Sombre tableau de l’activité économique française

La contraction de l’activité du secteur privé en France s’est accélérée en juin, surtout dans l’industrie, aggravant la situation sur le marché du travail.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sombre tableau de l’activité économique française

Publié le 23 juin 2014
- A +

RécessionSelon Markit, l’indice PMI de juin s’établit à 48,0 points. Cet indicateur était de 49,3 points en mai, soit déjà au-dessous de la barre des 50 points qui sépare les phases de croissance des phases de récession. Il avait par ailleurs déjà baissé entre avril et mai.

L’indice PMI composite, couvrant tous les secteurs d’activité, évolue à son plus bas niveau en quatre mois. Dans le détail, c’est notamment le secteur industriel qui tire l’économie vers le bas. L’indice d’activité pour l’industrie manufacturière en France s’est ainsi replié en juin à 47,8 points contre 49,6 points en mai, au plus bas depuis six mois. La baisse des nouvelles commandes s’accélère pour les industriels. Cette tendance est d’autant plus préoccupante qu’elle touche aussi bien la demande intérieure que les exportations.

Cette morosité persistante de l’activité, dans tous les secteurs, pèse plus que jamais sur l’emploi. Les baisses renouvelées de l’activité et des nouvelles affaires incitent les entreprises du secteur privé à réduire leurs effectifs et l’emploi enregistre ainsi un recul pour le huitième mois consécutif. Le taux de suppression de postes affiche son plus haut niveau depuis quatre mois.

Si ces tendances se prolongent, le malaise économique dans l’Hexagone devrait perdurer au cours du deuxième semestre 2014. L’accumulation d’indicateurs et de statistiques faibles depuis plusieurs semaines rend de moins en moins réaliste la prévision de croissance du gouvernement, soit 1% en 2014, dont dépendent aussi les promesses de redressement budgétaire de la France.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • L’exil des Français vers l’extérieur mais également à l’intérieur, au sein même de leur propre pays, se poursuit et durera indéfiniment tant qu’une politique réellement différente, tournant le dos à la collectivisation, ne sera pas mise en oeuvre. Combien de capital humain ou financier faudra-t-il détruire avant que les socialistes de gauche comme de droite renoncent définitivement à leur pouvoir ? Combien de temps encore les spoliticiens, leurs affidés et leur bureaucratie parasitaire mèneront-ils cette guerre économique et sociale acharnée contre les Français ?

    • Personne ne parle ou n’ose parler de virer 1 à 2 millions de fonctionnaires (à 3,5 millions d’€uros chacun en moyenne) en particulier ceux qui sont dans le ministères (les planqués) et bien d’autres…

  • Il n y a pas de solution.je n ai pas l analyse fine de la situation comme certains commentateurs ou même comme certains blogueurs et je crois comprendre lorsque je releve ici ou là ce qui paraît etre un remède que ce remede induit la remise en cause de ce qui fait vivre le technocrate, sa tâche,comment pourrait il accepter ce qui doit lui apparaître comme une élimination. .le mal est sans remède.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles