Publicité de Contrex : Se laisser faire face à l’injustice ?

Quand la pub vous conseille gentiment de vous faire marcher dessus…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
collègue mouton credits tommy forbes (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Publicité de Contrex : Se laisser faire face à l’injustice ?

Publié le 13 septembre 2014
- A +

Pour Contrex, la passivité va vous faire perdre du poids…

Par Victoria Melville

collègue mouton credits tommy forbes (licence creative commons)

Comme bon nombre d’entre vous, j’achète parfois de l’eau en bouteille et il arrive que celle-ci soit de la Contrex. Je n’en suis pas une amoureuse éperdue mais enfin… Deux packs de six bouteilles, ça offre des occasions d’examiner l’emballage de près. Avez-vous remarqué les nouvelles étiquettes de cette eau ? La nouvelle campagne de la marque, ce sont les défis minceur, ou comment consommer des calories par les petits actes de la vie quotidienne.

contrext

On passera sur la supercherie visant à faire croire à la clientèle qu’elle perdra du poids en « consommant » des calories. Les voix s’élevant contre cette affirmation fallacieuse sont de plus en plus nombreuses et c’est tant mieux.

Non, aujourd’hui, je souhaite plutôt m’attarder sur un de ces défis en particulier. Je l’ai retrouvé sur plusieurs bouteilles, ce qui m’a laissé le loisir d’y réfléchir suffisamment longtemps et de me rendre compte progressivement à quel point je le trouve dérangeant.

bouteille

Quand on croise un collègue qui ne mérite pas son poste, on contracte les abdos !

Voilà une phrase à la formulation bien curieuse et révélatrice. Il faut examiner chaque mot pour bien en saisir la portée. « Quand on croise un collègue » signifie bien que la situation est avérée. Non seulement on sait qu’on a un collègue qui ne mérite pas son poste mais en plus que c’est suffisamment commun pour faire l’objet d’une étiquette de bouteille d’eau. La situation est admise, presque considérée comme normale, un peu comme si on disait « quand il pleut, je prends mon parapluie ». On notera ensuite que dans la dimension professionnelle, ce qui retient l’attention est le poste, pas les responsabilités, pas la rémunération, pas la carrière, non le poste. Encore une fois, on dirait qu’il s’agit de quelque chose d’immuable. On pourrait penser à quelqu’un qui ne mérite pas sa chevelure blonde, par exemple, ou ses beaux yeux bleus.

Et le comble est évidemment la solution proposée par Contrex : on consomme des calories en serrant les abdos. Voilà, face à une situation d’injustice flagrante, d’inefficacité économique, d’agression caractérisée et de désincitation à l’effort, on attend que ça passe et surtout, on se laisse faire.

La question que je me pose est la suivante : si on lui mettait plutôt un pain sur la tronche à ce collègue et à tous les autres abrutis qui ont des postes qu’ils ne méritent pas, ça consommerait combien de calories ?

À lire aussi :

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Bah, beaucoup plus c’ est sûr, et ça vaut aussi une bonne séance de psychothérapie.

  • Un article inconsistant, sur Contrepoints, ça se remarque tout de suite.

    • Je ne suis pas d’accord : il est bon de pointer du doigt les comportements délétères dans la publicité tant ceux-ci sont nombreux et influencent les gens bien au delà de ce que l’on imagine.
      Car à force de voir de tels comportements présentés comme normaux un nombre incalculable de fois par jour, insidieusement ce comportement devient acceptable socialement sans qu’on y réfléchisse plus que ça…

      • Absolument d’accord avec vous. Assez de ces publicités où l’anglais est roi. Ou par exemple de ces publicités qui font l’apologie de l’égoïsme. Pour les amateurs de contre-publicités : http://www.youtube.com/watch?v=4HFYNN6iwXs

        • oops, je ne sais pas en quoi l’égoïsme peut te déranger à partir du moment où l’individu agit dans son intérêt particulier sans empiéter sur tes droits.

          Contrairement à ce qu’on croit, tout être qui agit le fait avant tout pour son intérêt particulier, même ceux qui se dévouent pour des causes humanitaires car ils le font tout d’abord pour leur propre satisfaction ou pour lire une reconnaissance dans le regard des autres. D’ailleurs souvent les déceptions sentimentales finissent au Sahel ou en Ethiopie… Nadine si tu m’entends…

          Quand à l’anglais, je n’ai pas trop compris mais je vous encourage à boycotter les produits l’utilisant pour exprimer votre mécontentement. Think different !

      • Augustine, vous avez parfaitement raison, et ne cesser jamais de nous montrer votre meilleur profil.

      • Désolé je viens de la pub, je pensais que vous aviez compris que cet pub est ciblée sur les dindes. Il y a deux niveaux de lecture dans un message publicitaire. Par ailleurs, savez vous que souvent les eaux minérales sont autorisées par décret en dérogation au droit commun, car généralement elles ne sont pas potables selon les normes de l’eau destinée a la consommation humaine distribuées par le communes?

        • Il ne s’agit pas de cette pub en particulier mais de toutes les autres pubs douteuses et limites dont nous sommes abreuvés chaque jour.

          • Et les libertés? Et le libre arbitre du consommateur? Savez toutes les contraintes légales qu’un annonceur doit déjà supporter ? Vous trouvez que l’État doit encore davantage brider les créatifs des agences? Rejouissez vous plutôt d’avoir encore des messages publicitaires a critiquer. Personnellement je trouve cette accroche plutôt décalé et drôle. Tant pis pour ceux qui la prennent au premier niveau de lecture, ça montre que le publicitaire a bien fait fait son job par rapport au positionnement du produit.

            • Heu… je parlais juste du fait qu’un article ou deux pour se poser les questions qu’il convient sur ces images projetées à tous, des plus jeunes aux plus vieux à longueur de temps était bénéfique.
              Où y voyez vous une ode à l’intervention étatique ? Vous êtes un grand malade !

      • Disons simplement que ce sont de mauvaises pub.
        Mais croyez-vous vraiment à l’influence de la pub « subliminale », contre la volonté libre de son marché?
        La même question hante la France: Hollande a-t-il « imposé » une mauvaise politique à ses électeurs?

        • Je crois surtout qu’un mensonge répété 10 000 devient la vérité et personne n’est sur ses gardes en permanence.
          Oui, la publicité influence les gens, comme tout ce qui constitue notre entourage nous influence, consciemment ou non.

          • Non, un mensonge répété 10,000 fois ne devient pas la vérité.

            La publicité est une méthode d’information comme les autres et comme toute information elle influence un comportement et c’est rationnel.

            Et elle est peut être la seule qui dise son nom.

            Une vitrine de magasin c’est de la publicité, un discours politique c’est de la publicité, une remarque d’un instituteur c’est de la publicité.

            La publicité permet de diminuer le coût de la recherche d’information par le consommateur.

            Merci d’avoir lu cette publicité.

            • J’aurai dû écrire : « devient la vérité aux yeux des gens ».
              La Vérité, elle, ne change pas, mais on l’entend de moins en moins 😉

              • Oui, vous avez sans doute raison. De nos jours la la politique (la « com ») vise à induire des comportements (donner son vote pour) strictement privés. Nos ancêtres même sans être nécessairement plus honnêtes, juste plus vitaux, voyaient cela différemment je pense…

                La vie privée, a envahit la sphère publique! La politique s’occupe aujourd’hui de ma santé quand je bois du vin à ma table dans ma maison, alors que d’après les Grecs qui inventèrent la politique pour ainsi dire, seul devait importer à la parole publique la question du mensonge (de la fraude dont je suis éventuellement victime en achetant un produit frelaté).

                Alors la publicité moderne qui vise autant à faire du lobbying pour obtenir des passe droits politiques verrouillant artificiellement son marché qu’à nous faire découvrir ses produits… est suspecte. Elle devrait se démarquer: vive la publicité libérale!

  • Je tiens une liste mentale de marques dont je me refuse à acheter les produits à cause de la façon dont ils mettent en scène ce qu’ils fantasment en guise de client. L’internet de Wanadoo (pour qui le père de famille est l’idiot soumis à sa femme et à ses enfants, insultable à volonté) ; Orangina et ses pubs à furries (où les hommes sont des loques face à leur compagne, les patrons sont des clowns excités, etc.) ; Groupama (qui célèbre l’immaturité dans ses spots) ; Intermarché (qui présente ses concurrents comme de parfaits imbéciles – faute d’autre argument ?) ; etc.

    La liste en question est longue.

  • Dire qu’il y a des gogos pour croire à toutes ces conneries de marketing !!!!

    • Le pire des gogos étant celui qui croit qu’il n’est pas sous influence.
      Dans un asile de fous, le plus fou est celui qui croit que les fous c’est les autres.

  • en effet, le défi aurait été moins sujet à polémique si c’était « quand je voit une voiture bleue, je contracte les abdos ».

  • VM, bien vu mais justement le but ne serait-il pas plutôt de justement de faire se poser des questions à des comportements que l’on a souvent et qui ne résolvent rien ?

    Car en final dans ce type de situation, même si on a envie de donner un coup de front, on serre plus souvent les poings.

    Imagine que pour être plus trash ils aient mis :
    « quand on reçoit sa feuille d’impôts qui ont augmenté de 20%, on contracte les abdos ».

    Cela ferait peut être plus réfléchir qu’en fait on est passif et que l’on ne fait rien.

    Bon sinon, ta solution du poing sur la tronche te conduirait sûrement à maigrir plus rapidement, mais pas seulement à cause de la perte de calories durant la baston.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de pré... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles