« Une règle de plus, deux règles de moins »

Pour booster le choc de simplification, on devrait adopter la méthode britannique du « One In Two Out ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie réglementations

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Une règle de plus, deux règles de moins »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 avril 2014
- A +

Une chronique de Cécile Philippe.
Un article de l’Institut économique Molinari.

bureaucratie réglementationsUne idée neuve nous vient, comme souvent, du Royaume-Uni : le « One In Two Out »… Littéralement une de plus, deux de moins…

Oui en fait « une règle de plus, deux règles de moins ». C’est la méthode qui a permis de simplifier la vie des entreprises chez nos voisins britanniques. Elle permettrait donc d’accélérer le choc de simplification voulu par François Hollande, mais qui tarde à se concrétiser.

En quoi consistait au juste cette méthode ?

En janvier 2011, la coalition britannique s’est donné un objectif ambitieux : être le premier gouvernement à réduire le fardeau réglementaire plutôt que de l’augmenter durant son mandat. Le gouvernement s’est doté d’une méthode simple, contraignant les décideurs politiques. L’adoption de toute nouvelle norme ou réglementation générant un coût pour les entreprises devait être assortie de la suppression d’une autre réglementation ayant un coût économique équivalent. Cette règle a été employée de 2011 et 2012.

Mais on n’est donc pas dans un schéma « Une de plus, deux de moins »…

Effectivement, mais les choses se sont ensuite accélérées et depuis 2013, les décideurs ont adopté un objectif encore plus ambitieux pour faciliter la vie des acteurs économiques. Désormais une nouvelle règle ne peut être introduite qu’à condition d’abolir une règle présentant un coût économique deux fois plus important. D’où le « One In Two Out ». Bilan : les parlementaires sont incités à concevoir des règlementations encore moins pénalisantes et à alléger encore plus les contraintes règlementaires pesant sur les entreprises.

Et ça a vraiment marché ?

Selon les autorités, c’est un succès. À les entendre, cette démarche aurait permis aux entreprises d’économiser 1,3 milliard d’euros entre 2011 et 2012. Le poids réglementaire aurait atteint son niveau le plus bas depuis 2002 avec une baisse du nombre absolu de nouvelles lois de 8%. Les changements opérés sur des lois existantes diminuaient quant à eux de 16%. Par exemple, en assouplissant les règles concernant les mises et les récompenses dans les jeux de hasard pour un montant de 41 millions d’euros ou en supprimant les exigences minimales de sucre dans les confitures allégées en sucre.

Et en France qu’est-ce que ça pourrait donner ?

Dans un pays comme la France, les résultats pourraient être encore plus fulgurants. D’une part, nous n’avons pas jusqu’à présent trouvé de méthode de simplification probante. D’autre part, nous avons du pain sur la planche. Dans le classement Doing Business de la banque mondiale, mesurant la facilité avec laquelle on peut faire des affaires, la France est classée en 38ème position.

Nous sommes loin derrière un grand nombre de nos partenaires européens. Nous sommes, bien sûr, derrière le Royaume-Uni, en 10ème position, mais aussi derrière l’Allemagne, ou les Pays-Bas, respectivement en 21ème et 28ème position. Les marges d’améliorations françaises sont donc importantes, d’où l’intérêt d’adopter une méthode qui a fait ses preuves pour enfin passer du discours aux actes.

Faut-il reprendre telle quelle la méthode britannique ?

En fait, on pourrait même profiter du retour d’expérience anglais pour améliorer la méthode. Les Britanniques ont exclu plusieurs domaines de leur démarche, par exemple nombre de règlementations européennes, le régime fiscal ou environnemental. Bilan : on comptait que 42% des nouvelles réglementations sortaient du champ d’application de la mesure en 2011. On devrait adopter la méthode britannique, en la rendant applicable à toutes les réglementations afin de booster le choc de simplification.


Chronique de Cécile Philippe, directrice de l’Institut économique Molinari, diffusée sur les ondes de Radio classique le 2 avril 2014.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent et à diffuser très largement.

  • L’idée est bonne dans l’absolu. Mais lier ça au « choc de simplification » est illusoire : ce « choc » a déjà eu lieu, et a consisté à changer un peu la carte d’identité et à augmenter le contrôle sur les titres restaurant. En langage ENA, c’est une simplification…

  • On peut étendre l’idée :

    – pour un chomeur de plus on supprime 2 fonctionnaires
    – pour une entreprise qui fait faillite on supprime 2 politiciens
    – pour un politicien pris la main dans le sac on supprime 2 ministres

  • vu l’état de la société française, il faudrait plutot adopter le :

    zero more and then out …

  • C’est une bonne idée, d’autant qu’elle est plutôt agréable pour les fonctionnaires qu’elle concerne : autant ils aiment créer des règles nouvelles, autant les anciennes règles inventées avant eux (et auxquelles ils ne peuvent pas actuellement s’attaquer sans passer pour des pénibles auprès de leurs collègues) les font chier.

  • Robert Heinlein un auteur majeur de SF à découvrir pour les libéraux proposait dans « Révolte sur la Lune » deux chambres législative:

    -Une pour promulguer les lois qui nécessiterait une majorité de deux tiers.
    -Une autre dont la SEULE tache serait de les ABROGER avec une majorité d’un tiers. Une idée vraiment excellente.

    Dans le même livre, le héro doit créer un gouvernement temporaire et il juge ce penchant humain de vouloir toujours régenter les autres:

    « Ce n’était pas la liste de tout ce qu’elle haïssait qui m’a irrité le plus, car à l’évidence elle était aussi bête qu’un cyborg, mais bien le fait qu’elle trouvait quelqu’un pour approuver ses suggestions. Ce doit être un penchant bien ancré dans le cœur humain que d’empêcher les autres de faire ce qu’ils veulent. Des règles, des lois qui sont toujours pour les autres. Une obscure facette de nous-mêmes, quelque chose d’inné »

    Révolte sur la Lune – Robert Heinlein – 1966
    http://www.amazon.fr/R%C3%A9volte-sur-Lune-Robert-Heinlein/dp/2070343626

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Après une prestation désastreuse lors du dernier débat et une indigente interview pour limiter les dégâts le vendredi 5 juillet, il est enfin devenu clair pour presque tout le monde que le président Joe Biden ne dirige pas le gouvernement fédéral.

 

Un article de Connor O'Keeffe initialement paru dans le Mises Institute.

Tous les quatre ans, les Américains sont censés croire qu'une seule personne, qu'ils choisissent collectivement par les urnes, prend en charge le gouvernement fédéral et agit comme ils le feraient po... Poursuivre la lecture

Comme annoncé par les sondages, les travaillistes ont largement gagné les élections législatives. C’est l’une des plus lourdes défaites des conservateurs, même si le Labour fait un peu moins bien que Tony Blair en 1997.

 

Avec 33,8 % des voix, le Labour n’accroît son score que de 1,6 %, ce qui témoigne d’une croissance très faible en nombre de voix. En revanche, il gagne 210 sièges, pour atteindre 409 sièges au Parlement.

Ce n’est donc pas tant une victoire du Labour qu’une très large défaite des conservateurs : 23,8... Poursuivre la lecture

Sauf grande surprise, les travaillistes devraient gagner les élections législatives au Royaume-Uni et ainsi revenir au pouvoir après 14 ans de disette. Loin des outrances d’un Jeremy Corbin, complètement marxiste, la ligne actuelle, portée par Keir Starmer, est beaucoup plus libérale et pro business. Les Travaillistes ont compris que la pauvreté se réduit par la création de richesse et que la situation sociale s’améliore par la productivité.

Alexis Karklins-Marchay a ainsi collecté quelques extraits du programme travailliste, qui montr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles