BCE : la subvention dont personne ne parle

Oubliez l’illusion de la restauration du mécanisme de transmission de la politique monétaire : les mesures prises par la BCE n’étaient qu’un soutien déguisé aux banques et gouvernements européens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mario Draghi en juin 2014 (Crédits : ECB European Central Bank, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

BCE : la subvention dont personne ne parle

Publié le 29 juin 2014
- A +

Par Alex Korbel.

Mario Draghi en juin 2014 3 (Crédits ECB European Central Bank, licence Creative Commons)Lorsque la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé le 5 juin la mise en œuvre de nouvelles mesures, la plupart des commentaires ont eu pour objet l’introduction de taux d’intérêt négatifs. À partir de maintenant en effet, les banques commerciales voulant déposer des fonds auprès de la BCE devront payer une pénalité. Il s’agit certes d’un arrangement tout à fait inhabituel mais celui-ci cache une mesure bien plus importante, introduite en toute discrétion.

Cette mesure révèle l’esprit des décisions prises début juin. Oubliez l’illusion de la restauration du mécanisme de transmission de la politique monétaire : les mesures prises par la BCE n’étaient qu’un soutien déguisé aux banques et gouvernements européens.

Le fabuleux destin de la BCE

L’histoire que la BCE aime à raconter est bien sûr tout autre et peut se résumer en ces termes : malgré des taux d’intérêt déjà bas, les banques n’offrent pas suffisamment de crédit aux entreprises, en particulier dans les pays de la périphérie de la zone euro. Dans le même temps, l’augmentation du niveau des prix a été trop au-dessous de l’objectif fixé à 2%.

La BCE clame haut et fort avoir pris de nouvelles mesures pour contrer ce resserrement du crédit et cette menace de déflation. Elle punira les banques commerciales préférant déposer leurs fonds auprès de la BCE au lieu de les prêter aux entreprises. Elle arrêtera de stériliser les achats d’obligations antérieurs. Elle réduira ses taux d’intérêt de 0,25 à 0,15% (ce qui signifie, en termes relatifs, une réduction de 40% de son taux d’intérêt).

La mesure la plus intéressante est pourtant une autre injection de liquidités dans le secteur bancaire. En vertu des nouvelles cibles de refinancement à long terme, les banques européennes pourront emprunter 400 milliards d’euros à la BCE à un taux d’intérêt (très favorable) de 10 points de base au-dessus du taux fixe de la BCE, soit 0,25% actuellement.

La BCE prétend que cette mesure est ciblée car elle exige que les banques commerciales utilisent cet argent frais pour prêter au secteur privé (alors que les programmes de LTRO précédents étaient inconditionnels).  Ce qui permet à Francfort de se faire le champion des entreprises.

Mais est-ce la vérité ?

Le diable est dans les détails

La lecture de ce qui est écrit en petits caractères suffit pour remarquer que la BCE ne semble guère sérieuse vis-à-vis de ses propres mesures. Si Francfort voulait vraiment s’assurer que la monnaie fraichement créée finisse dans les « bonnes » poches, elle aurait prévu des sanctions sévères à l’égard des banques commerciales qui utiliseraient cette monnaie à d’autres fins.

Mais de sanctions sévères, point.

La phrase clé dans le communiqué de presse de la BCE est la suivante : « Les contreparties qui participeront aux TLTRO et dont les prêts nets au secteur privé non financier de la zone euro, à l’exclusion des prêts au logement, seront inférieurs à la valeur de référence sur la période comprise entre le 1er mai 2014 et le 30 avril 2016 devront rembourser leurs emprunts en septembre 2016. ».

Ce n’est pas un petit détail technique. Cette phrase sape la crédibilité de la BCE.
Voilà ce que cette phrase signifie : les banques ne doivent que promettre de prêter l’argent frais de la BCE au secteur privé. Si elles ne tiennent pas leur promesse, elles ne devront que rembourser leur emprunt au bout de deux ans au lieu de quatre. Elles ne seront pas pénalisées pour avoir abusé du financement de la BCE. Et elles pourront garder le profit éventuel réalisé sur cet emprunt.

Dans la pratique, au lieu de faire des prêts risqués au secteur privé, les banques commerciales pourront jouer la carte de la sécurité et investir les fonds de la BCE dans les obligations souveraines des pays de la zone euro pour une durée maximale de deux ans, ces obligations étant garanties par la promesse de la BCE de faire « tout ce qu’il faut » pour sauver l’euro.

Une BCE experte en camouflage

Tout ceci est un merveilleux cadeau aux États de la zone euro déjà fortement endettés et aux banques commerciales qui utiliseront ce dispositif. Si vous êtes un État, vous pourrez vous refinancer grâce à vos bons du Trésor. Si vous êtes une banque commerciale, vous emprunterez à la BCE à un taux de 0,25% de l’argent que vous prêterez immédiatement à l’État italien à 0,6% sur deux ans – ou encore mieux, à l’État grec à 2,1% sur 6 mois. Empochez la différence et excusez-vous auprès de la BCE en 2016 pour avoir utilisé abusivement les fonds.

Vous le voyez, cette mesure de la BCE ne vise pas à venir en aide au secteur privé. Elle a pour objectif d’aider les États surendettés et de donner un coup de pouce financier aux banques commerciales qui devront faire face au stress test de la BCE fin 2014.

La succession de mesures inhabituelles et de plus en plus désespérées prises par la BCE souligne que la crise des dettes étatiques de la zone euro est loin d’être terminée. La possibilité d’un effondrement imminent de la zone euro a peut-être disparu mais l’énergie qu’il faut mobiliser pour tenir les murs devient de plus en plus visible. Le continent européen ne reste debout que grâce à l’alchimie monétaire de sa banque centrale.

Force est de constater que la BCE est passée experte dans l’art de dissimuler la nature réelle de ses actions. Aucune autre banque centrale n’aurait pu camoufler si adroitement une subvention aux banques et aux États sous l’apparence d’une aide au secteur privé.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Pendant ce temps, les banques prêtent aux collectivités locales à des taux compris entre 3 et 5%!

  • Bien vu, le taux négatif qui n’avait pas été compris par la plupart, prend une autre tournure avec votre analyse.

  • « Aucune autre banque centrale n’aurait pu camoufler si adroitement une subvention aux banques et aux États sous l’apparence d’une aide au secteur privé. »

    Il n’est pas sûr que me refus par la FED d’être auditée ne recouvre pas les mêmes réalités, sinon pire.

  • Analyse claire de la situation (sauf peut-être l’oubli de la fin de la stérilisation qui apparaît encore plus problématique, même si les montants sont encore plus dérisoires). Les 400 milliards en jeu correspondent à la sauvegarde des banques en faillite du sud de l’Europe plutôt qu’à une injection massive de liquidités nouvelles (la BCE se contente de faire rouler le résidu des anciens LTRO). La BCE ne peut pas faire de QE comme la Fed : ce serait contraire aux traités. Dès lors, il semble qu’elle soit arrivée au maximum de ses possibilités. La convergence actuelle paraît bien fragile et temporaire et les taux risquent de diverger à nouveau tant que les réformes économiques et sociales nécessaires ne seront pas menées à bien. Les simples promesses politiques ne seront bientôt plus suffisantes et il faudra passer aux actes, pour de bon.

    • Certains font de la prose sans le savoir, et d’autres, comme la BCE, font du Q.E. sans le dire. D’ou croyez-vous que l’inflation de la zone euro provient elle? Meme en temps de crise elle reste positive, vous ne trouvez pas ca bizarre? La première fonction d’une banque centrale c’est de faire de l’inflation, autrement dit du Q.E. Et la tendance naturelle d’une économie libre c’est de faire baisser les prix, pas de les augmenter chaque année.

      • La BCE n’a pas le choix compte tenu des traités. Ceux qui espèrent un QE en bonne et due forme pour faire monter leurs actifs seront cruellement déçus. Si on applique les prescriptions du bon docteur Friedman, la première fonction d’une banque centrale, c’est de ne surtout rien faire, juste suivre sagement les évolutions du PIB : PT/V implique M et non l’inverse. On est loin des Fed, BoJ et autres apprentis sorcières hyperactives, pour le malheur des peuples.

        Finalement, si la BCE reste réellement indépendante et limitée par les traités, l’organisation actuelle de l’Europe, parce qu’elle est imparfaite sur le papier, pourrait bien nous sauver la mise et attirer en masse les capitaux, quand les autres nations devront faire face à leur hyperinflation.

  • Article très intéressant !
    Mais pour les crétins qui ne savent pas ce que c’est que « stériliser les achats d’obligation » : http://www.monfinancier.com/bourse/investir-en-bourse-c7/analyses-palmares-r113/en-quoi-consiste-la-sterilisation-des-rachats-de-la-bce-11076.html
    Et LTRO : http://fr.wikipedia.org/wiki/Long_term_refinancing_operations. TLTRO : ça doit Très long term…

    • TLTRO : targeted longer-term refinancing operations

      « targeted » : humour financier…

      • Merci. Non parce que tous ces sigles pour montrer au commun des mortels qu’on est entre happy fews, c’est glucose, quoi !

        • Certes. Mais il ne faut pas non plus l’interpréter exagérément… Le snobisme du langage cabalistique des sigles (ou des noms en latin de cuisine) existe dans toutes les activités. C’est d’abord un moyen d’exprimer la pensée en condensé, avant de s’assurer qu’on est entre pairs. Idem pour les loisirs : écoutez un bricoleur vous parler de sa passion, il n’aura rien à envier aux banquiers.

  • quel est « beau » l’epique monde opaque de la finance européenne

  • Et après on parle des méchantes banques… Tu parles! Elles font juste ce qui est le plus rationnel étant donné la situation. Et les Etats sont tout ce qu’il y a de plus heureux de créer des situations aptes à favoriser les banques: Ca leur fait un soutien financier. Ca leur permet de capter l’épargne privée sans en avoir l’air et en plus ça fait un bouc émissaire parfait pour les révoltés de gôche.

    • « Et après on parle des méchantes banques… Tu parles! Elles font juste ce qui est le plus rationnel étant donné la situation. Et les Etats sont tout ce qu’il y a de plus heureux de créer des situations aptes à favoriser les banques: Ca leur fait un soutien financier. Ca leur permet de capter l’épargne privée sans en avoir l’air et en plus ça fait un bouc émissaire parfait pour les révoltés de gôche. »

      Les banques font ce qui est le plus rationnel au nom de quel objectif au juste? Le bien de la communauté des hommes? Le respect des sacro saints libre échange et droit à la concurrence? Sauver l’euro? Des taux de 6 pct par ci et de 2 pct par là? Faire une partie de domino? Le droit à l’intérêt sur emprunt est il devenu l’universel droit régalien de l’entreprise néolibéral, comme l’impôt est celui de l’Etat?

  • Avec la complicité des pauvres petites banques c’est 30 000 milliard qui sont volé au bien commun chaque année dans le monde. E après o! https://www.youtube.com/watch?v=CET5KZ9uKBon accuse les chômeur et les malades de ruiner les pays….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Les actions ont d’abord grimpé suite aux annonces de la Fed, cette semaine.

Certains investisseurs pariaient sur une hausse de 0,75 %. Du coup, une hausse de 0,50 % - moins que prévu - a envoyé un signal d’achat.

La Fed a peu de chances de tenir dans sa voie actuelle de hausses de taux. Même d’ici cet été, elle pourrait faire demi-tour.

Les médias parlent ces temps-ci « d’atterrissage en douceur » (en anglais, Soft landing).

Selon ce scénario, les autorités mettent fin aux mesures de soutien - taux proches de zéro ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles