Énergie et logements : une réglementation inique bafoue la loi de la république !

La nouvelle réglementation thermique n’est pas conforme à la loi de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre issue du Grenelle de l’environnement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Maisons en banlieue parisienne, immobilier logement (Crédits : Serge Nérac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie et logements : une réglementation inique bafoue la loi de la république !

Publié le 8 juillet 2014
- A +

Par Michel Gay

Maisons en banlieue parisienne, immobilier logement (Crédits : Serge Nérac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Maisons en banlieue parisienne, immobilier logement (Crédits : Serge Nérac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

La loi issue du Grenelle de l’environnement met la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, en particulier le gaz carbonique (CO2), au premier rang des priorités de la politique de l’énergie. Elle indique qu’une réglementation limitera la consommation d’énergie en tenant compte des émissions de CO2.

Pour le législateur, limiter la consommation d’énergie est donc un moyen dont le but est de diminuer les émissions de CO2.

Or, la nouvelle réglementation thermique (dite « RT 2012 »), issue de cette loi et applicable aux bâtiments neufs depuis le premier janvier 2013, fixe bien une limite de consommation d’énergie, mais cette limite ne tient pas compte des émissions de CO2, notamment lorsque l’énergie consommée est de l’électricité.

La RT 2012 limite1 seulement la quantité d’énergie « primaire ». Pour l’électricité, il s’agit de la quantité de chaleur nécessaire pour la produire. Ainsi, la consommation d’électricité par les ménages doit être presque trois fois inférieure2 à celle du gaz dit naturel, qui est pourtant du méthane fortement émetteur de gaz à effet de serre.

Pourtant, en France métropolitaine, grâce surtout au nucléaire et aux barrages, 90% de l’électricité est produite quasiment sans émission de CO2. Pour le chauffage, la consommation d’électricité en France émet deux à dix fois moins de CO2 que l’utilisation directe du gaz.

Mais, dorénavant, avec cette RT 2012, installer un chauffe-eau et un chauffage électriques, ne permet plus de respecter la limite légale de consommation en énergie. Cela implique des équipements coûteux et des dépenses conséquentes pour l’isolation thermique.

Résultat : les nouveaux logements s’équipent désormais en majorité non pas au bois (peu pratique), non pas avec des pompes à chaleur (encombrantes et plus chères), mais au gaz (pratique et bon marché), ce qui a pour effet d’augmenter notre déficit commercial et les émissions de CO2.

La RT 2012 se donne donc ouvertement comme objectif la diminution de la consommation d’énergie, notamment électrique, et non les émissions de CO2. En cela, elle ne respecte pas l’esprit de la loi en vigueur et donc n’y est pas conforme.

De plus, non seulement la RT 2012 se trompe d’objectif, mais elle implique souvent des dépenses supplémentaires dans des logements neufs.

Il peut être justifié qu’une réglementation, dont le but est à la fois de diminuer les émissions de CO2 et de renforcer la sécurité d’approvisionnement en énergie, impose des dépenses supplémentaires, mais seulement dans certaines limites : le retour sur investissement par les économies d’énergie réalisées, ou dans l’intérêt général. Or, ce n’est pas le cas.

Les logements neufs deviennent plus chers à l’achat ainsi qu’à la location, sans que les économies promises ne compensent les surcoûts.

L’économie de notre pays supporte déjà des subventions trop importantes pour favoriser les énergies renouvelables et des compensations financières pour soutenir les ménages « en précarité énergétique » de plus en plus nombreux. Les milliards d’euros dilapidés d’un côté ne peuvent pas être dépensés ailleurs (industrie, production, recherche, transport, santé…).

Cette RT 2012, qui devrait favoriser la consommation d’énergies décarbonées dans le cadre de la transition énergétique, semble être le résultat d’une convergence d’intérêts commerciaux et idéologiques. On peut citer la recherche « à tout prix » de la performance thermique (logements à énergie positive), la vente de panneaux photovoltaïques (importés de Chine), de gaz (importé de Russie, d’Algérie…), de produits isolants et, bien sûr, l’opposition dogmatique au nucléaire.

Certains tentent même avec succès de faire un amalgame facile entre les mots fissiles et fossiles dans leurs présentations de la transition énergétique pour embrouiller les esprits peu avertis3.

Or, voici comment le Ministère de l’écologie4 définit textuellement cette transition énergétique :

La transition énergétique est le passage d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergies fossiles, à une société plus sobre et plus écologique. Concrètement, il faut faire des économies d’énergie, optimiser nos systèmes de production et utiliser le plus possible les énergies renouvelables.

Il faut aller vers un modèle énergétique qui permette de satisfaire de manière durable, équitable et sûre, pour les hommes et leur environnement, les besoins en énergie des citoyens et de l’économie française dans une société sobre en énergie et en carbone.

Il n’est pas indiqué qu’il faudrait restreindre particulièrement notre consommation d’électricité.

Revenons à la raison

La RT 2012 devrait fixer une limite d’émissions de CO2, et non pas uniquement de consommation d’énergie. Le résultat absurde est la baisse du niveau de vie des Français, l’accroissement de notre facture énergétique et l’augmentation des émissions de CO2. Peut-être est-ce sciemment recherché pour satisfaire une certaine idéologie « verte » et antinucléaire ? Mais si tel est le cas, il faudrait le dire clairement aux intéressés.

Le pouvoir politique a souvent besoin d’être éclairé sans concession sur les décisions qu’il prépare, indépendamment de la pensée à la mode ou dominante dans quelques officines et ONG. Même s’il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, les élus ont le devoir et les moyens de s’informer pour d’agir dans l’intérêt général lorsque les conseils des experts et autres pseudo-experts s’égarent dans des sphères utopiques et dangereuses.

Pour le bien des Français, il est nécessaire de modifier cette réglementation qui contredit la loi et défie le bon sens. Ce sera peut-être l’avis du Conseil d’État, invité à nouveau par une récente saisine5à examiner cette question, non plus sur la forme mais sur le fond.

Si la RT 2012 n’est pas corrigée, pourquoi la future réglementation que prépare l’administration, en s’inspirant probablement de l’existant, ne continuerait-elle pas dans la même voie avec les mêmes errements aberrants ?

  1. Conformément à l’article 4 de la loi Grenelle 1, la valeur de la consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire (Cepmax) portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de production d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs) s’élève à 50 kWh/(m².an) d’énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l’altitude, le type d’usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour le bois énergie et les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2.
  2. Le rapport exact est de 1 à 2,58. Il prend uniquement en compte le rendement thermique de la centrale électrique, sans considération des émissions de CO2.
  3. C’est le cas du film officiel de propagande sur la transition énergétique commandé par le Conseil régional de Rhône-Alpes en 2013.
  4. Titre complet : ministère de l’Écologie du développement durable et de l’énergie.
  5. Par l’association « Sauvons le climat ».
Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Passer simplement la RT 2012 de « réglementation » à « recommandation » aurait des effets spectaculaires sur le logement et le déficit budgétaire. Qu’ils ne le fassent pas montre bien quelles sont les véritables préoccupations de nos gouvernants.

  • Ces règlementations sont toutes aussi stupides et inutiles. Dans un marché libre, le prix est le meilleur indicateur du coût énergétique. Donc chercher une logique dans ce galimatias constructiviste est totalement vain.

    • Oui mais il y a l’idée que le carbone sera BEAUCOUP plus cher demain et que donc si on le taxe aujourd’hui (ou qu’on met des incitations diverses) le choc sera moins rude.

  • Une réglementation favorisant le gaz au détriment du nucléaire serait inique ? Certainement pas plus que le méga-inique Grenelle de l’environnement.

    Le lobby nucléaire français est à fond dans l’hystérie climatique (quasiment tous les « climatologues » français qui ont participé à la propagande Giecienne sont plus ou moins affiliés au CEA, imaginons le scandale que ça ferait si c’était l’IFP !), gystérie qui a accouché de crétineries comme le Grenelle.
    Donc ce n’est que l’arroseur arrosé, quelque part, il doit y avoir une justice divine.

  • bon ben moi j’ai pas fini de me chauffer au bois.
    en plus, au fond de ma Plouquie Orientale , c’est pas le bois qui manque et en général il se paie hors taxe.

  • Sachant que la loi limitant les émissions de CO2 est une ânerie au départ, le fait de ne pas suivre une ânerie n’st pas bien grave. Comme le dit l’homme libre, le prix doit être le seul critère. Lorsqu’il sera rentable d’isoler, tout le monde le fera.
    Laissons donc faire le marché.

    • Chercher à minimiser les émissions de CO2 n’a rien d’une ânerie.

      Le faire par la réglementation n’est pas peut être pas une bonne idée.

      • @ Cain Abel
        C’est un crime humanitaire: si on nous réduit notre CO2, indispensable à notre vie et à notre développement, donc à toute la chaîne de la Vie, nous mourrons de faim et vous en paierez les conséquences…

        Signé: la végétation

  • En fait, toutes ces réglementations, qui coûtent très cher aux ménages, ne respectent pas le principe de liberté. Un ménage agit en fonction de son pouvoir d’achat, de ses besoins, et du prix de l’énergie qu’il consomme. Si sa consommation d’énergie est trop élevée, il trouvera des moyens de la réduire à moindre coût, par exemple par la domotique. Il ne fera pas les travaux (isolation, panneaux solaires, …) dont le retour sur investissement est beaucoup trop long, si jamais il se fait…
    Si on lui impose l’isolation de son domicile, son pouvoir d’achat diminuera, sa consommation d’autres biens et services aussi. Je suis hostile à ce que nos techno-bureaucrates nous imposent ce que nous devons faire.

    Quant au CO2, il n’a aucun effet sur la TMAG (température moyenne annuelle globale), et engager des dépenses aussi pharaoniques qu’inutiles mène notre pays à la ruine.

    Voir: http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    et aussi: http://dropcanvas.com/3a0Z0ZArJ6C68c et http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

  • Tout ça sent fortement les lobbies électriques. Et pourtant, s’il y a une réglementation qui favorise les électriciens c’est bien la RT 2012!:
    – Plus on isole, plus le vecteur électrique est tentant, tout en réglant royalement les problèmes de régulation et de souplesse nécessaires avec des apports gratuits externes fluctuants et aléatoires. Actuellement il n’existe aucun générateur modulable dont la puissance est inférieure à 3kW. Quant aux émetteurs, connaissez-vous des systèmes qui sachent restituer au maximum 500 W par local?
    – pour l’ECS, le chauffe-eau thermodynamique semble prendre l’avantage sur tout ce qui se faisait avant et si on met du solaire, l’énergie d’appoint est généralement l’électricité.
    Si on veut être honnête il faut argumenter à charge et à décharge !

  • Abonné à EDF ? On ne dit pas plutôt client ? A moins que dans ce cas précis il faille parler de VRP.

  • Une telle réglementation pourrait se comprendre dans un pays à hauts revenus. Mais en France cela revient à empêcher les gens de construire une maison dans leur propre pays. Encore l’aveuglement de la technocratie en place. Du balai.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Au premier juillet, le gaz en tant que combustible de chauffage augmentera de 10 % d’un coup. Il y a des raisons de fond et des raisons conjoncturelles à ce coup de massue sur les consommateurs.

L’avenir du gaz

Si l’on est antinucléaire, le gaz est la seule énergie pouvant permettre de baisser les émissions de CO2, si elle se substitue au charbon, qui est encore la première source dans le monde. L’exemple caricatural est l’Allemagne, qui mise sur un mix d’énergies intermittentes et de gaz. Ses arrêts de centr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles