« Cassandre, casse-toi pauvre conne ! »

Depuis plus de deux ans, le gouvernement a choisi de mépriser les Cassandre. Mais aujourd’hui, les faits et la réalité se vengent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Cassandre, casse-toi pauvre conne ! »

Publié le 5 octobre 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen

Cassendrea

Dans la mythologie grecque, Cassandre avait reçu le don de prédire l’avenir. Mais parce qu’elle avait repoussé les avances d’Apollon, ce dernier, dépité, décréta pour la punir que ses prédictions ne seraient pas crues. Je vous passe les malheurs terribles qu’elle avait annoncés et qui conduiront Troie à sa perte. Elle avait beau prédire l’avenir, personne ne l’écoutait. Pire encore, on la faisait passer pour folle : forcément, elle était celle par qui le malheur arrive… Nos Cassandre modernes ont également prédit ce qui est en train d’arriver, mais comme elles n’étaient pas de la famille des bisounours et ne parlaient pas la langue de bois, malgré l’exactitude de leurs prédictions, on ne les a pas écoutées…

Nos Cassandre d’aujourd’hui sont évidemment moins séduisantes que la plus jolie des filles de Priam qu’Homère décrivait comme semblable à l’Aphrodite d’or… Ce sont plutôt des petits hommes gris : des prévisionnistes de l’INSEE qui lisent l’avenir dans des tableaux Excel, ou des magistrats de la Cour des comptes qui totalisent les dérives financières sur leurs calculettes, ou des membres du Haut Conseil des finances publiques qui nuancent les prévisions optimistes du gouvernement, ou des commissaires européens qui rectifient les projections fantaisistes de certains ministres français, ou encore les très nombreux experts ou économistes qui, depuis des années – avec une implacable lucidité – avaient prédit que les choix du gouvernement conduiraient à la déroute d’aujourd’hui.

Mais, pendant plus de deux ans, le pouvoir a préféré ricaner et mépriser ceux qui annonçaient que, contrairement à ce qu’affirmait le pouvoir, la courbe du chômage ne s’inverserait pas, que les dépenses ne seraient pas enrayées, que les budgets continueraient à être déficitaires, que l’immigration allait poser de plus en plus de problèmes, que la dérive des comptes sociaux allait créer des déflagrations sociales en faisant voler en éclats la protection sociale, que la règle européenne des 3% ne serait pas tenue, que les impôts allaient continuer d’augmenter, que la dette allait continuer de s’envoler, que la croissance ne repartirait pas, que le secteur du logement allait s’effondrer… etc.

Tout cela avait été dit, redit, prédit, écrit et annoncé – au bon moment, c’est-à-dire au moment où il était encore temps de rectifier la trajectoire. Ignorant et incompétent, le gouvernement a préféré rester sourd aux mises en garde. Pendant plus de deux ans, il a choisi de mépriser les Cassandre, de nier l’évidence, de refuser d’écouter les mises en garde de la Cour des comptes, de Bruxelles, des économistes libéraux qui appelaient pourtant tous à l’indispensable maîtrise des dépenses… Aujourd’hui, évidemment, les faits et la réalité se vengent : les caisses de l’État sont vides, les comptes publics prennent l’eau de toute part, la croissance ne revient pas, le chômage continue d’augmenter…

De temps en temps, bien sûr, les Français ont un léger haut le cœur en entendant que la dette atteint le chiffre effrayant de 2000 milliards. Mais c’est passager et uniquement parce que le chiffre est rond : d’ici quelques semaines, ce sera vite oublié et la dette continuera d’augmenter dans l’indifférence générale. D’autres Cassandre annonceront de nouveaux malheurs, mais le pouvoir continuera à les mépriser en ricanant dans ses palais. Le pire est évidemment que ce sont les Français qui vont souffrir et être obligés, une fois de plus, de payer les ardoises – avec cette petite différence aujourd’hui que leurs poches sont vides !

Lorsque Cassandre avait prédit le danger du cheval de Troie, on ne l’écouta pas et Troie s’effondra… Il en va de même pour la France d’aujourd’hui : pour séduire son électorat, aucun de nos politiciens n’a le courage de parler des bombes à retardement qui vont dynamiter la société… Donc elles exploseront, les unes après les autres, jusqu’à la faillite. C’est inévitable puisqu’ils refusent non seulement de voir les chevaux de Troie qui pourtant crèvent les yeux de ceux qui ont des yeux pour voir, mais aussi de nommer les choses par leur nom, en appelant un chat un chat… Jusqu’à la catastrophe finale, ils préfèreront toujours la langue de bois, le conformisme de la pensée unique et la « novlangue » d’Orwell…


Sur le web.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • gouverner , c’est prévoir ; une phrase toute simple mais logique ; une citation que les glands d’en haut n’ont toujours pas assimilé ; ils font connerie sur connerie pour  » séduire leur électorat  » , pour garder le pouvoir , leurs avantages …..mettre à terre un pays de 65 millions d’habitants par pure bétise , ….mais comment a t’on put les laisser faire sans broncher ? qu’est ce qu’il leur faut à ces gens là pour réagir ? une révolte ? des morts ? du sang ? le chaos ? qu’auront il à y gagner ? ils ne pourraient même plus toucher leurs salaires ces imbéciles , parce que des fois qu’ils ne l’auraient pas compris , si ça pète , les armes parleront et les feux de voitures traditionel pour la st sylvestre , ça va être de la rigolade à côté ;

    • Lisez ceci: Français, prêts pour votre prochaine révolution ?
      Les Suisses attendent, les Anglais aussi. Ça va petter, mais quand ?
      En tout cas n’attendez pas pour faire le nécessaire. Acheter qq pièces d’or et d’argent. Des pâtes, du riz, de la sauce tomate, du papier toilette, etc….

    • On pourrait discuter longtemps sur l’origine exacte des conneries : quelle dose d’incompétence crasse, quelle dose de doctrine socialiste fumeuse et quelle dose d’aveuglement prétentieux …

  • Philipeli appelle Cassandre la doxa libérale. C’est sûrement un trait d’humour de sa part pour mettre en opposition liberalisme imprécis et dangereux et socialisme calculé et généreux.

    Mais je vais vous dire pourquoi les libéraux doivent en rire:

    Soit les libéraux sont deja riches et le seront toujours plus que autres à la fin.
    Et/ou les libéraux sont riches intérieurement et n’ont nullement besoin d’argent pour exprimer leur richesse, leur talent et être heureux à la fois.

    Il en sort que le parasite va souffrir beaucoup plus que les libéraux.

    • Vous souffrez d’un biais de confirmation en oubliant de remarquer que ces prévisions ont été justes, qu’elles aient été émises par des Cassandre, des Oracles ou par des tenants de la doxa libérale ne change pas la validité potentiellement pertinente des analyses qui ont abouti à ces prévisions.

       » liberalisme imprécis et dangereux et socialisme calculé et généreux » franchement si vous en êtes à ce niveau d’analyse politique, soit vous êtes un troll ou je rate lamentablement un second degré d’humour.

  • @Moi:
    Tres bonne phylosophie, je partage a 100%!

  • 2000 milliards €
    Je préfère le voir écrit comme ça :
    2 000 000 000 000 €

  • Les Cassandres du climat ont plus d’oreilles attentives… mystère…

    • pas de mystère : Cassandre faisait des prévision JUSTES, et c’est pour ça qu’on ne l’écoutait pas.
      Les climastrologues ne font que des prévisions fausses, qui ne font pas peur, et qui donne des arguments dans le sens que souhaitent les décideurs (plus de pouvoir et d’importance pour eux, moins pour le peuple), donc ils les écoutent bien volontiers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Contrepoints occident déclin
1
Sauvegarder cet article

En 2016, j’écrivais que « le refrain du déclin en Occident est injustifié » et cet article n’a pas pris une ride. Six ans après, je constate de nombreuses confirmations, malgré la pandémie et la guerre de la Russie à l’Ukraine.

 

2016 : le refrain du déclin occidental est injustifié

Les échecs américains au Moyen-Orient, succédant aux considérations sur le poids de la Chine dans le monde, ont relancé l’idée d’un déclin occidental. À tort, car cette formule cache l’évolution réelle du monde.

Précisons d’abord que l’Oc... Poursuivre la lecture

Par Daniel Florentin. Un article de The Conversation

Ce texte est extrait de la récente édition de la revue « FACTS Reports », une publication de l’Institut Veolia, consacrée aux villes résilientes.

Longtemps, l’idée a prévalu parmi les décideurs urbains que la trajectoire d’évolution d’une ville ne pouvait et ne devait être marquée que du sceau de la croissance, qu’elle soit économique ou démographique. C’est ce qu’évoquait le sociologue Harvey Molotch en parlant de l’urban growth machine : les aires urbaines ont été historiqu... Poursuivre la lecture

Italie
0
Sauvegarder cet article

Par Daniel J. Mitchell

Début janvier, je m’inquiétais du chaos fiscal en Italie menant tout droit au défaut et aux renflouements. Pour le dire simplement, je crains que l’Italie, parmi d’autres pays du « Club Med », ait dépassé le point de non-retour en matière d’étatisme, de déclin démographique et de dépendance sociétale. Et cela signifie que, tôt ou tard, les Italiens pourraient finir sur les rotules.

L'Italie dans le pétrin

Et cela pourrait bien arriver plus tôt qu’on ne le pense. Même si je ne suis pas toujours d’accord ave... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles