460.000 retraités assujettis à la CSG passeront (enfin !?) du taux réduit au taux normal

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Personnes âgées mangeant des glaces (Crédits : rev stan, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

460.000 retraités assujettis à la CSG passeront (enfin !?) du taux réduit au taux normal

Publié le 30 septembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

vieux mangeant des glaces credits rev stan (licence creative commons)

Cette mesure, présentée comme « plus équitable », est fondée sur un nouveau seuil de revenus. Elle vise les retraités qui bénéficiaient jusqu’alors du taux réduit de 3,8% « uniquement grâce à des réductions fiscales ». Ils passeront donc au taux normal de 6,6%.

Dans le même temps, 700.000 personnes concernées par la réduction d’impôt de 2014 bénéficieront d’une baisse de leur taux de CSG.

Selon le dossier de presse des ministères des Finances et des Affaires sociales, « l’objectif est de rendre équitable le calcul de la CSG sur les revenus de remplacement (retraite, chômage) ».

En effet, fait valoir le gouvernement, « le critère actuel permet à des personnes ayant des revenus élevés mais des réductions d’impôts importantes de bénéficier d’un taux de CSG inférieur à celui applicable à des personnes aux revenus plus modestes mais qui n’ont pas de réduction d’impôts ».

La mesure permettra aussi de « limiter les mouvements qui conduisent des centaines de milliers de personnes à passer chaque année du taux réduit au taux plein de CSG et vice versa ».

Selon le dossier de presse, cette mesure sera d’une « neutralité globale » sur les prévisions de recettes de la CSG pour 2015.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Le magazine Envoyé spécial de France 2 a consacré le 6 janvier un reportage intitulé « Classes moyennes : la colère des sans-aides ». On y voit deux familles se plaindre, non pas de l’absence d’aides de l’État, mais d’un pouvoir d’achat réduit depuis plusieurs mois en raison de la crise sanitaire.

Pas beaucoup de rapport avec le secteur privé d’ailleurs, mais une première famille constituée d’un cadre de santé de l’hôpital public et d’un employé de La Poste, une seconde famille constituée d’une responsable et d’un concierge dans un cen... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Les droits de succession sont assez généralement considérés comme justifiés et on en donne en particulier une justification prétendue morale. En effet on considère qu’il n’est pas juste que certaines personnes puissent hériter d’un capital plus élevé que d’autres sans avoir fait les efforts nécessaires pour cela et sans le mériter.

On évoque souvent de ce point de vue l’idée selon laquelle il faut assurer « l’égalité des chances » entre tous les citoyens. Mais il faut estimer ce point de vue comme étant totalement injustifié et c’est p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles