Made in France, E14 : « Mireille l’abeille face au ratel étatique »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
we can do it

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Made in France, E14 : « Mireille l’abeille face au ratel étatique »

Publié le 9 mai 2014
- A +

Par h16 et Baptiste Créteur.

Comme l’ont prouvé les prix Nobels d’économie Martine Aubry et Lionel Jospin, le travail en France est un gros gâteau de taille fixe qu’il convient de découper en parts de plus en plus fines à mesure que le nombre de demandeurs d’emploi augmente. Mais attention : si on fait des parts trop fines, le travailleur se rabougrit, s’étiole, se fane et ne repousse plus. S’il faut un plafond, il faut aussi un plancher. Et c’est ce plancher que Mireille a récemment découvert.

D’ailleurs, ça tombe bien qu’on parle plancher, parce que Mireille s’en occupe très souvent. Mireille est de ces femmes courageuses qui ne rechignent pas à la tâche. Parce qu’elle aime rendre service et est, de son propre aveu, maniaque de la propreté, Mireille est devenue femme de ménage. Alors les planchers, ça la connaît.

Mais bon, même si elle aime le travail bien fait et la propreté impeccable, elle ne peut pas travailler à temps plein. Physiquement, à 53 ans, elle ne se sent plus la force d’abattre plus de 15 à 18 heures dans une semaine, ce que lui demandent ses cinq à six employeurs. En outre, elle dispose d’un petit revenu foncier, ce qui lui permet de boucler ses fins de mois. Ce n’est certes pas mirobolant, mais si on le lui demande, Mireille dira sans problèmes qu’elle est une femme heureuse : un travail qui lui plaît en qualité et en quantité, que demander de plus ?

retro vintage cleaning comic 50s lady

Cependant, récemment, trois de ses clients sont partis en maison de retraite car, même avec son aide, ils ne parvenaient plus à affronter le quotidien. Porter une casserole d’eau quand on a de l’arthrose, signer une déclaration d’impôt pour la première fois de sa vie, monter les escaliers avec des rhumatismes et entretenir une maison, aussi petite soit-elle, ce n’est pas une mince affaire et Mireille en sait quelque chose. Et elle sait aussi que le plus dur, quand on vieillit, c’est la solitude et l’ennui ; alors, au lieu de s’apitoyer sur son sort, Mireille va régulièrement visiter ses anciens clients à la maison de retraite. Il n’en reste pas moins que sa charge hebdomadaire a diminué de moitié, et ses revenus ont sensiblement diminué. Et si la perspective de payer un peu moins d’impôt peut, éventuellement, adoucir la situation, Mireille se demande comment elle va s’adapter à ce changement de situation financière.

Un beau jour, alors qu’elle va chez son dentiste pour une visite de routine qui se transformera en ajustement d’un plombage (dont plusieurs euros seront remboursés par la sécurité sociale que le monde nous envie et qui grève si allègrement le salaire de l’industrieuse femme de ménage), Mireille discute sur le fauteuil réglable, qu’elle a toujours trouvé amusant. Entre le dentiste équipé de son masque et Mireille qui tente d’articuler avec les instruments dans la bouche, la conversation a un air comique, mais c’est très sérieusement que le dentiste lui propose de nettoyer son cabinet trois heures par semaine.

C’est inespéré pour Mireille : voilà qu’on lui propose un travail moins éreintant que chez des particuliers, qui comble en partie les heures récemment perdues, avec un salaire un peu meilleur ! Rarement visite chez le dentiste aura été plus agréable.

Rassurez-vous, nous sommes en France et la joie de Mireille sera donc de courte durée.

we can do itLe dentiste, préalablement à l’embauche de sa nouvelle femme de ménage, a consulté son expert-comptable pour les douloureuses questions de salaire. Ce dernier l’a donc naturellement informé d’une loi, qui le concerne en tant qu’employeur « non particulier » et qui entrera bientôt en vigueur, et qui portera la durée minimale hebdomadaire du travail à 24 heures. Lorsqu’il informe Mireille, elle est interloquée ; elle devra lire plusieurs fois les explications emberlificotées des sites internets barbouillés par l’administration pour comprendre exactement de quoi il retourne.

Mireille ne sait pas bien comment faire. D’une part, elle se voit mal astiquer le cabinet du dentiste 24 heures par semaine, la propreté a des limites. D’autre part, elle sent physiquement qu’elle ne pourra pas travailler plus. Sur le papier, cependant, la loi l’y oblige.

Renseignements pris, Mireille ne trouve malgré tout aucune solution. En plus, il n’y a pas beaucoup plus de gens qui ont besoin de ses services dans le voisinage, c’est-à-dire à moins d’une heure en voiture de chez elle… Et d’ailleurs, deux heures aller-retour pour une heure ou deux de ménage, le calcul économique n’est guère réjouissant.

Mireille ne baisse pas les bras. Elle qui aime se faire appeler « Mireille l’abeille » car elle est « travailleuse et sociable » ne veut pas devoir arrêter, contrainte par une loi mal boutiquée, abandonner ses clients et, pompon de l’affaire, vivre de subsides. D’abord, elle s’en est toujours sortie par elle-même et n’a pas l’intention de changer maintenant. Mais tout ceci finit par l’agacer : d’un côté, on la bassine sans arrêt avec le chômage, qui justifie toutes les ponctions, les taxes et les agitations politiciennes et de l’autre, ces mêmes agitations se traduisent par des lois… pour empêcher les gens de travailler comme ils l’entendent.

Heureusement, l’entrée en vigueur de la loi, initialement prévue pour le premier janvier 2014, a été repoussée de six mois. Mais quand elle lit que le gouvernement fait de cette loi un moyen de lutte contre la précarité, elle fulmine : c’est précisément à cause de cette loi en carton rédigée par une bande de bivalves accrochés à leur rocher républicain loin de toute réalité de terrain qu’elle va se retrouver dans la précarité, ou l’obliger à travailler bien plus que ce qu’elle aimerait, ou, tout simplement, pourrait. C’est parfaitement grotesque.

my cleaning ladyAussi grotesque, finalement, que ces salariés licenciés suite aux décisions prises contre le travail du dimanche. Mireille se demande pourquoi, alors que les Français butinent, l’État détruit leur vie et pille leur miel durement gagné. À ce rythme, non seulement elle va devoir renoncer au beurre, mais aussi aux épinards.

Mireille pourrait écrire aux députés et sénateurs, mais ça ne servira à rien, comme écrire au gouvernement ou pisser dans un violon : les politiciens n’écoutent pas les gens comme elle et n’ont aucune expérience de l’entreprise. Elle pourrait tenter de trouver un truc, pour échapper à cette loi débile. Mais plus probablement, elle ira travailler au noir. Ou, magie socialiste, plus du tout.

Merci qui ? Merci l’État !

Vous vous reconnaissez dans cette histoire ? Vous pensez qu’elle ressemble à des douzaines de cas relatés par la presse ? Vous lui trouvez une résonance particulière dans votre vie ? N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires ci-dessous !

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Très bon article. Je n’ose croire que cette loi, dont personne ne parle alors qu’elle va accoucher d’une catastrophe économique, sera appliquée. D’ailleurs, comment font les entreprises qui emploient beaucoup de salariés à temps partiel ? (Restauration, hôtellerie, etc.)

  • Excellent, comme souvent.
    Comme des lois pareilles peuvent-elle germer dans des cerveaux raisonnablement oxygénés.
    Et donc, si cela est appliqué, le chômage, le travail grisé ou au noir vont s’aggraver, les charges d’état aussi avec moins de rentrée fiscales.
    Épatant.

  • Il y a des femmes de ménages, qui n’ont pas besoin de faire d’heures sup !

    Avec my cleaning lady on vous offre 5 minutes 30 chrono pour une aspiration complète de votre intérieur.

    C’est un slogan qui pourrait faire du bien à l’image de notre gouvernement.
    Généralisons à Belle bécasse, Royale:

    – Du service public enfin digne de ce nom.

    Enfin, c’est une idée comme une autre pour en avoir pour son argent.

  • oui, mais
    dixit l’Etat:
    http://www.service-public.fr/actualites/002933.html

    « Pour faire face à des contraintes personnelles ou pour cumuler plusieurs activités, les salariés peuvent travailler moins de 24 heures s’ils le souhaitent. Dans ce cas, la demande doit être formulée par écrit et motivée. »

    Le problème de votre ménagère de plus de 50 ans est réglé.

    • À qui doit être présentée la demande ?

      Peuvent-ils la refuser ?

      Et si oui, sur quels critères ?

      (La possibilité d’obtenir une autorisation ne retire pas à cette loi son caractère profondément stupide)

    • Vous pouvez demander. Le circuit de signatures, à raison de 17 signatures et d’une moyenne de 3 semaines par signature, vous permettra d’obtenir l’autorisation préfectorale adéquate dès 2015 au cas où, comme on peut le penser, la réforme territoriale met plus d’un an à se mettre en place. Elle devra bien sûr être renouvelée à chaque nouveau contrat, ainsi qu’à l’expiration de chaque client.

    • Dans ce cas, la demande doit être formulée par écrit et motivée.

      Halte ❗

      Qui vous dit que la demande sera acceptée 😕
      Qui vous dit que la lettre sera reçue et non égarée par l’administration ❓
      Qui vous dit … ❗
      🙄

    • simple-touriste
      9 mai 2014 at 13 h 53 min

      Avec un mot signé des parents, comme à l’école?

    • Vous avez le lien comme moi.
      La lettre est destinée au patron, pardon à l’affreux exploiteur, sinon je ne vois pas l’intérêt.
      Dans le mesure où rien n’est indiqué, il doit être possible d’envoyer la demande au père Noël.
      Par contre je ne vois pas la raison d’une loi qui contient la possibilité d’en annuler son effet et son existence.
      Il y a en certainement d’autres, mais c’est la première fois que je vois une loi qui se suicide.
      D’horreur devant tant de c… peut-être!
      Une loi mal écrite, mal pensée, à l’image de nos élus.
      Plus le temps passe, plus je me dis que la seule façon de s’en sortir est de réduire le rôle de l’Etat et de supprimer 75% des élus.
      Avec la techno utilisée pour le bitcoin, on pourrait même revenir à la démocratie directe.

  • Illustrer cet article avec une image érotique, stéréotypante, dégradante pour l’image des femme est tout à la fois déplacé et condamnable. La femme domestique et objet sexuel … en avant le sexisme … sous couvert de liberté d’expression et d’humour.

    Vous vous reconnaissez dans cette histoire ? Vous pensez qu’elle ressemble à des douzaines de cas relatés par la presse ? Vous lui trouvez une résonance particulière dans votre vie ?

    Oui c’est le destin de millions de femmes que de faire la boniche et la poupée gonflable de ces messieurs. 70 % à 95 % des taches ménagères faites par les femmes soit des semaines de 70 heures.

    Profitez bien parce que le CSA ne laissera pas faire longtemps et nous serons présentes au moment du projet de loi sur la création pour veillez à la mise en une plate-forme de signalement des contenus sexistes sur internet par le CSA comme l’a promis Najat .

    http://www.madmoizelle.com/najat-vallaud-belkacem-repond-madmoizelles1-241413 (à partir de 30′).

    Le libéralisme suppose la responsabilité. Après qu’on ne vienne pas se plaindre d’un état « nounou » et de la création de sites labellisés.

    • Faut-il que vous ayez l’esprit mal tourné pour vouloir faire condamner l’image d’une femme qui dénude ses biceps !

      • La jalousie est un vilain défaut.

        Reprocher à une femme d’être belle et de plaire est de la pure jalousie mesquine.

        Étrangement c’est toujours des moches qui se plaignent. Enfin, ce que j’en dis moi. J’aime les belles femmes. Si elles aiment montrer leurs avantages, c’est leur droit, leur choix. Bien souvent elles gagnent plus d’argent avec un shoot photo qu’Adele qui reste assise un mois dans un bureau.

        Enfin, cette belle femme nous fait du bien, à nous les hommes. Offre et la demande en fait.

        Je soupçonne H16 d’avoir fait un piège à Adèle. C’est vrai qu’elle avait disparue ces temps ci. Et un bon buzz du vendredi, c’est ravioli. Bises à vous.

        • Mon ex Golum , tu as tout à fait raison, une petite image sexiste pour donner un peu de baume au cœur, n’a rien de méchant bien au contraire … J’aime beaucoup cette avatar d’ailleurs :mrgreen:

          • Tout à fait !

            Encore heureux qu’il reste des belles femmes gentilles sur terre. Que deviendrait t’on, nous les hommes ?

            Perdu au beau milieu du sexisme, des femmes objets, féminisme. Ça nous passe complètement au dessus de la tête. Pire, ça nous ennerve.

            • Oh je ne me fais aucun souci pour que vous trouviez une solution à votre problème de belle femme. Sur ce je vais terminer ma couture, préparer le déjeuner, faire le ménage et le repassage ahah, une employée domestique modèle…!

        • Par contre Oui Oui, je n’aime pas ce que vous dites sur Adèle. Moche ou belle ça ne veut rien dire.
          Si elle pense que c’est dégradant pour la femme elle peut l’exprimer pas besoin de porter un jugement sur sa personne. Si vous pensez que cette illustration à sa place ici, c’est votre choix en l’occurrence Adèle ne vous a pas attaqué vous!

          • simple-touriste
            9 mai 2014 at 18 h 51 min

            « c’est dégradant pour la femme »

            laquelle?

          • Elle fait beaucoup de tord aux femmes. Ce qui m’ennerve beaucoup. Et puis entre nous, je fais la même chose qu’elle. Je réduis les gens à une fonction, à une apparence, un sexe…liste sans fin.

    • Vous avez merveilleusement saisi la quintessence de l’article. C’est stupéfiant !

      Allez, un petit cadeau : http://www.visualphotos.com/photo/2×4286436/a_man_vacuum_cleaning_IS0266MS6.jpg

      Personnellement, cette image me choque : un homme qui manipule un gros tuyau, ça a une connotation sexuelle qui heurte ma sensibilité. Mais c’est Najat qui devrait être contente, non ?

    • Nadège Rivendel
      9 mai 2014 at 12 h 16 min

      « Profitez bien parce que le CSA ne laissera pas faire longtemps et nous serons présentes au moment du projet de loi sur la création pour veillez à la mise en une plate-forme de signalement des contenus sexistes sur internet par le CSA comme l’a promis Najat . »

      Ne comptez pas sur ma présence.

      p.s. « pour veillez » = pour veiller.

    • Et vous vous considérez libérale. Mouaahahahah.

      Mdr.

      Entre nous, si vous étiez belle et intelligente, vous aimeriez ce genre de photo. Dans votre cas, je comprends qu’une femme comme cela puisse vous faire du tord.

      Et si finalement, le sexisme et l’égalité des hommes et des femmes était juste un truc inventé par des femmes moches pour se reproduire quand même. Peut être bien, hein. Demandez au CSA, ce qu’il pense de cette théorie. Ou alors, mettez vous à poil à côté de vos copines Femen et revendiquez ce que vous voulez.

      Nous les hommes, ont rigolera toujours des femmes de votre genre.

    • Stupéfiant !

      Si vous n’aimez pas la photo, ne la regardez pas !

      Ca me rappelle cette blague (j’aurais préféré lire socialiste à la place de gauche et libéral à la place de droite, mais bon.)

      Quand un mec de droite n’aime pas les armes, il n’en achète pas.
      Quand un mec de gauche n’aime pas les armes, il veut les faire interdire.
      Quand un mec de droite est végétarien, il ne mange pas de viande.
      Quand un mec de gauche est végétarien, il veut faire campagne contre les produits à base de protéines animales.
      Quand un mec de droite est homo, il vit sa vie tranquillement.
      Quand un mec de gauche est homo, il fait chier tout le monde pour qu’on le respecte.
      Quand un mec de droite a loupé un job, il réfléchit au moyen de sortir de cette situation et rebondir.
      Quand un mec de gauche a loupé un job, il porte plainte pour discrimination.
      Quand un mec de droite n’aime pas un débat télévisé, il éteint la télé ou zappe.
      Quand un mec de gauche n’aime pas un débat télévisé, il veut poursuivre en justice les cons qui disent des conneries. Le cas échéant, une petite plainte pour diffamation sera bienvenue.
      Quand un mec de droite est non-croyant, il ne va pas à l’église, ni à la synagogue ou ni à la mosquée.
      Quand un mec de gauche est non-croyant, il veut qu’aucune allusion à Dieu ou à une religion ne soit faite dans la sphère publique, sauf pour l’Islam.
      Quand un mec de droite a besoin de soins, il va voir son médecin puis s’achète les médicaments.
      Quand un mec de gauche a besoin de soins, il fait appel à la solidarité nationale.

    • Illustrer cet article avec une image érotique, stéréotypante, dégradante pour l’image des femme est tout à la fois déplacé et condamnable. La femme domestique et objet sexuel … en avant le sexisme … sous couvert de liberté d’expression et d’humour.

      Que savez-vous de cette personne ❓ C’est un mannequin qui vit de ses photos, qu’elle fait librement et non sous la contrainte. Vous voulez la priver de ses revenus ❓ Que devra-telle faire à la place selon-vous ❓

      Proposez-vous en tablier, avec ou sans rouleau à pâtisserie dans les mains, et pourquoi pas avec votre mari l’aspirateur en action. :mrgreen:

    • Oh moi, ça ne me choque pas. Et puis faut être réaliste dans la vie d’Adèle, avec un corps aussi parfait, moi j’y trouve rien à dire!
      Et puis, je suis lucide: faire boniche et assouvir les fantasmes de ces Messieurs, comme vous dites, c’est comme ça, si cela convient à certain(e)s je vois pas où est le pb.
      Mais j’ai une petite préférence pour celle des articles sur l’education nationale 😉

    • en effet c’est une image dégradante pour …les hommes ,comme si ils étaient tous achetables avec une tenue légère, non certains préfèrent les slips kangourou 😉

  • Nadège Rivendel
    9 mai 2014 at 12 h 13 min

    Quelques mots de piètre réconfort :

    Etant donné qu’il n’y a aucun espoir (le temps de « il n’y a » peut se lire au passé, au présent et au futur) avec le socialisme-communisme, ni d’ailleurs avec aucun parti sur la scène politique d’aujourd’hui, on ne peut que se réjouir de voir leurs idées absurdes et ruineuses se multiplier : la chute n’en sera que plus rapide.

    Fuyez ! ceux qui peuvent… vu l’hémorragie actuelle de la fuite, non seulement des capitaux mais aussi des forces vives, leur inquiétude à ce sujet grandit, dépêchez-vous avant qu’une nouvelle idée ne germe dans leur esprit machiavélique, vite transformée en loi interdisant à quiconque de quitter le territoire sans autorisation.

    • Pour ceux qui restent (pas assez intelligent/et ou riche pour partir), il faut au contraire agir pour accélérer la chute.

      Tout est bon, il n’y aucune limite pour se défendre contre une dictature.

      Travail au noir, refus de payer ses impôts, passer à la CMU+ CMU complémentaire. Demander le RSa, cumuler les aides sociales. Ouvrir puis fermer une micro entreprise pour faire des papiers. Il y a une infinité de choses à faire.

      • La bonne voie est la grève Randienne pas de délits (l’état est dangereux ne le sous-estimez pas) juste ne plus jouer au jeu Etat/esclave.

        Consommer le moins possible (e.g. TVA pour ce qu’ils vous prennent en taxe directes ils le paye avec un malus en TVA ). J’ai ainsi annulé ma hausse d’impôt afin que l’état ne tire aucun profit de son augmentation en consommant nettement moins. Je devais acheter une voiture et bien niet. Ils ont perdu bien plus en n’ayant pas la TVA.

        Consommer uniquement étranger et jamais français.
        Quitter la france
        Quitter la sécu (attention je me dois de préciser qu’il faut vous faut affilier ailleurs sinon je vais en prison pour incitation).
        Ne pas voter
        Ne pas gagner trop si on ne peut pas quitter la France. Dans la tranche d’imposition de 40 % et + franchement il vaut mieux s’épanouir personnellement.

        Vous vous enrichirez en plus … et eux non.

        Pour aller plus loin : http://www.fee.org/the_freeman/detail/fifty-ways-to-leave-leviathan.

        • Je vous suis, bien d’accord ❗

        • Nadège Rivendel
          9 mai 2014 at 16 h 46 min

          Dès que vous quittez les horipeaux des féministes enragées, je suis d’accord avec vous.

          Sauf quant à votre propos :

          « Je devais acheter une voiture et bien niet. Ils ont perdu bien plus en n’ayant pas la TVA. »

          Mefiez-vous, ils risquent à moyen ou court terme de s’approprier des économies maigres ou pas de leurs con-citoyens, comme à Chypre. Et là, ils auront gagné plus que la TVA. C’est le raisonnement que je me suis fait, donc je me suis achetée une voiture, évidemment pas française, non seulement pour ne pas acheter français, mais parce c’est de la merde.

          •  » non seulement pour ne pas acheter français, mais parce c’est de la merde. »

            Si c’était le cas et selon les lois du marché, il ne devrait plus y avoir de fabricants français depuis longtemps et heureusement ce n’est pas le cas.

            C’est pas vous, Nadège, qui trouviez les français excessivement négatifs et râleurs ?

  • Avec le cumul des mandats, les emplois des élus professionnels ne sont ils pas des contrats partiels de moins de 24h?
    Va t-on remettre en cause leurs mandats?

  • CONTENT.

    la situation vénézuelliennz ne prut plus etre ignorée par les médias francais. Les articles sortent enfin.

    Un petit post sur un article libération sur le sujet :

     » Eh bien, ca fera toute une génération de jeunes, d’un état pétrolier en faillite (il faut le faire quand même!) qui sera guérie du socialisme, dans sa version paternaliste / populiste a la chavez / maduro.

    Je conseille a tous les apprentis collectivistes de france d’aller faire un stage la-bas. Et nous on a pas de pétrole!!… »

    • Ils mentionnent dans l’article que l’eau a été rationnée.
      J’aurais du ajouter : s’ils n’ont plus d’eau, qu’ils boivent du pétrole!… 🙂

  • La question que je me pose est simple: pourquoi 24h ? Pourquoi pas 23 ? Ou 25 ?

    • En comptant 4 heures par jour disant de 8h à midi ou de 14h à 18h en travaillant 6 jours par semaine , le « Dimanche c’est sacré  » cela fait 24 h par semaine 😉

    • Interrogés pour savoir quel nombre ils associent à « heures », la majorité des gens répond 35, puis 24.

  • J’ai tout simplement quitté le pays.

    • Merci et bravo.

      Le quitter est souvent aisé, c’est l’argent qui a plus de mal : prisonnier des griffes de l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Adnan Valibhay.

En plus de devoir supporter les cours à distance, en plus de devoir subir les confinements et couvre-feu successifs, les étudiants se retrouvent, pour les plus précaires d’entre eux à devoir faire les poubelles pour se nourrir.

Une réalité alarmante : la précarité de la jeunesse

Quel abominable constat. S’il est certain que la crise actuelle empire la situation des plus démunis, la précarité étudiante constitue une réalité antérieure à la pandémie de covid-19.

En février 2020, le taux de chômage des Fr... Poursuivre la lecture

Par Claude Sicard.

Les Français auxquels on a toujours dit que le pays est une grande puissance, en position numéro six dans le monde, sont stupéfaits de découvrir avec la crise du  coronavirus qu'il est extrêmement dépendant de l’étranger pour un très grand nombre de produits, y compris les plus essentiels comme les médicaments. Ceux-ci proviennent presque tous de l’Inde ou de la Chine.

Il en va de même pour les respirateurs artificiels dont nos hôpitaux ont besoin pour équiper les services de réanimation : les Allemands ont d... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Tout le monde parle de relocalisation et c’est très bien. Est-ce qu’il y a effectivement l’opportunité de le faire aujourd’hui ? Probablement. Ceci dit ça ne se fera pas par un simple claquement de doigts. D’abord, on ne peut pas qualifier la délocalisation d’erreur ou alors cela signifie qu’on n’a rien compris à ce qui s’est passé. Pour prendre les bonnes décisions il faut commencer par analyser les raisons pour lesquelles notre industrie l’a fait. La première idée simple à faire passer c’est que la délocalisati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles