Salaire minimum, désastre maximum

non-au-smic-suisse

Le 18 mai, les citoyens suisses seront amenés à se prononcer sur l’initiative sur les salaires minimums.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

non-au-smic-suisseLe 18 mai les citoyens suisses seront amenés à se prononcer sur l’initiative « Pour la protection des salaires équitables », également appelée initiative sur les salaires minimums. Soutenue par les partis politiques de gauche et les syndicats, cette initiative établit par voie constitutionnelle un salaire minimum de 22 francs de l’heure partout en Suisse, quel que soit le secteur économique et le niveau de qualification de l’employé.

Les maux relatifs à l’introduction d’un salaire minimum sont bien connus : obstacle à l’embauche, en particulier des jeunes, donc chômage ; nivellement des salaires par le bas ; délocalisations vers des pays à coût de main-d’œuvre moins élevé ; travail au noir ; hausse des prix ; immixtion de l’État dans la politique salariale des entreprises ; affaiblissement de la représentativité syndicale, puisque l’évolution du salaire minimum se décide désormais dans l’arène politique.

Tous ces effets pervers ne sont certes pas recherchés par les adeptes d’un salaire minimum légal, mais sont relativement logiques et ont pu être observés à de nombreuses reprises partout où pareille mesure a été introduite. D’où la variante d’une plaisanterie connue :

— Bonjour chef ! Comment ça va ce matin ?
— Couci-couça… J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle…
— La bonne ?
— Suite à la votation, il y a maintenant un salaire minimum en Suisse, plus élevé que ce que tu touches actuellement…
— Super ! Et la mauvaise ?
— On n’a pas les moyens de te payer autant. Tu es licencié.

Quand on parle de salaire minimum, le fameux SMIC français vient tout de suite en tête. Ses effets pervers sur le chômage des plus faibles (jeunes, immigrés, femmes) n’est plus à démontrer.

Dans un marché du travail libre, un individu faiblement coté (parce qu’il n’a pas de formation adéquate ou débute sur le marché du travail par exemple) peut parvenir à trouver un emploi, fut-il mal payé. Un salaire modeste n’est pas dramatique en début de carrière s’il permet d’acquérir une expérience professionnelle permettant ensuite de décrocher de nouveaux postes mieux rémunérés. On peut discuter longtemps de ce qui constitue un salaire « abusivement bas », mais peu de gens clameront qu’il est préférable d’être sans-emploi.

En France, à cause du SMIC, les jeunes doivent lutter pendant des années de précarité et de chômage avant d’avoir enfin accès, peut-être, à un emploi à durée indéterminée. Le SMIC est une terrible barrière à l’embauche. Il apporte peut-être un salaire « décent » à quelques-uns, mais force surtout les autres, des dizaines de milliers de jeunes, à des années de vie professionnelle faites de stages bidon, de travail au noir et de chômage à la charge de la collectivité.

Naturellement, les effets délétères du salaire minimum dépendent de son niveau. Nombre de pays, comme le Royaume-Uni ou les États-Unis, disposent d’un salaire minimum assez faible, voire symbolique, qui n’a que peu d’effet sur la marche de l’économie. Il en est tout autrement du SMIC français, situé à 60% du salaire médian local et constamment renégocié à la hausse sur des critères politiques.

À 4.000 francs par mois, le projet de salaire minimum suisse est encore plus élevé. En valeur relative, celui-ci se place à 64% du salaire médian helvétique, soit au-delà de son équivalent français. En valeur absolue, il sera le plus haut d’Europe.

Même en ramenant ces chiffres à parité égale de pouvoir d’achat (puisque tout est plus cher en Suisse, ce qui ne va pas s’arranger !), la comparaison internationale est édifiante.

salaire minimum suisse

Les initiants clament que leur projet est sans équivalent avec le SMIC. Ils ont raison : ce sera pire.

Mais jusqu’ici, vous n’avez sans doute rien appris de nouveau, et pour une fois correctement informé, le peuple suisse a l’air de se méfier. Toutefois, la campagne sur le salaire minimum esquive joyeusement une question essentielle : pourquoi, maintenant, une initiative sur le salaire minimum ?

À la source de la démarche politique se trouve une bête histoire de calendrier.

Selon le programme, en février le peuple suisse aurait refusé l’initiative raciste/populiste/xénophobe de l’UDC (rayez les mentions inutiles) sur la libre-circulation, avec une avance plus ou moins confortable. Dans la foulée, le peuple aurait approuvé un peu plus tard l’extension des accords de libre-circulation à la Croatie ; les autorités compétentes auraient malgré tout exprimé leur inquiétude et leur écoute des préoccupations du peuple suite à la forte minorité rejetant la libre-circulation en février ainsi que le vote pour la Croatie. Serait alors survenue à point nommé une initiative toute faite pour résoudre le défi de la sous-enchère salariale préoccupant tant les citoyens : le salaire minimum ! Problème réglé !

Malheureusement pour les brillants stratèges politiques, la population n’a pas suivi le script prévu. Tout est parti à veau-l’eau. Le peuple a approuvé l’initiative contre la libre-circulation le 9 février. La votation sur la Croatie a disparu des écrans radars telle un serpent de mer. Reste l’initiative pour le salaire minimum qu’il faut bien expédier, la mort dans l’âme…

Vous aurez peut-être du mal à y croire, mais l’initiative pour le salaire minimum est vraiment la réponse de la gauche à la problématique de la libre-circulation, de la concurrence étrangère et de la sous-enchère salariale. Ces gens croient sincèrement que si tout le monde touche le salaire minimum, il n’y aura plus besoin de faire venir des gens de l’étranger et tout le monde sera content !

Malgré les conventions collectives, la sous-enchère salariale est aujourd’hui déjà un problème rampant sur les chantiers (y compris sur des chantiers publics, ce qui ne manque pas de sel), en dépit de toute la bureaucratie et des contrôles pour l’empêcher. Et nos indécrottables ingénieurs sociaux de la gauche et des syndicats pensent qu’en généralisant un salaire minimum plus élevé que le salaire moyen d’un cadre français la pression étrangère va s’amenuiser ? Ce n’est plus de l’incompétence, c’est de la rage !

Le salaire minimum suisse à 4.000 francs mensuels brillera comme un étendard aux yeux de tous les malheureux chômeurs de l’Union européenne, et ils sont nombreux, les invitant à venir tenter leur chance en Suisse, ce si beau pays où le moindre manutentionnaire gagne plus qu’un directeur de leur pays. Bien sûr les places seront chères et il n’y en aura pas pour tout le monde ; les candidats se contenteront souvent d’un pis-aller au noir ou en trichant sur un temps partiel…

Le jeune Suisse, lui, verra les portes se refermer les unes après les autres lorsqu’il cherchera du travail : trop cher, pas assez expérimenté. Pourquoi prendre le risque d’un employé junior suisse lorsque le salaire minimum attirera des experts incroyables depuis un bassin de cinq cent millions d’habitants où l’emploi est en crise ? On est en droit de se demander quelle mouche a piqué les syndicats pour oser lancer une initiative pareille – non pas que l’idée d’un salaire minimum soit impensable en soi, mais le niveau choisi est proprement délirant.

Bien sûr, les politiciens ont l’habitude de créer des problèmes et ensuite d’autres problèmes pour les résoudre. Ici, on imagine sans peine le « deuxième temps » avec ses escouades d’inspecteurs du travail et autres fonctionnaires recrutés pour surveiller toutes les entreprises à portée de tir pour s’assurer qu’elles appliquent bien le salaire minimum dans la lettre et dans l’esprit ; ou le plaisir des politiciens et leurs lobbies syndicaux à discuter des hausses du salaire minimum dans les travées du Parlement.

Mais tout de même, ces rêves semblent se dessiner sur les cendres d’une économie helvétique ruinée par l’idéologie en butte au réel. Les hauts salaires ne se décrètent pas par la force du Verbe, fut-il constitutionnel. Ici, on ne discute même plus d’ouvrir la boîte de Pandore d’un salaire minimum trop élevé ; on a décidé de l’ouvrir coûte que coûte, attaquant le coffre à la dynamite s’il le faut.

Les lendemains qui chantent ne se construisent pas à l’aide d’un salaire minimum arbitraire sorti du chapeau par une coterie de syndicalistes avide de revanche sur le patronat. Espérons que le peuple suisse s’en rappelle le 18 mai.


Sur le web.