Le droit de grève des taxis ou le droit grevé par les taxis

Quelle est la limite entre l’exercice du droit de grève et le respect de la liberté des circulation dans le cas des taxis ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxi Parisien (Crédits : Taxidriving, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le droit de grève des taxis ou le droit grevé par les taxis

Publié le 30 juin 2014
- A +

Par Aurélien Portuese.
Un article de Génération Libre.

Taxi parisien (Crédits : Taxidriving, creative Commons)Le 11 juin 2014, les taxis d’Europe étaient en grève pour s’opposer à la concurrence venue des « véhicules de tourisme avec chauffeur » (VTC) qui ont le tort de satisfaire les besoin de leurs consommateurs en termes d’efficacité, de rapport qualité/prix, de professionnalisme.

Les libéraux, au premier rang desquels Frédéric Bastiat, furent à l’origine du droit de grève au 19e siècle. Loin de nous donc l’idée de condamner ce mouvement, qui ne nuit qu’aux taxis eux-mêmes (le premier jour de la grève des Black Cabs londoniens, les inscriptions à Uber ont augmenté de… 850% !).

En revanche, nous contestons les moyens employés par les chauffeurs de taxi français, qui sont tout simplement illégaux.

En effet, blocages de voies et « opérations escargot » sont interdites dès lors qu’elles sont disproportionnées. Un article réprimande « le fait, en vue d’entraver ou de gêner la circulation, de placer ou de tenter de placer, sur une voie ouverte à la circulation publique, un objet faisant obstacle au passage des véhicules ou d’employer, ou de tenter d’employer un moyen quelconque pour y mettre obstacle ». C’est l’article L.412-1 du code de la route qui prévoit une peine de 2 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende pour toute personne entravant la circulation.

Bien sûr, le droit de grève, et plus généralement la liberté d’expression et de manifestation, est considérée comme étant une liberté fondamentale, au demeurant protégée au niveau constitutionnel par le Préambule de la Constitution de 1946. Mais la grève est avant tout un moyen de contester le contrat de travail. Elle est donc dirigée contre l’employeur, pas contre le public ou l’usager !

S’il doit bien y avoir conciliation entre la liberté de circulation et la liberté de manifester, cette dernière, selon l’état du droit actuel, doit être proportionnée et ne pas avoir comme but de nuire à un tiers. Nous proposons d’aller plus loin pour que le droit de manifester ne soit plus synonyme de droit de gêner.

L’état du droit : conciliation du droit de grève avec la liberté de circulation

N’est pas une conciliation adéquate le fait de dresser des barrières métalliques empêchant la circulation de camions, entasser des pneus brûlant, placer des individus bloquant l’accès à usine (TGI Amiens, 08 juillet 2008, n° 08/00259). En effet, les juges estiment que l’exercice licite, dans son principe, du droit de grève, présente, en l’espèce, dans ses modalités d’application, les caractéristiques d’une voie de fait génératrice d’un trouble illicite.

Quid des « opérations escargot » consistant à rouler à très faible allure sur les voies de circulation et/ou du blocage complet de voies comme nous le constatons lors de grèves de taxis ?

La Cour européenne des droits de l’Homme a conclu, à l’unanimité, à la non-violation par la France de l’article 11 de la CEDH (liberté de réunion et d’association), concernant la condamnation à trois mois d’emprisonnement avec sursis et 1 500 euros d’amende d’un chauffeur routier pour délit d’entrave à la circulation publique (CEDH, 5 mars 2009, Req. 31684/05, Barraco c/ France). Ce chauffeur, qui avait participé en 2002 à une opération « escargot » dans le cadre d’une action revendicative nationale organisée à l’appel d’une intersyndicale des transports routiers, avait été condamné par la Cour de cassation le 8 mars 2005 (Cass. crim., 8 mars 2005, n° 04-83.979, Alain B., F-P+F). Lors de cette opération escargot consistant à rouler à 10 km/h sur autoroute, les juges ont relevé que les têtes de cortège s’étaient arrêtées totalement à plusieurs reprises, engendrant un blocage complet de la circulation et étant à l’origine de l’interpellation par les forces de polices des têtes de cortège. La CEDH a jugé que ce blocage complet allait au-delà de la gêne inhérente à toute manifestation, et que les trois manifestants n’ont été interpellés qu’après plusieurs mises en garde quant à l’interdiction d’immobilisation des véhicules sur l’autoroute. La Cour considère que le requérant a donc pu exercer durant plusieurs heures son droit à la liberté de réunion pacifique et que les autorités ont fait preuve de la tolérance nécessaire. Dès lors, a contrario, si c’est le seul arrêt total du cortège qui a été sanctionné, il est possible de conclure que rouler pendant des heures à 10 km/h est, pour un cortège organisant une grève, une atteinte légitime et proportionnée à la liberté de circulation…

Par ailleurs, l’État doit garantir la liberté de circulation des marchandises en s’assurant que les blocages de voies de circulation n’entravent pas la liberté de circulation. Ainsi, c’est en raison de son manquement à garantir la liberté de circulation lors de blocages d’autoroutes pas des manifestants que la Cour de Justice de l’Union Européenne a condamné la France en 1997 : la France a été condamnée pour les destructions de cargaisons de fruits et légumes espagnols par des agriculteurs manifestants (C-265/95, 9 novembre 1997, Commission des Communautés européennes contre République française, I-06959). Il a été reproché à la France de ne pas avoir mis en place toutes les mesures nécessaires afin que des actions de particuliers n’entravent pas la libre circulation des marchandises : le droit de manifester ne devait pas conduire à l’impossibilité de circuler. L’État engage donc sa responsabilité dès l’instant où la liberté de circulation des marchandises n’est plus garantie, quand bien même l’entrave serait due à l’exercice du droit de manifester.

Ainsi, au titre de l’article L.211-10 du code de sécurité intérieure1, et à la lumière de la rupture du principe d’égalité devant les charges publiques, la responsabilité de l’État peut potentiellement être engagée dès lors que celui-ci ne parvient pas à garantir la liberté de circulation pour le transport des marchandises en raison de blocages routiers (CE, 25 juill. 2007, no286767, Logidis). Cependant, cette procédure reste difficile à mettre en œuvre ; de plus, elle ne peut l’être que sur le fondement du préjudice subi par une entreprise pour transporter de la marchandise, et non sur le fondement plus général du préjudice subi par tout particulier pour l’impossibilité de circuler (CE, section du contentieux, 5e et 4e sous-sections réunies, 27 juin 2005, no 267628, Vergers d’Europe ; CE section du contentieux, 2e et 7e sous-sections réunies, 7 févr. 2005, no 228952, Gefc).

Une meilleure conciliation ne peut-elle être trouvée afin de minimiser la gêne occasionnée pour les usagers et tiers tout en garantissant le droit de grève ? Pour cela, il faut envisager de modifier les modalités d’exercice du droit de grève sur les voies de circulations (taxis, tracteurs, etc…).

Des recommandations

La responsabilité de l’État doit davantage être engagée afin d’intervenir contre les conséquences néfastes des blocages routiers et opérations escargot. Afin de conformer le droit français à la facilité d’engagement de la responsabilité de l’État présente dans le droit européen, il convient de compléter l’article L.210-10 du code de sécurité intérieure. Actuellement, la responsabilité de l’État ne peut être engagée pour les blocages routiers que par une responsabilité pour faute. Afin d’assouplir les conditions d’engagement de la responsabilité de l’État lors de grèves sur la voie publique, il convient d’ajouter à l’article L.210-10 du code de sécurité intérieure un alinéa prévoyant l’engagement de la responsabilité sans faute de l’État2.

Par ailleurs, des solutions incitatives doivent être élaborées en termes de politique publique afin que les corporations prennent exemple sur des pratiques étrangères où les nuisances et gênes occasionnés par les grèves sont minimisées. Ces incitations seront d’autant plus fortes que la responsabilité sans faute de l’État sera engagée : le coût des incitations est moindre que les amendes financières auxquelles l’État pourra être condamnée en raison de sa responsabilité sans faute.

Les propositions sont donc les suivantes :

  1. Les transporteurs de marchandises et les particuliers peuvent engager la responsabilité de l’État sans faute dès lors qu’ils démontrent, conformément à la jurisprudence, qu’ils ont subi un préjudice anormal et spécial en raison des attroupements ou rassemblements sur la voie publique.
  2. L’article L.210-10 prévoit une possible action récursoire de l’État dont la responsabilité a été engagée seulement vers la commune concernée. Il convient d’ouvrir la possibilité de cette action récursoire avec les fédérations professionnelles ayant organisés les barrages routiers et autres « opérations escargot ». Cette nouvelle action récursoire viserait à accroître l’esprit de responsabilisation de ces fédérations, et ainsi, en amont, les inciter à organiser leur grève en minimisant les gênes occasionnées aux tiers et usagers.
  3. L’incitation à des grèves discrètes et intelligentes. Des cortèges de taxis sur des vois clairement identifiées où les flux de circulation peuvent, en amont, être déportés sur d’autres axes constituent des solutions d’organisation de grèves de taxis exercées de façon discrète. C’est la solution choisie en Allemagne. Enfin et surtout, moyen original et intelligent d’exercer son droit de grève, la « grève à l’envers » des taxis consisterait à travailler toute la journée et de ne faire payer qu’un maximum de 10 euros la course pour travailler comme la concurrence. L’idée n’est pas si farfelue que cela : c’est le choix des chauffeurs de taxis de Rome qui ont décidés de mettre en place cette grève à l’envers. Effet médiatique et consentement populaire garantis !


Sur le web

  1. L’article dispose, en effet : « L’État est civilement responsable des dégâts et dommages résultant des crimes et délits commis, à force ouverte ou par violence, par des attroupements ou rassemblements armés ou non armés, soit contre les personnes, soit contre les biens. Il peut exercer une action récursoire contre la commune lorsque la responsabilité de celle-ci se trouve engagée. »
  2. Cette responsabilité sans faute de l’État a déjà eu l’occasion d’être consacrée par le Conseil d’État dans la situation d’une grève illicite du service du contrôle de la navigation aérienne (CE, 6 novembre 1985, Touraine Air transports, Rec. p.312 ; Société Condor-Fulgdienst, Rec. p.313).
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bonjour
    On confond droit de grève et droit de manifester.
    Les taxis/routiers peuvent arrêter de travailler.
    Dans le cadre d’une manifestation, toutes les entraves à la circulation me paraissent illégitime.
    Piquet de grève, opération escargots, blocage de dépots etc… qui n’ont rien à voir ni au droit de grêve, ni au droit de manifester. On est dans un cran au dessus, dans la logique de la violence.

    • J’avais pas pensé a la différence entre grève et manifestation car pour moi la grève est assimilée à la manif dans notre société. Du coup, historiquement comment nous en sommes arrivés à grève = manif quasi systématiquement?

    • +1000 !
      Le droit de grève est légitime : on s’arrête de travailler, ce qui constitue une gêne en soi.
      Les piquets de grève (on bloque l’accès à l’outil de travail) et les manifestations qui empêchent l’usage des infrastructures communes (rues, routes, autoroutes, etc.) devraient être non seulement illégales mais durement réprimées.

      Concernant les taxis, j’ai l’impression que les grèves sont surtout le fait des centrales (G7, taxis bleus…) plutôt que des travailleurs indépendants… s’il en reste !

  • Le sommet est atteint par les propositions (1, 2, 3).

    Le libéralisme encadré, planifié, ordonnancé, programmé. Pas une tête qui dépasse hein !

    Le think-tank « Génération libre », aurait été inspiré d’apporter des propositions concrètes à la situation des taxis en France, au lieu de ça, il propose d’encadrer la grève des taxis ! on croit rêver tellement c’est stupide.
    De même, en engageant la responsabilité de l’état, « Génération libre » propose ni plus ni moins que celui-ci intervienne d’avantage dans des affaires privées. En effet, si l’état se retrouvait responsable de la moindre grève, il serait dès lors amené à prendre des mesures coercitives à la moindre manifestation, avec toute l’irréalité d’une telle disposition.

    Les taxis sont corporatistes mais, ont investi des sommes astronomiques dans leur licence, il est normal qu’ils défendent leurs intérêts. En France, comme partout ailleurs, surtout dans ce monde médiatisé vivant dans l’immédiateté permanente, il faut faire du bruit pour exister, tous les moyens sont bons.

    Une défiscalisation totale des taxis professionnels actuels, pendant une période de temps assez longue, serait ainsi une piste de réflexion afin de compenser la perte de valeur de leurs licences. En contrepartie, la profession serait immédiatement ouverte à toute forme de concurrence (à laquelle du reste participerait activement les taxis, faut-il rappeler que c’est la perte de valeur de leur fonds de commerce qui est en jeu ?).

    Finalement, en lisant de tels articles, mon impression plus que confirmée au sujet de certains libéraux et leurs similitudes de fonctionnement avec un régime totalitaire communiste ou autre, s’en trouve d’avantage renforcé.

    • oui, le nœud du problème vient du coût de la licence. mais il faudra bien en sortir un jour. l’état devrait faire tomber le coût de cette licence « lentement » jusqu’à la valeur zéro… en annonçant cet objectif et en s’y tenant.
      en distribuant des licences gratuites, par exemple une licence gratuite par tranche de 10 licences déjà en possession des sociétés de taxi, en facilitant le rapprochement entre eux des artisans qui n’ont qu’une ou deux licences pour qu’ils puisse eux aussi bénéficier de la distribution, en permettant aux artisans de vendre à une société plus grosse leur droit à avoir 1 dixième de licence gratuite… peut être faudra t’il inventer un mécanisme pour distribuer un peu plus aux derniers entrants pour qu’ils perdent moins…
      chaque année, il y aurait une nouvelle distribution gratuite de droit à travailler pour les taxis, en 5 ou 10 ans on pourrait doubler ou tripler le nombre de taxis, et finalement libéraliser complètement en supprimant la licence dans 15 ou 20 ans quand elle ne vaudra plus rien.

      • Même 2 dixièmes, ou 2/3 de licence pour la première licence serait pas mal. histoire d’avancer rapidement.
        Répété autant que nécessaire.
        Cela permettrait d’investir dans un second véhicule, et de prendre un salarié.
        Dans ce cas l’état ne vendrait plus ses licences pourries, même au rabais.

        Mais ne rêvons pas pas : l’obèse a trop besoin de tondre le mouton, qu’il n’y renoncera pas.

    • D’accord avec vous sur le côté idiot de l’encadrement (cf. mon commentaire plus haut).
      Néanmoins, « Les taxis sont corporatistes mais, ont investi des sommes astronomiques dans leur licence, il est normal qu’ils défendent leurs intérêts » => cela ne leur donne aucun droit à faire ce qu’ils font. Si demain la licence est supprimée et qu’elle ne vaut plus rien, cela s’appelle un mauvais investissement. Ca arrive tous les jours à plein de gens (artisans, commerçants, etc.), qui ne mettent pas le pays sens dessus dessous.

      • Rien à voir avec un mauvais investissement, au même titre que n’importe quel commerçant ou artisan, des taxis déposant le bilan il y a toujours eu. Ne perdez pas de vue que c’est une profession qui, certes, à beaucoup demandé à l’état, mais ce dernier n’a pas hésité à règlementer, y compris les tarifs.
        Ma proposition ou celle de oscar n fait partie des pistes qui permettraient de sortir de cette impasse.
        Rappel : http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxis_en_France

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Au risque de surprendre, quand j’habitais Paris, j’adorais prendre le taxi. Bien sûr, ils sont chers, parfois dans un état discutable, mais avant les réseaux sociaux, ils étaient l’occasion de faire un vrai sondage de l’opinion publique et d’apprendre les théories les plus farfelues, sur tous les sujets.

C’était également un formidable réservoir d’exemples concrets des mécanismes micro-économiques.

Empilement de catastrophes

Car cette profession fort utile – nous devons tous aller quelque part – doit... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le gouvernement fédéral canadien vient de rendre obligatoire la vaccination pour voyager en train, en navire ou en avion à partir du 30 novembre. Les deux doses d’un vaccin reconnu seront nécessaires pour pouvoir voyager. Toute personne de plus de 12 ans est concernée par cette mesure.

Mais comme le rappelle Radio-Canada : cette obligation signifie que les Canadiens non-vaccinés ne pourront pas quitter le pays, mais elle concerne également les résidents étrangers. De plus, les tests PCR ne sont pas accepté... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles