Greenpeace, une ONG trop puissante

Les méthodes de Greenpeace et l’étendue de son influence sont inacceptables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
greenpeace

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Greenpeace, une ONG trop puissante

Publié le 28 juin 2014
- A +

Par Jacques Henry

greenpeaceEn 1971, une rumeur a circulé à propos d’essais nucléaires souterrains programmés par l’armée américaine dans l’île d’Amchitka, l’une des plus éloignées de l’archipel des Aléoutiennes au sud de l’Alaska.

Le milieu hippy de Vancouver, consommateurs de LSD et de bien d’autres drogues tendres et moins tendres, des objecteurs de conscience opposés à la conscription venant tant des USA que du Canada, des mystiques, des marginaux vivant dans des cahutes construites dans des arbres et même des Quakers, c’est dire le côté hétéroclite de ce groupe, arrivèrent tout de même à rassembler quelques dollars pour affréter un petit chalutier baptisé le Phyllis Cormack temporairement renommé Greenpeace pour aller taquiner l’armée américaine droit sur l’île susnommée.

Quelques heures après que le Greenpeace a quitté Victoria Harbour, John Wayne venait mouiller sur son yacht privé dans le même port. Quand des journalistes lui demandèrent ce qu’il pensait de l’expédition de ces hippies, il répondit :

They are a bunch of commies, Canadians should mind their own business,

(c’est un ramassis de communistes, les Canadiens feraient mieux de s’occuper de leurs propres affaires.)

Quelques heures plus tard on apprit que les garde-côtes américains avaient arraisonné le chalutier déguisé. L’essai nucléaire souterrain eut bien lieu sur l’île d’Amchitka.

C’est alors qu’apparut un immense mouvement de protestation à l’échelle mondiale pour soutenir ces audacieux pacifistes opposés aux essais nucléaires de la plus grande armée du monde. Ainsi vit le jour l’organisation Greenpeace qui est maintenant un gigantesque business à l’échelle planétaire et qui touche à tout ce qui peut accélérer la récession et la paupérisation de l’ensemble de la population. Le rêve de ces activistes d’un nouveau genre est de voir tout le monde vivre dans des huttes perchées sur des arbres. Il n’y aura plus d’essence, plus de pétrole, plus d’électricité, plus d’usines, plus de voitures, plus de médicaments, plus de vaccins, plus d’engrais ni de pesticides, l’Homme sera vite revenu à l’Âge de pierre.

 

Pour bien prendre le contrôle de toutes les grandes multinationales les unes après les autres, Greenpeace a modifié sa stratégie de pourrissement.

Plutôt que d’attaquer de front une entreprise, Greenpeace fait en sorte qu’elle soit culpabilisée auprès du public. Un exemple parmi tant d’autres : la marque de shampooings Head & Shoulders de Procter et Gamble a été diabolisée par des actions de grande envergure savamment médiatisées basées sur le simple fait que ce shampooing contient de l’huile de palme et que les plantations de palmiers constituent une menace pour le tigre des montagnes de Sumatra et pour le biotope des marécages qui ont été drainés afin d’y planter des palmiers à huile menaçant des orangs-outans, des rhinocéros et au moins 114 espèces d’oiseaux. Au final P&G a été tout simplement rançonné par Greenpeace qui a cessé toute action de dénigrement contre une confortable participation financière de la firme afin d’apposer un label vert sur les bouteilles de shampooing.

Même topo pour Kleenex qui détruit des milliers d’hectares de forêt pour produire des mouchoirs, des essuie-mains, des tampons périodiques et du coton de démaquillage, des protège-slip, un véritable scandale ! Toutes les firmes représentées en vert sur l’illustration ci-dessus ont été rançonnées par Greenpeace avec les mêmes arguments à la base : « Vous n’êtes pas vous-mêmes coupables mais vous êtes coupables d’acheter vos produits à des firmes du tiers monde peu scrupuleuses de l’environnement. »

Facebook a été carrément mis en demeure d’investir dans une production d’énergie propre pour alimenter ses serveurs, de même que Google ou encore Apple.

Mattel, propriétaire de la poupée Barbie a dû se plier aux exigences de Greenpeace pour pouvoir apposer sur les cartons de poupées le label vert précisant que ce carton est fabriqué à partir de forêts sustainable, en français renouvelables. Mais on ne sait pas trop ce que cela signifie sinon que dans l’esprit des activistes de Greenpeace c’est du gagnant-gagnant tant pour Mattel que pour l’ONG qui a trouvé un moyen efficace de rançonner cette firme au passage.

Il en a été de même pour Nestlé qui s’est un peu fait tirer l’oreille à propos des barres chocolatées Kit-Kat contenant de l’huile de palme ; et pire, YouTube qui diffusait la publicité de Nestlé a été rappelé à l’ordre !

greenpeace

Depuis l’héroïque époque de la lutte anti-nucléaire Greenpeace est devenue une multinationale implantée dans plus de 80 pays, comprenant une centaine d’espions qui épluchent les images satellite et vont sur le terrain afin de détecter des atteintes à l’environnement qui pourraient justifier des actions médiatiques.

Toujours anti-nucléaires convaincus, il suffit de se souvenir des actions à répétition contre les centrales nucléaires françaises ou l’affaire du Rainbow-Warrior dans le port d’Auckland, Greenpeace a élargi son champ de nuisances aux plantes transgéniques, aux pesticides, aux vaccins, au riz doré, à l’exploitation des gaz de roche mère, à l’implantation de forages pétroliers dans l’Arctique et au large des îles Canaries, à la déforestation, à l’utilisation de moteurs diesel, à l’élevage intensif, aux émissions de CO2, au réchauffement climatique, au bisphénol A, aux ondes électromagnétiques, aux CFCs, à l’énergie nucléaire, aux lignes électriques très haute tension, à la surpêche, à la pêche à la baleine, aux nuisances sonores des aéroports, à la chasse aux phoques… en un mot presque aucun domaine ne lui échappe.

Cette multinationale dont chaque succursale nationale paie une redevance au siège situé à Amsterdam qui comprend plus de 300 personnes payées pour organiser toutes sortes d’actions terroristes dans tous ces domaines avec un opportunisme et une organisation atteignant des sommets idéologiques que ne renierait pas un régime totalitaire, cette multinationale, donc, est devenue en réalité une puissance politique devenue incontournable qui en impose à tous les gouvernements.

Greenpeace est le bras armé de l’IPCC mais ce n’est pas tout. Cette organisation impose ses directives à la moindre petite association régionale dès l’instant où cette dernière milite à une échelle locale dans le sens des directives de cette monstrueuse ONG. Greenpeace est aussi présent dans les couloirs du Parlement européen et milite également auprès de la plupart des partis de gauche de tous les pays de l’OCDE afin de faire accepter par des décisions politiques ses vues sur tous ses sujets considérés comme préoccupants.

img contrepoints436Pour l’instant un seul gouvernement dans le monde s’est opposé frontalement à Greenpeace et il faut l’en féliciter chaleureusement, c’est le gouvernement russe. Poutine a finalement cédé devant la pression du gouvernement hollandais et de la Communauté européenne qui n’ont pas vraiment brillé dans cette affaire de plateforme pétrolière dans l’Océan arctique. C’est dire à quel point l’influence de Greenpeace est indéniable.

Allons-nous tous accepter sans broncher d’être asservis par cette organisation terroriste et inexorablement régresser ?

Voilà la question qui mérite d’être posée sans détour !

Sur le web.

Photo Bob Hunter, l’un des cofondateurs de Greenpeace (illustrations et inspiration partielle Business Insider)

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Enfin la vérité sur Greenpeace commence à apparaître. Merci pour ce billet.

  • Bonjour
    Qu’il existe des groupes de pression, des groupes de consommateurs me parait être un contre pouvoir nécessaire, mais là où cela coince c’est de voir que greenpeace est subventionné de facto par le biais de la déduction fiscale (en tout cas en france).

    • Surtout, un groupe de pression n’a pas à s’attaquer aux biens qu’ils soient publics ou privés, n’a pas à chercher à restreindre la liberté de ceux qui ne sont pas d’accord et n’a pas à chercher à asservir toute la population à ses lubies.

  • super article, merci

  • Aux dernières nouvelles, Greenpeace s’en prend maintenant aux voitures électriques, plus précisément aux fabricants de batteries au lithium, car cette industrie n’est pas très regardante devant les dégâts environnementaux occasionnés tant en Bolivie qu’au Chili. Elon Musk (Tesla), Renault et Bolloré sont dans le collimateur de l’ONG … Même stratégie !

  • Ah ah ! Un bon gros discours de propagande réac’ qui n’aurait pas été déplacé dans les années 30-50… Et pratiquement aucun fait réel précis et vérifiable bien sûr ! Les lignes entières de dénigrements en tout genre au début sont à mourir de rire, on dirait une citation d’un film de Chuck Norris tellement c’est énorme ! Et la citation de John Wayne, ce grand penseur démocrate représentant la NRA et les valeurs US les plus réac, dont l’opinion est censée forcer le respect je suppose ? Je suis mort de rire devant cette tentative de dénigrement façon tea party, en désespoir de cause la calomnie tente de remplacer l’absence d’argumentation précise… Pour valoriser Poutine, ce grand démocrate qui a le on goût de faire assassiner ses opposants (comme les écolos de Sotchii)

    • récemment, j’ai lu un livre tres intéressant: La Tyrannie des clichés de Jonnah Godlberg qui permet de saisir la pensée des gens de gauche américains, les membre du parti démocrate. comment ces gens trichent et font de la propagande.
      moi, je suis mort de rire par votre argumentation tres développé: c’est un discours fait par des méchants réactionnaires qui font de la propagande.
      il y a une chose que je me suis toujours demandé chez les « progressistes »: qui sont ils pour décider ce qu’est le progrès ???

      • Il y a de quoi critiquer Greenpeace intelligemment (a tout hasard : http://www.atlantico.fr/decryptage/greenpeace-accuse-crime-contre-humanite-anciens-responsables-wikiagri-1626033.html), mais quand je lis : « fumant des joints de marijuana, s’administrant des trips au LSD et organisant des partouzes de temps en temps pour tuer le temps » sur un site qui est censé faire du « nivellement par le haut » je ne peux m’empêcher de penser que les libéraux français ne convaincront jamais personne.

        Je ne vais pas développer trop longuement, mais regardez qui vote Ron Paul aux US (qui seraient bien vus comme des jeunes hippies chevelus fumeurs de joint par certains), comment sont vus les drogues et les partouzes dans une optique libérale. Regardez aussi de quel côté de l’assemblée siégeait Bastiat, contre la droite conservatrice de l’époque.

        En clair : j’en ai marre de l’alliance conservateurs / libéraux. Quand le milieu libéral français comprendra ça, et sachant qu’il est plus facile de recruter des militants à gauche que dans un milieu conservateur, peut-être qu’on avancera.

        Le libéralisme, c’est aussi le droit de fumer des joints, de s’administrer des trips de LSD, de partouzer, et de même de manger bio.

        • Petite précision qui, pour moi, a son importance :

          « Siégeant à gauche, il vote selon les lois pour les conservateurs ou pour les socialistes . Il s’en justifie dans une profession de foi électorale de 1849 : « On a rapproché mes votes de ceux de l’extrême gauche. Pourquoi n’a-t-on pas signalé aussi les occasions où j’ai voté avec la droite ? ». »

          A mon humble avis, aujourd’hui (comme hier) F. Bastiat ne serait ni de droite ni de gauche, comme tout libéral dans le vrai sens du terme.

        • Ou y a t il écrit que c’est interdit ou devrait être interdit ?

      • Je me suis procuré « The Tyranny of Clichés: How Liberals Cheat in the War of Ideas ». L’introduction est dégoulinante de conservatisme au point que c’est en déja très indigeste pour un libéral. Je me suis arrếté là pour le moment, j’espère que ça s’améliorera dans le développement.

    • vous savez à une époque, etre anticommuniste était etre un méchant réactionnaire, que dans les années 70, les progressistes voulaient dépénaliser la pédophilie et n’hésitaient pas à faire sa promotion……..

    • moi ce qui me fait marré avec les « progressistes » c’est voir à quel point sur beaucoup de choses, ils sont ultraconservateurs, ils refusent tout changement.

    • Citoyen, tous ces faits sont connus et documentés depuis longtemps, votre défense est ridicule, vous pouvez défendre Greenpeace au nom de l’intérêt de la planète, de l’écologie, de la décroissance ou de je ne sais quoi mais votre tirade à l’humour faiblard tombe à plat, essayez sur le forum de Libération peut-être ?

    • discours de propagande prog ‘

      Sachant qu’il n’y a pas plus conformistes et plus moutonniers que les prog’…

    • Il pédale sec, le Citoyen, pour produire l’électricité de son matériel informatique ?

  • Grine Pisse ? C’est de la Merdre Rouge.

  • Je remarque néanmoins que l’empire Greenpeace est attaqué:
    – Patrick Moore, ancien de la maison, fait sa campagne de promotion pour le riz doré
    – une malheureuse opération financière leur a fait perdre quelques euros…
    – un de ses dirigeants prend l’avion d Luxembourg à Amsterdam

    Ces trois événements récents, largement médiatisés, mettent à mal leur image. je ne serai pas étonné qu’ils ne sortent pas indemnes de ces attaques. Il sera intéressant de regarder l’évolution de leur collecte prochaine.

  • Référence pour référence, saviez vous que les membres fondateurs de Greenpeace étaient en grande partie des libéraux ?
    A l’image de Bob Hunter qui a même brigué une élection avec l’appui du parti libéral de l’Ontario qui fut (est ?) au pouvoir.

    Greenpeace est un contre pouvoir avec tout le corolaire de présupposés, vices, vertus, intrigues, coups tordus que cela implique.
    Faut-il citer tous les lobbies, organisations de toutes nature qui imposent leurs règles du jeu à l’ensemble de la planète ?

    Cet article est à mettre en opposition avec ceux récents de Contrepoints au sujet de la Russie et ses actions de lobbies visant à contrarier autant que faire ce peut l’extraction des gaz et pétroles de schiste, associée paraît-il pour la cause à… Greenpeace.

    Les 300M€ de budget de Greenpeace pèsent quoi en comparaison avec des organisations telles que la NSA, CIA, le groupe Bilderberg et ses satellites, etc, etc. ? La cours des Lobbies est vaste.

  • bof.
    C’est pas que j’apprécie greenpeace, mais ils ont un business, ils le font tourner, c’est la règle du jeu. Ce business est pervers, mais il est légal. Les entreprises se font rançonner ? Non. que je sache, le boycott est un procédé tout à fait normal et faire pression sur une firme sous menace d’organiser un boycott n’a rien de scandaleux. Et surtout, si les entreprises acceptent c’est qu’elles ont compris qu’une étiquette verte du WWF ou de greepeace ou, chez nous, de N. Hulot, ça vaut du pognon et donc elles achètent une part. Business, business.
    Greenpeace a une influence « inacceptable » ? C’est une façon peu sympathique de dire que c’est une firme efficace qui bat ses concurrentes / adversaires ; à eux de faire mieux, au lieu de dénigrer.

    • C’est ça qui me déplaît dans ce monde: que ce qui est pervers soit néanmoins légal… question de morale !

    • « Et surtout, si les entreprises acceptent c’est qu’elles ont compris qu’une étiquette verte du WWF ou de Greenpeace ou, chez nous, de N. Hulot, ça vaut du pognon et donc elles achètent une part. Business, business. »

      C’est quoi le racket alors? La aussi, les entreprises cèdent car leur activité non entravée vaut du « pognon ». Elles cotisent donc (volontaire obligatoire) et la mafia est également suffisamment intelligente pour ne pas racketter de façon excessive !!
      Si Greenpeace et autres pouvaient être condamnées pour chantage ou autre tentative d’extorsion de fonds peut être pourrait on parler de business? Mais c’est une organisation politique, intouchable…comme les syndicats.
      N. Hulot tire t il ses moyens financiers de dons et/ou cotisations des entreprises qu’il attaque?

    • +1 pour P, une fois n’est pas coutume !

  • Bon, il faut le dire tout net, si vous voulez pécho une meuf, c’est beaucoup plus facile de la jouer Alter-Canabisso-Greenpeace que de la jouer Contrepoint-Libéral. Non c’est vrai, c’est super sexy de la jouer Greenpeace. Je sauve les ours polaires et les petites chattes des beaux quartiers.

    Ceci dit, bravo pour ce billet, il était temps de mettre à jour les écolo-pastèques.

  • Sympa et rigolo, mais pousser autant la caricature discrédite les aspects plus factuels de l’article.

    Cependant, il est pertinent de décrire Greenpeace comme une multinationale, dont le pouvoir d’influence et de lobbyisme est effrayant.

    • Mouais; le monde est régi par un équilibre d’influence dans tout les domaines. Ici, Greepeace a plus que jamais un rôle important à jouer. Il est important de lisser les sensibilités de la société; on ne pourrais laisser une seule pensée s’établir. Ils ont la leur. Vous avez la votre.

    • je ne vois pas ce qu »il y a de caricatural dans cet article c’est juste la stricte réalité.

  • Personnellement je ne vois pas l’incompatibilité entre Greenpeace qui use d’une forme de liberté en dehors de tout état et la philosophie libérale !?
    Si on veut un monde sans états il faut bien qu’il y ait des contres pouvoirs aux formes diverses, où est le problème ?

  • Enfin le vrai visage d’une ONG crasse. Pourquoi se laisser influencer par ce ramassis de cocos aux delires antidemocratiques? Primo ce ne sont pas des elus, leurs representants politiques sont systematiquement ecartes par les votants et je ne vois pas pourquoi il faudrait plier face a ces khmers-verts, pour une raison simple, ces merdeux c’est 2% des votes qui font chier 100% des citoyens. Secundo la violence dont ils peuvent faire usage, verbalement ou physiquement, nous accorde le droit a la legitime defense, donc le droit de les renvoyer dans les cordes a leur vrai niveau d’ influence, c a d presque rien.
    Tertio: C’est a nos gouvernants que nous devons la sur-influence de ces ONG, les utilisants a des fins d’escroqueries du type CO2 ou CFC, pire pour certains, financent de telles ONG par le biais de subventions. Capables de se liers a de tels pourfendeurs de la democratie a des fins pecuniaires, je me demande si nos gouvernants revent comme grinepisse de mettre la democratie en berne pour le bien de la planete, avec pour but final la presidence a vie a la mode bannaniere. Pour des politiciens professionnels, ce serait la cerise sur le gateau.
    ONG; ONU; IPCC; OMM; OMS; FIFA. Toute la meme merde, corrompus jusqu’a la moelle.

  • Un reportage EXCEPTIONNEL enfin sous-titré en français par un passionné. Il va bousculer vos certitudes sur l’industrie agroalimentaire et même sur les dessous de certaines ONG comme Greenpeace.
    Pourquoi l’élevage intensif, qui est le problème écologique n°1 sur notre planète, est-il complètement ignoré dans les rapports sur le dérèglement du climat et sur la pollution de notre environnement? https://vidya-ayurveda.org/videogallery/cowspiracy-sous-titres-francais/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

L’action – non, trop banal, on parle quand même d’un activiste de la planète et du climat. On parle quand même de l’immense Greenpeace, cinquante ans de luttes environnementales au compteur. Alors disons plutôt « le happening ». Ou mieux, « la performance ». Le mot combine à merveille l’apparente spontanéité de l’événement, la créativité de l’ONG et l’exploit espéré de l’activiste.

Donc la performance devait être merveilleusement spectaculaire et spectaculairement médiatique ainsi que Greenpeace Allemagne ... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Le Kenya, un peu plus étendu que la France, avec une surface de terres agricoles similaire et 47,5 millions d'habitants, vit dans la précarité alimentaire.

En ce moment, le pays est confronté à des pertes de récoltes dues à de fortes pluies et des inondations ainsi qu'aux maladies et ravageurs, dont la chenille légionnaire d'automne (Spodoptera frugiperda), un papillon de la famille des noctuelles récemment arrivé sur le continent et dont la chenille est ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

À l’heure du numérique mondialisé, c’est dans la rue en face-à-face que les ONG recrutent leurs nouveaux donateurs plus nombreux, plus jeunes et plus fidèles. Pour cela elles font appel à des sociétés spécialisées qui ont inventé un métier spécifique le « recruteur de donateur ».

On les rencontre en faisant ses courses ou en se promenant dans les rues commerçantes. Ils sont jeunes, portent chasubles ou tee-shirts de couleurs vives, marchent avec énergie pour croiser les passants, sourient et cherchent à engag... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles