Discours post-européennes de Hollande : body langage et magouilles rhétoriques

Durant la brève allocution télévisée du Président, on a pu entrapercevoir les premières fissures de l’édifice, derrière l’épais brouillard rhétorique. Analyse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Discours post-européennes de Hollande : body langage et magouilles rhétoriques

Publié le 28 mai 2014
- A +

Par Claude Robert.

François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre  Solfé Communications (Creative Commons)
François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

 

Après la raclée des municipales, lors de ces élections européennes, l’équipe gouvernementale a essuyé un échec encore plus cuisant. Par conséquent, le discours du Président au lendemain de cette seconde défaite ne peut être que profondément révélateur pour quiconque souhaite en décoder le contenu, surtout si l’objectif de cette prise de parole est de travestir les faits, ou de les masquer.

Deux méthodes complémentaires sont utilisées ici, l’analyse du langage du corps, en particulier l’expression du visage, l’élocution et les gestes des bras, et l’analyse du contenu du discours, tout ceci dans le but de déceler un éventuel décalage entre l’interprétation des faits, les mots pour le dire, et le langage kinésique qui l’accompagne. Comme toujours, il s’agit de déceler le contenu latent derrière le contenu manifeste, c’est-à-dire le contenu implicite qui se tapit derrière le contenu explicite, ou plus cruellement, les véritables intentions de l’auteur du discours malgré le nuage de fumée qu’il peut être tenté d’envoyer à ses concitoyens.

Et sans surprise, le nuage de fumée est à la hauteur des événements.

Tout d’abord, ce discours surprend car il semble que ce soit la première fois que le Président s’exprime d’une façon aussi typique. Elle se caractérise par :

  • Un débit verbal très nettement plus rapide qu’à l’accoutumée ;
  • Des gestes à la fois d’une plus grande amplitude et d’une plus grande vitesse. Ces gestes se terminent d’ailleurs souvent sur la table, mains à plat, doigts tendus et serrés ;
  • Des distorsions de la bouche plus fréquentes (sauf erreur, la première vraiment remarquable se produisit lorsque F. Hollande a annoncé le nom de son nouveau premier Ministre au moment du remaniement, c’est dire si derrière cette grimace incontrôlée la charge émotionnelle est forte). Plusieurs fois également, en plus de cette distorsion de la bouche sur l’un de ses coins (le coin gauche), les lèvres accusent régulièrement une tension inhabituelle, au point de disparaître (elles ne sont déjà pas ourlées, à l’état normal, ce qui est d’ailleurs un indice en morphopsychologie) ;
  • Un teint pâle et des traits tirés en particulier autour des yeux qui ressemblent à ceux marqués par le manque de sommeil ;
  • Quelques gestes ratés, avec notamment un loupé remarquable du bras droit qui, pendant un moment, a tenté de se poser sur le bureau sans y réussir. Ce ratage, additionné à quelques hésitations du verbe (faits rarissimes chez F. Hollande, dont l’expression est en général parfaitement maîtrisée) et à une faute de syntaxe sont très révélateurs.

Que disent tous ces indices corporels ? Que le Président est probablement blessé comme il ne l’a jamais été auparavant. Il est à la fois en colère (débit, vitesse et accomplissement des gestes, position des mains, teint pâle) et déstabilisé (distorsions des lèvres et des traits, geste manqué). Ce tableau est d’ailleurs touchant car pour la première fois sans doute, le Président semble atteint dans sa personnalité par l’angoisse et probablement par le doute. Mais le verbe vient aussitôt contredire tout cela, avec même à la fin du discours, un terrible aveu d’ailleurs !

Ce discours justement, à la différence de la gestuelle, s’avère tout à fait classique, avec un abus des recettes qui sont la signature du Président socialiste : dissimulations, mensonges, renversements de situation, et utilisation immodérée du « je » : F. Hollande commence par commenter le vote FN dont il dit qu’il « est une défiance à l’égard de l’Europe ». Europe dont il confirme immédiatement le rôle de bouc émissaire « qui inquiète plus qu’elle ne protège ». De fait, le coupable, la cause de la montée du FN (et du mauvais score du PS en filigrane) ne font aucun doute…

Mais comme le Président ne pouvait faire l’économie d’un mea culpa socialiste, il revient à la charge en déclarant : « c’est une défiance à l’égard des partis du gouvernement… » mais il s’empresse vite d’ajouter : « … de la majorité comme de l’opposition » en associant donc très adroitement son échec à celui des autres partis de gouvernement, c’est-à-dire de la droite modérée.

Mais ce n’est que le premier coup de griffe, qui préfigure une attaque en règle, à l’identique de celle au lendemain des municipales : « c’est une défiance à l’égard de la politique qui après tant d’années de crise appelle toujours des efforts… ce qu’on en voit encore les résultats ». Cette phrase constitue l’un des fondamentaux de la rhétorique hollandaise et elle a été dite avec un surcroît d’agitation qui ne peut pas être neutre : distorsion de la bouche sur le côté, coude qui tente de se reposer sur le bureau mais qui le manque, et faute de syntaxe. Cela trahit une puissante exaspération. C’est sans doute le moment où le Président semble le plus abattu par le doute, et en devient presque haineux.

Ensuite, l’homme reprend du poil de la bête et se lance dans une tirade dont il a également l’habitude, qui consiste à s’approprier les problèmes des Français (qu’il a pourtant clairement accentués en seulement deux ans), pour ensuite déclarer qu’il les refuse et qu’il va les combattre. À ce moment-là, les lèvres sont inexistantes, et les mains à plat viennent très souvent heurter le bureau. C’est probablement le second moment le plus fort du discours, avec une colère nettement perceptible et l’évident souci de montrer de l’autorité, du leadership. Le Président veut que tous ces événements qui lui sont défavorables s’arrêtent, et s’aplatissent sous sa volonté.

Comme il se sent un peu mieux après cela, il s’en prend de nouveau au bouc émissaire européen, ce qui lui permet par un autre incroyable renversement, de faire porter le chapeau de ses erreurs et de son inaction à la politique communautaire. Admirons ce travail d’orfèvre, puisqu’il commence par valoriser l’Europe, avant de la trucider : « L’Europe…/… elle a réussi à surmonter la crise de l’euro, elle était proche de l’éclatement… mais à quel prix, celui d’une austérité qui a fini par décourager les peuples… Aussi, demain, pas plus tard que demain, je réaffirmerai au Conseil de l’Europe que la priorité, c’est la croissance, c’est l’emploi, c’est l’investissement… ». Ainsi, le Président qui n’a pourtant toujours pas mis en musique les recommandations européennes, se permet le luxe verbal de les reprendre à son compte et d’accuser leur auteur de ne pas les avoir émises. C’est assez spectaculaire, et cela ressemble d’ailleurs à la méthode utilisée par S. Royal le soir des municipales, lorsqu’elle s’appropriait certaines idées libérales en provenance notamment de l’opposition. Avec les mots, on peut effectivement modeler le réel, c’est tellement facile.

Et le Président de continuer : « L’Europe, elle est devenue illisible, j’en suis conscient, lointaine, pour tout dire, incompréhensible, même pour les États, ça ne peut plus durer ». À ce moment-là, après avoir fait semblant de déplorer les défauts d’une Europe qu’il assassine en règle grâce à des effets laissant croire des regrets : « j’en suis conscient », comme s’il critiquait l’Europe alors qu’il n’en avait pas envie, et donc qu’il le faisait en toute objectivité, il se met à déballer une longue litanie de conseils à l’endroit de la communauté européenne ! De la part du Président de l’un de ses pays les plus mal en point, c’est aussi renversant que malhonnête.

Pour autant, le Président n’a pas encore fini de se défausser mais il change de bouc émissaire, et s’acharne ensuite sur le précédent gouvernement, tout en titillant la fibre nationale afin de mieux faire passer la pilule : « La France doit être elle-même forte. Depuis dix ans, elle perd des emplois et notamment dans l’industrie, sa compétitivité se dégrade…/… depuis dix ans, à cause de politiques qui n’ont pas été conduites, elle a accumulé les dettes… ».

Pourquoi dix ans ? Les chiffres se seraient-ils dégradés à ce moment-là ? Certainement pas puisque relativement, ils s’amélioraient plutôt par rapport au reste de l’Europe… Ces dix ans ne seraient-ils pas au contraire une façon indirecte d’accuser le précédent Président, ce rival qui risque peut-être de l’empêcher de briguer un second mandat ? Et quid de la crise bancaire ? Et quid des résultats comparés aux autres pays voisins ?

Par ailleurs, il faut réécouter cette séquence et le rythme et l’intonation empreints d’hésitation donnés tout spécialement au mot « notamment ». Il sonne comme la preuve d’un manque d’inspiration : il semble que dès lors qu’il s’agit de rentrer dans les détails des problèmes économiques de notre pays, ce ne soit pas la tasse de thé de F. Hollande. Ce paradigme n’est absolument pas dans sa zone de confort. Pérorer, accuser autrui, oui, mais décrire de façon opérationnelle des mécanismes économiques, très peu pour lui. Le Président a vraisemblablement voulu montrer qu’il était au courant de la réalité en ouvrant une séquence détaillée avec ce « notamment » mais il s’est écoulé un temps mort et l’énonciation de la liste qui a suivi s’est produite avec une évidente panne d’intensité et de spontanéité, un peu comme une récitation mémorisée de justesse…

Puis de nouveau, le Président se livre à une inversion qui nécessite un immense toupet : « C’est pas l’Europe qui nous demande des réformes, c’est pour la France que nous devons les mener à bien, et c’est ce que j’ai décidé en confiant au gouvernement de Manuel Valls sa feuille de route ». Dans cette phrase incroyable, le Président se réapproprie les réformes que lui demande avec insistance l’Europe et qu’il n’a pourtant jamais su mettre en branle si ce n’est, quel courage, il faut l’avouer, en nommant après deux ans perdus, Manuel Valls pour faire le sale travail.

Enfin, clou du discours, véritable aveu qui à lui seul justifiait l’intervention télévisée du Président, puisque cette déclaration clôture son discours et se trouve justifiée et amenée par toute l’enfilade des procédés rhétoriques utilisés depuis le début, qu’on se le dise, le Président ne démissionnera pas : « … et ce sera le combat que je mènerai, tout au long de mon quinquennat ». Fermez le ban, il n’y a pas d’espoir du moindre repentir voire de la moindre autocritique (ne parlons même pas d’autocensure)…

Terrible réalité que celle-ci, tout ce discours de lendemain d’élections européennes n’aurait finalement qu’un seul objectif pour le Président, celui de trouver des coupables qui puissent justifier son maintien à la tête de l’État. Il reste un brin d’espoir toutefois, car jamais F. Hollande ne s’est montré aussi atteint. On entraperçoit en effet, derrière l’épais brouillard rhétorique, les premières fissures de l’édifice.


Sur le web.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • « c’est une défiance à l’égard des parties du gouvernement… »

    Est-ce bien ainsi qu’il l’a orthographié ? 🙂

    Contrepoints >> Jolie coquille ! C’est corrigé. 😉

  • Moi ce qui m’étonne , c’est qu’on l’écoute encore !

    • Moi j’ai rien écouté, rien vu et que lu Cps, ahah!

      • Plomb, plomb, plomb

        • Je suis larguée, mais si vous le dites je veux bien vous croire sur parole!
          Au demeurant, c’est une bonne idée de disséquer le langage corporel et les mimiques, c’est une manière d’exprimer beaucoup de chose, le corps ne ment pas…

          • ahhhh, mon truc disséqué c’est intéressant pour tout le monde 🙂
            Et pourquoi pas?, il a dit transparence et vérité pour toute la classe politique non? moi si il était impuissant j’aimerais bien le savoir ( bon nous pouvons élargir à toute ses pratiques au lit: ses préférés, les plus fréquentes, les satisfaites ou non, mais peut être qu’il dort)

            • Ne vous inquiétez pas, aucune envie de changer, ni d’être puissante… une bibiche ça reste fidèle à elle-même!

    • Suis allé une seule fois au cirque dans ma vie. C’a ma écoeuré à vie de voir des clowns.

  • Franchement, je ne vois pas comment il peut tenir 3 ans comme ça. On va se marrer.

  • Je zappe illico presto dès que sa tronche arrive à l’écran. Merci à Contrepoints de nous fournir des analyses, j’admire le courage et le dévouements des auteurs.

  • Quel bonheur de disséquer hollande ! Presque aussi bon que de le faire sur une grenouille en 2dne.

    Ah, que j’aimais avoir son petit coeur bien gras, pomper entre mes mains, et la regarder agoniser, droit dans le yeux.

    • Plus besoin de se faire bœuf, la grenouille est ouverte. Elle ne risque plus rien, et ce jusqu’en 2017.

      D’ailleurs, Valls avait déjà prévenu: peut importe les résultats, on restera jusqu’en 2017, na.

  • Tu sais, tu n’es quand même pas super drôle.

    Va sur partager mes envies, il va surement bien t’aimer.

  • Et la répétition de juxtaposition de deux sujets! « l’Europe, elle doit »; « ce plan, il va »… En grammaire ca s’appelle une « dislocation de gauche » 😀

  • Je ne l’ai même pas vu cette connerie, je travaillais à ce moment là, et bizarrement, je sens que je n’ai rien raté.

  • F. Hollande aurait surtout du s’abstenir de commenter les élections, cela lui aurait évité de prendre, une fois de plus, les citoyens pour des imbéciles.
    Quant à la morphopsychologie, comment interpréter les frères Bogdanov ou Michael Jackson ? dans une société ou l’esthétisme vire au mimétisme, de telles « sciences » sont à prendre avec encore plus de recul.

    • Pas du tout. Au contraire, c’est plus rigolo (cf euro vision). Cet Euro vision était comme un signe annonciateur de la gabegie de l’Europe.

      Le corps parle, plus que l’écrit ou le lu. C’est une science exacte. Seul celui qui interprète peut se tromper.

      Pour les écrits c’est la même chose. Chaque personne à une identité, une culture, un ensemble de filtres, d’idées préconçues, etc…c’est cette sommes d’elts qui composent un individu.

      Vous par exemple, avez peur d’être dévoilé, démasqué, pour une raison ou une autre, vous préférez minimiser l’outils qui est parfaitement bien illustré dans cet article.

      Cet article est pourtant vital: il constate avec froideur, sans pitié, le cœur de notre gros sac de président. C’est un pur moment de vérité. C’est un fait. fact is fact. Il faut construire avec.

      • Je ne dirais pas que c’est une science exacte, mais le corps exprime la vérité autant qu’un discours, mais nous n’y prêtons pas d’attention, par habitude peut être. Pourtant ressentir le corps est aussi important que réfléchir. Bref nous savons très bien jouer de notre corps, gommer toute expression de spontanéité pour être cohérent avec notre discours, notre pensée, en oubliant l’instant présent.
        Moi j’aime être attentive à ce que mon corps me dit/ exprime ( il est bien plus intelligent que mon cerveau parfois) et répondre à celui des autres, que vous trouviez cela bête ou non, c’est se sentir en vie d’une certaine façon.
        @ Dum: pourquoi dites vous qu’il a peur d’être dévoilé ou démasqué, que risquerez Salamanques à utiliser cet outils ( le langage du corps?) à ce que je comprends?

        • En principe lorsque les gens dénigrent ces outils, c’est qu’ils ont peur.

          – d’eux même ou des autres.

          Je sais de quoi je parle, mon père a toujours eu peur de cela, or, c’est un pervers narcissique.

          L’on peut se cacher, l’on peut tromper, mais il est très difficile de se mentir à soi même. Un jour ou l’autre la réalité vous rattrape, et là, vous avez un léger problème à régler. Il y a 2 solutions:

          On continue la fuite, comme Hollande
          Ou l’on paie l’addition, pour se laver et être en accord avec soi (en principe solution refusée, car elle fait mal)

          Prenez Dexter Morgan, il est dans son code, comme Hollande. Il n’y a en principe aucun traitement pour ces gens là.

        • « Moi j’aime être attentive à ce que mon corps me dit/ exprime ( il est bien plus intelligent que mon cerveau parfois) et répondre à celui des autres, que vous trouviez cela bête ou non, c’est se sentir en vie d’une certaine façon. »

          Au cas où vous l’ignoriez, le cerveau reçoit les informations qu’il transmet ensuite au corps qui réagit. Prétendre que le corps est plus intelligent que le cerveau relève de l’absurdité la plus totale. Si vous vous sentez en vie c’est grâce à lui (le cerveau).

          • excusez moi, j’aurais du dire  » bien plus intelligent que ma culture ou que mes constructions intellectuelles ou que l’analyse du discours » mieux? Oui le cerveau à un niveau biologique/chimique, c’est celui-ci dont je parle. Pour info: perception du corps- va au cerveau ou ME- réponse ou non. chemin : récepteurs sensoriels- petits axones- corps neuronaux ( avec pleins de connexions) – petits axones- récepteurs moteurs. Pardon je suis plus douée en faisant des schémas!

          • A ce qu’on dit, on possède 3 cerveaux. On peut interpréter « être attentive à ce que mon corps dit » comme être à l’écoute de son cerveau reptilien.

            On pourrait aussi parler d’inconscient ou de subconscient. Mais peu importe les théories anatomiques ou psychiatriques. Mon point de vue est qu’on surestime énormément les effets de la réflexion sur les actions, en sous-estimant la nature humaine, les émotions et le vécu. Et que l’on tente bêtement de forcer suite à des raisonnements notre nature ou refouler et nier des émotions.

            • ca me plait bien cette histoire, bon il faut quand même penser aussi!

              • Penser oui, mais comment penser librement ? Entre les idées reçues, les faux raisonnements induits par les craintes ou les désirs proffonds, et la rhétorique de ceux qui veulent nous manipuler en faisant appel à nos émotions.

                Les politiciens, les médias, les vendeurs m’insupportent car on sent d’emblée le mensonge dans leur discours. Mais même en étant prévenu, il serait hasardeux de croire qu’on n’est pas influencé par les mensonges sans même en avoir conscience.

                Raison de plus pour lire le texte au lieu de suivre le « show » – les mensonges sont plus difficiles à faire passer dans un texte : pas de mimiques, de grandiloquence, et on peut revenir en arrière pour analyser les manipulations.

                • C’est pas facile de penser librement, je dirais être centrer sur soi, se faire confiance, analyser les choses en prenant en compte que oui cela peut être un mensonge. En fait je dirais qu’il s’agit avant tout d’une question de confiance. Mais je suis d’accord beaucoup de mensonges, idées reçues, manipulation, c’est une solution pour avoir le pouvoir facilement et rapidement.
                  Suivre le texte? Pourquoi si vous savez d’emblée que c’est un mensonge? Le plaisir de le démontrer?

    • Pour les frères, ils auraient truqué leur cv, seraient homo. Pour MJ, il avait une tendance à aimer les petits enfants. Dans les 2 cas, leur corps présentaient ces infos.

      Pour l’Euro vision ou Miley, c’est sur que c’est plus confus. Il y a trop d’elts parasites qui sont fabriqués en sur couche de la vraie identité. Seul un vrai expert sexologue + psy pourrait nous dévoiler se qui se cache dans la « culotte » de ces personnes. Puis, l’on pourrait développer l’analyse avec d’autres paramètres.

      Science exacte et précise. Outils développer au départ sur l’impulsion du socialo-communisme, détourné par Whitler, puis par nos politiques.

      • Petite mise au point: Les pervers ont des structures psy proche des états limites ou border-line qui est elle-même très proche des structures des enfants hauts potentiels.
        définition clinique ( CIM 10, manuel de psychiatrie):
        Si le diagnostic de perversion sexuelle repose sur la constatation de conduites agies, la perversion narcissique – également dénommée perversité – renvoie de son côté à un dysfonctionnement du contenu moral, qui peut se concrétiser par la cruauté d’un sujet ou son plaisir à faire constamment du mal à autrui. La perversion narcissique s’exprime dans une attitude redoutablement séductrice, destructrice et habile, qui consiste à s’inscrire dans une dynamique d’emprise en s’appuyant :
         d’une part sur les réactions et faiblesses d’autrui,
         et d’autre part sur l’adhésion sociétale à la liberté de parole et à la libération sexuelle.
        En d’autres termes, le prosélytisme des pervers narcissiques masque, derrière un discours militant pour une sexualité autre, un réel désir de possession et d’emprise d’autrui à des fins de jouissance sexuelle et narcissique propre.
        La perversion narcissique peut se caractériser par un processus pervers au sein d’une famille ou d’un groupe, par le biais d’une séduction narcissique. Il s’agit d’une pathologie qui relève plutôt de la parole, alors que la perversion sexuelle relève plutôt de l’acte. Les manœuvres du pervers narcissique sément la confusion dans l’esprit de l’autre, et en particulier de l’enfant, par le biais de disqualifications des sensations, des émotions ou des pensées, la victime du pervers narcissique se trouvant enfermé dans la toute-puissance du pervers.
        Le pervers narcissique s’offre volontiers à l’autre comme substitut d’un objet maternel. Il crée des dÄpendances, des emprises, des besoins envers lui, en passant par des manœuvres de communication, des falsification de la réalité, ainsi qu’une surestimation mensongère de soi- mÖme et de sa pensée. Le pervers narcissique est plus calculateur et moins porté vers la jouissance que le pervers sexuel. Il prolifère dans des contextes d’exercice du pouvoir. Il agit par intimidation, produisant perplexité, paralysie, dévalorisation et envahissement de l’esprit. Il engendre de la culpabilité chez les victimes qui finissent par accepter toutes les compromissions au détriment de l’estime de soi, jusqu’à démanteler un aspect de leur narcissisme ou de justifier, voire d’exécuter, des actes contraires à leur propre morale.

        Je peux continuer, mais ce qui est important c’est que je pense que comme les Border-line ou les Hauts Potentiels, ils ont en eux la mémoire de traumatismes passés, et qu’eux-même peuvent avoir vécu des évènements traumatiques au cours de leur enfance, ce qui peut entrainer des carences et des angoisses d’abandon, perte, échec…Au fond cela ne veut pas dire dire grand chose « pervers » comme  » parano » ou  » obsessionnel » ou  » border-line »…, on est un être humain avant tout donc (suspens) un être doué d’Amour 😉 Ce qui compte c’est ce qu’on en fait.
        @ Dum: PS: connait pas Dexter, qui est-ce?

        • Vous êtes dure avec les Hauts potentiels et même les border-lines. Le pervers a une structure neuronale à priori normale et des comportements psychiatriques perturbés. Border-lines, psychotiques et hauts potentiels, dyspraxiques ont probablement des structures neuronales particulières (scissures ou lobes supplémentaires comme démontré chez Einstein).

          • Oh non, je veux juste décrire la réalité, il s’agit d’une définition clinique ( de psychopathologie) pas neuro. Je dirais qu’il y a des aménagements cérébraux propres à chaque type de personnalité, pour la schizophrénie ( qui est une psychose), il y a même une origine génétique il me semble. En fait ce sont la taille des aires, le nombre de connexions cérébrales qui changent d’un individu à l’autre et je pense qu’en éditant une « cartographie type » de chaque personnalité décrite en psychopathologie alors on peut s’y retrouver à peu près.
            Pour les Dys-, c’est pareil ce sont les aires ( motrices, langage, visuel) qui ont des mauvaises connexions(ou plus simplement qui sont lésées).
            Pour le jugement: je suis « dure », si vous connaissez des border-lines, ou des hauts-potentiels, voire des hauts-potentiels avec de bonnes défenses border-line et bien je compatis, ils sont parfois très chiant, mais je les aime quand même!!

        • @ Mathilde DE St Amoooooouuuuuuur

          Continuez de faire des copiés collés, c’est nettement plus clair (qu’on soit d’accord ou pas avec le contenu) que votre charabia habituel et vos contradictions perpétuelles.

          « @ Dum: PS: connait pas Dexter, qui est-ce? »

          Il est pourtant facile de taper Dexter sur votre clavier pour avoir la réponse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexter_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)

          • Ah, pourtant c’est mes cours passés au charabia habituel. Vous auriez entendu ce que j’ai fait des mandalas de Jung… 😉 ahah connaît pas cette série, merci pour la précision!

          • Super !

            Quand j’aurai un doute, je demanderai à NADEGE, elle est trop forte !
            Elle sait tout. La classe, comme Hermione Granger. Abracadabra

            Pour Elektra machin truc, c’est pire. Elle/il est fou/folle en plus.

  • « …un loupé remarquable du bras droit qui, pendant un moment, a tenté de se poser sur le bureau sans y réussir… ».
    J’ai eu beau scruter les mouvements de son bras droit, je n’ai rien remarqué d’anormal.

  • Ceux qui ne croient pas en la morphopsychologie ont peur d’être dévoilés, ceux qui ne croient pas en la psychologie ont un problème, ceux qui ne croient pas au paradis appréhendent de l’enfer, ceux qui ne croient pas en Darwin ne savent pas évoluer.,. Que voilà une belle façon de prendre les esprits sceptiques pour des ânes. S’ils n’ont pas la foi, ce n’est pas par esprit critique mais parce qu’en réalité, leur personnalité est abominable !!! Vous vous rendez compte de ce que vous dites ?

  • Cependant je suis persuadée qu’il a pris des cours de maintient corporel ou de maîtrise corporelle. Il en a déjà pris pour supprimer ses « heu » à répétition dans ses discours … à mon avis, à nos frais.
    Je ne l’ai bien entendu pas regardé ni écouté (sa voix m’horripile), mais les quelques photos que j’ai pu voir indiquent qu’il a usé et abusé de gestes évocateurs avec les mains pour essayer de faire passer l’image qu’il est dur et qu’il a des cojones.
    Avec ses sourcils perpétuellement froncés et la bouche crispée, comme les héros durs à cuire, style baroudeurs, qui n’ont peur de rien et qui volent au secours de la veuve et de l’orphelin.

  • Il faut interdire à Hollande de parler à l’extérieur au nom de la France qui ne le reconnait plus comme Chef à l’intérieur de ses frontières. Certes il n’est pas illégal au sens juridique du mot, mais il a perdu toute crédibilité, par son incapacité notoire d’exercer sa fonction, surtout du fait de ses mensonges permanents. Il avait formellement convenu de quitter de lui-même le pouvoir s’il tombait dans le cas de figure où il se trouve actuellement. Il a donné raison à tous ses amis du PS qui avaient soulignés lourdement son incompétence dès fin 1911. Attend-t’il d’arriver à 95% d’opposants et d’être viré par la force populaire, ou compte-t ’il supprimer toute élection pendant les 3 années à venir? Déjà avec plus de 86% d’opposants Hollande ne peut absolument plus gouverner qu’en dictateur avec une poignée de bénis oui-oui achetés! Au lendemain des municipales de 2008 qui avaient vu la droite perdre 90 communes, le secrétaire du PS , François Hollande avait déclaré « La seule décision que j’attends, c’est la démission du président de la république » Aux élections municipales de 2014, la gauche vient de perdre > 155 villes de plus de 9000 habitants et Hollande l’éternel menteur ne se souvient plus du tout de sa parole. Il appartient à un groupe de ses amis socialistes en cours de constitution de s’entendre pour le virer, parce qu’il leur fait honte et leur nuit profondément. En effet il ne peut que se décomposer un peu plus, car quand on est aussi mauvais président que lui, on valorise automatiquement ceux que l’on couvre de sa haine ! La figure d’ange de Hollande avec son rictus d’autosatisfaction permanente constitue une injure grave à l’égard du peuple français dont il se plait à ignorer l’immense colère considérée comme dérisoire, injuste et sans objet en ce qui le concerne. Cela n’atteint que vous, mais pas lui qui ignore le doute et l’humilité.

  • Les allocutions « préparées, avec répétitions préalables » sont certes utiles à analyser.
    Le langage des gestes trahit une mauvaise mise en scène par un acteur assez pitoyable …

    Faut aussi examiner celles d’une expression nécessairement spontanée (ici au Conseil européen de Bruxelles), deux courts spots : AVANT et APRES le round de concertation).
    Quelles pitreries ! L’élocution hésitante, le vocabulaire abscon.
    Plus un retournement d’attitude dans le contenu avant-après.
    Tout ce qui mène à la risée du grand Etat conduit lamentablement par un triste sire !

  • Pourrait-on avoir les références scientifiques qui valident les lectures gestuelles à deux balles de l’article et qui font dire à certain commentateurs que c’est une science exacte?

    On serait curieux de lire les études publiés dans les revues reconnues mondialement dans le domaine de la psychologie scientifique qui confirment les interprétations qui sont données ici.

    Que je me fasse bien entendre, je ne dis pas qu’il n’existe rien, je demande à voir.

    Comprenez quand même que l’on soit dubitatif, on a beau lire Bargh sur les comportements automatiques et incontrôlés, Ekman sur l’expression faciale émotionnelle, Rimé sur le langage et les mouvements, Argyle sur les mouvements corporels, ou Rosenthal sur l’expression d’attentes dans le comportement non verbal, on ne trouve rien qui confirme les élucubrations qu’on peut lire ici.

    Et il est inutile de venir me citer les sempiternels Jung, Freud, Klein, Kohut, Sullivan, Lacan et autres shamans conteurs de sornettes, calembredaines et billevesées psychologiques. Je parle d’études scientifiques, pas de lecture dans le marc de mouvements de doigts ou dans les entrailles de tenue de tête.

    • Oh mais ce n’est pas une science exact pour tout le monde, si vous ne souhaitez apporter aucune attention à la communcation non verbal, libre à vous. les théoriciens que vous citez ce sont pensés à leur époque, scientifiques.
      Pourquoi vouloir toujours tout ramener à ceux qui écrient dans des revues scientifiques, acceptées par la communauté scientifique. Moi je ne crois ni à la validité scientifiques des tests de QI, des tests projectifs, de la graphologie de la psycho généalogie…pourtant cela peut avoir un sens pour l’individu que l’on a en face de soit.

      • Avant même de commencer à discuter du fond: les tests projectifs ont une validité scientifique ridiculement faible et la graphologie n’en a strictement aucune. La psycho-généalogie, je ne sais même pas ce que c’est, je n’ai jamais croisé ce concept dans les revues scientifiques de psychologie, et pourtant je lis un paquet d’articles dans ces revues, c’est dire le sérieux que ça doit avoir. Probablement encore une de ces élucubrations de psychanalyste.

        Le fait que tu mettes sur le même niveau de validité scientifique les tests d’intelligence et ce qu’on en sait (avec tous les défauts qu’ils ont) et la graphologie (ou autres sornettes de ce genre), comme s’il existait des preuves empiriques pour cette dernière, montre qu’en réalité tu n’as aucune idée de ce dont tu parles. De comparer la graphologie avec ce qui est peut-être l’un des plus gros corpus de travaux en psychologie différentielle est au-delà du ridicule. C’est comme si tu comparais les économistes qui débattent de savoir quel est l’effet de l’augmentation marginale du salaire minimum sur la demande de travail avec les illuminés qui disent que lorsqu’on aura abolit toute propriété privée et que tout sera collectivisé on aura l’abondance généralisée.

        On aura noté le « à leur époque » pour des gens dont certains ont publié des études jusqu’à il y a peu et d’autres qui sont encore actifs, on se demande dans ta conception à partir de quand on est devenu de l’histoire, qui plus est dans des disciplines où apparemment tu n’a pas la moindre idée de ce qui a été montré ou non. On aura aussi noté le « se sont pensés », comme si en fait ils ne l’étaient pas au regard de la même communauté scientifique dans les disciplines de sciences sociales dans lesquelles s’insèrent leurs travaux.

        Par ailleurs, le fait que tu penses que je ne fais aucun cas de la communication non verbale, au prétexte que je ne crois pas qu’un dodelinement vers la gauche veuille dire qu’on a envie de se gratter les gonades, est risible. Je ne crois pas à ce qui ne relève d’aucune explication sérieusement étayée. Or, en sciences sociales il y a quantité de choses sur la communication non verbale qui sont étayées. Et en voyant cette affirmation ridicule on imagine à nouveau qu’en la matière tu n’as pas idée de ce qui peut exister.

        Pourquoi tout ramener à la méthode scientifique me demandes-tu?

        Très simplement parce que c’est la moins mauvaise des façons de se faire une représentation de la réalité pour la comprendre, la prédire et la maîtriser. Et le fait que tu utilises un ordinateur ou un téléphone portable pour communiquer ou que tu ailles chez le médecin pour te faire soigner quand tu es malade, bref, le fait que tu utilises massivement les connaissances et les produits de la science dans tous les aspects de ta vie, montre que tu es sans l’ombre d’un doute d’accord avec moi.

        Ceci étant, personne ne t’oblige à croire à ce qui est discuté, réfuté ou accepté pour le moment par la communauté scientifique, tu peux prendre les critères que tu veux pour construire tes propres croyances.

        Pascal lui-même, le midget intellectuel qui se prend pour le Torquemada du libéralisme sur ces forums, forge sa représentation de la vérité à partir de la théologie catholique, c’est-à-dire à partir de ce que disent des gens qui croient aux serpents qui parlent, à la mer qui s’ouvre en deux, à l’immaculée conception ou à la résurrection des morts. Libre à lui.

        Si tu veux juste avoir des discussions de comptoir de bistrot à propos de quelqu’un qui dodeline de la tête ou qui tremble de la jambe, il n’y a aucun problème, tu peux développer ta propre version du culte du cargo pour te donner l’impression que tu disposes d’une bonne explication de ce qui se passe et tu peux ramener autant de choses que tu le souhaites au pastafarisme si ça donne du sens pour toi.

        Par contre, si tu veux convaincre les gens comme moi, il va falloir un peu plus que la danse de la pluie de l’interprétation corporelle.

        Il y a une chose sur laquelle tu m’as toutefois convaincu. Quand on lit: « Moi j’aime être attentive à ce que mon corps me dit/ exprime ( il est bien plus intelligent que mon cerveau parfois) « , je veux bien croire que ton système nerveux végétatif ait quelque peu pris le relais chez toi, puisque semble-t-il la moitié des lumières du dernier étage ont été éteintes.

        D’autres réponses à ma question? Des réponses sérieuses j’entends.

        • Bon, je vous explique, c’est simple: je ne veux pas vous convaincre, je pense que vous êtes adulte et intelligent et que si vous vous forgez une opinion alors celle-ci est pensée, ce que j’écris ne sert à rien de toute manière.
          En plus, moi ma vision est globale et prend en compte l’humain, vous la validité scientifique donc il me semble que toute discussion avec vous ne m’apporterait rien, à part d’être traitée de fille sans cervelle.
          Vu que je suis gentille, je serais à l’écoute de vos propos, sans jugement, sans l’explication que vous attendez et je finirais triste et fatiguée, donc non je n’ai aucune raison de produire un effort sur ce sujet.
          Je vous ai convaincu sur une chose: je suis débile, ahah! Merci, j’existe à vos yeux c’est déjà ça!!
          PS: le « tu » est une proposition pour une relation plus intime?

          • 1. « En plus, moi ma vision est globale et prend en compte l’humain, vous la validité scientifique  »

            Comme si les études expérimentales en psychologie ne prenaient pas en compte l’humain. J’ai rarement vu un tel niveau d’absurdité.

            2. « Vu que je suis gentille, je serais à l’écoute de vos propos, sans jugement, sans l’explication que vous attendez et je finirais triste et fatiguée, donc non je n’ai aucune raison de produire un effort sur ce sujet. »

            Je prends cela comme un aveu de l’impossibilité d’étayer la prétention de véracité quant aux affirmations.

            Je te concède que tu es probablement très gentille. Moi pas, mais je suis aussi à l’écoute de tes propos, comme quoi l’un ne découle pas nécessairement de l’autre.

            3. « ce que j’écris ne sert à rien de toute manière »

            La confirmation découle de 2 ci-dessus.

            4. « le « tu » est une proposition pour une relation plus intime? »

            Autant qu’une pronation-supination de la part de Hollande peut être interprétée comme la volonté qu’il aurait de se rendre à la prochaine réunion de la société du Mont Pèlerin à bicyclette en passant par la Chine.

        • Mais dites moi, pourquoi utiliser autant d’energie pour dénoncer un « truc » qui va contre votre nature ?

          Vous êtes visiblement intelligent, instruit, vous écrivez bien, votre raisonnement est construit.
          Bien, (pas moi).

          Je vais juste vous expliquer un « truc »:

          Ces outils sont utilisés par les hommes politiques. Des expériences, beaucoup en fait, on été réalisées sur l’humain dans les années 70. Il ne manque pas de preuves sur le sujet, ni d’analyses scientifiques, pour qui veut les trouver.

          La question est pourquoi vous voulez classer cela dans les trucs bidons ?

          Alors même que c’est utilisé tous les jours:
          Entretien d’embauche, commerciaux, hommes politique, psy, etc…

          Donc, tous ces gens sont cons et des charlatans ? Et pas vous en fait ?
          Ça ne tient pas. Pour en revenir à Hollande, ce texte est quand même très proche de la vérité. Vous ne trouvez pas ?

          Je vais vous dévoiler un autre truc de charlatans: on peut influencer les gens avec des mots, des gestes, des odeurs. On peut guider ceux ci vers un objectif. On peut les déprimer, les rendre heureux.

          En fait, c’est juste la vie qu’il vous faut accepter. 2+2 n’est pas forcément égal à 4, si vous êtes capable de voir plus. Libre à vous de voir ce que bon vous semble. Et il est vrai que la liberté dans un petit enclos est plus rassurante, que dans un univers sans limites.

          • 1. « La question est pourquoi vous voulez classer cela dans les trucs bidons ?
            Alors même que c’est utilisé tous les jours:
            Entretien d’embauche, commerciaux, hommes politique, psy, etc… »

            Argumentum ad populum qui n’a strictement aucune valeur sur le fond. Ce n’est pas parce qu’une majorité de gens utilisent une pratique qu’elle correspond à une réalité causale particulière.

            A peu près 100% des gens croyaient au moyen-âge que la terre était plate. Avec ton argument on en déduit que ce devait être vrai. Ridicule.

            Depuis la nuit des temps à peu près tous les hommes ont cru à l’existence de nombreux Dieux, d’esprits, de démons, etc. Et alors? En déduis-tu que Zeus, Odin, Enki, Osiris, Allah, Jehovah, les djinns, les anges, les yaoguais, les licornes, les leprechauns et autres schtroumpfs existent vraiment? Pourtant, dans chacune des sociétés qui a cru ou qui croit à ce genre de chose tu trouves une écrasante majorité de gens qui utilisent ou utilisaient tous les jours ces croyances dans leurs pratiques.

            Dans le recrutement, il y en a pleins qui utilisent la graphologie et il y en a même qui utilisent l’astrologie. Et alors? Ca ne valide en rien les présupposés causaux que ces théories postulent.

            2. « Donc, tous ces gens sont cons et des charlatans ? Et pas vous en fait ?
            Ça ne tient pas. »

            Si tu veux dire que:

            sont des idiots tous les gens qui croient à des trucs sans fondement simplement parce que c’est la norme culturelle du moment ou la pratique autour d’eux et qu’ils l’ont appris par socialisation;

            et sont beaucoup plus intelligents et raisonnés, tous les scientifiques sceptiques en face qui demandent des preuves vérifiables et répétables quelles que soient les affirmations sur la réalité, alors je réponds oui.

            Et exactement comme Mathilde, le fait que tu utilises quotidiennement et massivement les produits issues des connaissances de la science, comme par exemple un médicament pour te soigner au lieu d’aller prier les kamis, de faire un sacrifice à Baal ou de répéter une série de supinations/pronations pour obtenir une guérison, montre que tu es d’accord avec moi sur cette question.

            3. « Je vais vous dévoiler un autre truc de charlatans: on peut influencer les gens avec des mots, des gestes, des odeurs. On peut guider ceux ci vers un objectif. On peut les déprimer, les rendre heureux. »

            So what? Ca ne démontre toujours pas que si Hollande dodeline sur la gauche, ça veut dire qu’il a besoin de se gratter la couille droite.

            Par ailleurs, à ta place j’irai lire les études sur l’automaticité, les activations inconscientes, les effets subliminaux et l’influence qui va avec, ça t’évitera de faire des généralisations abusives et simplistes sur des phénomènes complexes.

            4. « Des expériences, beaucoup en fait, on été réalisées sur l’humain dans les années 70. Il ne manque pas de preuves sur le sujet, ni d’analyses scientifiques, pour qui veut les trouver. »

            Lesquelles? C’est précisément ce que je te demande, pour pouvoir aller les lire. Tu peux nous donner les références exactes dans les revues scientifiques où nous pouvons trouver ces fameuses expériences qui étayent les interprétations faites dans l’article?

            Je t’aide à chercher, c’est un format très connu, dans lequel il y a, dans l’ordre: le nom des auteurs, la date, le titre de l’article, le nom de la revue scientifique, le numéro de l’issue puis le numéro des pages.

            5. « En fait, c’est juste la vie qu’il vous faut accepter. 2+2 n’est pas forcément égal à 4, si vous êtes capable de voir plus. »

            Argument de la plus belle facture. On atteint des sommets dans l’absurdité.

            Voici le mien au même niveau:

            « Et pour savoir s’il y a du vent, il faut mettre le doigt dans le cul du coq ».
            Kadoc, dans Kaamelott.

            Kadoc ne le dit pas, mais bien évidemment c’est l’auriculaire gauche qu’il faut mettre, si tu mets le pouce droit c’est pour connaître le prix du kilo de l’essence du jour suivant. Et si tu me demandes une justification à cette affirmation, j’en ai une qui devrait te convaincre: « en fait c’est juste la vie qu’il faut accepter. 2+2 n’est pas forcément égal à 4 si vous êtes capable de voir plus loin ».

            Ce qui est bien avec ta justification c’est qu’on peut l’utiliser pour n’importe quelle ineptie quelle qu’elle soit, ça colle toujours.

            6. « Libre à vous de voir ce que bon vous semble. Et il est vrai que la liberté dans un petit enclos est plus rassurante, que dans un univers sans limites. »

            Encore un argument sans aucune portée. Ce n’est d’ailleurs même pas un argument.

            Tu peux aussi croire aux shakras si cela te donne l’impression d’étendre les limites des possibles. Cela ne va pas me convaincre plus sur ta théorie relative à l’explication des mouvements de doigts ou des clignements de paupière.

            En quoi est-ce que cela montre par exemple que si Hollande gigote de la jambe gauche ça veut dire qu’il aspire à des vacances aux seychelles et que s’il cligne de l’oeil droit cela signifie qu’il aimerait tirer un coup?

            Et contrairement à ce que tu dis, je suis très ouvert sur la question, puisque précisément pour pouvoir les lire, je demande à voir les études qui montreraient des faits étayant ces propositions, même les plus farfelues d’entre elles.

            Finalement, contrairement à ton affirmation, d’ordinaire ceux qui ont besoin de se rassurer, ce sont ceux qui fonctionnent sur le mode de la croyance religieuse, prêts à accepter n’importe qu’elle explication qui donne un peu de sens pour pouvoir sortir de l’incertitude dans laquelle ils sont. Un monde illusoire vaut mieux que l’incertitude pour les gens comme toi. Par contre, l’incertitude et la recherche perpétuelle de la vérité valent mieux qu’un monde illusoire pour les gens comme moi.

            7. « Vous êtes visiblement intelligent, instruit, vous écrivez bien, votre raisonnement est construit.
            Bien, (pas moi). »

            C’est peut-être pour cela que tu crois à n’importe quelle fadaise du moment que d’autres y croient et que tu te satisfais de justification plus vides de sens et absurdes que celles qu’on donne aux enfants de maternelle pour leur faire croire au père Noël.

            Va voir les théories qui foisonnent sur internet à propos des extra-terrestres qui sont parmi nous et qui contrôlent le monde, ça va te plaire: cela correspond très bien à ton critère d’ouverture d’horizon psychédéliques et d’univers sans limite rationnelle.

            Conclusion: C’est bien ce que je pensais, il n’y pas moyen d’avoir la moindre once du début de commencement d’une explication rationnelle et étayée expérimentalement.

            • C’est très bon. Merci à vous. +1 pour vous.

              Un peu plus, je dirais que vous êtes en fait h16. En tout cas, vous avez certainement un QI supérieur à la moyenne. Ce qui me désole en même temps. Mais chacun son chemin. Vous avez certainement le votre.

              Bonne route, âme sensible.

              Pour la référence, je vais vous la retrouver. La bible de…j’ai oublié le nom. Un couple en l’occurrence. Un truc en rose, je crois. Bref, du vague, du Pipotage.

              • DUM à Libertarien en colère :

                « En tout cas, vous avez certainement un QI supérieur à la moyenne. Ce qui me désole en même temps. »

                Les socialistes ont réussi un sacré joli coup, un lavage de cerveau soigné aux petits oignons : au lieu de se réjouir des richesses en tout genre qu’apportent ces personnes à la société et leur vision d’une société libre, non, certains s’en désolent… au lieu de se réjouir que pour leur voisin, ou autres, ça va bien, non, ils sont envieux…

                Ne pensez-vous pas que le monde aurait besoin de beaucoup de H16, Baptiste Créteur, Damien Thellier, René Le Honsec et bien d’autres, dont Libertarien en colère, sans parler des Frédéric Bastiat, Milton Friedman, et j’en passe, bref, des libéraux ? et « ça vous désole » ??? expliquez-moi en quoi cela vous désole ? je suis un peu perplexe…

            • The Definitive Book of Body Language

              Sinon, demandez à la personne qui a écrit ce texte. Elle est sûrement plus compétente que moi.

              Finalement, le truc du charlatans marche car l’on y croit. Tout simplement. Vous croyez à quoi vous ?

          • Finalement, après ce brillant exposé du libertarien en colère, vous devriez admettre que celle qui se rapproche le plus d’Hermione Granger ce n’est pas moi, mais Sissi (dite Mathilde de St Amour), qui prétend être la fée clochette et vous du coup Peter Pan. Remarquez, je comprends tout à fait l’attrait des merveilles au pays d’Alice.

            2+2 = 5 cela devrait vous intéresser : http://fr.wikipedia.org/wiki/2_%2B_2_%3D_5

            j’en retiens parmi les diverses démonstrations-citations de wikipedia, celle de Desproges dan un sketch :  »

            « Savez-vous seulement quelle différence il y a entre un psychotique et un névrosé ?

            Un psychotique, c’est quelqu’un qui croit dur comme fer que 2 et 2 font 5, et qui en est pleinement satisfait. Un névrosé, c’est quelqu’un qui sait pertinemment que 2 et 2 font 4, et ça le rend malade. »

            La démonstration de Bertrand Russell, philosophe et logicien britanique, est pas mal non plus. Je vous laisse le plaisir de la lire si ce n’est déjà fait.

            Cela dit, libre à chacun de croire ce qu’il veut.

  • Si Hollande est crispé, c’est qu’il se rend compte qu’il devra abandonner en 2017 et disparaitre dans les oubliettes de l’Histoire…
    S’il se présente en 2017, le PS ne sera même pas présent au deuxième tour.
    Il doit en ce moment subir la pression des caïds qui l’entourent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles