Médicaments détruits au CHU de Rennes : la faute à une législation trop contraignante ?

En voulant sur-protéger, la réglementation interdit d’aider les ONG qui auraient besoin de médicaments et oblige les hopitaux à la destruction des médicaments encore valables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
batiment principal de l'hôpital Pontchaillou (Crédits Electzik licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Médicaments détruits au CHU de Rennes : la faute à une législation trop contraignante ?

Publié le 16 juin 2014
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Bâtiment principal de l'hôpital Pontchaillou (Crédits Electzik licence Creative Commons)
CHU de Rennes

Le CHU de Rennes a admis dans la presse locale qu’il détruisait 30 000 € de médicaments encore valables chaque année depuis quatre ans. La faute à une législation sur la sécurité des produits « extrêmement contraignante » selon André Fritz, président de l’établissement cité par Pourquoidocteur.fr.

Pour le docteur Bernard Kron que nous avons interrogé : « cette destruction doit d’abord être remise dans le cadre général, des normes, des accréditations et du principe de précaution que les chiraquiens ont eu la folie de mettre dans la Constitution. Trop d’Impôts tue l’impôt, trop de normes est illusoire et coûteux. Pour  les médicaments les problèmes sont du même ordre. La date de péremption atteinte ne veut pas dire que le médicament est inefficace ou dangereux ». Surtout, la réglementation interdit de donner les excédents de médicaments de l’hôpital, même encore valables, à des associations : « La délivrance de médicaments non périmés à des structures ONG ne peut être effectuée que par l’industrie pharmaceutique et non par l’hôpital. »

img contrepoints406 médicamentsAutrement dit, en voulant sur-protéger, la réglementation interdit d’aider les ONG qui auraient besoin de médicaments, oblige à leur destruction et empêche le traitement des personnes qui auraient pu en bénéficier.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

inflation dette
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Par Bill Wirtz.

La situation à l'usine 3M de Zwijndrecht en Belgique a ramené les produits chimiques PFAS dans l'actualité. Alors que les législateurs du monde entier s'intéressent de plus en plus à ces substances, nous devons nous rappeler que nous ne pouvons pas peindre une gamme de 5000 produits chimiques avec un seul pinceau.

Ce qui s'est passé exactement à l'usine 3M de Zwijndrecht n'a pas encore été établi. L'entreprise fait actuellement appel de la décision du gouvernement d'arrêter la production à la suite de la découver... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles