Variations iconoclastes sur la fête du sacrifice en islam

Islam : que la fête du sacrifice ne soit plus celle du sacrifice des valeurs humanitaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fête du sacrifice à Lapseki CC Clément Girardot flickr

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Variations iconoclastes sur la fête du sacrifice en islam

Publié le 6 octobre 2014
- A +

Par Farhat Othman

Fête du sacrifice à Lapseki CC Clément Girardot flickr

La fête du sacrifice (aïd-el-kebir) cette année ne saurait passer sans laisser des traces. Elle doit attirer l’attention des musulmans attachés à un pur islam qui est loin d’être celui qu’on vit aujourd’hui, ni à plus forte raison la criminelle abomination qu’on voit au Levant.

L’aïd, une tradition biaisée

Au nom de l’attachement aux traditions, ce qui en soi est un gage de maintien et de renforcement du lien social et du vivre-ensemble en islam, on a vu dans chaque maison ou presque le premier quidam se transformer en boucher.

Or, au moment où l’acte d’égorger est médiatiquement mis en scène en tant qu’horreur suprême, une insulte non seulement à l’islam au nom duquel on égorge des innocents, mais aussi et surtout à l’humanisme tout court, on nous excipe l’argument religieux consistant à reproduire le geste du prophète. Or, cet argument ne tient plus et la tradition du prophète est biaisée, étant sortie de son vrai contexte.

D’abord, du fait que le sacrifice est intimement lié au pèlerinage, dont il est l’un des aspects essentiels ; d’ailleurs, on appelait le jour du sacrifice Grand pèlerinage. Aussi, sacrifier en dehors du pèlerinage n’est nullement une obligation islamique. Il faut rappeler, à ce propos, que le pèlerinage lui-même n’est imposé aux croyants que dans la mesure où ils en ont les moyens. Or, qui peut le plus peut le moins, à savoir que ceux qui n’ont pas vraiment les moyens ne doivent pas sacrifier en s’endettant.

Le sacrifice, une fausse obligation

Ensuite, il s’agit moins de la tradition du prophète que de celle d’Abraham et qu’honore le prophète de l’islam qui est le sceau de la prophétie, reconnaissant les messages qui l’ont précédé.

À ce propos, il nous faut rappeler que les premiers musulmans étaient bien conscients que le sacrifié dont il s’agissait n’était point Ismaël comme on veut le croire aujourd’hui, mais bel et bien Isaac comme le précise la Bible. Ce n’est que bien plus tard que l’on a prétendu le contraire, substituant Ismaël à Isaac en contradiction avec la logique sociale de l’époque qui ne donnait aucun droit, surtout pas d’aînesse, au fils de l’esclave.

De fait, si on continue à s’attacher à ce rite de par le monde, c’est souvent au nom de la nécessité de faire la joie des enfants ; ce qui n’est qu’un prétexte fallacieux, les enfants d’aujourd’hui ayant d’autres moyens de s’amuser que d’apprendre à égorger un mouton. À moins qu’on ne cherche justement un tel apprentissage en vue de futures visées machiavéliques !

Revenir à l’humanisme islamique

Il ne faut pas se tromper ! À moins d’arrière-pensées coupables que tout esprit libre doit dénoncer, il n’y a pas de sacrifice obligatoire en islam en dehors du pèlerinage. Tout le reste c’est de l’ergoterie. De plus, il y a une terrible confusion en matière de célébration des traditions, ce qui facilite leur instrumentation idéologique.

Il est temps qu’on arrête de se faire boucher un jour de l’an, car qui égorge un jour, égorge toujours un autre jour ! Les traditions doivent certes être honorées, mais en n’arrêtant pas de les utiliser pour réinventer l’art du vivre-ensemble et qui est aujourd’hui celui d’une foi qui soit œcuménique. C’est ce que mande et commande la situation apocalyptique du Levant qui ne sert personne, mais ceux qui en profitent, desservant à terme toute l’humanité, car il s’agit d’une négation des valeurs humanitaires.

Aussi, célébrer l’humanité commande de revenir aujourd’hui, pour les musulmans, à leurs valeurs authentiques d’humanité en toilettant leurs traditions de tout ce qui les altère, l’acte d’égorger capillarisé dans tous les foyers en premier. Que la fête du sacrifice à venir ne soit donc plus celle du sacrifice des valeurs humanitaires en islam !

Qu’on arrête de sacrifier, et si on tient à célébrer l’aïd à l’antique, que cela soit comme on commence à le faire de plus en plus, y compris par les plus croyants : en faisant une simple grillade. Ainsi mettra-t-on aussi à ce honteux commerce religieux qu’on voit à l’occasion de cette fête, une aubaine pour les marchands de moutons, véritables marchands du temple.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Il y a aussi le fait d’apprendre à revenir au naturel. Comment manger une brochette de foie de mouton à partir d’un mouton est un savoir-faire intéressant. Sur l’aspect économique, cette fête permet aux paysans une redistribution très sophistiquée de l’argent des citadins dans leur poche.
    Cette tradition n’est peut être pas orthodoxe du point de vue musulman, mais si des millions de foyers l’ont pratiqué et la pratiquent encore c’est qu’il y ait bien des raisons.
    Sinon, je ne vois vraiment pas de lien entre égorger un mouton et égorger des innocents …

  • Interessant je ne savais pas que cela correspondait à la ligature d’Isaac. Je crois qu’il serait grand temps que les musulmans se pronnoncent sur leur appartenance réelle soit ils se mettent du côté des humanistes comme vous le dites si justement et la il va falloir toileter sérieusement non seulement leur pratiques mais également un paquet de préceptes religieux soit ils continuent sur la voie actuelle et la ils n’ont rien à faire en occident. Nous ne nous sommes pas battus durant des siècles pour accepter de revenir en arrière à des pratiques et coutumes barbares d’un autre temps.
    Il est insupportable d’entendre et de voir ce qui ce passes au moyen orient auquel seul répond un silence assourdissant. Pire la seule réponse que la communauté musulmane nous propose c’est l’éternelle c’est pas nous, ne nous stigmatisez pas ! C’est un peu leger vous ne croyez pas ? Quand Israël bombarde Gaza ces mêmes musulmans parviennent à se rassembler par millions pour protester et la rien ! Désolée c’est juste minable et surtout ça n’encourage ni la tolérance ni l’acceptation. Certaines valeurs ne sont pas negotiables , il serait temps que nous l’affirmions haut et fort . Le fait religieux passeras toujours en second .. Nous avons trop souffert pour revenir à la barbarie et l’obscurantisme même la très conservatrice église catholique tiens un synode sur la famille ! Aux musulmans de nous prouver par des actes concrets qu »ils souhaitent vibrent dans nos sociétés en acceptant nos valeurs et modes de vie , je crois que nous nous avons fait assez ….

    • le problême , c’est que nous avons acceuillis les musulmans en france sans aucune contrepartie , ne serait ce que celle de respecter les valeurs , croyances et mode de vie du pays d’acceuil ; ils ont vécu chez nous à la manière de leur pays d’origine ; ce ne serait pas grave si certaines de leur pratiques ainsi que leur manière de vivre n’emmerdaient pas les autres ( à titre d’exemple , faire un raffut de tout les diables jusqu’à point d’heure alors que des gens se lèvent tôt pour aller bosser , ..)je ne parle pas des chibanis qui ont bossé en france toute leur vie , mais de leur progénitures qui se comportent en pays conquis de la plus mauvaise manière , donnant ainsi des voix au FN ; perso j’accepterai et je respecterais les musulmans quand ils se comporteront en humain respecteueux de la france qui les acceuillent et les nourris ;

    • C’est bien le manque d’unité chez les musulmans qui pose problème. A mon avis, au vu de l’histoire, il y a de quoi avoir peur de devenir un mouton !

  • Egorger un animal est un acte violent.

  • Cet article serait salutaire en temps de paix, mais il n’apporte plus rien car nous sommes tellement gavés de signaux contradictoires qu’il faudrait peut-être ne plus parler de cette religion et laisser « reposer ».

    J’aimerais me baser uniquement sur l’apport de point de vue de l’humanité, du point de vue des grandes découvertes, du point de vue d’ici et maintenant, mais là encore on m’objecte des interdits et de vieux concepts, des rites et des traditions d’un autre âge.

    Alors pourquoi parler aux occidentaux ? Pourquoi ce fameux « notinmyname » ? Car il est destiné aux occidentaux plutôt qu’à ceux qui tuent les occidentaux ?

    Merci pour votre contribution et votre courage, qui donne l’occasion d’en débattre.

  • Je serai ravie de ne plus parler de cette religion et laisser le sujet se reposer. Malheureusement l’histoire récente nous a appris que ce n’est clairement pas l’attitude adéquate en face d’événements de cette acabit. Oublier les conséquences du silence lorsqu’on vient de fêter les 60 ans du débarquement est plus qu »un manque de respect vis vis des gens qui se sont battus pour notre liberté, ç’est une insulte. Non l’homme libre ne peux pas se taire, la neutralité n’est qu »une autre facette de la collaboration. Je suggère que ceux qui ne connaissent pas ces sujets devrait aller voir la pièce de BHL, je crois que cela devrait être très salutaire, non parce que j’adhère à toutes les prises ses position mais simplement ca nous rappelle d’ou nous venons et le prix que nous avons collectivement payé pour notre liberté. Je penses que nos concitoyens dont l’histoire familiale et culturelle n’a pas la même origine car ils sont originaires d’un autre continent devraient s’en inspirer car sans cette connaissance et acceptation des valeurs qui en sont issues ils ne pourront jamais vivre en paix en occident. C’est un choix, si ces valeurs ne leur conviennent pas, personne ne les oblige à rester par contre nous ne les abandonneront pas sous des pretextes falatieux de liberté religieuse. Toutes les religions se côtoient librement en occident, seuls les musulmans ont des problèmes et revendiquent en permanence leur différence. Je penses qu’il est temps de regarder les choses en face, certaines valeurs sont non negotiables quelque soit les raisons.

  • Certains avaient proposé de « sacrifier » (par un don aux pauvres notamment) une pièce d’or, frappée pour l’occasion et sécable en plusieurs morceaux, sur laquelle était gravé un mouton et ayant la valeur d’un vrai mouton, de manière à ce que le but symbolique soit atteint. Sans grand succès, semble-t-il. Je trouve que cet insuccès est fort regrettable.

  • Celui qui tranche est M et celui qui est tranché ne l’ est pas ! un de mes vieux constats ….
    Autre chose si vous mangez du porc vous etes impurs non ? pas seulement pour les M, J aussi (censure )
    donc vous seriez inférieurs sous – entendu que eux serait supérieurs – ce n’ est qu’ une réflexion

  • Noé la c’est de la pure extrapolation gratuite. Ne pas manger de porc est une tradition héritée de règles alimentaires la kasrout pour les juifs. Il est prouvé historiquement que les populations appliquant ces règles avaient une espérance de vie plus élevée dans un monde où l’hygiène n’était pas ce qu »elle est aujourd’hui. De même les ablutions rituelles musulmanes (se laver les pieds, les oreilles, … ) avant la prière proviennent de la. Maintenant contrairement au pauvre mouton perpétuer des pratiques inoffensives c’est pas bien grave, les chrétiens aussi ont des traditions comme manger du poisson le vendredi non?

    • Une réflexion récente ! Il y a dans l’ Ancien Testament des règles alimentaires pas seulement le porc
      mon avis est celui – ci : elle était faites pour différencier un peuple ou ( si vous préférez une communauté ) d’ un autre pour moi c’ est un artifice
      vous écrivez bien « AVAIENT une espérance  » je doute de cette étude , d’ autant plus qu’ elles sont encore de rigueur , un étonnement pour moi celui ci
      le meme stratagème est employé par des vegans en effet certains de ces adeptes pensent qu’ ils font mieux l’ amour ! ( que les autres sous entendu ) l’ image avec les enfants est de + discutable http://www.vegan-france.fr/ecommerce-vegan.php @ noe seulement ! @ Caroline

      • Pas sûr, mais je ne suis pas historien. Quelqu’un qui n’a pas d’interdit alimentaire trouve plus facilement à se nourrir que s’il en avait. Il est donc plus apte à survivre en cas de crise (disette, guerre,…). Je doute donc que ces interdits aient été adoptés sans bonnes raisons.

        • Ma mère était grosse mangeuse de viandes y compris abats comme la cervelle elle est morte à 94 ans donc ce n’est pas une question de santé
          je confirme il s’ agit de créer une supériorité d’ un peuple sur un autre par des Lois qui ne concernent pas que l’ estomac ce n’est pas de ma part un jugement mais un constat Voici une référence précise
          chapitre 11 du LEVITIQUE Loi sur les animaux purs et impurs (Version Louis Segond
          Donc je n’ invente rien il y a bien cette notion de manger pur ou impur autant pour les J & M

    • A ma connaissance, les religions chrétiennes autres que catholique n’ont pas de prescription alimentaire particulière. Pour ce qui est des Catholiques, le vendredi, ils mangent ce qu’ils veulent. Il n’y a plus d’interdit sur la viande pour eux depuis 1/2 siècle.

  • Pour repondre aux derniers commentaires, les prescriptions alimentaires dans le judaïsme sont effectivement plus larges que l’interdiction du porc mais comme ce n’est pas le sujet ici, il n’était pas utile de s’étendre sur le sujet. Oui au premier abord il s’emblerait que les interdits restreignent le choix, d’un autre côté cela dépend de ce dont on parle. Les interdits en question couvrent deux types d’aliments tout deux d’origine animale: viandes et crustacés pour simplifier. Même aujourd’hui si la chaîne du froid est rompue ou si les animaux sont malades les consommer peut être dangereux (il me semble que la dgccrf s’en occupe tout les jours en France), pareil pour la traçabilité (ex: viande de cheval). Maintenant si des idiots se sentent supérieurs parce qu »ils suivent ces règles, que dire la bêtise est la denrée la moins rare de cette planète ! Après des gens sont allergiques à certains aliments ou tout simplement ne les aiment pas: je crois que franchement ça n’a pas beaucoup d’importance. Par contre ce qui est important c’est que si la tradition veuille que les musulmans mangent du mouton à une certaine date, ils peuvent parfaitement acheter un gigot on n’est plus au moyen age !! Pareil réécrire les écrits car ça ne vous convient pas c’est minable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

musulman
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour vient de relancer celui sur l’immigration, notamment musulmane.

L’un prône le métissage physique et culturel généralisé, la créolisation, l’autre en appelle à la vieille France. Ces positions opposées donnent une idée fausse de l’évolution générale des populations musulmanes tant en Occident que dans leurs propres pays.

Un terme qui est mal vu par ces deux camps, celui de musulmans modérés. Les musulmans non modérés ironisent : « On est musulman ou on ne... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles