La France doit sortir du statu quo sur le gaz de schiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France doit sortir du statu quo sur le gaz de schiste

Publié le 11 juillet 2014
- A +

Estimant que le gaz de schiste est déjà une réalité qui a bouleversé les équilibres économiques internationaux, le rapport Gaz de schiste : comment avancer plaide pour que la France lance un plan de recensement des ressources sous le contrôle d’une commission ad hoc ainsi que des sites pilotes sur la fracturation hydraulique.

Le rapport, rédigé à l’issue de l’audition d’industriels, de chercheurs et d’associations, pointe les conséquences négatives sur la compétitivité de l’industrie française face aux entreprises américaines qui bénéficient de l’exploitation massive des gaz de schiste dans ce pays et propose de rendre systématique et contraignante la réalisation d’études d’impact environnemental afin de maîtriser les risques.

Dans la logique de développement du mix énergétique, le gaz naturel est donc une source d’énergie incontournable qui permettrait de créer des marges de manœuvre nécessaires pour investir ailleurs et accélérer ainsi le redressement économique et la transition énergétique de la France.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pourquoi l’institut Montaigne ne conclut-il pas son article en disant: Si nous disposions du référendum d’initiative citoyenne, (Comme en Suisse notamment,) nous pourrions soumettre notre proposition aux citoyens qui doivent pouvoir reprendre la parole entre deux Présidentielles/Législatives?

    Dans une démocratie digne de ce nom les citoyens doivent pouvoir décider de ce qui les regarde,non?

    Voir http://www.article3.fr et signez la pétition en faveur du principe du référendum d’initiative citoyenne…

  • Bonjour,

    Ce petit commentaire qui n’a pas de rapport direct avec l’article, juste pour signaler que le nouveau gouvernement conservateur australien vient d’abolir la taxe carbone, que ce pays pratiquait depuis de nombreuses années (loi votée bien-sûr par le précédent gouvernement de gauche, qui a eu pour effet d’augmenter considérablement le prix de l’électricité dans ce pays et a été à l’origine d’une nette augmentation du nombre de chômeurs). Voilà un pays où les politiques font ce qu’il faut une fois élu pour résoudre les problèmes, sans se préoccuper des cris d’orfraie des écologistes locaux, ni de l’opposition qui crie au crime historique contre la nature et les générations futures.
    Lu ce jour dans le WSJ et le NYT. Punaise ça fait du bien !

    http://www.nytimes.com/2014/07/18/world/asia/environmentalists-decry-repeal-of-australias-carbon-tax.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&version=HpSum&module=second-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news&_r=0

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel modèle de croissance pour demain ? C'est pour répondre à cette question que Philippe Charlez sort ce mois-ci aux éditions Jacques-Marie Laffont L'utopie de la croissance verte. Les lois de la thermodynamique sociale. Philippe Charlez est ingénieur des mines (Faculté polytechnique de Mons, Belgique), docteur en physique et spécialiste de l'énergie internationalement reconnu. Il écrit pour Contrepoints, Atlantico, Valeurs actuelles et Opinion Internationale. Il est expert des questions énergétiques de l'Institut Sapiens.

Votre livre... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Le Belgique compte 7 centrales nucléaires, gérées par Electrabel, filiale d’ENGIE. La transition énergétique prévoit d’arrêter le nucléaire en 2025… sauf que pour l’instant rien n’est prévu pour les remplacer. La situation est surréaliste.

En effet, ENGIE cherche depuis longtemps à vendre ces centrales. C’est logique, la stratégie d’ENGIE est de vendre du gaz. Mais bien évidemment, personne ne s’est présenté pour les acheter compte tenu des perspectives. Ironiquement, ce sont ses centrales nucléaires qui cont... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Christian Bailleux.

L’incohérence de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement suite à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et les inévitables prises de positions extrêmes liées à la campagne électorale de 2022 pourraient contribuer à accélérer les colossales dépenses contre-productives conduisant ainsi à un désastre humain.

Arrêt programmé de la production de véhicules thermiques

Les principaux constructeurs automobiles ont annoncé l’arrêt de la constr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles