Prix du timbre et manque de compétitivité : qu’ont-ils en commun ?

L’augmentation du prix du timbre témoigne de la logique économique défaillante qui s’est emparée de nos dirigeants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
timbre credits mike rodriguez (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prix du timbre et manque de compétitivité : qu’ont-ils en commun ?

Publié le 11 octobre 2014
- A +

Par Fabio Rafael Fiallo.

timbre credits mike rodriguez (licence creative commons)

La toute récente augmentation du prix du timbre-poste, décidée dans le but de faire face à une baisse du résultat d’exploitation de La Poste, passe outre plusieurs principes économiques fondamentaux.

À commencer par la loi de l’offre et de la demande et ce qu’elle implique : si la demande d’un produit ou service diminue – comme c’est le cas des prestations offertes par la Poste – il serait normal de baisser le prix du bien délaissé, et ce dans le but d’attirer un plus grand nombre d’acheteurs. Quand un vendeur de légumes n’arrive pas à écouler sa marchandise, nous le savons tous, il sera tenté de « faire un prix ». Même logique dans le cas des soldes des grands magasins.

Et pourtant, en augmentant le prix du timbre, les autorités de La Poste ont réagi différemment.

Leur décision serait justifiée si la demande des services de la Poste était inélastique  (mot utilisé dans le jargon de l’économie), c’est-à-dire si une telle demande ne variait guère en fonction du prix du timbre. Dans ce cas, la majoration du prix viendrait à accroître les recettes. Pour cela, le produit doit remplir une condition importante : qu’il n’y ait pas de substitut majeur vers lequel le consommateur puisse se tourner. Or, il se trouve que La Poste a un concurrent de taille qui lui ravit de plus en plus d’usagers : le numérique.

On ne voit pas, par exemple, ce qui pourrait empêcher les entreprises, dans un souci d’économie, de délaisser définitivement La Poste au profit du numérique pour envoyer les factures à leurs clients. Aussi le bon sens aurait-il dicté, non pas d’augmenter le prix du timbre, mais d’élargir la gamme des prestations, et surtout de tailler dans les dépenses afin d’améliorer ou de restaurer la rentabilité. Mais les autorités de La Poste sont, ici aussi, allées à contrecourant de la logique. Elles ont augmenté les dépenses.

En effet, le PDG précédent, Jean-Paul Bailly, s’était engagé en 2012 à créer 5 000 nouveaux postes par an suite au suicide de deux employés (ce qui fait 15 000 emplois entre 2012 et 2014). Puis, son successeur, Philippe Wahl, a cru bon de respecter un tel engagement, tout en admettant : « En 2014, le développement spontané des métiers n’exigeait pas 5 000 recrutements mais j’ai décidé de respecter quand même cet engagement, même si cela va se traduire par une baisse du résultat d’exploitation. »[1]

À en juger donc par les déclarations de l’actuel président de La Poste, des emplois inutiles ou redondants ont été créés ces dernières années.

Bien sûr, rien de plus logique que d’augmenter le prix du timbre pour répondre à une augmentation du coût d’exploitation. Tous les pays le font. Ce qui est aberrant dans le cas qui nous occupe, c’est que l’augmentation du coût d’exploitation de La Poste est due en grande partie à une décision malencontreuse – création de postes redondants – de la direction de cette institution.

Le mauvais calcul de la direction de La Poste serait moins inquiétant s’il n’était pas l’échantillon d’un mal plus profond et général, à savoir, la difficulté qu’éprouvent ceux qui sont aux manettes de la France à comprendre les exigences et les implications d’une gestion économique efficace. Ainsi, ce ne sont pas trois ans d’embauches superflues comme à La Poste, mais 40 années où le budget de l’État français n’a cessé d’être déficitaire.

Des mesures homéopathiques

imgscan contrepoints 2013980 marianne timbrée-Les gouvernements qui se sont succédé n’ont fait que prendre des mesures homéopathiques, fragmentaires, incapables de rétablir l’équilibre dans les comptes publics. Qui plus est, de même que la direction de La Poste fait peser sur l’usager, par majoration du prix du timbre interposée, une mauvaise politique d’embauche, ainsi les différents gouvernements français font peser sur le contribuable, et sur la compétitivité des entreprises, leur manque de volonté de réduire les dépenses de l’État – en premier lieu le nombre de fonctionnaires.

Pourtant, à l’instar du président de La Poste qui reconnaît le caractère superflu de l’embauche de 5 000 nouveaux fonctionnaires en 2014, les dirigeants de la France – à commencer par le Président Hollande lui-même – avouent la nécessité de mettre en œuvre une politique comportant l’allègement des charges fiscales et la réduction des dépenses publiques.

Paradoxalement, une fois avoir reconnue cette nécessité, les mêmes dirigeants ne font qu’annoncer des demi-mesures et rien de plus. Quant à la réduction du déficit public à 3 % du PIB, elle est à chaque fois repoussée à plus tard. Plus d’un responsable politique reconnaît également qu’il est nécessaire de revoir le système de prestations sociales – y compris les allocations chômage –, trop onéreux et peu efficace.

Mais ceux qui sont aux commandes de la France se contentent de lancer de simples ballons d’essai à ce sujet. Aussi bien le ministre du Travail François Rebsamen que le Premier ministre Manuel Valls ont tenu publiquement des propos allant dans ce sens ; mais le premier a vite reculé face aux pressions corporatistes, tandis que le second a été recadré par le Président Hollande depuis Milan.

Ni les dirigeants de La Poste avec leur ridicule augmentation du prix du timbre, ni le gouvernement français avec ses réformettes sans avenir et ses ballons d’essai sans suite, ne se montrent prêts à faire sortir de l’ornière l’institution et le pays qu’ils ont respectivement la charge de diriger.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Le timbre équivalent aux US est à $0.49
    Ça doit être parce que le pays est plus petit…

    • beuh non, c’est parce que les méchants mas bô capitalistes font rien qu’embêter notre zentil gouvernement plllôbyznesse

      • Allez au USA
        Vérifiez que votre courrier vous est livré 6 jours sur 7 à domicile. Vous serez surpris.
        Tant que vous y êtes, comptez le nombre de bureaux de L’US Postal et ramenez le au nombre d’habitants et vous regretterez très vite la France.

        • oulala, c’est vrai qu’il n’y a qu’en france, ce merveilleux paradis fiscal que l’on reçoit son courrier….mais merci d’y rester

        • Intérêt de recevoir 6 j / 7 ?
          5/7 serait une piste d’économies intéressantes sans réellement pénaliser les clients ; évidemment, on n’est pas près d’y passer !

          • Je dirais même 1 jour sur 2 : Lundi, Mercredi, Vendredi et alternativement Mardi, Jeudi, Samedi pour d’autres vu que le J+1 pour le courrier ça ne marche pas donc tant qu’à faire il vaut mieux se focaliser sur un J+2.

            Et franchement qui ça intéresse un bureau de poste tous les 5km quand une épicerie peut faire le même travail ?

  • Une lettre de 20 grammes Hong kong > Paris = 0.37 euro (délivrée en 3 jours)

    Moins chers que de Paris a Paris, cherchez l’erreur.

  • L’augmentation du pris n’a rien de ridicule eut égard à sa valeur : 10 centimes d’un coup !
    Pour ma part, c’est un casus belli, et un déclencheur de boycott.
    J’envoyais encore quelques mailings de rappel à mes clients, et quelques règlements de facture par la poste, ce sera dorénavant e-mails, SMS et virements.
    Comme ça, en 2016, le timbre pourra augmenter de 20 centimes !

  • Contrairement à ce qui est écrit, la Poste ne recrute plus de fonctionnaires depuis très longtemps. Ce sont des embauches sous contrat de droit privé.

  • Ce qu’il faut savoir, c’est que la Poste est chargée de recaser des gens venus d’administrations ou d’entreprises dont on ne sait pas quoi faire et à qui on a promis un travail, ou simplement d’offrir un travail à des gens « issus de la diversité », même s’ils n’ont pas les compétences… On n’est pas dans l’économie, mais dans la poliique.

  • En fait, la question qui se pose sur ce sujet, est de dire si la poste (ou tout au moins une partie de ses activités et dans ce cas laquelle), relève d’une nécessité de service public (accès du plus grand nombre des utilisateurs aux prestations relevant sur seul service public)?

    En l’état actuel des utilisateurs (usagers) de la poste, leur nombre est très vraisemblablement encore plus important que celui des utilisateurs d’autres structures ou supports qui deviendront concurrentiels avec le temps, et pour lesquel, au moment d’inflexion, il sera nécessaire de se reposer cette question du service public…

  • bonjour , erreur ! il n’y a pas de logique défaillante de nos dirigeants : en fait ils n’en ont aucune idée !!

  • Après avoir étudié un peu le sujet, je vois une autre raison à l’augmentation actuelle du prix du timbre, tout cela étant dû bien sûr aux coûts fixes de structure.

    Avant l’ouverture du marché du courrier il y a 15 ans le prix du timbre était relativement bas car c’étaient les colis qui subventionnaient le courrier.

    Depuis l’ouverture du marché et la recrudescence du nombre de colis due à internet la poste se fait tailler des croupières sur les colis même en livraison en porte à porte. Ces tarifs ne sont pas à portée du particulier (à cause de la prise en charge : ces sociétés de transport n’ont pas de lieu de dépôt) mais à portée des entreprises du commerce internet.

    Pour les particuliers il y a un grand intérêt à utilser les relais colis pour les colis qui ne tiennent pas dans la boîte aux lettres vu que dans tous les cas, si vous n’êtes pas là (ou si vous habitez à l’étage) il faudra aller le retirer à la poste et aux horaires d’ouverture de la poste… alors qu’avec les relais colis qui fonctionnent maintenant dans les 2 sens (dépose et retrait) vous pourrez généralement le déposer ou le retirer dans les bureaux de tabac le dimanche et avec un coût d’au moins 30% inférieur au tarif de la poste. Y a pas photo.

    C’est pour cela qu’étant obligée de rester concurrentielle sur les colis La Poste augmente le prix du courrier.
    D’ailleurs le prix des bros colis gros colis n’augmente pas. La Poste a même créé depuis quelque temps des lettres de 3kg !

    Le prix du timbre n’incite toujours pas d’autres acteurs à se positionner sur ce marché mais m’est avis que quand on va se rapprocher de 1E… ça va changer surtout quand la norme sera aux boîtes aux lettres collectives car c’est aussi ce qui pénalise la distribution du courrier d’avoir une boîte aux lettres tous les 50 mètres.

    • Ca doot être pour ça que les facteurs chez nous se plaignent du travail occasionné par l’explosion du nombre de colis…

  • Ajoutons à cela la Poste premier « client » du… CICE.

    Rappelons cette phrase de choc publiée par le Monde : « La Poste a enregistré en 2013 un bénéfice net de 627 millions d’euros, en hausse de 31 % grâce au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Sans ce dernier, la performance de l’entreprise serait en chute de 30 %, en raison du recul des volumes de courrier. »

    http://tinyurl.com/p6qm4ta

    Et vous mesurez mieux alors le délire absolu, la démence collective qui ravage ce pays !

    L’Etat s’aide lui-même, et EN PLUS fait payer ses serfs.

    Bref, il n’y a rien à garder, mais tout à jeter.

    Il faut détruire la Poste. Et détruire ce pseudo « Etat » qui est devenu une organisation mafieuse, ni plus ni moins.

  • De toute façon la poste, et plus largement les services publics et l’état, sont complètement déconnectés des réalités économiques et humaines qui ont cours dans le monde actuel.
    La poste se considère peut être encore comme un service indispensable, pour lequel les clients, oups.., pardon, les « usagers » payeront sans broncher.

    • bonjour CHAPT, vous évoquez là un point sensible .Lors d’une réunion publique avec le Directeur de la Poste du Canton (à l’initiative de notre Maire) les 450 habitants de la commune firent front pour conserver notre bureau de Poste et surtout notre facteur . Ce petit « monsieur » ne pouvait comprendre l’utilité de la visite du dit facteur ,faite aux personnes âgées vivant dans les « écarts  » ,car c’est la seule personne que ces personnes voient de la semaine . Déjà courroucés par ce manque flagrant d’intelligence , l’épisode failli tourné mal quand ce petit- « monsieur  » nous traita de clients ! Les usagers ,dont votre serviteur , lui firent un brin de conduite musclé ;Plusieurs années ont passées ,le bureau est toujours là ….

      • C’est toute l’ambiguïté de la poste qui a des obligations de rentabilité d’un côté et de de service public (et je dirais même social), de l’autre. Or il est compliqué de faire payer aux seuls clients un service qui devrait être plutôt à la charge de l’état, c’est-à-dire à l’ensemble des contribuables. Vaste débat.

      • @vieille couare
        Je préfère être appelé un client plutôt qu’un usager. Le client est roi, non ? En tant que client je paye pour un service, j’ai conclu un contrat et donc j’entends le faire respecter.

      • « … facteur… car c’est la seule personne que ces personnes voient de la semaine  » : je ne vois pas le rapport entre le bureau de poste et la tournée du facteur.

        Sinon le bureau de poste local c’est un combat d’un autre temps… que ceux qui le veulent se partagent le coût du fonctionnement et on en reparle.

  • Les 5000 recrutements ne sont pas de fonctionnaires, mais en CDI, La Poste ne recrute plus que sous contrat de Droit privé depuis une vingtaine d’années, depuis qu’elle n’est plus Administration d’Etat.
    Ce ne sont pas des créations nettes d’emplois, l’effectif est en décroissance continue.
    http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/baisse-des-effectifs-de-la-poste-de-pres-de-4-500-postes-en-2013-document-interne_1552647.html
    Depuis son plus haut historique, environ 320000 agents il y a une douzaine d’années, l’effectif a été diminué de 80000 personnes. Et ce n’est pas fini, car les prévisions en matière de trafic courrier sont pessimistes. Les frais fixes, par définition, ne diminuent pas, ou pas assez. Quand il est envisagé de fermer un bureau qui en a en tout et pour tout pour 2 heures d’activité dans la journée, c’est la levée de bouclier de la part de la population. L’éventualité d’un plan social, risque de rester longtemps une éventualité, pas pour des raisons économiques. Donc, les mêmes frais répartis sur un nombre moindre d’objets transportés…

  • Bonjour
    Votre article est faux en plusieurs points :

    1. La Poste n’a pas embauché 5000 nouveaux fonctionnaires mais 5000 CDI. Grosse différence.
    En effet bon nombre de ces CDI sont en fait des contrats étudiants qui ne travaillent que le samedi et les vacances scolaires.

    2. Pourquoi vouloir absorber 5000 personnes supplémentaires même si cela ne le nécessite pas ? Pour cela il faut se tourner vers le penchant politique de M.Wahl qui n’a pas eu d’autre choix que d’appliquer les revendications de M.Hollande. En effet début septembre ce dernier (sur fond de hausse du chômage) était fort fâché de constater que La Poste n’avait pas respecté ses 5000 recrutements par an.

    • Fonctionnaires ou CDI, ce sont des recrutements non justifiés par des considérations économiques.

      Votre second point explique pourquoi M. Wahl a recruté 5000 personnes supplémentaires. Cela ne rend pas l’argument « faux », comme vous dites. Bien au contraire.

      • Effectivement vous ne pouviez pas avoir cette information. En revanche le recrutement de CDI étudiant n’est pas une mauvaise chose économiquement et même socialement car cela permet de supprimer des postes permanents et de les combler par 2,3 voire 4 étudiants qui offrent l’avantage de rester peu de temps dans l’entreprise.
        Pour info,La Poste ne recrute plus de fonctionnaire depuis 2001.

        La vraie difficulté de La Poste est qu’elle dispose de syndicats puissants qui risqueraient de mettre définitivement en danger l’entreprise en cas de grève générale. De ce fait, cette crainte empêche les dirigeants de mettre en place des réformes structurelles qui s avereront pourtant inéluctables à moyen terme. Quelques exemples :
        . Suppression de la distribution le samedi et le lundi (deux jours très faibles surtout le.lundi
        . Remplacement d’un départ sur 4
        . Et surtout SURTOUT suppression des quartiers !!! A l’heure actuelle peu importe le trafic un facteur fait son quartier et uniquement son quartier même s’il n’est occupé que 3h sur 7 ! Aucune autre entreprise ne permettrait ca !

  • La poste belge, c’est pas mieux…
    Renvoyer un colis de France par la poste belge, ça m’a couté le double du prix de l’envoi par colissimo…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

1 litre de diesel à la pompe = 2 euros (arrondi)

1 litre de vin rouge d’entrée de gamme = 9 euros (7 à 8 euros la bouteille source)

Cette comparaison farfelue permet de tirer quelques conclusions sur le changement énergétique. In vino veritas, comme disaient les Anciens.

Pour les libéraux, la connaissance est décentralisée, diffusée partout dans la société au sein de chacun des individus qui la composent. Ce savoir individuel est le résultat des connaissances de chacun mais aussi des expériences. C’est pourquoi le dirigis... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Un jour de marché la semaine dernière en compagnie d’un couple étranger, devant la poste dans une petite ville de province nous tombons sur une porte close portant la mention : « Grève ». Des clients furieux, des mots pas toujours polis à l’égard de notre service public. Je suis moi-même gêné, je me rapproche du couple qui est dans la queue pour comprendre son problème : il a un paquet urgent à envoyer. Je lui conseille de me suivre jusqu’à la ville voisine.

Nous prenons nos voitures et nous nous retrouvons ... Poursuivre la lecture

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles