L’enfer français est pavé des meilleures intentions

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Enfer socialiste (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer français est pavé des meilleures intentions

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 mai 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

img contrepoints321 enfer socialiste

Le jeu politique français exclut le réalisme. Les projets sont toujours ambitieux, les discours parfois enflammés, mais les résultats sont toujours décevants.

Comment se peut-il que toutes les lois pour l’accession au logement et la réduction des inégalités ne marchent pas ? Pourquoi la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité sous toutes ses formes ne contribuent-t-elle pas à une société apaisée et équitable ? Comment expliquer qu’après tant de programmes politiques pour le travail et le changement, rien n’avance, à part le chômage ?

Une explication plus que crédible est que les politiciens français sont nuls. Les compétences dont ils ont besoin pour être élus ne sont pas celles qui en feraient de bons élus. Ils connaissent rarement leurs sujets ou ceux qui préoccupent les Français, pour n’avoir jamais travaillé dans une entreprise ni eu à affronter la vie réelle, et pour connaître pour tout avis celui des principaux lobbies. Nos politiciens sont des pièces de l’appareil administratif et politique, pas des Français comme les autres.

Mais il est alors difficile de comprendre pourquoi nous les laissons faire et exporter la bonne parole en combattant à nos frais tantôt un dictateur, tantôt des opposants. Et pourquoi une partie significative des Français se déplace encore pour voter pour des promesses d’amour républicain et de société douce au toucher.

À moins que les Français votent pour autre chose que des résultats. Si beaucoup de Français comprennent que leur emprise sur le pouvoir est d’autant plus limitée que l’emprise du pouvoir sur eux est grande, ils croient encore dans leur grande majorité au pouvoir des bonnes intentions.

Ils ne croient donc plus aux promesses de croissance et d’inversion de la courbe du chômage. Ils soupçonnent que le régime de retraite est intenable dans son état actuel. Mais ils vibrent encore pour l’égalité, sont outrés par les discriminations, ont leur idée de l’identité nationale et des valeurs républicaines qu’ils entendent bien promouvoir. Les Français, désabusés de la politique, ont en eux la ferveur du militant.

Allant de déception en déception, ils ont abandonné l’espoir et la promesse, mais ont gardé au cœur les valeurs qui les animent. Déçus de les voir toujours plus salies et devenir le prétexte aux plus bas calculs et aux plus grands détournements. C’est à un détournement majeur que les Français assistent impuissants : le détournement du sens.

C’est ainsi que l’émotion a pris le dessus dans la vie politique. Les Français, empathiques, veulent aider d’autres Français pour éviter qu’ils ne tombent dans le chômage. Et en viennent à soutenir Arnaud Montebourg quand il prétend faire de même. Ils veulent assurer la sécurité de leurs compatriotes, leur prospérité, lutter contre leur précarité et leur appauvrissement, et se font avoir par le premier à articuler leurs valeurs d’une façon qui leur convienne.

Si la politique ne marche pas, c’est qu’il lui manque quelque chose. Un peu de souveraineté ? Moins de restrictions à l’endettement ? Une monnaie nationale, ou plus facilement manipulable ? Une politique douanière plus souple, plus sous contrôle ? Des outils pour investir et financer ? Un centre d’analyse, un conseil, un observatoire ?

Comme à chaque fois qu’ils veulent étendre leur pouvoir, les hommes politiques dénoncent le manque de moyens pour agir. Et de fait, ils ont raison : tant qu’ils ne fixent aucune limite à leurs moyens et leurs ambitions, les hommes politiques auront toujours besoin de plus. Quand on aime, on ne compte pas.

C’est donc aux citoyens de compter pour les hommes politiques, et agir enfin pour une réduction de la dépense publique qui leur permettra de savoir si leurs politiciens sont assez humbles pour réduire les dépenses somptuaires ou préféreront réduire les retraites pour acheter des bonsaïs. Sauront-ils, comme les autres Français, se serrer la ceinture ?

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • ils sont nuls et en plus ils n’aiment pas la france ; pour eux nous ne sommes que des tirelires ou ils peuvent puiser l’argent à tout va et le dépenser sans compter ; eux , se sérrer la ceinture ? la bonne blague , ils en sont bien incapables , la plupart ne savent pas ce que c’est que de tirer le diable par la queue , ne connaissent rien de la vie ouvrière , et sans notre argent , ils ne sont rien ;

  • Nadège Rivendel
    22 mai 2014 at 8 h 50 min

    « … si leurs politiciens sont assez humbles pour réduire les dépenses somptuaires… »

    Dans un futur relativement proche, quand les caisses seront complètement à sec, ce n’est pas l’humilité qui les poussera à les réduire (ou à s’enfuir), mais les coup de pied au cul qu’ils vont recevoir et quand je dis coup de pied au cul, je suis gentille…

  • mami caca en colère
    22 mai 2014 at 16 h 21 min

    et comment !!

  • Mais non cher Baptiste ! Pour le coup, j’ai la conviction que l’enfer que nous vivons est pavé de mauvaises intentions. Il s’agit plus pour la plupart de nos dirigeants politiques de préserver et garantir leurs prébendes que d’œuvrer à l’intérêt général. Il n’est que de regarder la liste des privilèges qu’ils s’octroient avec l’argent public : immunité, cumul des mandats, régimes spéciaux, caisses spéciales, crédit spéciaux, défraiements, primes, avantages en nature, gratifications, décorations, honneurs, voyages, reclassement, pantouflage, chauffeurs, secrétaires, garde du corps, attachés divers, j’en passe et des meilleures… Bien sûr, tous cela fait désordre il est donc indispensable de le dissimuler dans le maquis politico-administratif et de l’enrober de grands poncifs vertueux et démagogiques.

  • Excellent tribord.

  • Il est parfois interessant de faire constat de notre image a l’etranger. Il y a quelques annees, je ne sais plus tres exactement mais probablement 10 ou 12 ans, dans l’excellent journal Irlandais, The Sunday Business Post, pendant les annees desormais resolues du « tigre celtique », un journaliste donnait des conseils aux Irlandais qui pouvaient a l’epoque envisager d’investir dans notre bel hexagone. Il vantait la beaute des regions, la culture, le patrimoine, l’architecture, les paysages, mais il avertissait aussi les imprudents quant a la nature invisible de la bete: « La France est un beau pays mais mefiez vous, leur systeme buraucratique est la version luxe de celui de l’ancien union sovietique ». Je ne suis pas sur qu’il soit encore tres luxueux…

  • ERRATUM

    revolues pas resolues.

    Avec mes excuses les plus plates…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

À la chute du Mur de Berlin et la dislocation de l’URSS, beaucoup ont cru à « La Fin de l’histoire », une thèse popularisée par Francis Fukuyama dans son essai éponyme et contredite par Samuel Huntington, son professeur à Harvard, dans Le Choc des civilisations. Pour autant, l’histoire est circulaire, et non linéaire, et la question qui occupe Anne Applebaum dans Démocraties en déclin est légitime : comment la démocratie peut-elle se retourner contre elle-même ?

Elle est bien placée pour en parler. Ayant étudié l’histoire à Yale, les r... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Il arrive souvent que, même sur ce site, des commentaires témoignent d’une certaine ignorance en matière économique.

C’est l’occasion de rappeler l’existence d’un petit livre écrit il y a quelques années par notre contributeur régulier Gérard Dréan dans le but justement de combler cette lacune.

Cet ouvrage de 230 pages vise à présenter les faits fondamentaux de la réalité économique, en se gardant bien d’entrer dans la confrontation des théories et encore plus des idéologies.

Il pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles