Réforme de l’assurance maladie : ce qui se prépare

Le Conseil d’analyse économique (CAE) a rendu son rapport d’avril où il dessine les pistes à suivre pour « refonder » l’assurance maladie : un terme bien consensuel pour un contenu explosif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Assurance Maladie (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme de l’assurance maladie : ce qui se prépare

Publié le 10 avril 2014
- A +

Par Phoebe Ann Mo$e$

Un état des lieux du système de santé et de remboursement des soins a conduit le CAE à proposer des solutions qu’il juge économiquement et moralement pertinentes : il faut « maîtriser la dépense de soins », et empêcher « les inégalités dans l’accès aux assurances et aux soins ». S’il est communément admis qu’il y a une réforme à faire, les solutions peuvent en revanche susciter le débat. Panorama de ce qu’il y a dans ce rapport.

1. Rendre les soins hospitaliers 100% gratuits

Les économistes pensent qu’en fonction du prix, la demande augmente ou baisse (élasticité). Si le prix baisse, la demande va augmenter. Le patient va augmenter ou baisser sa demande de soins en fonction du remboursement qu’il peut obtenir. S’appuyant sur une expérience menée aux États-Unis et qui n’a pas encore eu de conclusion définitive, les économistes ont conclu que la consommation de soins en ambulatoire est effectivement dépendante du niveau de couverture du patient. Mais que dans les soins hospitaliers, cela n’avait pas d’incidence. Explication à l’aide d’un exemple dont on appréciera la hauteur de vue :

Personne ne décide de se faire transplanter un rein pour la seule raison que c’est peu onéreux. L’élasticité nulle de la demande de soins hospitaliers confirme cette intuition.

2. Demander au patient une franchise pour les soins ambulatoires

Puisque dans ce cas, la demande de soins est dépendante du remboursement que peut obtenir le patient, il faut agir sur la demande du patient pour la réguler, en lui demandant une participation. Les économistes la calculent et la justifient comme suit : que ce soit le patient qui paye de sa poche les 23 euros, ou son assurance, c’est pareil. En effet il est précisé que l’assureur répercute le coût du remboursement dans la cotisation. « Dans tous les cas, l’assuré aura payé 23 euros ». Donc cette franchise ne doit pas être prise en charge par une assurance, sinon le bénéfice attendu (= la baisse de consommation des soins) sera perdu. Cette franchise serait calculée en fonction du revenu, voire réduite pour les personnes à bas revenu.

3. Conventionner les offreurs de soins et les assureurs

Les financeurs doivent pouvoir signer un contrat avec les médecins, spécifiant le type de paiement, le niveau des prix, la localisation des médecins, les horaires, le respect des recommandations de bonne pratique et la prise en charge des objectifs de santé publique. Jusqu’où ira la demande des assureurs ?

Pour que les pressions concurrentielles puissent conduire à des gains d’efficacité, il faut donner aux  complémentaires les moyens de la contractualisation, et donc rompre avec la situation actuelle, dans laquelle elles se voient présenter a posteriori une facture sur laquelle elles manquent d’informations.

4. Obliger les assurances à une concurrence régulée

L’offre des assurances est peu lisible pour le patient. Il faut que les assurances proposent toutes un contrat correspondant au remboursement complémentaire du tarif conventionné.

5. En finir avec un système mixte d’assurance-maladie

Il ne s’agit pas de permettre au patient de sortir de la sécurité sociale. Le rapport préconise une réforme qui pourrait prendre deux voies différentes : l’une publique, l’autre s’appuyant sur les assurances (le mot « privé » n’est quasiment pas prononcé dans le rapport).

Option publique : l’accès à « un panier de soins solidaire », financé par des cotisations proportionnelles aux revenus relèverait toujours du rôle de l’État. Mais un rôle très important serait donné aux ARS, qui seraient chargées d’établir des contrats avec les « offreurs de soins », en développant des « choix stratégiques » entre régions ou à l’intérieur d’une même région, en matière de conventionnement et système de paiement.

Autre option : « la concurrence régulée entre les assureurs ». Les assureurs devront proposer un « panier de soins solidaire », s’interdire la sélection des risques. Ils seraient chargés d’établir eux-mêmes des contrats avec les offreurs de soins, et devraient rendre leurs critères de choix publics pour que le patient choisisse en connaissance de cause.

Le rapport pointe lui-même les écueils éventuels.

Dans l’option « concurrence régulée », il faudra veiller à ce qu’il n’y ait pas de sélection des risques. Il faudra également que les offreurs de soins signent des contrats avec plusieurs assureurs afin qu’il n’y ait pas d’exclusivité.

Dans l’option publique, il sera difficile de motiver les ARS pour qu’elles promeuvent l’offre de soins. Il faudra peut-être leur donner des incitations financières ou de carrière pour qu’elles trouvent un intérêt à contrôler les coûts et la qualité des soins.

Le monopole octroyé aux ARS leur donne a priori un pouvoir de négociation considérable. Cependant, la pratique de ce pouvoir requiert la capacité d’exercer une menace crédible d’enlever de la liste de remboursement un hôpital ou un médecin avec des tarifs trop élevés (ou délivrant des soins de qualité insuffisante), privant l’offreur de soin de la quasi-totalité de son activité. L’activation de cette « arme nucléaire » ne va pas de soi, en particulier face à d’éventuelles pressions politiques pour lesquelles l’autorité de régulation devra jouer le rôle de bouclier.

On sent donc bien se préparer un bras de fer entre l’État et ce qu’on appelle froidement dans le rapport « les offreurs de soins ». Tout comme le concept de « libéralisme » a été dévoyé par le gouvernement, le concept de concurrence l’est aussi puisqu’elle est « régulée » et le libéralisme n’en est pas puisqu’il est plafonné, contrôlé, soumis à des pressions. Cette réforme aura de nombreux détracteurs qui mettront probablement en accusation le libéralisme et la libre concurrence. Il faudra alors bien se souvenir qu’il n’en a jamais été question dans ce rapport.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « L’élasticité nulle de la demande de soins hospitaliers » est, chacun l’aura compris, une position idéologique posée par de faux économistes, pas un constat économiquement vérifié décrivant la réalité. En effet, dans le coût de la transplantation, une part essentielle du prix, plus de la moitié en réalité, est lié à la gestion des établissements hospitaliers, part d’autant plus importante que les finances et le management de ces établissements sont affectés du laxisme le plus caricatural qu’on puisse imaginer.

    En pratique, au prétexte d’une élasticité nulle de la demande de soins, les étatistes cherchent à interdire toute concurrence dans l’offre de soins hospitaliers, ce qui permet d’organiser le détournement des fonds des cotisants. Un exemple de ces détournements est de vous faire payer discrètement l’hospitalisation gratuite des membres de la caste au Val de Grâce. Rassurez-vous, en tant que citoyen labda, vous n’aurez jamais accès à cet hôpital prétendument public. Demandez à vous y faire hospitaliser et observez le résultat ! Derrière les jolis discours de solidarité, la SS est ni plus ni moins qu’un vol en bande organisée de la population française au profit des hommes de l’Etat.

  • Les réseaux de soin, c’est serait une aberration dangereuse pour les patients :
    « Mais je veux aller voir Pr Untel, grand spécialiste de ma maladie !! »
    « Ah non je regrette Madame, avec votre contrat seul Dr Machin est disponible »

    Ou comment définitivement faire perdre l’indépendance des patients et des médecins (le médecin se voyant par exemple évidemment imposer de moins prescrire tel ou tel examen coûteux en échange d’une convention avec tel organisme complémentaire)

    SEUL LES COMPLÉMENTAIRES Y GAGNENT !! ça semble pourtant évident !!

    Il y a cependant fort à parier que bon nombre de médecins refuseraient de rentrer dans de tels réseaux. Ce n’est même probablement pas compatible avec leur (ou notre plutôt, vous l’aurez compris) code déontologique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Clouteau

[caption id="attachment_217468" align="aligncenter" width="640"] zoetnet-heroes-(CC BY 2.0)[/caption]

Voici quelques années je suis allé visiter la Valachie du Nord.

Quelle idée, me direz-vous, d'aller visiter la Valachie du Nord, un des derniers paradis communistes de la planète, pratiquement le seul qui a su arrêter le nuage de poussière quand le mur de Berlin est tombé en 1989... C'est une vieille histoire de famille qui remonte aux années 1930. Ma grand-mère, qui était valaque, est tombée amoureus... Poursuivre la lecture

Tir groupé de la gauche et de la gauche de la gauche sur les droits de succession. Yannick Jadot, en plus du rétablissement d’un impôt sur la fortune, veut des impôts alourdis sur les successions supérieures à deux millions d’euros.

Il a en effet, déclaré le 29 janvier, dans la veine d’un écolo-gauchisme d’autant plus piquant qu’il était censé représenter aux yeux de certains un programme relativement mesuré lors de la primaire écologiste, du moins par rapport à sa principale concurrente :

« Les plus riches font sécession, s’exo... Poursuivre la lecture

Le Conseil d’analyse économique, qui a pour mission d’« éclairer les choix du gouvernement en matière économique », vient de pondre une note de 12 pages serrées intitulée « repenser l’héritage » (Les notes du Conseil d’analyse économique, n° 69) à laquelle se trouve adjointes des « analyses supplémentaires » sur 37 pages (Repenser l’héritage : analyses supplémentaires, n° 077-2021, décembre 2021).

Plutôt que de penser l’héritage, il s’agit effectivement de le « repenser »… puisque la note reprend pour l’essentiel les analyses et les co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles