« Une règle de plus, deux règles de moins »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie réglementations

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Une règle de plus, deux règles de moins »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 avril 2014
- A +

Une chronique de Cécile Philippe.
Un article de l’Institut économique Molinari.

bureaucratie réglementationsUne idée neuve nous vient, comme souvent, du Royaume-Uni : le « One In Two Out »… Littéralement une de plus, deux de moins…

Oui en fait « une règle de plus, deux règles de moins ». C’est la méthode qui a permis de simplifier la vie des entreprises chez nos voisins britanniques. Elle permettrait donc d’accélérer le choc de simplification voulu par François Hollande, mais qui tarde à se concrétiser.

En quoi consistait au juste cette méthode ?

En janvier 2011, la coalition britannique s’est donné un objectif ambitieux : être le premier gouvernement à réduire le fardeau réglementaire plutôt que de l’augmenter durant son mandat. Le gouvernement s’est doté d’une méthode simple, contraignant les décideurs politiques. L’adoption de toute nouvelle norme ou réglementation générant un coût pour les entreprises devait être assortie de la suppression d’une autre réglementation ayant un coût économique équivalent. Cette règle a été employée de 2011 et 2012.

Mais on n’est donc pas dans un schéma « Une de plus, deux de moins »…

Effectivement, mais les choses se sont ensuite accélérées et depuis 2013, les décideurs ont adopté un objectif encore plus ambitieux pour faciliter la vie des acteurs économiques. Désormais une nouvelle règle ne peut être introduite qu’à condition d’abolir une règle présentant un coût économique deux fois plus important. D’où le « One In Two Out ». Bilan : les parlementaires sont incités à concevoir des règlementations encore moins pénalisantes et à alléger encore plus les contraintes règlementaires pesant sur les entreprises.

Et ça a vraiment marché ?

Selon les autorités, c’est un succès. À les entendre, cette démarche aurait permis aux entreprises d’économiser 1,3 milliard d’euros entre 2011 et 2012. Le poids réglementaire aurait atteint son niveau le plus bas depuis 2002 avec une baisse du nombre absolu de nouvelles lois de 8%. Les changements opérés sur des lois existantes diminuaient quant à eux de 16%. Par exemple, en assouplissant les règles concernant les mises et les récompenses dans les jeux de hasard pour un montant de 41 millions d’euros ou en supprimant les exigences minimales de sucre dans les confitures allégées en sucre.

Et en France qu’est-ce que ça pourrait donner ?

Dans un pays comme la France, les résultats pourraient être encore plus fulgurants. D’une part, nous n’avons pas jusqu’à présent trouvé de méthode de simplification probante. D’autre part, nous avons du pain sur la planche. Dans le classement Doing Business de la banque mondiale, mesurant la facilité avec laquelle on peut faire des affaires, la France est classée en 38ème position.

Nous sommes loin derrière un grand nombre de nos partenaires européens. Nous sommes, bien sûr, derrière le Royaume-Uni, en 10ème position, mais aussi derrière l’Allemagne, ou les Pays-Bas, respectivement en 21ème et 28ème position. Les marges d’améliorations françaises sont donc importantes, d’où l’intérêt d’adopter une méthode qui a fait ses preuves pour enfin passer du discours aux actes.

Faut-il reprendre telle quelle la méthode britannique ?

En fait, on pourrait même profiter du retour d’expérience anglais pour améliorer la méthode. Les Britanniques ont exclu plusieurs domaines de leur démarche, par exemple nombre de règlementations européennes, le régime fiscal ou environnemental. Bilan : on comptait que 42% des nouvelles réglementations sortaient du champ d’application de la mesure en 2011. On devrait adopter la méthode britannique, en la rendant applicable à toutes les réglementations afin de booster le choc de simplification.


Chronique de Cécile Philippe, directrice de l’Institut économique Molinari, diffusée sur les ondes de Radio classique le 2 avril 2014.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent et à diffuser très largement.

  • L’idée est bonne dans l’absolu. Mais lier ça au « choc de simplification » est illusoire : ce « choc » a déjà eu lieu, et a consisté à changer un peu la carte d’identité et à augmenter le contrôle sur les titres restaurant. En langage ENA, c’est une simplification…

  • On peut étendre l’idée :

    – pour un chomeur de plus on supprime 2 fonctionnaires
    – pour une entreprise qui fait faillite on supprime 2 politiciens
    – pour un politicien pris la main dans le sac on supprime 2 ministres

  • camarade dingue
    4 avril 2014 at 12 h 19 min

    vu l’état de la société française, il faudrait plutot adopter le :

    zero more and then out …

  • C’est une bonne idée, d’autant qu’elle est plutôt agréable pour les fonctionnaires qu’elle concerne : autant ils aiment créer des règles nouvelles, autant les anciennes règles inventées avant eux (et auxquelles ils ne peuvent pas actuellement s’attaquer sans passer pour des pénibles auprès de leurs collègues) les font chier.

  • Robert Heinlein un auteur majeur de SF à découvrir pour les libéraux proposait dans « Révolte sur la Lune » deux chambres législative:

    -Une pour promulguer les lois qui nécessiterait une majorité de deux tiers.
    -Une autre dont la SEULE tache serait de les ABROGER avec une majorité d’un tiers. Une idée vraiment excellente.

    Dans le même livre, le héro doit créer un gouvernement temporaire et il juge ce penchant humain de vouloir toujours régenter les autres:

    « Ce n’était pas la liste de tout ce qu’elle haïssait qui m’a irrité le plus, car à l’évidence elle était aussi bête qu’un cyborg, mais bien le fait qu’elle trouvait quelqu’un pour approuver ses suggestions. Ce doit être un penchant bien ancré dans le cœur humain que d’empêcher les autres de faire ce qu’ils veulent. Des règles, des lois qui sont toujours pour les autres. Une obscure facette de nous-mêmes, quelque chose d’inné »

    Révolte sur la Lune – Robert Heinlein – 1966
    http://www.amazon.fr/R%C3%A9volte-sur-Lune-Robert-Heinlein/dp/2070343626

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Un constat lucide sur la complexité administrative aux solutions trop lacunaires

On attendait le livre de ces deux auteurs depuis longtemps. Paru le 17 novembre 2021, Simplifions-nous la vie ! offre un juste constat sur les dangers de la complexité normative engendrés par une inflation législative générant un désordre normatif. Si le constat est juste, les solutions proposées, intéressantes cependant, souffrent de certaines lacunes.

Un constat juste : la complexité normative engendre des inégalités et affaiblit la cohérence de l’ordre jur... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles