Sécurité sociale : le trou toujours béant en 2014

La Cour des Comptes réaffirme l’urgence de rétablir l’équilibre des comptes sociaux. Ce qui n’a toujours pas été fait en 2014.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécurité sociale : le trou toujours béant en 2014

Publié le 26 septembre 2014
- A +

big hole credits bembridge (licence creative commons)

 

Selon Le Figaro, le déficit de la sécurité sociale ne se réduira pas en 2014. Fin 2013, le déficit des comptes sociaux s’établissait à 16 milliards d’euros. Le rapport annuel de la Cour des Comptes sur l’application des lois de financement de la Sécu publié le 17 septembre dernier s’alarmait déjà de la trajectoire du déficit en 2013. À juste titre, il faut le reconnaître, car les pouvoirs publics n’ont pas su anticiper, ou n’ont pas voulu voir, que la croissance ne serait pas au rendez-vous. Le budget voté en décembre dernier, puis corrigé en avril, prévoyait de manière assez optimiste de ramener le déficit à 9,9 milliards d’euros, ce que la Cour des Comptes donnait déjà pour incertain.

Gardons toutefois à l’esprit que faire de la croissance faible ou de l’incompétence de nos hommes politiques actuels la seule cause de ces mauvais chiffres serait une erreur : la majeure partie du déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse est structurelle (à hauteur de 57%). À ce niveau-là, c’est l’ensemble de notre modèle politique et social qui ne fonctionne plus.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Ce n’est peut-être pas le moment de dénoncer la faiblesse de la France, mais ça ne l'a jamais été. À force de reporter des réformes nous sommes maintenant au pied du mur.

Tous les pays les ont engagées avec plus ou moins d’ampleur. Avec sa révolution annoncée nous aurions été en droit de penser que Macron président allait s’y atteler. Malheureusement encore une fois la France s’est dérobée.

Les signaux d’alarme se multiplient et leur accumulation nous fragilise à un niveau jamais atteint.

Un déficit devenu inacceptable

Dé... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe et Nicolas Marques, de l'Institut économique Molinari.

 

S’il est une conséquence positive du covid, c’est d’avoir mis un coup d’arrêt à une réforme des retraites contreproductive. Mal pensée, elle ne traitait pas les vrais enjeux et générait plus de problèmes qu’elle n’en résolvait. Pendant de longs mois cette réforme a réussi le double tour de force de braquer une partie de la France tout en passant à côté des défis de fond : comment financer économiquement les retraites en favorisant les gouvernances ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles