Baisse des limitations de vitesse : tout se joue le 16 juin

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) devrait s’exprimer lundi sur la baisse de limitation de vitesse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisse des limitations de vitesse : tout se joue le 16 juin

Publié le 14 juin 2014
- A +

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) devrait s’exprimer lundi sur la baisse de limitation de vitesse. La Ligue de Défense des Conducteurs épingle les méthodes du CNSR.

Exces-vitesse-autoroute

Gouvernance déséquilibrée, partialité de ses membres et propositions dogmatiques : à la veille d’une réunion décisive du Conseil National de la Sécurité Routière, dont la proposition-phare pourrait être l’abaissement de la vitesse à 80 km/h, la Ligue de Défense des Conducteurs publie une enquête qui lève le voile sur les coulisses de la politique de sécurité routière.

Le 16 juin prochain, le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) se réunira afin de proposer au gouvernement de nouvelles mesures en faveur de la sécurité routière. Parmi celles-ci pourraient figurer la diminution des limitations de vitesse de 10km/h sur le réseau secondaire ainsi que le redéploiement et une intensification des contrôles de vitesse.

Mais qui sont ces fameux « experts » du CNSR ? Comment justifient-ils la mise en avant de la baisse de la vitesse, plutôt que d’autres mesures ? La Ligue de Défense des Conducteurs (LDC) a mené l’enquête sur les mécanismes de prise de décision en matière de sécurité routière, et a relevé un certain nombre de « défaillances » inacceptables.

Sur la forme, tout d’abord, avec une gouvernance déséquilibrée et un Conseil qui ne compte qu’un seul représentant des automobilistes sur 51 membres. Pour Christiane Bayard, secrétaire générale de la LDC, « les conducteurs ne sont plus dupes : tout est fait pour donner l’impression d’un débat démocratique mais ce n’est qu’une façade, le CNSR est totalement acquis à la cause des lobbys autophobes ».

Sur le fond également, avec un comité d’experts dont les études sur la vitesse se fondent uniquement sur une formule mathématique erronée, et qui éludent délibérément de nombreux autres facteurs d’amélioration de la sécurité routière comme la formation, l’entretien des infrastructures routières, la sécurité des véhicules ou encore l’efficacité des premiers secours.

« Ce constat met en évidence l’incapacité du CNSR à proposer des mesures innovantes et réellement au service de la sécurité des conducteurs » ajoute Christiane Bayard. « Une fois de plus et une fois de trop, les recommandations du CNSR vont uniquement servir à justifier la mise en place d’une politique toujours plus répressive sur la vitesse dont les conducteurs seront très clairement les victimes ».

La Ligue de Défense des Conducteurs a adressé son étude au ministre de l’Intérieur, au Délégué interministériel à la sécurité routière ainsi qu’à l’ensemble des parlementaires.

La politique de sécurité routière française et l’avenir de millions de conducteurs méritent-t-ils de reposer sur un organe à la légitimité et aux décisions aussi contestables ? La Ligue de Défense des Conducteurs a lancé un appel pour que « cesse la mascarade du CNSR, et pour une politique responsable de sécurité routière ».

Étude CNSR – entre partialité et choix biaisés

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • les conseilleurs ne sont jamais les payeurs…mais ils vivent bien de leurs conseils

  • Pour faire passer la pilule, une campagne de propagande est visible depuis quelques temps sur les TV, instrumentalisant sans honte les souffrance des victimes d’accidents pour soumettre la population à des images chocs agrémentés des mensonges bien connus des collectivistes anti-liberté, donc anti-automobile.

    Plus ils iront loin dans la propagande, plus ils renforceront la répression de la liberté et exprimeront leur haine de la voiture qui en est un des moyens importants, plus s’approche le jour de la révolte contre leurs lois illégitimes. Par ailleurs, nous avons récemment appris que plus de 50% des conducteurs ont déjà perdu des points sur leurs permis. Ce qui signifie, mieux que n’importe quel vote, que la majorité de la population désapprouve ces lois, sinon elle les respecterait, n’est-ce pas ? Une minorité politique agissante ne peut espérer imposer longtemps son point de vue à la majorité qui la désapprouve sans en subir tôt ou tard quelques conséquences regrettables.

    • Et pendant ce temps, l’argent taxé sur la mobilité automobile, qui finance déjà plusieurs fois les dépenses d’entretien et d’aménagement des routes, est détourné de son objet pour alimenter les politiques répressives, les projets farfelus et non rentables de l’escroquerie écologiste collectiviste ou simplement pour rembourser la dette de l’Obèse.

      La baisse régulière de la sinistralité automobile est intimement liée à l’amélioration constante des automobiles, pas aux radars, aux limitations de vitesse, aux ronds-points ou à la répression. Toutefois, le détournement des taxes à d’autres fins que la mobilité automobile est directement responsable de l’essentiel des morts et des blessés résiduels, par absence des aménagements indispensables en réponse à la demande de mobilité, par exemple avec la systématisation des chaussées à voies séparées sur les nationales et les départementales. Mais non ! Pour satisfaire leur haine viscérale de l’automobile, les activistes préfèrent priver les Français de ces aménagements, tout en les culpabilisant pour « induire des comportements », en harcelant ad nauseam la population. La finalité de la sécurité routière n’est plus, depuis longtemps, la sécurité effective des déplacements mais bien la soumission des individus à des choix politiques pervers dont ils ne veulent pas. Il fut un temps où les forces de l’ordre au bord des routes étaient un plus, un gage de sécurité, un réel service rendu à la population. Elles représentent désormais le principal danger à éviter pour l’honnête citoyen devant se déplacer.

      • L’implantation des radars a eu pour mérite de rappeler aux français qu’une réglementation, cela s’applique et que la route n’est pas un terrain de jeu.

        le problème de cette limitation à 80 km/h est que les véhicules d’aujourd’hui ne sont pas adaptés pour cela (rapport de vitesse).
        Changer toute la signalisation a un coût et la pertinence n’est pas prouvée.

        Pour le reste, ce CNSR ne sert à rien comme les 37 autres organismes subventionnés sur le sujet (selon l’iFRAP). Il faut donc bien qu’il se justifie avec des mesures idiotes…

        • Une réglementation, ça s’applique quand les populations le veulent bien. Quand majoritairement elles n’en veulent pas, c’est la réglementation qui doit disparaître (et avec elle ceux qui l’ont imposée), pas les populations par la répression.

          Les lois illégitimes ne sont pas respectables. A fortiori une loi inapplicable ne peut pas être appliquée. Les derniers inconscients qui tenteront malgré tout de les faire appliquer, niant l’évidence, devront faire face à la légitime colère de la population.

          Effectivement, la route n’est pas un terrain de jeu pour les acharnés de la collectivisation, pour les obsédés de la haine anti-automobile.

  • Mesure débile : la ou c’est dangereux, c’est déjà limité à 70 km/h
    Et la Maréchaussée n’a pas besoin de radars pour verbaliser !

    • Ceux qui décident ça en ont assez d’être obligés de changer constamment certains de leurs sous-vêtements du fait de leur débilité motrice cérébrale aggravée .

  • Les limitations sont le plus souvent completement débiles… et à coup sur deresponsabilisantes…

    il y a 2h, je roulais sur une portion de périphérique urbain (2×3 voies) limité à 90km/h…. circulation dense et fluide… le radar provoque un ralentissement artificiel et dangereux à 70km/h…

    Je récupère une voie rapide, très beau temps, circulation peu dense… limitée à 110km/h pas grave la vitesse c’est dépassée et je ne suis pas pressée…. déconcentration bien évidement maximum…

    je sors de la voie rapide, et emprunte une route départementale, limitée à 90km/h…. il n’y a personne et heureusement… impossible pour moi de rouler à plus de80km/h

    Supprimons toutes les limitations de vitesse, conservons les recommandations à 130/110 sur voies rapides/autoroute , 90/80 sur route large avec marquage au sol de chaque coté de la route et 80/70 km/h sur les autres route…

    Maintenons des limitations dans les zone réellement accidentogène où les travaux d’infrastructures sont impossibles…
    moins il y en aura, mieux cela sera et mieux elles seront respectées car crédibles.

    RESPONSABILISONS le conducteur, qui doit rester maitre de sa capacité à freiner ou éviter d’urgence…

    la bonne vitesse est celle qui nous permet de faire face à l’imprévu!!! pas celle des panneaux cerclés rouge…

  • A quand une etude sur l’impact sur la santé des conducteurs de toute cette répression sonnante et trebuchante ? Stress du pv, palpitant mis a rude épreuve pendant des années. …le  » mal être  » au volant tue bien plus qu’une vitesse supérieure de quelques km/h de plus que la vitesse notée en noir dans son rond rouge. D’ailleurs, combien ont buté un piéton parce qu’ils regardaient leur compteur ?

  • Jusqu’à quand le français acceptera les mesures imbéciles et liberticides sans broncher? Avec ce type de mesure l’état teste en grandeur nature l’acceptabilité des citoyens à se soumettre , même sans justification.Si cela marche pour la voiture alors cela marchera pour bien d’autres choses et l’état pourra aller encore beaucoup plus loin dans la limitation des libertés individuelles. On a l’état que l’on mérite et, si on accepte, il ne faudra pas se plaindre quand l’étau se sera encore plus resserré. Il y a deux autres options : fuir le pays ou se révolter.

  • A téléchargez gratuitement « La politique de Sécurité-Spectacle » (livre) http://astouric.icioula.org/

    • Merci pour ce document basé sur la réalité de la conduite et non des principes généraux qui  » doivent  » s’appliquer par ce qu’un bureaucrate l’a décrété. Un point cependant concernant l’alcoolisme : ce n’est pas parce qu’on relève un taux d’alcoolémie chez les accidentés que c’est l’alcool qui est responsable de l’accident.Il faudrait en effet au moins vérifier que le taux d’alcoolémie dans la population des non accidentés est inférieure.Par ailleurs,le problème n’est pas l’alcool en soi ( pour les petites doses bien sûr) mais la non adaptation de sa conduite.C’est la même chose pour la fatigue, pour les conditions climatiques, pour les personnes âgées, la voiture etc… Tout est une question d’adaptation de la conduite à ses compétences de l’instant.Il faut responsabiliser les conducteurs au lieu de les considérer comme des abrutis. Par ailleurs il est stupide de ne pas sanctionner un conducteur responsable d’un accident ( = preuve de son incompétence) et de sanctionner un conducteur préventivement par ce qu’il fait un excès de vitesse.

  • Une solution radicale pour éviter les accidents liés à l’usage de l’automobile : l’interdiction pure et simple de cette dernière.

  • Le mot « expert » doit dorénavant être entouré de guillemets: on le sait depuis qu’on a pu jauger les « experts » du GIEC.
    Personnellement, si ça passe à 80, je n’aurai plus de permis dans les 12 mois…
    Le problème est que les c..s ça ose tout… [air connu].
    Pompidou demandait déjà qu’on arrête « d’emmerder les français ».
    Maintenant, j’ai mon petit ruban au rétro gauche depuis des mois, et je n’ai pas rencontré un seul véhicule en portant: So What ?????????????

  • moi je sais bien conduire car j ai une mercedes le but de ma vie

  • « La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs » livre à téléchargez (gratuitement) http://astouric.icioula.org/

    • J’ai lu votre livre, vous amenez des solutions nouvelles et intéressantes, tant de gens critiquent sans idées faciles à mettre en œuvre. Vous apportez un radar neuf sur ce qu’il faudrait faire.
      J’ai mis un livre en lecture libre sur monBestSeller.com « Radars et justes sanctions ». Cela fait un an, hélas avec peu d’effet sur nos pseudos experts détenant un plein pouvoir de « faites ce que je dis ». Mon propos principal était la nuance des sanctions, mais toujours bien loin d’être retenu. J’espère qu’il en sera différent pour vous. Concernant le non respect des feux rouges, je vous précise que tous ceux qui se font prendre sont loin de le faire volontairement, car beaucoup sont surpris par le fait qu’aucun décompte n’indique le temps restant au passage à l’orange, où l’on doit s’arrêter. Encore de l’anti justice, anti prévention.

      Retrouvez mes discussions sur http://fil-conducteurs.ning.com/members/Parcoureur

  • Livre (GRATUIT) La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs, sur : meslivres2.com http://astouric.icioula.org/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

Il y a eu des époques dans le passé où d’importants efforts étaient consentis pour faciliter l’utilisation des automobiles. Il y a quelques décennies on a ainsi construit beaucoup d’autoroutes et favorisé la circulation des voitures en ville, par exemple sur les quais de Seine à Paris.

Mais nous sommes maintenant confrontés à une situation totalement inverse : il existe beaucoup de lobbies plaidant pour la limitation ou même l'interdiction de la circulation des voitures. C’est ainsi que le gouvernement diminue... Poursuivre la lecture

Par Alain Bonnafous.

Ce qui a été effacé des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat enlève quelques lignes pourtant bien faites pour juger convenablement les choses ; comme dans une caricature dont on effacerait les traits les plus propices à une identification du sujet. Tout en souscrivant largement à tout ce qui a été publié par Contrepoints sur cette Convention, je regrette presque ces coups de gomme.

Les 28 heures étaient si attrayantes…

Mon premier regret concerne évidemment le choix des citoyens qui, pa... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles