformes ?

Comment François Hollande compte-t-il accélérer le rythme de réformes qui n’ont même pas encore vu le jour ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pipeau credits simonwhitaker (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Gouvernement Hollande : réformes ? Quelles réformes ?

Publié le 22 octobre 2014
- A +

Par Philippe Robert.

pipeau credits simonwhitaker (licence creative commons)

Le président de la République, désormais conscient de la vanité du socialisme dans un monde ouvert à la liberté, tente de convaincre les 86% de Français qui ne peuvent plus le voir en peinture qu’il s’est finalement rallié au bon sens naturel de la pensée libérale.

“Moi président” aux abois s’exprime donc en ces termes choisis : “Les réformes, elles sont continues, elles ont été engagées dès les premiers mois de mon quinquennat, et elles se poursuivront à un rythme encore accéléré jusqu’à la fin, parce que la France a besoin de réformes”.

Non seulement Hollande ment effrontément quand il ose affirmer que les réformes (de structure) ont été engagées dès les premiers mois de son quinquennat, mais, pis encore, comment compte-t-il accélérer le rythme de réformes qui n’ont même pas vu le jour ?

Vous vous méprenez gravement et même scandaleusement, me rétorquera-t-on avec morgue, car que faites-vous donc du crédit impôt recherche (CIR), du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et surtout du pacte de responsabilité et de solidarité (toujours dans les limbes) ?

Si j’ajoute la Banque publique d’investissement (bpifrance) à ce brillant palmarès de notre État-mamma, alors, en effet, le chef de l’État est tout à fait en droit de faire état (sans jeu de mot) de son action salvatrice propre à faire passer les lois Hartz pour de mauvaise manières.

Mais trêve de plaisanterie. Ce que, moi, j’appelle des réformes structurelles concerne la durée légale du travail (pas 35 heures), une réforme drastique de la fiscalité en instaurant une flat tax, une refonte du Code du travail permettant enfin de libérer le marché éponyme etc.

Il y a donc encore beaucoup à dire et surtout à entreprendre. Malgré cela, nous en sommes une fois de plus à aller mendier auprès de Berlin une immunité qui nous sera forcément accordée dès lors que la France promettra une énième fois de s’amender. Soit. Sauf qu’en ce bas monde tout a une fin.

Sur le web 

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Je partage entièrement votre opinion sauf sur un point: le cirque peut continuer éternellement. Etait-ce Richelieu ou Colbert qui indiquait déjà en son temps qu’on peut toujours taxer la classe qui travaillera toujours plus par peur de la pauvreté et aspiration à devenir riche ? Et tant qu’il y aura des rentrées fiscales… Ca continuera.

  • En fait, tout le monde cautionne tout le monde, donc cela peut continuer longtemps ainsi. Faut attendre que la cours de recréation devienne impraticable tellement elle est saccagée et abîmée et que des âmes d’enfants, naïves se mettent à penser qu’ils peuvent en faire un endroit chaleureux et secure où ils pourront continuer à jouer ensemble 🙂 ah le monde magique de fée clochette!

  • Première précision : merci d’utiliser le surnom qui convient.

    En l’espèce : « Sans-Dent ».

    « Moi président » c’est trop gentil. C’est la version 1.0 de 2012.
    😉

    Deuxièmement : Sans-Dent dort sur ses 2 oreilles, et ses mensonges répétés au sujet des « réformes » (le mot est devenu difficile à prononcer sans éclater de rire, tant il a été usé) ne lui posent aucun problème.

    Pour une raison très simple : il faut qu’il tienne encore quelques mois. Et pas du tout 2 ans et demi.

    Car il va dissoudre. Le problème des « réformes » sera ainsi refilé à la pseudo « droite ». Qui éclatera en vol, sous l’impulsion d’un clown qui aura besoin de ses trimestres de cotisations, et qui se dépêchera d’accepter le job de premier ministre.

    Rincez, répétez.

    Prenez un peu de recul… Et avouez… Ca fait combien de temps que vous entendez le mot « réforme » dans la bouche des politiciens ?

    Personnellement, ça fait depuis le début des années 80.

    Inutile donc d’accabler plus que de raison le pauvre Sans-Dent.

    La France ne connaîtra pas la case « réforme ».

    Elle ira, et c’est tant mieux, directement à la case « révolution ».

    • Il n’y aura aucune dissolution avant 2017. Mollande s’accrochera à son pouvoir telle une huitre à son rocher, envers et contre tout. Mittouille était impopulaire en 1986, il a pourtant été réélu sans problème. Molle Glande fait exactement le même calcul, en oubliant quelques gros détails importants : depuis 1986, le chômage, les impôts et la dette de l’Etat ont explosé et les caisses sont vides de chez vide. Et Marine a mille fois plus de chances d’arriver à l’Elysée que son père.

  • Gouverner:
    C’est un jour faire quelque chose et le lendemain faire le contraire:
    Un jour je modifie les régions, un autre jour je ne modifie plus …
    Un jour je « simplifie » en réclamant 5 papiers au lieu de 3 et le lendemain je modifie en ne demandant 7.
    Il faut un génie incommensurable pour penser, élaborer et décréter de telles « réformes » toutes plus géniales les unes que les autres.
    Il faut être dithyrambique devant le formatage des cervelles inculqué par l’incontournable E.N.A. qui nous sort tous les ans des génies possédant la science infuse.
    Moi, j’ai vraiment l’impression d’être gouverné par une clique atteinte d’Alzheimer féroce ou bien d’être le passager d’un avion sans pilote.
    Et quand j’entends qu’il y aurait une soixantaine de députés et sénateurs atteints par le nouveau syndrome bien plus agressif et dangereux que Ebola à savoir la phobie administrative, je tire la conclusion que en guise de gouvernement nous avons à la tête de l’état une très belle équipe plutôt formée à l’école de la mafia de Sicile qu’à E.N.A.
    DEHORS !!!!

    • bonjour Marc,comme justement le Sénat envisage de voter une loi sur la possibilité de destituer le Président pour manquements graves ,et qu’en l’occurrence les faits sont caractérisés ,par tout ce que vous venez de citer ,le scénario parfait serait qu’il annonce sa démission .

  • Les gouvernants confondent ajustement à la marge et réformes. Déplacer le curseur de l’âge à la retraite est un ajustement. Donner aux travailleurs leur salaire complet est une réforme, et ça devrait être la première des réformes avec la suppression du statut des fonctionnaires. La France de Hollande, c’est l’URSS de Gorbatchev.

  • J’ai lu que François Hollande était très attentionné envers la Ministre de l’Ecologie et mère de ses enfants. Lors du Conseil des Ministres, il fait le tour de la table pour aller lui faire la bise
    , en public ils se serrent très protocolairement la main, mais dès qu’ils sont seuls, il s’embrassent si l’on en croit une journaliste de M- Magazine qui a suivi le Président pendant une semaine pour son article
    Il admirerait la façon dont elle mène son ministère et compterait même sur elle pour redorer -par ricochet- son blason et remonter dans les sondages dans le sillage de Ségolène.
    Avec ces deux là la France est sauvée !

    • Si vous prenez pour argent comptant ce qu’un journaliste subventionné et approuvé par l’Elysée rapporte, vous n’êtes pas prête de connaître la réalité vraies des choses.

      Il « admirerait », ils ‘s’embrassenr », etc, tout ça c’est du pipeautage, du ramage de plumage pour ébahir la galerie sous l’oeil bienveillant du journaliste qui va s’empresser de le rapporter au bon peuple, l’oeil brillant et la truffe humide devant tant de bonté et de piété conjugale.

      Hollande se sert d’elle tout en lui lui savonnant la planche, et lui fera jouer le rôle de fusible dès qu’il y aura court-circuit. Tandis que Ségo se sert de lui autant qu’elle peut pour redorer son propre blason.
      Eh oui, c’est ça un professionnel de la politique: ni des hommes, ni des femmes, tous des psychopathes !

      • L’immonde n’est pas que subventionné, c’est aussi une tromperie éhonté, le déshonneur et le mensonge élevé au rang d’art. Une merde dont je ne me servirais même pas pour emballer les ordures.

      • +1000.
        Ces tarés vendraient leurs parents pour gagner un point dans les sondages.

  • Je vous trouve très dur avec Hollande. Pour une huitre comme lui qui n’a jamais rien fait d’autre que réussir un concours (jour de chance ?), le rythme de son quinquennat est ABSOLUMENT EBOURIFFANT. D’ailleurs regardez, il est toujours gras et moite, c’est probablement dû à l’effort.

  • Petites moqueries de cour d’école, noms d’animaux, généralisations sur la classe politique, un soupçon de complotisme, vérités faciles… Si certains politiques ne sont pas bons, que penser de certains citoyens ?! Ha c’est vrai les premiers ont été les seconds ! Et ces seconds ne seront sans doutes jamais les premiers ! Ils sont trop intelligents pour ça, eux. Haha…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Un article d'Alain Mathieu

 

Il est difficile de trouver un Français plus représentatif de nos hauts fonctionnaires que Jean-Pierre Jouyet.

Son CV accumule les plus hauts postes financiers : directeur du Trésor, la plus prestigieuse direction du ministère des Finances, chef du service de l’Inspection des Finances, le corps de fonctionnaires le plus influent, président de l’Autorité des marchés financiers, qui règlemente la Bourse, directeur général de la Caisse des dépôts et président de la Banque Publique d’Investis... Poursuivre la lecture

Par Victor Fouquet. Un article de l'IREF

Après l’Assemblée nationale le 5 juin, le Sénat a, à son tour, rejeté le 3 juillet les deux projets de loi de règlement du budget et d’approbation des comptes pour les années 2021 et 2022, les dépenses du budget de l’État atteignant un niveau historiquement élevé malgré un contexte de reprise économique.

Pour rappel, le Parlement avait déjà rejeté le projet de loi de règlement pour 2021 l’été dernier. Si elle n’a pas de conséquences financières à proprement parler, l’absence de loi de règ... Poursuivre la lecture

Après une présidentielle catastrophique, la droite tarde à se trouver. Dans un an, les élections européennes constitueront un test. D’ici là, un gros travail reste à faire pour offrir une vision en réponse aux multiples enjeux qui se posent à la France.

D’abord, le pays ne fait plus corps.

Cinq années d’émeutes ont permis de jauger l’ampleur de la dislocation de nos territoires. Les Gilets jaunes ont ouvert le bal des révoltes sur les ronds-points. L’ultra-gauche urbaine, arcboutée contre tout réglage de notre vieux système par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles